Retour à page du secteur sciences physiques et mathématiques

Retour à page du secteur environnement et aménagement du territoire

Retour à la page d’accueil

 

 

 

SECTEUR :  ENVIRONNEMENT ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

GÉOPHYSICIEN(NE)

GÉOMATICIEN(NE)

GÉOMORPHOLOGUE

SISMOLOGUE

SPÉCIALISTE EN SYSTÈMES D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE SIG

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.A. ou B.Sc

Maîtrise M.Sc.

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Voir aussi les professions suivantes :

 

        - météorologue (ou océanographe)

        - physicien

        - géologue

        - consultant en environnement

        - conseiller en aménagement ou géomaticien

 

Consulte aussi la section « liens recommandés » à la fin de cette page (dont des vidéos de géophysiciens qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

A NE PAS PAS CONFONDRE AVEC GÉOLOGUE SPÉCIALISÉ EN GÉOPHYSIQUE.

 

En tant que géophysicien ou géophysicienne (aussi appelé "spécialiste en sciences physiques"); tu auras pour tâches d’étudier les caractéristiques et propriétés physiques des sols en y effectuant différents tests, relevés et mesures à l’aide d’appareils de mesure et de capteurs, il observe les variations spatiales et temporelles des propriétés électriques, magnétiques, électromagnétiques, gravimétriques ou acoustiques du sous-sol et ensuite les analyser et les interpréter. Tu seras responsable d’évaluer et d’analyser le mouvement des eaux souterraines et de surface qui serviront au choix d’emplacement de gestion des déchets, les tracés des routes, des emplacements de restauration de terrains contaminés, etc.

 

Tu seras également responsable de planifier, d’organiser et de diriger des programmes d’évaluations et d’analyses de terrains afin de pouvoir identifier et de prévoir des risques naturels comme les inondations, l’érosion des pentes, les glissements de terrains, l’affaissement des terrains, l’instabilité des sols, les tremblements de terre, etc.

 

Tu auras pour tâches de :

La géophysique se subdivise en 3 grands domaines :

 

la géophysique interne (géodésie, sismologie, géomagnétisme, géodynamique et géophysique appliquée). Elle s'intéresse à la connaissance détaillée de la structure et de la composition de l'intérieur de la Terre et des autres corps planétaires du système solaire, de dégager les causes et le mécanisme des phénomènes tectoniques qui en modifient la morphologie de la surface, et de comprendre l'évolution de la Terre depuis sa formation, dans le cadre du système planétaire dans son ensemble.

Son expertise permet de mieux comprendre les mouvements des sols lors de travaux de construction de bâtiments ou d'infrastructures de génie civil d'évaluer le comportement des sols suite à des travaux de dynamitage en exploration ou exploitation minière, gazière ou pétrolière; de prévenir des risques naturels tels que les tremblements de terre, les glissements de terrain, les inondations, les avalanches, etc;

 

la géophysique externe (aéronomie spatiale, électricité atmosphérique et pression atmosphérique). Elle s'intéresse aux questions de chauffage de la Terre, du flux de chaleur, la volcanologie, et les sources chaudes afin de prévenir des risques naturels, des changements sur les écosystèmes terrestres et marins, les autres risques reliées aux changements atmosphériques (ex : sécheresse, verglas, tempêtes, tornades, ouragans, etc.).

 

et la géophysique des couches-limites (océanographie, hydrologie, météorologie et glaciologie). Elle s'intéresse sur les effets de la rotation et de la stratification sur la turbulence géophysique ainsi que sur les processus de couche limite que ce soit en présence de transport de sédiment (rivières et zones côtières) ou en présence de stratification de densité (couches limites atmosphérique ou océanique). Son expertise permet de prévenir des inondations, des raz marées, la sécheresse de plans d'eau, des problèmes d'érosion, etc.

 

En tant que géomaticienne ou géomaticien (aussi appelé "spécialiste en géomatique"); tu seras responsable de résoudre des problèmes environnementaux ou de développement du territoire en utilisant des technologies comme la télédétection, les systèmes d'information géographique SIG ou les systèmes de positionnement global par satellite GPS permettant de rassembler, gérer et mettre à jour des données de référence spatiale afin de fournir des conseils éclairés et proposer des solutions concrètes aux gestionnaires et aux décideurs dans la prise de décision.

Tu auras pour tâches de :

Tu travailleras avec la collaboration des arpenteurs-géomètres, des urbanistes, des ingénieurs civils, des ingénieurs forestiers, des géologues, des géographes, d'experts en  environnement, des technologues en cartographie, des technologues en géomatique, etc.

 

La géomantique est nécessaire pour de nombreuses applications comme l'aménagement et le développement du territoire (urbain, rural, forestier, agricole ou naturel), l'étude des écosystèmes, l'étude de l'atmosphère, l'étude de l'eau et de la neige, l'étude de l'environnement urbain, les risques environnementaux, la sécurité civile (catastrophes naturelles notamment), en transport (aérien, maritime, ferroviaire, routier) en océanographie, dans le domaine militaire, etc.

 

De nombreuses entreprises et organisations ont besoin de géomaticiens dont les firmes d'ingénieurs conseils, les firmes de consultants en aménagement, les firmes de consultants en environnement, les sociétés publiques ou privées d'aménagement urbain, les sociétés d'aménagement forestier, les organismes en environnement, les entreprises publiques de transport urbain, les MRC, les municipalités, les gouvernements, etc.

 

Prend note que cette profession est différente de celui d'arpenteur-géomètre, qui détient notamment l'expertise exclusive en arpentage foncier et en opérations cadastrales

 

En tant que géomorphologue; tu seras responsable d'analyser les paysages, cherchent à en comprendre l'histoire et l’évolution et à prévoir les changements futurs à travers une combinaison d'observations de terrain, d'expérimentations en laboratoire et de modélisations numériques.

Tu utiliseras différentes techniques et outils tels que :

 

la cartographie géomorphologique permettant de résumer des informations sur la géométrie, l’agencement, des formes du relief ; la nature et la structure des formations superficielles; les processus y compris leur durée et le rythme de formation et l’âge des formes du relief;

 

les techniques sédimentologiques ou granulométriques permettent l’analyse des dépôts sédimentaires (granulométrie, faciès, etc.) en différentiant leurs conditions d’érosion, de transport, de dépôt; les méthodes géodésiques (théodolites, GPS, etc.) permettent la localisation cartographique, celle de points de mesures;

 

les données provenant des stations météorologiques et hydrologiques permettant de collecter les variables météorologiques (températures de l’air, précipitations) et hydrologiques (écoulements de surface, débits des cours d’eau). Ces paramètres jouent un rôle fondamental dans l’évolution des phénomènes glaciaires, périglaciaires, gravitaires et torrentiels, littoraux, etc;

 

les analyses thermiques permettant de connaître les caractéristiques thermiques et l’évolution d’un terrain (en particulier pour le pergélisol) : la température est mesurée directement en forages ou par l’utilisation de capteurs et de sondes; méthodes géophysiques remplacent ou secondent les techniques de forages. Les matériaux du sous-sol possèdent des propriétés physiques particulières (vitesse de propagation des ondes sismiques, résistance au courant électrique, etc.) À l’analyse, la signature varie la nature et l’état de la roche, la présence d’eau ou de glace, la température, la porosité, etc;

 

l’analyse de l’imagerie satellitale apporte des précisions de plus en plus grandes pour la compréhension du relief (terrestre et d’autres planètes) à différentes échelles.

 

En tant que sismologue; tu seras responsable d'étudier  la genèse et la propagation des ondes sismiques dans les matériaux  géologiques. Ces matériaux géologiques peuvent aller de l'échantillon de  laboratoire jusqu'à la Terre entière, depuis la surface jusqu'à son centre.  Leurs recherches visent à interpréter la composition et les structures  géologiques de la Terre. Le travail fondamental d'un sismologue est de  localiser la source, la nature et la grandeur (magnitude) de ces événements  sismiques.

 

En ce qui a trait aux tremblements de terre, plusieurs  spécialités existent. Certains sismologues étudient les relations entre  failles, contraintes et séismes (i.e. la sismo-tectonique), d'autres  interprètent le mécanisme de rupture au foyer des séismes à partir des ondes  sismiques (mécanisme au foyer), d'autres intègrent des renseignements  géoscientifiques pour définir les zones sismique (zonage sismique), et d'autres enfin, collaborent avec les ingénieurs pour minimiser les dommages causés aux constructions (génie parasismique).

Les sismologues travaillent dans des équipes  multidisciplinaires formées de scientifiques de la Terre, de techniciens et  de professionnels en informatique, en physique, en électronique, en  télécommunications et en génie civil. Des contacts avec des organismes de  sécurité civile sont souvent requis.

 

 

Grâce au Web, les SIG tendent à une meilleure opérabilité. Elles sont utilisées dans les domaines de l'agriculture, de la foresterie, de l'aménagemement du territoire, de la prospection des ressources minières, de la gestion du trafic en transport routier, des opérations aériennes, des opérations maritimes, les télécommunications, l'analyse du risque en assurance, l'ingénierie, etc.

 

Le monde des systèmes d'information géographique est en pleine évolution depuis les années 1970. Leur utilisation ne cesse de s'accroître et devrait permettre des utilisations interdisciplinaires améliorées, par exemple dans le domaine santé-environnement12 et écoépidémiologie, ou du développement durable ou de la prospective.

 

En tant qu’enseignante ou enseignant en géographie au collégial préuniversitaire; tu seras responsable d’enseigner des notions de base ou des notions intermédiaires de cette discipline auprès de jeunes adultes inscrits à un programme préparatoire aux études universitaires en sciences humaines.

 

Tu les notions de base de la matière à enseigner.

 

Tu auras pour tâches de :

Pour plus de détails, consulte les pages sur la profession de Professeur(e) au collégial préuniversitaire.

 

En tant que professeure ou professeur en technologies de la géomatique au collégial technique; tu seras responsable d’enseigner des notions de base et les notions intermédiaires auprès d’étudiants(es) inscrits à un programme en technologies en technologie de la géomatique (spécialisation en arpentage et géodésie ou spécialisaiton en systèmes d'information géographique).

 

Tu leur fourniras les compétences requises pour qu’ils puissent intégrer le marché du travail dans leur domaine.

 

Tu auras pour tâches de :

Pour plus de détails, consulte les pages sur la profession de professeur(e) d'enseignement technique.

 

En tant que professeur(e) d'université en géographie; tu seras responsable d’enseigner auprès d’étudiantes et d’étudiants de niveau universitaire des notions spécialisées en géographie afin de les préparer à une carrière de géographe, principalement au baccalauréat et après avoir acquis de l'expérience, au niveau des études supérieures. Tu peux aussi être appelé(e) à enseigner des notions de géographie auprès d'étudiants(es) de d'autres disciplines (ex : architecture, architecture du paysage, urbanisme, études environnementales, etc.).

 

Tu leur fourniras les compétences requises pour qu’ils puissent intégrer le marché du travail dans leur domaine et/ou poursuivre des études supérieures dans le but d'effectuer de la recherche.

 

Tu auras pour tâches de :

La plupart des professeurs(es) détiennent un doctorat ou sont en voie de l'obtenir. Plusieurs professeurs(es) détenant de l'expérience professionnelle dans leur domaine sont également recherchés(es).

 

La répartition des tâches des professeurs(es) adjoints(es) sont généralement comme suit (en moyenne) :

 

60 % en enseignement, 25 % en recherche, 15 % en direction et encadrement d'étudiants(es).

 

Il faut prévoir environ de 4 à 5 ans en moyenne avant d'obtenir l'agrégation.

 

Par la suite, les professeurs(es) agrégés(es) se répartissent en moyenne : 40 % en enseignement, 40 % en recherche et 20 % en direction et encadrement d'étudiants(es).

 

Pour plus de détails, consulte les pages sur la profession de professeur(e) d'université.

 

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-         Intérêts et aptitudes pour les mathématiques, sciences et la recherche

-         Intérêts pour les problèmes en environnement et urbains

-         Capacité d’analyse et de synthèse et  Bon jugement pour résoudre différents problèmes en matière d'aménagement et de développement urbain

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable de gérer divers projets d’aménagement

-         Sens de l’organisation car tu auras à planifier les ressources et les travaux des projets

-         Facilité de travailler en équipe car tu auras à travailler avec la collaboration d’autres spécialistes de l'aménagement (urbanistes, architectes, architectes paysagistes, arpenteurs-géomètres, géographes, ingénieurs, techniciens en aménagement, techniciens en géomatique, etc.)

-         Sens de l’observation pour être capable de déceler des anomalies, problèmes ou dangers sur les chantiers

-         Connaissances en informatique car tu auras à utiliser des logiciels spécialisés

-         Excellente maîtrise de la langue française car tu devras t'exprimer clairement et de manière professionnelle auprès de différents intervenants du milieu et auras à rédiger des rapports d’expertise

-         Bonne connaissance de l’anglais car tu devras t'exprimer clairement et de manière professionnelle auprès de différents intervenants du milieu et auras à rédiger des rapports d’expertise

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-    Agent(e) de programmation d'activités en loisirs scientifiques

-    Analyse de données géographiques

-    Animateur(trice) d'activités étudiantes (loisirs scientifiques)

-    Animateur(trice) en loisirs scientifiques

-         Assistant(e) de recherche en sciences géographiques

-    Attaché(e) de recherche en sciences géographiques

-    Biogéographe

-    Cartographe

-    Chargé(e) de projet

-        Chercheur(e) en géophysique (avec un doctorat)

-    Communicateur(trice) scientifique

-    Conseiller(ère) scientifique

-    Coordonnateur(trice) de programmes en loisirs scientifiques

-    Expert(e) conseil

-    Géomorphologue

-    Gestionnaire de bases de données géographiques

-    Journaliste scientifique (voir aussi la page de l'Association des journalistes scientifiques de France)

-    Météorologue (voir aussi la page d'Environnement Canada)

-    Océanographe

-        Professeur(e) d’université en géographie ou géophysique (avec un doctorat)

-        Professeur(e) de géographie au collégial

-    Professionnel(le) de recherche en sciences géographiques (avec une maîtrise)

-    Rédacteur(trice) scientifique

-    Sismologue (Ressources naturelles Canada)

-        Spécialiste des sciences physiques (section carrières d'Environnement Canada)

-    Spécialiste en cartographie

-    Spécialiste en sciences physiques et environnementales (fonction publique québécoise)

-    Spécialiste en sciences physiques nordiques (fonction publique québécoise)

-    Spécialiste en sciences physiques (Ressources naturelles Canada)

-        Spécialiste du Service des glaces (Service canadien des glaces d'Environnement Canada)

-        Technicien(ne) en aérologie

-        Technicien(ne) en climatologie

-    Technicien(ne) en évaluation environnementale

-        Technicien(ne) en hydrométrie (section carrières d'Environnement Canada)

-    Technicien(ne) de recherche en sciences atmosphériques (section carrières d'Environnement Canada)

EMPLOYEURS POTENTIELS :

 

-    Agences de coopération internationale

 

-    Cabinets conseils en gestion environnementale

 

-         Collèges

-    Compagnies forestières

 

-    Compagnies maritimes

 

-    Compagnies minières

 

-         Firmes de consultants en aménagement et urbanisme

-    Firmes spécialisées en géomatique et SIG

 

-         Municipalités et MRC

-    Sociétés de génie conseil

 

-    Sociétés de transport

 

-       Magazines scientifiques (ex : Agence Science Presse, Québec Sciences, Les Débrouillards)

-        Musées scientifiques (ex : Planétarium, Cosmodôme, Centre des sciences de Montréal, Musée des sciences et technologies du Canada)

-    Organismes internationaux non gouvernementaux ONG

-         Gouvernement du Canada : Carrières en sciences et technologie, Ressources naturelles Canada, Pêches et Océans Canada, Service Canadien des glaces,, Division des relevés hydrologiques du Canada, Centre canadien de cartographie et d'observation de la Terre , Institut Maurice-Lamontagne/a> à Mont-Joli dans le Bas-St-Laurent Centre géoscientifique de Québec de Ressources naturelles Canada à Québec, Institut océanographique de Bedford (le plus grand centre de recherches océaniques au Canada) à Darmouth en Nouvelle-Écosse,, Recherche et Développement pour la Défense (dont RDDC Valcartier à Québec)
Conseil national de recherches du Canada CNRC/a> (dont le Centre des entreprises océaniques de St-John T-N et l'Installation d'essai et d'évaluation enperformance marine).

 -    Gouvernement du Québec : Ministère des ressources naturelles, Institut de recherche d'Hydro-Québec

 -      Universités (consulte la page suivante pour avoir une liste des organismes de reccherche en sciences gégraphiques et géophysiques), dont notamment :
le Groupe interuniversitaire de recherches océanographiques Québec Océan (Laval, Mcgill, UQAR et UQAC),
le J.S. Marshall Radar Observatory de Mcgill,
l'Institut des sciences de la mer de Rimouski (UQAR),
le Centre des études nordiques (Laval, UQAR, UQAC, Montréal, Sherbrooke et INRS),
le Centre d'applications et de recherches en télédétection de l'Université de Sherbrooke,
le Groupe de recherche en sciences de l'atmosphère de l'UQAM

l'Institut de recherche en mines et en environnement de l'UQAT,
le Centre de recherche en géomatique de l'Université Laval,
le Centre sur les changements climatiques environnement à l'échelle du globe de Mcgill,
le Mcgill Volcanology Group
le Centre de recherche en aménagement et développement de l'Université Laval,
le Groupe de recherche en adaptation des changements climatiques Mcgill,

le Laboratoire d'imagerie et d'acquisition des mesures géophysiques de l'INRS,
le Groupe de recherche sur les environnements nordiques de l'UQAR,
l'Institut Concordia pour l'eau, l'énergie et les systèmes durables.

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Une maîtrise est nécessaire pour la plupart des emplois et parfois même un doctorat est demandé

-         Connaissance de l’anglais

-         Bonne maîtrise de l’informatique

-         Polyvalence

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2017 :

 

Pour les Baccalauréats :

 

Note : ces données combinent celles des baccalauréats en géographie, géographie physique et géophysique.

 

La majorité répondants(es), soit 48 % ont poursuivi leurs études au niveau de la maîtrise en sciences géographiquesa ou dans un autre programme connexe (aménagement, environnement, etc.).

 

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, seulement 31 % d'entre-eux ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

131 21 18 63

 

Pour les Maîtrises :

 

Pour la maîtrise en géographie (ou géophysique ou sciences géographiques) :

 

Le placement est moyen, 57 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

Alors que 19 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

58 27 25 11

 

Note 1 : baisse du taux de placement par rapport aux années précécentes (était de 75 % en 2015; 76 % en 2013 et 75 % en 2011).

 

Note 2 : nombre de répondants(es) poursuivant des études au doctorat comparable aux années précédentes (était de 21 % en 2015; 21 % en 2013 et 33 % en 2011).

 

En environnement :

 

Le placement est bon, 61 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travailont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Seulement quelques répondants(es), soit 10 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En sciences de l'atmosphère :

 

La moitié des répondants(es) a poursuivi ses études au niveau du doctorat en sciences de l'atmosphère.

 

En sciences de la terre :

 

Le placement est faible, seulement 47 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

Le tiers des répondants(es), soit 21 % quant à eux ont choisi de poursuivre leurs études au niveau du doctorat en géologie ou en sciences de la terre.

 

En ressources naturelles :

 

Le placement est bon, 67 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 25 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En océanographie :

 

Les deux-tiers des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

En sciences de l'eau :

 

La moitié des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En sciences forestières :

 

Le placement est bon, 75 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

En sciences de l'énergie :

 

Il n'y a eu qu'un seul répondant qui a poursuivi ses études au niveau du doctorat.

 

PROGRAMMES

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE
AUX
ÉTUDES

Sciences de l'atmosp

4

1

1

2

Sciences de l'enviro

87

49

45

7

Sciences de la terre

20

7

6

5

Sciences de l'eau

4

0

0

2

Sc forestières

8

6

6

0

Ress naturelles

8

4

4

2

Sc Énergie

1

0

0

1

Océanographie

3

0

0

2

 

Pour le Doctorat :

(données de 2014 : plus récentes disponibles)

Le placement est EXCELLENT, 100 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps  complet.

Quelques autres répondants(es), soit 17 % ont complété leur formation dans le cadre d'un stage post-doctoral.

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

NOMBRE EN STAGE
 POST-DOC

18 15 13 0 3

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données en 2017 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de 

En enseignement collégial et universitaire :

(32,5 heures/sem réparties sur 40 semaines pour le collégial, mais le salaire est calculé sur 52 semaines)

  • 861,00 $/semaine en moyenne en tant qu'enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise)

  • 887,63 $/semaine en moyenne en tant qu''enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise + diplôme en pédagogie de l'enseignement collégial ou titulaires d'une maîtrise + scolarité de doctorat)

  • 921,75 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise)

  • 1 001,77 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise + diplôme en pédagogie de l'enseignement collégial ou titulaires d'une maîtrise + scolarité de doctorat)

  • 1 001,77 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans de scolarité : scolarité de doctorat)

  • 1 079,34 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un collège préuniversitaire privé (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 1 088,77 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 1 125,92 $/semaine en moyenne en tant que chargé(e) d'enseignement, professeur(e) assistant(e), professeur(e) suppléant(e) ou lecturer dans une université

  • 1 406,96 $/semaine en moyenne en tant que professeur(e) adjoint(e), professeur(e) régulier ou adjunct professor dans une universit

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, Syndicat des spécialistes d’Hydro-Québec, Syndicat professionnel des scientifiques de l'IREQ, Syndicat des professionnels municipaux de Montréal, conventions collectives des professionnels de plusieurs grandes municipalités, conventions collectives des employés municipaux de plusieurs municipalités de moyenne dimension, conventions collectives des professionnels de recherche de plusieurs universités,conventions collectives des professeurs de plusieurs universités.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon les données d'Emploi-Québec; il y avait plus de 130 géographes, géophysiciens, géomorphologues et autres géoscientifiques (sauf géologues) dans l'ensemble des domaines et un peu partout au Québec en 2016.

Profession composée avec une majorité masculine avec 73 % des membres de la profession, alors que les femmes ne représentaient 27 % des géoscientifiques.

 

Plus de 56 % des membres de la profession étaient âgés de moins de 45 ans. Donc, le veillissement de la population n'est pas un problème dans cette profession.

 

Plus de 94 % occupaient un poste à temps complet

 

La répartition des géoscientifiques selon leur type d'employeur était :

  1. 35 % œuvraient au sein des sociétés de génie conseil

  2. 15 % travaillaient dans la fonction publique (fédérale, provinciale et municipale)

  3. 12 % œuvraient au sein d'entreprises dans le domaine de l'environnement ou de la foresterie (entreprises d'aménagement forestier, compagnies forestières, entreprises de services environnementaux, laboratoires privées d'analyses environnementales, sociétés de gestion de forêts privées, etc.)

  4. 11 % œuvraient au sein des services professionnels et scientifiques (firmes de consultants en aménagement, firmes de consultants en environnement, firmes de géolgues, firmes d'ingénieurs forestiers, centres de recherches privés sans but lucratif, etc.)

  5. 10 % au sein des compagnies minières

  6. 7 % œuvraient dans le réseau de l'enseignement postsecondaire (collèges privés, cégeps et universités)

  7. 4 % travaillaient au sein des sociétés d'État (Hydro-Québec, Parcs Canada, Agence canadienne d'évaluation environnementale, etc.)

  8. 6 % étaient dans d'autres milieux (musées de sciences, magazines scientifiques, clubs de loisirs scientifique, etc.)

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Les possibilités d'emploi sont variées pour les géographes puisqu'ils collaborent en outre à la résolution de problèmes d’environnement, de développement et d’aménagement. Ils peuvent travailler pour différentes organisations, par exemple dans le domaine de l'aménagement du territoire, de l'environnement, de la réalisation d'études d'impact, etc.

 

De plus, selon les données recueillies sur le site Emploi-Avenir Québec, les perspectives sont plutôt favorables pour ceux et celles qui se destinent à l'enseignement collégial de la géographie au cours des prochaines années.

 

Toutefois, les perspectives seront orientés principalement vers le secteur privé notamment au sein des compagnies minières, des sociétés de génie-conseil et les firmes de consultants.

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES : 

 

Le Baccalauréat spécialisé en géomatique appliquée à l’environnement B.Sc. offert à Sherbrooke a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel ou en régime coopératif  à temps complet.

 

Il combine la télédétection, des systèmes d'information géographique, des systèmes de positionnement global et de la cartographique numérique en relation avec les concepts de l'écologie, de la géographie, des ressources naturelles, donc de l'environnement au sens large.

 

Il ne vise pas à former des arpenteurs-géomètres, mais plutôt à former des géomatiques(nes) pouvant analyser des problématiques environnementales par l'utilisation des techniques, méthodes et outils de la géomatique, de la géographie, de l'écologie et de l'informatique qui pourront agir en tant que consultant au sein des sociétés de génie conseil, des compagnies minières ou pétrolières, des firmes de consultants en environnement ou sein des gouvernent. Tu auras plusieurs travaux pratiques sur le terrain (selon la méthode "apprentissage par projets APP") et tu réaliser différents projets virtuels et réels en géomatique appliquée avec la collaboration d'entreprises dans le domaine.

 

Au cours de la première année; tu acquerras les connaissances fondamentales (mathématiques, dessin technique, écologie, géographie, informatique) et les connaissances de base nécessaires à la géomatique appliquée.

 

Tu auras les cours obligatoires suivants : mathématiques du géomaticien, éléments de bases de données, biométrie, géopositionnement, travaux pratiques de géopositionnement, principes de cartographie, logiciels et travaux pratiques de CAO (conception assistée par ordinateur), principes de géomatique, logiciels et travaux pratiques de systèmes d'information géographique SIG, principes de télédétection, travaux pratiques de la physique de la télédétection et écologie générale. Enfin,, tu réaliseras ton premier stage en milieu de travail au cours du trimestre d'été (si tu as choisi la formule coopérative;

 

Au cours de la deuxième année; tu acquerras les connaissances sur les différents méthodes et techniques utilisées en géomatique et leurs différentes applications dans le domaine de l'environnement. Enfin, tu seras initié(e) aux réalités du marché du travail en participant au processus d'élaboration d'un projet en géomatique dans le cadre du stage (régime coopératif).

 

Tu auras les cours suivants : géo-informatique 1, traitement analogique et numérique d'images, logiciels et travaux pratiques en traitement d'images, conception et exploitation de bases de données, écosystèmes terrestres, écosystèmes aquatiques, bassins versants, travaux pratiques en bases de données, modélisation et analyse spatiale, travaux pratiques en analyse spatiale, analyse de cartes et photos, travaux pratiques en analyse de cartes et photos, géomatique sur Internet, ainsi qu'un cours optionnel parmi les suivants : biométrie assistée par ordinateur, chimie de l'environnement, écologie végétale, écologie animale ou écologie internationale et enfin, tu réaliseras ton second stage en milieu de travail en t'initiant sur l'utilisation des méthodes et techniques dans un projet réel (si tu as choisi la formule coopérative);

 

Au cours de la troisième année; tu intègreras les connaissances théoriques et pratiques au cours des années précédentes et tu te familiariseras avec les concepts de montage de projet, les appliqueras dans le cadre de projets et tu apprendras à concevoir et rédiger une proposition de projet axée sur l'utilisation de la géomatique appliquée.

 

Enfin, tu participeras à la réalisation à toutes les étapes d'un projet réel en géomatique dans le cadre du dernier stage en milieu de travail  (si tu as choisi la formule coopérative).

 

Tu devras suivre les cours suivants : télédétection avancée, principes d'aménagement et d'études d'impacts, géographie du transport, géo-informatique 2 ou analyse et programmation, projet en géomatique appliquée 1, un cours optionnel parmi les suivants (conservation et gestion des ressources, introduction à l'océanographie ou climatologie et changements globaux et locaux), un ou deux cours optionnel(s) parmi les suivants (biométrie assistée par ordinateur, chimie de l'environnement, écologie animale, écologie végétale, écologie internationale, économie environnementale, milieux polaires, dynamique des milieux physiques), projet en géomatique appliquée 2, ainsi que le projet en géomatique appliquée 3.

 

Enfin, si tu choisis le cheminement en régime coopératif, tu réaliseras le dernier stage de 3 ou 4 mois en milieu de travail (au cours du trimestre d'automne).

 

Pour plus de détails, consulte le vidéo suivant :

Le Baccalauréat spécialisé en développement durable et zone côtière B.D.D..Z.C. offert à Moncton, campus de Shippagan a une durée totale de 4 ans offert à temps complet en régime régulier ou en régime coopératif (peut être réduit de 2 à 3 ans avec les reconnaissances d'acquis pour titulaires du DEC en techniques de bioécologie), mais peut aussi être suivi à temps partiel.

 

Il vise à former des professionnels dans le développement de projets de nature économique et des besoins sociaux, en évaluations environnementales et en aménagement durable et en préservation des ressources naturelles des régions situées en zone côtière.

 

Plusieurs carrières sont envisageables : au sein d'organismes gouvernementaux fédéraux et provinciaux, d'organismes en protection de l'environnement et conservation des ressources naturelles, les organismes écotouristiques, les parcs nationaux et provinciaux, les administrations municipales et régionales, les administrations portuaires, les firmes de consultants en aménagement, les sociétés de génie conseil, etc.

 

C'est un programme multidisciplinaire unique au Canda couvrant les domaines de la biologie, l'environnement, des sciences naturelles, de la géographie, de l'économie, de la gestion, de la science politique et de la sociologie.

 

Tu auras les cours obligatoires suivants : introduction au développement durable, introduction à la sociologie, introduction à la biologie 1 caractéristiques physiques des zones côtières, introduction à la chimie 1A ou chimie générale 1A, introduction à la biologie 2, introduction à l'économie, science politique 1, écosystèmes côtiers 1, enjeux sociaux et zone côtière, méthodologie de la recherche en développement durable, statistique descriptive, développement et zone côtière, systèmes d'information géographique SIG et zone côtière, éthique et environnement, principes d'administration publique, gestion intégrée des zones côtières 1, activités en zone côtière, politique et règlementation en zone côtière, écosystèmes côtiers 2, évaluation d'impacts et risques, gestion de conflits et animation, gestion intégrée des zones côtières 2, ainsi que gestion de projet de développement d'une zone côtière;

 

Tu devras également choisir 1 cours optionnel parmi les suivants : économie du développement, gestion documentaire, le milieu humain, dynamique des milieux naturels, introduction aux mathématiques d'affaires ou veille stratégique;

 

Ainsi que choisir 5 cours optionnels parmi une liste proposée (aquaculture, pollution et zone côtière, écophysiologie des animaux marins, conservation des milieux sensible, politique et règlementation en zone côtière 2, gestion des ressources halieutiques, socioéconomie des pêches, patrimoine culturel, récréation et tourisme en zone côtière ou projet en gestion de zone côtière).

 

Pour plus de détails, consulte le vidéo suivant :

Le Baccalauréat avec double majeure en géographie physique et géomatique B.Sc. offert à Ottawa a une durée totale de 4 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel ou en régime coopératif à temps complet offert en formation bilingue.

 

Ce nouveau programme vise à former des professionnels spécialisés dans l'étude de problèmes environnementaux tels que l'érosion côtière, les inondations répétitives ou la perte d'habitat en utilisant des technologies géospatiales (drones, GPS, systèmes d'information géographique, imagerie satellitaire, analyse spatiale, télédétection, etc).

 

Par des sorties sur le terrain, des laboratoires, des études cas, des simulations, des excursions à différents endroits dans le Nord canadien; tu pourras intégrer tes connaissances pour réaliser des projets d'intervention environnementale réels et par des stages en milieu de travail.

 

Au cours de la première année; tu acquerras des connaissances fondamentales nécessaires aux sciences géographiques.

 

Tu devras suivre les cours suivants : l'environnement physique, introduction à l'informatique 1, calcul différentiel et intégral 1 ou calcul différentiel et intégral pour les sciences de la vie 1,calcul différentiel et intégral 2 ou calcul différentiel et intégral pour les sciences de la vie 2, ainsi que 3 cours optionnels parmi les suivants : introduction à la biologie des organismes, principes de chimie, introduction aux systèmes terrestres, introduction aux matériaux terrestres ou principes de physique.

 

Au cours de la deuxième année; tu acquerras des connaissances dans les différents domaines d'application des sciences géographiques et des principes de base de la géomatique.

 

Tu devras suivre les cours suivants : camps d'automne 1 (une semaine de travail sur le terrain avant le début du semestre d'automne dans une localité hors d'Ottawa, généralement dans le nord de l'Ontario), géomorphologie, climatologie et introduction à la géomatique;

 

Au cours de la troisième année; tu acquerras des connaissances sur les différents méthodes et technologies utilisées en géomatique, des connaissances complémentaires dans différents domaines de la géographie physique.

 

Tu devras suivre les cours suivants : systèmes d'information géographique SIG, télédétection, ainsi que 5 cours optionnels parmi une liste proposée (ex : biogéographie, changements climatiques, géomorphologie avancée, hydrologie, environnements pergélisols, paléographie du quaternaire, paléoenvironnements du quaternaire, étude de terrain, étude de terrain dans le Nord, glaciologie, etc.).

 

Au cours de la quatrième année; tu pourras intégrer les connaissances acquises par des activités de recherche sur le terrain.

 

Tu devras suivre les activités suivantes : géomatique avancée, une activité parmi les suivante (étude sur le terrain, étude sur le terrain dans le Nord, campus d'automne en géographie physique ou glaciologie) et enfin, tu réaliseras un projet d'intervention en géographique physique par l'utilisation d'une ou plusieurs technologies géomatiques.

 

Le Baccalauréat spécialisé en géographie B.Sc.offert à l'UQAR a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel.

 

Intégrant les sciences naturelles et humaines et les technologies géospatiales, ce programme s’intéresse aussi à tous les aspects de la gestion intégrée des territoires et de leurs ressources.

 

L'un des programmes les plus complets en géographie physique au Québec, il est fortement axé sur la pratique puisque la majorité des cours comportent des excursions et des sorties sur le terrain. En effet, l'UQAR offre le seul programme de baccalauréat en géographie au Québec dispensant 3 heures théoriques pour 3 heures de laboratoire dans près de 70 % de ses cours.

 

De plus, tu seras familiarisé(e) à la géographie dès le premier trimestre dans le cadre d'un premier stage en milieu de travail.

 

La proximité de la mer, du plateau appalachien et de ses hautes terres, du littoral et de nombreux sites naturels (parcs provinciaux et fédéraux, canyons, grottes, etc.) favorisent grandement l’apprentissage sur le terrain, tout autant que les paysages urbains et ruraux.

 

Au cours de la première année; tu te familiariseras avec les concepts et les principes de base de la géographie physique et environnementale.

 

Tu devras suivre les cours suivants : cartes et photographies aériennes : notions de base, le géosystème planétaire, géographie quantitative 1, le Système monde et phénomène de pouvoir, stage 1 : problèmes, méthodes et instruments de la géographie (1 semaine d'excursions sur le terrain au cours du trimestre d'automne), l'homme et l'environnement : de la préhistoire à nos jours, géologie et géomorphologie structurale, géographie du Québec maritime, systèmes d'information géographique SIG, introduction aux risques naturels, aux changements environnements et à leurs conséquences;

 

Au cours de la deuxième année et de la troisième année; tu acquerras les connaissances nécessaires à l'aménagement, à la conservation et la mise en valeur des environnements géographiques en lien avec la concentration choisie.

 

Tu devras choisir parmi l'une des concentrations suivantes :

 

écogéographie; s’intéresse au fonctionnement des écosystèmes afin de contribuer à la gestion, à la protection et à la mise en valeur des habitats et de leurs ressources.

 

Au cours de la deuxième année; tu devras suivre les cours suivants : écologie générale, climatologie, aménagement du territoire, introduction aux systèmes d'observation de la terre par télédétection, stage 2 : terrain et laboratoire en géographie (1 semaine d'excursions sur le terrain + court projet de recherche fondamentale ou appliquée en écogéographie au cours du trimestre d'automne), biologie végétale, organismes et moyens de gestion de l'aménagement, géosystème planétaire 2 : cycles biogéochimiques,

 

1 cours optionnel en biologie parmi une liste proposée (ex : invertébrés, évolution et diversité des chordés, biologie et écologie des arthropodes aquatiques, écologie marine, ichtyologie, mammologie, ornithologie, fonctionnement des écosystèmes marins, etc.),

 

ainsi qu'un cours optionnel en géographie physique parmi une liste proposée (ex : géographie rurale, glaciers/glaciation et mers postglaciaires, géosystèmes tempérés et boréaux, géosystèmes nordiques, géomorphologie et dynamique côtière, géomorphologie et dynamique des versants, photo-interprétation environnementale, etc.);

 

Au cours de la troisième année; tu devras suivre les cours suivants : diversité des plantes terrestres, écologie des eaux douces, biogéographie, stage 3 : gestion intégrée de l'environnement (Étude de cas concrets sur le terrain + réalisation d'une communication scientifique en lien avec l'écogéographie avec rapport soumis à un organisme reconnu), télédétection et géomatique environnementale,

 

2 ou 3 cours optionnels en biologie parmi une liste proposée (ex : conservation des ressources, dynamique et gestion des écosystèmes terrestres, gestion de la faune terrestre, gestion de la faune aquatique, exploitation/altération et protection des océans, inventaire et analyse des populations animales,, invertébrés, évolution et diversité des chordés, biologie et écologie des arthropodes aquatiques, écologie marine, ichtyologie, mammologie, ornithologie, fonctionnement des écosystèmes marins, etc.),

 

2 ou 3 cours optionnels en géographie physique parmi une liste proposée (ex : stage en géographie de l'Est du Québec, gestion intégré des bassins versants, reconstitutions paléoenvironnementales : théories et méthodes, développement durable : de l'échelle locale à l'échelle globale, mise en valeur et protection des ressources, géographie rurale, glaciers/glaciation et mers postglaciaires, géosystèmes tempérés et boréaux, géosystèmes nordiques, géomorphologie et dynamique côtière, géomorphologie et dynamique des versants, photo-interprétation environnementale, etc.);

 

1 cours optionnel d'enrichissement dans une discipline connexe à la géographie (ex : stage en pratique en archéologie, géologie et sédimentologie marine, programmation orientée objet, techniques générales de laboratoire en chimie de l'environnement, paléo-océanographie et paléoclimatologie ou l'un des cours optionnel de la liste en écologie, etc.);

 

Enfin, tu devras rédiger un projet de recherche de fin d'études en géographie (mémoire de baccalauréat) dans un domaine de recherche en lien avec l'écogéographie OU réaliser un stage de fin d'études en milieu de travail en géographie en lien avec l'écogéographie d'une durée de 140 heures (4 semaines à temps complet).

 

aménagement du territoire et développement durable; est orientée vers l'analyse des conditions de vie des individus et une utilisation plus harmonieuse et équitable des ressources et des espaces aménagés.

 

Au cours de la deuxième année; tu devras suivre les cours suivants : aménagement du territoire, introduction aux systèmes d'observation de la terre par télédétection, urbanités et dynamiques territoriales, climatologie, stage 2 : terrain et laboratoire en géographie (1 semaine d'excursions sur le terrain + court projet de recherche fondamentale ou appliquée en aménagement durable du territoire au cours du trimestre d'automne), géographie rurale, mise en valeur et protection des ressources, les organismes et moyens de gestion de l'aménagement;

 

1 cours optionnel en géomorphologie parmi une liste proposée (géomorphologie et dynamique côtière, géomorphologie et dynamique des versants, géomorphologie et dynamique fluviale ou les montagnes : géodynamique, risques naturels et aménagement);

 

ainsi qu'1 cours optionnel en géographie culturelle et patrimoniale (ex : géographie sociale et culturelle, géoarchéologie et archéogéographie, le patrimoine québécois et sa mise en valeur, théories et méthodes de l'archéologie, stage pratique en archéologie, université d'été en patrimoine, etc.);

 

OU 1 cours optionnel en géographie physique (ex : les montagnes : géodynamique, risques naturels et aménagement, géosystèmes tempérés et boréaux, géosystèmes nordiques, climatologie appliquée, disparités sociales et inégalités de développement, grands fleuves du monde, stage en géographie de l'Est du Québec, etc.).

 

Au cours de la troisième année; tu devras suivre les cours suivants : biogéographie, géographie économique, stage 3 : gestion intégrée de l'environnement (étude de cas concrets sur le terrain + réalisation d'une communication scientifique en lien avec l'aménagement durable du territoire avec rapport soumis à un organisme reconnu), développement durable : de l'échelle locale à l'échelle globale, gestion et prévention des risques naturels, télédétection et géomatique environnementale et séminaire d'étude régionale;

 

1 cours optionnel en géographie physique parmi une liste proposée (ex : gestion intégrée des bassins versants, gestion intégrée des zones côtières, reconstitutions paléoenvironnementales : théories et méthodes, développement durable : de l'échelle locale à l'échelle globale, mise en valeur et protection des ressources, géographie rurale, glaciers/glaciation et mers postglaciaires, géosystèmes tempérés et boréaux, géosystèmes nordiques, géomorphologie et dynamique côtière, géomorphologie et dynamique des versants, photo-interprétation environnementale, transports et communication, stage en géographie de l'Est du Québec, etc.);

 

OU 1 cours optionnel en géographie culturelle et patrimoniale (ex : géographie sociale et culturelle, géoarchéologie et archéogéographie, le patrimoine québécois et sa mise en valeur, théories et méthodes de l'archéologie, stage pratique en archéologie, université d'été en patrimoine, etc.);

 

1 cours optionnel d'enrichissement dans une discipline connexe à la géographie (ex : stage en pratique en archéologie, géologie et sédimentologie marine, programmation orientée objet, techniques générales de laboratoire en chimie de l'environnement, paléo-océanographie et paléoclimatologie, théories et méthodes en archéologie, le patrimoine québécois et sa mise en valeur, stage pratique en archéologie, université d'été en patrimoine, etc.);

 

Enfin, tu devras rédiger un projet de recherche de fin d'études en géographie (mémoire de baccalauréat) dans un domaine de recherche en lien avec l'aménagement durable du territoire OU réaliser un stage de fin d'études en milieu de travail en géographie en lien avec l'aménagement durable du territoire d'une durée de 140 heures (4 semaines à temps complet).

 

environnement, géomorphologie et risques naturels; se penche sur l’organisation et le fonctionnement de l’environnement dans le but de mieux gérer les espaces naturels et aménagés, notamment face aux risques naturels.

 

Au cours de la deuxième année; tu devras suivre les cours suivants : aménagement du territoire, climatologie, introduction aux systèmes d'observation de la terre par télédétection, glacier, glaciation et mers postglaciaires, stage 2 : terrain et laboratoire en géographie (1 semaine d'excursions sur le terrain + court projet de recherche fondamentale ou appliquée en géomorphologie et risques naturels au cours du trimestre d'automne), géomorphologie et dynamique côtière, géomorphologie et dynamique des bassins versants, géomorphologie et dynamique fluviale, Vulnérabilités et résilience aux aléas naturels et changements environnementaux, ainsi que les organismes et moyens de gestion de l'aménagement.

 

Au cours de la troisième année; tu devras suivre les cours suivants : biogéographie, gestion intégrée des bassins versants, gestion intégrée des zones côtières, stage 3 : gestion intégrée de l'environnement (étude de cas concrets sur le terrain + réalisation d'une communication scientifique en lien avec la géomorphologie et risques naturels avec rapport soumis à un organisme reconnu), les montagnes : géodynamique, risques naturels et aménagement, gestion et prévention des risques naturels, télédétection et géomatique environnementale;

 

1 cours optionnel en géographie physique parmi une liste proposée (ex : écosystèmes tempérés et boréaux, écosystèmes nordiques, risques sismiques et volcaniques, photo-interprétation environnementale, transports et communications, mise en valeur et protection des ressources, climatologie appliquée, géographie rurale, urbanités et dynamique territoriale, systèmes d'information géographiques SIG 2, stage en géographie de l'Est du Québec, etc.);

 

1 cours optionnel d'enrichissement dans une discipline connexe à la géographie (ex : stage en pratique en archéologie, géologie et sédimentologie marine, programmation orientée objet, techniques générales de laboratoire en chimie de l'environnement, paléo-océanographie et paléoclimatologie, théories et méthodes en archéologie, le patrimoine québécois et sa mise en valeur, stage pratique en archéologie, université d'été en patrimoine, etc.);

 

Enfin, tu devras rédiger un projet de recherche de fin d'études en géographie (mémoire de baccalauréat) dans un domaine de recherche en lien avec la géomorphologie et risques naturels OU réaliser un stage de fin d'études en milieu de travail en géographie en lien avec la géomorphologie et risques naturels d'une durée de 140 heures (4 semaines à temps complet).

 

environnement marin; est axée sur la gestion intégrée des zones côtières, ainsi que le fonctionnement et la mise en valeur des écosystèmes côtiers et marins.

 

Au cours de la deuxième année; tu devras suivre les cours suivants : écologie générale, climatologie, introduction aux systèmes d'observation de la terre par télédétection,  stage 2 : terrain et laboratoire en géographie (1 semaine d'excursions sur le terrain + court projet de recherche fondamentale ou appliquée en environnement marin au cours du trimestre d'automne), milieu marin, géomorphologie et dynamique côtière, géomorphologie et dynamique fluviale, géosystème planétaire II: cycles biogéochimiques, géologie et sédimentologie marine ou paléo-océanographie et paléoclimatologie.

 

Au cours de la troisième année; tu devras suivre les cours suivants : écologie marine, aménagement du territoire, gestion intégrée des zones côtières, stage 3 : gestion intégrée de l'environnement (étude de cas concrets sur le terrain + réalisation d'une communication scientifique en lien avec l'environnement marin avec rapport soumis à un organisme reconnu), les organismes et moyens de gestion de l'aménagement, télédétection et géomatique environnementale,  géologie et sédimentologie marine ou paléo-océanographie et paléoclimatologie;

 

1 cours optionnel en géographie physique parmi une liste proposée (ex : géomorphologie et dynamique des versants, géosystèmes tempérés et boréaux, géosystèmes nordiques, biogéographie, mise en valeur et protection des ressources, gestion et prévention des risques naturels, gestion intégrée des bassins versants, grands fleuves du monde, séminaire d'étude régionale de l'environnement marin, stage en géographie maritime de l'Est du Québec, etc.);

 

1 cours optionnel d'enrichissement dans une discipline connexe à la géographie (ex : fonctionnement des écosystèmes marins, exploitation, altération et protection des océans, structure moléculaire du vivant, cartographie des océans et géomatique marine, chimie des environnements aquatiques, géochimie : cycles et bilans, méthodes d'analyse en chimie organique, écologie des eaux douces, gestion de la faune aquatique, théories et méthodes de l'archéologie, stage pratique en archéologie, etc.);

 

Enfin, tu devras rédiger un projet de recherche de fin d'études en géographie (mémoire de baccalauréat) dans un domaine de recherche en lien avec l'environnement marin OU réaliser un stage de fin d'études en milieu de travail en géographie en lien avec l'environnement marin d'une durée de 140 heures (4 semaines à temps complet).

 

Pour plus de détails, consulte les vidéos suivants :

Le Baccalauréat spécialisé en géographie environnementale (ou Baccalauréat spécialisé en géographie avec concentration en géographie environnementale) B.Sc. offert à Montréal, Concordia, UQTR, Mcgill et Laval; a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel dans la plupart des universités.

 

Ce programme se situe à la jonction des sciences naturelles et des sciences sociales principalement axé sur les dimensions humaines et physiques enjeux contemporains de l’environnement et du développement durable.

 

Tu y apprendras les méthodes et outils utilisés sur le marché du travail afin de résoudre des problèmes environnementaux et de gérer des projets d'intervention géographique tels que la modélisation, la photo-interprétation et la télédétection, , en plus de la formation axée sur la cartographie, la géo-informatique, les systèmes d'information géographique et les statistiques centrées sur l'environnement.

 

Tu y effectueras des travaux pratiques en laboratoire, des sorties sur le terrain (en milieu urbain, en milieu rural, en milieu forestier, en milieu marin, en montagne, etc.) et des excursions ou voyages d'études un peu partout au Québec et parfois, ailleurs au Canada ou même à l'étranger.

 

Dans la plupart des universités, tu pourras rédiger un projet de recherche et/ou réaliser un stage en milieu de travail et/ou un stage dans un laboratoire de recherche dans le domaine de ton choix en géographie environnementale.

 

De plus, l'U.Q.T.R. propose des groupes ayant une taille limitée permettant un enseignement beaucoup plus personnalisé et un meilleur encadrement par les professeurs. La dynamique des discussions en classe, des travaux en équipe, des travaux pratiques en laboratoire, des sorties sur le terrain et des excusions est plus grande compte de la petite taille des groupes.

 

Pour plus de détails, consulte le vidéo suivant :

 l'Université de Montréal propose le choix entre un cheminement régulier préparant à intégrer directement le marché du travail avec possibilité d'un stage de fin d'études facultatif OU d'un cheminement honor préparant aux études supérieures avec la possibilité de réaliser un stage de recherche de fin d'études et/ou un projet de recherche de fin d'études;

 

 l'Université Concordia propose la formule en régime coopératif permettant de réaliser 3 stages rémunérés en milieu de travail d'une durée de 3 à 4 mois chacun.

 

 l'Université Laval propose le choix la concentration en géographie physique et environnement naturel et la concentration en sciences de l'information géographique dans le cadre de son Baccalauréat en géographie (après un tronc commun d'1 année) avec possibilité de réaliser un stage de fin d'études et/ou un projet de recherche de fin d'études.

 

Enfin, l'Université Mcgill propose quant à elle, un programme de géographie physique plutôt généraliste sans concentration qui touche à la géographie environnementale, mais également aux autres domaines de la géographie physique tels que la géomorphologie, l'hydrologie, la climatologie, la météorologie, la pédologie, l'océanographie, etc. avec la possibilité de réaliser un projet de recherche de fin d'études.

 

Au cours de la première année; tu seras familiarisé(e) avec les fondements de la géographie, les connaissances élémentaires dans les principaux domaines de la géographie physique et de la géographie environnementale et tu seras sensibilisé(e) aux enjeux environnementaux contemporains.

 

Tu auras des cours tels que : introduction au système Terre, introduction à la cartographie, développement durable et environnement, géomorphologie, l'espace rural, l'espace urbain, géographie et aménagement du territoire, introduction à l'environnement, méthodologie de travail en géographie.

 

Au cours de la deuxième année; tu seras familiarisé(e) avec les différentes problématiques environnementales, tu acquerras des connaissances sur les méthodes et outils géographiques et géomatiques permettant d'y collecter des données et de les analyser afin d'y trouver des solutions.

 

Tu auras des cours tels que : statistiques appliquées à la géographie environnementale, géographie des ressources naturelles, changements environnementaux, géographie de la santé et de l'environnement, l'environnement naturel : air et eau, l'environnement naturel : terre et vie, techniques quantitatives d'analyse spatiale, introduction aux systèmes d'information géographique, laboratoire de cartographie, photographies aériennes et photo-interprétation, analyse d'images de télédétection, etc.

 

Au cours de la troisiième année; tu apprendras à intégrer les connaissances acquises par la réalisation de projets en géographie environnementale et tu acquerras des connaissances complémentaires dans les différents domaines de la géographie et dans les disciplines connexes.

 

Tu auras des cours tels que : géomatique environnementale avancée, études d'impacts sur l'environnement, projet en géographie environnementale et un choix de cours optionnels en géographie parmi des listes proposées (ex : systèmes d'information géographique 2 : analyse spatiale, télédétection numérique, géographie des océans, géographie des paysages, géographie des transports, géographie rurale, géographie urbaine, géographie et évaluation environnementale, géographie des plantes et des sols, agriculture urbaine, biogéographie, écogéographie, géomorphologie, climatologie, hydrologie, gestion intégrée de l'eau par bassin versant, catastrophes et risques naturels, pédologie, biogéochimie environnemental, télédétection appliquée à l'environnement, terrain en environnement physique, etc.);

 

ainsi qu'un choix de cours optionnels dans les disciplines connexes (ex : écologie générale, diversité du monde végétal, éléments de géologie, géopolitique et enjeux alimentaires du développement, anthropologie urbaine, floristique du Québec, océanographie générale, introduction à la chimie de l'environnement, écotoxicologie, éthique et politique de l'environnement, région et développement, urbanisme et mobilité, histoire de l'environnement, politiques environnementales, sociologie de l'environnement, etc.).

 

note : le nom et le contenu des cours et le cheminement-type par année peuvent varier d'une université à une autre.

 

Le Baccalauréat avec double majeure en physique et géophysique B.Sc. offert à McGill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet. Ce programme combine la formation en physique avec une formation en géographie physique.

 

La résolution de problèmes ou la compréhension de phénomènes en sciences de l'atmosphère et en sciences de la terre sont souvent complexes et nécessite une solide formation en physique comme le cycle de l'eau des mouvements océaniques, la stabilité thermique de l'air, la pression atmosphérique, les séismes, les mécanismes d'action des volcans, les forces des ouragans et des cyclones, les prévisions météorologiques, etc;

 

Après avoir complété des études supérieures en océanographie, biogéosciences de l'environnement, sciences de l'atmosphère, sciences de la terre, sciences de l'eau, géophysique, physique (astronomie ou astrophysique) ou en sciences spatiales, il prépare à une carrière dans les domaines aménagement du territoire, les centres de surveillance des séismes et catastrophes naturelles ou des services de surveillance des glaces et des océans des gouvernements, etc et enfin, les industries minières pourraient également avoir besoin de ton expertise;

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : calcul 3, algèbre linéaire, géologie structurale 1, introduction à la minéralogie, méthodes expérimentales en physique 1, calcul avancé, dynamique des systèmes simples, transfert de chaleur, méthodes expérimentales en physique 2, sorties sur le terrain en géologie (au printemps), équations différentielles ordinaires, physique terrestre élémentaire, structure de la Terre et séismes, introduction aux équations différentielles partielles, électricité et magnétisme avancé, laboratoires de mesures en physique générale, géodynamique et géomagnétisme, physique thermique et statistique, ondes électromagnétiques avancées, physique des fluides, physique quantique avancée et sujets spéciaux en mécanique classique.

 

Le Baccalauréat avec majeure en géographie B.A. ou B.Sc. offert par plusieurs universités a une durée de 2 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Ce programme est destiné à ceux et celles qui désirent obtenir une formation sur différents secteurs d’études de la géographie, mais en complétant leurs études par une discipline connexe (mineure) d’une durée d’1 an. La plus grande partie de ce programme est identique au baccalauréat spécialisé, mais à partir de la 3e année tu devras choisir un programme de mineure par celles offertes par l’université (ex : anthropologie, démographie, sociologie, archéologie, histoire, économique, statistiques, mathématiques, informatique, etc).

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Après avoir terminé tes études au baccalauréat en géographie physique ou en géophysique, il te sera possible soit de te diriger vers le marché du travail ou de tes études ou de poursuivre tes études au niveau des études supérieures, notamment dans le cadre d’un programme de maîtrise. Pour plus de détails de détails, consulte la page sur les études supérieures en sciences pures et appliquées.

 

Note : consulte également la page suivante où des organismes de recherches en géographie et géophysique ont été répertoriés.

 

Si tu désires enseigner les sciences au secondaire (notamment les sciences physiques), il est possible d'entreprendre des études au niveau de la maîtrise en enseignement secondaire avec concentration en sciences et technologie offerte dans les universités suivantes :

 

Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Université Mcgill, UQAM et U.Q.T.R.


Ces programmes permettent d'obtenir le permis d'enseignement délivré par le Ministère de l'Éducation du Québec.

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur de sciences et technologie

 

Si tu désires enseigner la géographie au collégial, il est possible d'entreprendre des études au niveau du 2e cycle dans l'un des programmes suivants :

 

maîtrise enseignement collégial offerte à Sherbrooke (aussi offert en ligne),

maîtrise en éducation - concentration en didactique offerte à l'UQAM,

maîtrise en didactique offerte à Montréal,

maîtrise en didactique (concentration en didactique de l'univers social) offerte à Laval,

maîtrise en éducation-didactique offerte à U.Q.T.R.,

D.E.S.S. en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
D.E.S.S. en enseigement collégial offert à Laval,
D.E.S.S. en enseignement collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. en éducation et formation des adultes offert à l'UQAM,
Certificat d'études supérieures en enseignement post-secondaire offert à Ottawa,
Microprogramme en formation à l'enseignement post-secondaire à Montréal (voir aussi la page suivante),
Microprogramme en formation initiale en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Microprogramme en insertion professionnelle en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Graduate Certificate in College Teaching offert à Sherbrooke,

Programme court en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à l’UQAM,
Programme en court en intervention éducative - concentration au collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat),

Microprogramme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat)

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur au collégial

 

Si tu désires enseigner la géographie, la géomatique ou les sciences de la terre à l'université, tu devras compléter un doctorat + une formation post-doctorale au sein d'un centre de recherche en lien avec le champ d'expertise de ton choix. Pour plus de détails, consulte la page de professeur d'université.

 

La Maîtrise en biogéosciences de l'environnement (M.Sc.) offerte à Laval (avec essai, voir aussi la page suivante) a une durée totale de 2 ans offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Ce programme multidisciplinaire porte sur la gestion intégrée de l’environnement pour un développement durable des ressources  en permettant d'intégrer globalement des connaissances dans quatre champs d'activité des sciences biologiques, des sciences de la Terre, des sciences géomatiques et des sciences géographiques Elle comporte des cours obligatoires sur les méthodes de gestion intégrée des ressources et de l'espace, pratiques de gestion intégrée des ressources et de l'espace, un choix de plusieurs cours optionnels dans diverses disciplines (biologie, sciences de la terre, sciences géographiques et sciences géomatiques), ainsi que la rédaction d'un essai sur une problématique ou un sujet d'intérêt multidisciplinaire en biogéosciences de l'environnement).

 

La Maîtrise en gestion des ressources maritimes - concentration gestion de l'environnement côtier et marin (M.Sc.) offerte par l’UQAR profil avec mémoire a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel et le profil axé sur les cours a une durée totale de 2 ans offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Ce programme notamment aux titulaires d'une formation scientifique (géographie physique, biologie, chimie, génie, sciences de l'environnement, etc), vise à te fournir les compétences multidisciplinaires approfondies nécessaires pour analyser et prendre des décisions en gestion intégrée des activités et des opérations d'une organisation du secteur maritime dans une perspective de développement durable Tu pourras travailler par exemple au sein d'une administration portuaire, d'une compagnie de transport maritime, d'une firme d'aménagement maritime, d'une société d'ingénieurs spécialisés dans le domaine maritime, à Pêches & Océans Canada, etc).

 

Dans le cheminement axé sur la recherche; tu auras les cours suivants : épistémologie et méthodologie en gestion des ressources maritimes, séminaires et sujets spéciaux en gestion des ressources maritimes, un choix de 4 cours optionnels parmi 16 cours proposés en géographie, gestion et économique, mais la plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche de recherche appelé « mémoire de maîtrise » dans un domaine spécifique de recherche relié à la gestion de l'environnement côtier marin tels que : comanagement dans la gestion des zones côtières et des ressources naturelles, gestion publique des littoraux, gestion environnementale et gestion des ressources naturelles dans les pays en voie de développement, etc.

 

La Maîtrise en océanographie (avec mémoire) M.Sc. offert par l'UQAR a une durée totale d’1 an offert à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Ce programme a pour objectif de fournir une formation spécialisée et poussée sur l’étude des milieux marins (côtiers, estuariens et océaniques), ainsi que les interactions physiques, biologiques, chimiques et géologiques de ces systèmes marins. Tu auras à réaliser un projet de recherche appelé « mémoire » dans l’un des principaux champs de recherche de l’océanographie et généralement relié à ta discipline de 1er cycle :

 

océanographie physique (hydrodynamique, modélisation numérique, climatologie des océans, changements atmosphériques et les océans, hydrodynamique, couplage physique-biologie, océanographie et acoustique, etc);

 

océanographie biologique (écotoxicologie marine, écologie des pêches, aquaculture, dynamique des populations, écophysiologie du plancton, écologie des milieux polaires, bactériologie marine, écophysiologie des invertébrés, reproduction des espèces marines, etc);

 

océanographie géologique (paléocéanographie, géologie des glaces, géoscience du quaternaire, sédimentologie marine, paléoclimatologie, etc);

 

océanographie chimique (pollution marine, matière organique, géochimie aquatique, gaz traces dans les eaux naturelles, chromatographe, produits naturels d’importance biomédicale ou environnementale, etc).

 

La Maîtrise en sciences de l'eau (M.Sc.) offerte à l'I.N.R.S. (avec mémoire) une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel et et I.N.R.S. (avec projets et stage en milieu de travail) a une durée totale de 2 ans offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Ce programme vise à approfondir les connaissances multidisciplinaires nécessaires à l’étude des problématiques environnementales reliées à l'eau.

 

Le profil avec stage comporte les cours obligatoires suivants : mathématiques appliquées aux sciences de l'eau, méthodologie de la recherche en sciences de l'eau et/ou séminaire de recherche en sciences de l'eau, statistique d'échantillonage et de suivi, hydrologie, limnologie : eaux lacustres et eaux courantes, stage intensif sur le terrain, introduction au droit de l'eau et de l'environnement, échantillonnage et suivi environnental, gestion de projet en eau et environnement, recherche bibliographique, un choix de plusieurs cours optionnels en lien avec les sciences de l'eau, ainsi que la réalisation d'un stage professionnel de 3 mois a temps complet en milieu de travail.

 

Le profil avec mémoire comporte les cours obligatoires suivants : mathématiques appliquées aux sciences de l'eau, méthodologie de la recherche en sciences de l'eau, séminaire de recherche en sciences de l'eau, hydrologie, limnologie : eaux lacustres et eaux courantes, stage intensif sur le terrain, ainsi que quelques cours optionnels en lien avec les sciences de l'eau. La plus grande partie du programme est consacré à la réalisation d’un projet de recherche appelé « mémoire de maîtrise » sur un champ de recherche spécifique en sciences de l’eau.

 

La Maîtrise en sciences de l’environnement M.Sc. a une durée totale d’1½ ans à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Ce programme multidisciplinaire vise à te fournir les compétences nécessaires à analyser, évaluer, gérer et résoudre des problèmes environnementaux. Tu pourras choisir entre les 2 cheminements offerts :

 

-         Cheminement axé sur la recherche : comporte des cours sur les problématiques environnementaux, méthodologie de la recherche en sc de l’environnement, séminaire de recherche en sciences de l’environnement, ainsi que quelques cours optionnels parmi des listes proposées (provenant de diverses disciplines comme la chimie, la biologie, la géologie, la géographie, le génie, droit, économique, etc). La plus grande partie du programme est consacré à la réalisation d’un projet de recherche appelé « mémoire de maîtrise » sur un champ de recherche spécifique en sciences de l’environnement.

 

-         Cheminement axé sur la pratique professionnelle :  comporte des cours sur les problématiques environnementaux, méthodologie de la recherche en sc de l’environnement, un stage professionnel relié à l’environnement, ainsi que plusieurs cours optionnels parmi des des listes proposées (provenant de diverses disciplines comme la chimie, la biologie, la géologie, la géographie, le génie, droit, économique, etc).

 

Endroits de formation :

 

Université de Sherbrooke (maîtrise en environnement avec cheminement en gestion de l'environnement avec  ou sans stage offert à Sherbrooke ou Longueuil, cheminement en gestion de l'environnement - profil international avec stage, cheminement en gestion de l'environnement avec essai, cheminement en gestion de l'environnement avec double diplomation conjointement avec l'Université de Technologie Troyes en France, double maîtrise en biologie - concentration en écologie internationale + maîtrise en environnement - cheminement gestion de l'environnement avec stage)

 

UQAM (sans concentration avec mémoire ou avec essai, projet et stage)

 

U.Q.T.R. (sans concentration avec mémoire)

 

Concordia (évaluation environnementale, avec stage de 4 mois et rapport de stage)

 

Montréal (maîtrise individualisée en environnement et développement durable avec stage de 4 mois OU avec travail dirigé)

 

La Maîtrise en sciences de l’atmosphère (ou sciences de l’atmosphère et des océans) M.Sc. offerte à Mcgill et UQÀM a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Elle a pour objectif d’approfondir tes connaissances dans les sciences de l’atmosphère, c’est-à-dire la météorologie, la climatologie et l’hydrologie. Cette formation te permettra de devenir météorologue. Elle comporte des cours en physique de l’atmosphère, couche limite-micrométéorologie, convection et précipitation, laboratoires de travaux pratiques, séminaires de recherche, etc. Tu devras choisir parmi 2 concentrations, soit hydrométéorologie où tu auras des cours en hydrométéorologie et modèles hydrologiques; soit en physique de l’atmosphère où tu auras des cours dynamique de l’atmosphère et synoptique (étude des vents). Ensuite, tu auras à choisir 2 cours optionnels ayant un lien avec ton champ de spécialisation parmi une liste qui te sera proposée. La plus grande partie du programme est toutefois consacrée à la réalisation d’un projet de recherche appelé "mémoire" dans un domaine spécifique de spécialisation en sciences atmosphères.

 

Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances en physique et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisi. Voici quelques exemples de champs de recherche que tu pourras choisir : dynamique de l’atmosphère, météorologie synoptique (vents), climatologie physique, couche limite planétaire, prévisions météorologiques, météorologie de l’environnement, modélisation numérique, météorologie maritime, télédétection, etc.

 

La Maîtrise en sciences de la terre - avec mémoire (M.Sc.) offerte à l'UQAM, Laval, Mcgill, UQAC, I.N.R.S. et Ottawa a une durée totale d’1 an offerte à temps complet, mais peut également être suivie à temps partiel. Ce programme vise à approfondir et perfectionner tes connaissances en géologie et disciplines connexes des sciences de la terre afin de résoudre des problèmes géologiques complexes autant au niveau de la recherche que dans la pratique professionnelle. Elle comporte les cours obligatoires suivants : méthodologie de la recherche en sciences de la terre, séminaire de recherche en sciences de la terre, ainsi que quelques cours optionnels en lien avec tes intérêts et projet de recherche. La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche en sciences de la terre. Ce projet appelé « mémoire de maîtrise » a pour but d’approfondir tes connaissances en sciences de la terre et tout particulièrement dans le champ de spécialisation choisi. Voici quelques exemples de domaines de recherche : gédynamique des ressources, analyse de bassins, géochimie isotopique, géologie du quaternaire, géologie de l'environnement, géosciences de l'environnement, etc.

 

La Maîtrise en géographie ou sciences géographiques M.Sc. ou M.A. offert à Sherbrooke, Mcgill, Laval, Montréal, UQAM, UQAR et Ottawa a une durée totale d’1 an à temps complet, mais peut aussi être suivie à temps partiel. Lors de ce programme, tu pourras te spécialiser dans un secteur spécifique de la géographie comme : etc. Tu auras à suivre un cours en méthodologie de la recherche en géographie, un séminaire de recherche en géographie (présentation de tes recherches aux autres étudiants et professeurs) et tu auras à choisir quelques cours optionnels en géographie ayant un lien avec tes recherches; mais la plus grande partie de ton programme sera consacré à la réalisation, rédaction et présentation d’un projet de recherche  en géographie appelé « mémoire de maîtrise » dans l'un des principaux champs de recherche des sciences géographiques.

 

Enfin, Il existe d’autres programmes d’études connexes qui te seront accessibles. La plupart de ces programmes sont principalement consacrées à la recherche par la réalisation d’un projet de mémoire. Voici quelques exemples de programmes :

-    Baccalauréat en enseignement des sciences et technologies au secondaire, voir la page de professeur en sciences

-    Maîtrise en agroforesterie offerte à Laval

-    Maîtrise en analyse spatiale : programme non offert au Québec, voir la page sur les études supérieures hors-Québec

-    Maîtrise en enseignement au collégial offerte à Sherbrooke

-    Maîtrise en enseignement secondaire (perfectionnement) offerte à Sherbrooke et  UQAM

-    Maîtrise en sciences de l’énergie et des matériaux offert à l'U.Q.T.R.

-    Maîtrise en sciences forestières offerte à Laval

-    Maîtrise en sciences géomatiques offerte à Laval

-        Maîtrise en sols et environnement offerte à Laval

-        Maîtrise en analyse spatiale (formation non offerte au Québec, consulte la page des études supérieures hors-Québec)

-        Maîtrise en astronomie (formation non offerte au Québec, consulte la page des études supérieures hors-Québec)

-         Etc.

EXIGENCE D’ADMISSION :

  • Soit détenir le Baccalauréat international en sciences de la nature
    (toutes les universités)
     

  • Soit détenir un D.E.C. en sciences-arts-lettres (toutes les universités)
     

  • Soit détenir un D.E.C. en sciences de la nature ou en sciences pures et appliquées (toutes les universités)
     

  • Soit détenir un D.E.C. général en sciences informatiques et mathématiques (Laval et Montréal)
     

  • Soit détenir un D.E.C. en technologie de la géodésie ou en technologie de la cartographie (Sherbrooke et Laval)
     

  • Soit détenir tout autre D.E.C. et avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents :

    00UN, 00UQ et 00UP (maths 103, 105 et 203); 00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301); 00UL et 00UL (chimie 101 et 201); 00UK (biologie 301) (Concordia et Mcgill pour tous les programmes, UQAM pour s c de la terre et de l'atmosphère)

    022P (méthodes quantitatives 300) (Laval)

    00UN (maths 103) (Sherbrooke)


    aucun cours préalable exigé (Montréal, UQTR, UQAR, UQAC et UQAM pour géographie)
     

  • Soit avoir réussi au moins 15 crédits universitaires au moment de la demande (de préférence en sciences) (UQAM, UQAR, UQAC)
     

  • Soit être âgé d'au moins 21 ans, posséder les connaissances appropriées et posséder une expérience pertinente d'au moins 1 an dans un domaine relié à la géographie physique (bureau d'urbanisme, d'aménagement, d'ingénieur, ministères fédéraux ou provinciaux, etc.), ou avoir enseigné la géographie pendant au moins un an.
    (UQAM, UQTR, UQAR, UQAC)

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ces programmes

 

Les candidats(es) admissibles (c'est-à-dire détenant les préalables requis) sont généralement admis.

 

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d’automne et d’hiver dans la plupart des universités

 

ENDROITS DE FORMATION :

Qu'est-ce que le régime coopératif (aussi appelé "alternance travail-études") ?

  • Université du Québec à Chicoutimi UQAC
    (Baccalauréat spécialisé en géologie - sans concentration avec projet de fin d'études et/ou stage professionnel crédité);
    offert en régime régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour.

    Voir aussi les passerelles permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie minérale (spécialisation géologie, exploitation ou minéralurgie) de se faire reconnaître jusqu'à 13 crédits.

    Possibilité d'obtenir une bourse d'accueil d'exemption des frais de scolarité pour la première année, accordée aux étudiants(es) en provenant du collégial et admis pour la première fois au Baccalauréat en chimie produits naturels et ayant obtenu un cote R de 26,000 ou plus, voir la page suivante;
    Les classes sont de petite taille et comptent en moyenne 25 à 30 étudiants et les cours de dernière année sont limités à 12 à 15 personnes permettant un enseignement personnalisé un meileure encadrement des professeurs;
    Programme fortement axé sur la pratique (excursions géologiques, laboratoires, sorties et travaux sur terrain, pluiseurs travaux pratiques en laboratoire, projets, séminaires, etc.);

    Comporte plusieurs sorties sur le terrain : camp de planimétrie (levés géotechniques) dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean en première année, travaux hydrologiques dans un réservoir du Saguenay-Lac-Saint-Jean en deuxième année, camp de précambrien et de géologie minière (sites métallifères) en Còte-Nord, Abitibi-Témiscamingue ou Nord-du-Québec en deuxième année, camp de pétrographie et de structure (séjour de 5 jourscartographie géomorphologique dans une région du Québec) en deuxième année, stage en analyse des risques naturels (optionnel) dans une région à risques naturels (ex : Charlevoix pour les tremblements de terre, Saguenay-Lac-Saint-Jean ou Montérégie pour les inondations, etc.) en troisième année, ainsi que plusieurs sorties à la Forêt d'Enseignement et de Recherche Simoncouche de l'UQAC tout au long du programme, etc;

    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles (telles que le : le colloque de vulgarisation scientifique, conférences et séminaires de géologues et de chercheurs sur différents sujets en lien avec les sciences de la terre, visites de sites miniers de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec, etc.);
    Possibilité de participer à des voyages d'études à l’étranger permettant  l’observation de formations géologiques (Îles Canaries, Hawaï, Maroc, etc.);
    Comprend la réalisation d'un un projet de recherche de fin d'études obligatoire dans le domaine de ton choix (sous forme d'un essai et présenté lors d'un séminaire);

    Possibilité de réaliser un court-stage crédité et/ou rédiger un essai en analyse des risques naturels;
    Possibilité de réaliser jusqu'à 2 stages rémunérés facultatifs en milieu professionnel au cours des trimestres d'été.
    Regarde la vidéo promotionnelle du programme
    ;
    Site de l'Unité des sciences de la terre;
    Site du Département des sciences fondamentales.


    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) dans une université partenaire (telle que : Université Echahid Hamma Lakhdar El Oued en Algérie, Universität Mannheim en Allemagne, Universidad Nacional del Comahue en Argentine, Universidad Mayor de San Simon en Bolivie, Pontificia Universidade Catolica de Campinas au Brésil, Universidade Estadual de Montes Claros au Brésil,Universidade Federal da Bahia au Brésil,  Universidade Federal de Santa Catarina au Brésil, Tianjin University of Technology en Chine,  Wuhan University en Chine, Chongqing University en Chine, Lanzhou University en Chine, Tianjin University of Technology en Chine, Wuhan University en Chine, Universidad de Los Andes en Colombie, Universidad Nacional de Colombia en Colombie, Universidad de Alicante en Espqagne, Universidad de Malaga en Espagne, Universidad de Malaga en Espagne, Satakunta University of Applied Sciences en Finlande, École nationale supérieure des mines d'Albi en France, École nationale supérieure des mines d'Alès en France, Université de Bretagne occidentale en France, Université de Nice Sophia Antipolis en France, Université de technologie de Compiègne en France, Université de Lorraine en France, Université de Savoie Mont-Blanc en France, Université des Antilles et de la Guyane en France, Université du Littoral Cote d'Opale en France, Université Jean Moulin Lyon 3 en France, Instituto Politécnico Nacional au Mexique, Universidad Cristobal Colon au Mexique, Université Hassan II de Casablanca au Maroc, Universidad San Martin de Porres au Pérou, etc.); pour plus de détails consulte le Bureau de l'international.

    Consulte également les détails sur la maîtrise en géologie et génie géologique (profil professionnel - sans concentration avec projet ET stage), la maîtrise en géologie et génie géologique (profil recherche - sans concentration avec mémoire); la maîtrise en ingénierie (profil recherche - sans concentration avec mémoire)
    ; le Baccalauréat spécialisé en enseignement secondaire (profil en sciences et technologie avec stages obligatoires) le D.E.S.S. en enseignement collégial.

    Site du Consortium de recherche en exploration minérale; site du Centre d'études sur les ressources minérales; site du Centre d'études nordiques; site du Groupe de recherche Risque Ressource Eau R2eau; site du Laboratoire de métallogénie expérimentale et quantitative.

    réputée
    dans les domaines de recherche tels que :

    analyse structurale, caractérisation des écoulements souterrains hétérogènes, critallographie, géochimie, géologie des gîtes métallifères, géologie structurale, hydrogéologie, hydraulique souterraine, mécanique des roches, métallogénie, processus de formation des gisements de métaux de base et aurifère,
    sédimentologie, tectonique, formation des gisements de métaux, etc.

  • Université du Québec à Rimouski UQAR
    (Baccalauréat spécialisé en géographie - concentrations offertes : écogéographie, environnement marin ou environnement, ou géomorphologie et risques naturel
    s avec projet d'intervention ou avec projet de recherche ou avec stages facultatifs);

    offert en régulier régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour au campus de Rimouski seulement.

    Consulte aussi le Baccalauréat avec majeure en géographie;
    (sans concentration avec stage crédité facultatif en milieu de travail et/ou travaux de recherche dirigée facultatifs combinée avec une mineure ou certificat telle que : biologie entrepreneuriat, gestion de projet, développement des communautés rurales, informatique ou administration);
    offert en régulier régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour au campus de Rimouski seulement.

    Possibilité de bénéficier d'une passerelle permettant aux titulaires d'un D.E.C. technique (techniques d'aménagement et d'urbanisme, technologie de la géomatique - cartographie, technologie de la géomatique - arpentage, techniques de bioécologie, techniques du milieu naturel, techniques d'aménagement cynégétique et halieutique ou technologie forestière) de se faire reconnaître jusqu'à 15 crédits.

    Possibilité d'obtenir une bourse d'admission de 1 000 $ à 3 000 $ (selon la cote R obtenue) accordée aux étudiants(es) en provenant du collégial et admis pour la première fois dans un baccalauréat à l'UQAR, voir la page suivante;
    Possibilité d'obtenir une bourse d'accueil de 1 000 $ accordée aux étudiants(es) en provenant du collégial et admis pour la première fois au Baccalauréat en chimie de l'environnement et des bioressources et ayant obtenu un cote R de 27,000 ou plus, voir la page suivante;
    Programme fortement axé sur la pratique dont 70 % des cours du baccalauréat comportent des travaux pratiques en laboratoire (laboratoire de climatologie, laboratoire d'écologie, laboratoire de géologie, laboratoire de géo-informatique, laboratoire d'hydrologie, laboratoire de pédologie, laboratoire de télédétection, une cartothèque marine parmi les plus importantes au pays, etc);

    Les groupes-classes sont limités en nombre permettant un encadrement personnalisé des professeurs et une meilleure accessiblité des appareils technologiques de pointe;

    Nombreuses sorties sur le terrain (stage d'une semaine sur le terrain chaque année) : en mer, en montagne, sur un site géologique, sur un site archéologique, le Parc national du Bic, le Parc national du Lac-Témiscouata, le Parc national de Miguasha, le Parc national de la Gaspésie et le Parc national du Canada Forillon en Gaspésie;
    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles (telles que le : le colloque de vulgarisation scientifique interprogramme "La nature dans tous ses états", conférences et séminaires de géographes, géophysiciens, et experts en environnement et de chercheurs sur différents sujets en lien avec les sciences géographiques et l'environnement, rédaction d'un article dans la revue Géoui Dire, etc.);
    Possibilité de participer à l'école d'été en océanographie (en collaboration avec des étudiants en biologie, en chimie de l'environnement et des bioressources et de la maîtrise en océanographie);
    Possibilité de participer à à l'Université d'été en paléontologie d'une durée d'1 semaine dans le Parc national Miguasha en Gaspésie;
    Possibilité de participer à l'Université d'été en phénologie des processus d’écosystèmes de 7 jours dans le Parc national de la Gaspésie;
    Possibilisté de participer à l'École d'été en géomorphologie quaternaire des Pyrénées : de 10 jours qui se déroule sur le terrain dans les Pyrénées en France et en Espagne et qui porte sur la géomorphologie quaternaire, la paléoclimatologie, la paléoécologie et l'archéologie des Pyrénées occidentales;

    Possibilité de réaliser un projet de vulgarisation scientifique pour un musée, un organisme de sensibilité à l'environnement ou un organisme scolaire;
    Possibilité de réaliser un projet de recherche de fin d'études au sein de l'un des groupes de recherche de l'UQAR;
    Possibilité de réaliser un mandat réel d'aménagement d'un site côtier conjointement avec un organisme partenaire;
    Forte possibilité d'obtenir un emploi d'été rémunéré dans le domaine au cours des trimestres d'été pouvant être approuvé comme stage crédité (en milieu de travail ou en recherche) au sein de l'UQAR;
    Regarde la vidéo promotionnelle du programme;
    Site du Département de chimie, biologie et géographie.

    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) dans une université partenaire (telle que : Institut flamand de la mer en Belgique, Université de Mons en Belgique, University of Sofia en Bulgarie, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria en Espagne, Institut Supérieur d'Agriculture et d'Agro-alimentaire de Lyon en France, Université de Bretagne occidentale en France, Université de La Rochelle en France, Université de la Méditerrannée Aix-Marseille II en France, Université catholique Jean-Paul II de Lublin en Pologne, Universidade Estadual Paulista « Julio de Mesquita Filho au Brésil, Universidad Nacional de General Sarmiento en Argentine, Universidade Federal do Rio Grande do Norte au Brésil, Universidade Santa Cruz do Sul au Brésil, École inter-états des sciences et médecine vétérinaires au Sénégal, Université Ibnou-Zhor au Maroc, Université d'Albomey-Calavi au Bénin, etc.);

    OU dans une université membre du University of Arctic Network (telle que : Aarhus University au Danemark, Roskilde University au Danemark, University of Akureyri en Islande, UiT - The Arctic University of Norway en Norvège, University Centre in Svalbard en Norvège, Nord University en Norvège, Umeå University en Suède, University of Helsinki en Finlande, University of Alaska-Fairbanks aux USA, University of Alaska - Anchorage aux USA, Vancouver Island University au Canada, Memorial University of New Foundland au Canada,University of Saskatchewan au Canada, University of Winnipeg au Canada, University of Northern BC au Canada
    , etc.); pour plus de détails consulte le Service de mobilité étudiante;

    Consulte également les détails sur la maîtrise en océanographie (profil recherche concentration en océanographie physique avec mémoire, certains travaux de recherche peuvent s'effectuer à bord du Navire de recherche océanographique Coriolis II, programme unique en français en Amérique du Nord); la Maîtrise en géographie (profil recherche - sans concentration avec mémoire, offert conjointement avec l'UQAM); la maîtrise en gestion de projet (profil professionnel - cheminement régulier avec cours seulement); le D.E.S.S. en analyse et prévention des risques naturels (avec stage optionnel) et le D.E.S.S. en océanographie appliquée (concentration en ressources marines ou conccentration en géochimie et géologie marines avec stage en milieu de travail)
    .

    Site de l'Institut des sciences de la mer; site du Centre d'études nordiques; site du Groupe interdisciplinaire de recherche océanographiques Québec Océan; site du Groupe de recherche sur les environnements nordiques BOREAS, site du Laboratoire de dynamique et de gestion intégrée des zones côtières, site du Laboratoire de recherche en géomorphologie et dynamique fluviale; site du Laboratoire de recherche en géomorphologie et de gestion des risques en montagne; site du Laboratoire d'optique Aquatique et de Télédétection.

    réputée dans les domaines de recherche tels que :

    géosystèmes nordiques : dynamique fluviale des rivières en régions froides; effets des Changements Climatiques sur la Biodiversité dans les régions nordiques; processus physiques des cours d'eau sous couvert de glace; interactions vagues-glace; diversité et à la conservation des géoécosystèmes nordiques, dynamique fluviale; interactions entre les perturbations (feux, coupes) et les changements climatiques et à leurs impacts à long terme sur la forêt boréale; évolution géomorphologique et risques côtiers dans les régions nordiques; influence des tempêtes sur les processus côtiers et les courants de turbidité dans les régions nordiques; savoir écologique local dans les écosystèmes nordiques; effets des activités humaines (transport maritime, exploitation des ressources, pollution, etc.) sur les géosystèmes nordiques arctiques; océanographie-physique côtière des milieux subarctiques; environnements polaire et subpolaire et leur rôle dans le système climatique; etc;

    sciences de la mer : analyse des aléas (inondation, érosion, embâcles) reliés à la dynamique des cours d’eau et la cartographie des zones à risque; nteractions entre les eaux de surfaces et les eaux souterraines; dynamique fluviale des rivières en régions froides; turbulence en milieu côtier;  déferlement des vagues de surface et des ondes internes; ondes océaniques interactions bio-physiques; interactions vagues-glace; processus physiques des cours d'eau sous couvert de glace; modélisation numérique océanique; mesures et modélisation des vagues côtières; courant circumpolaire antarctique; impact de la topographie sur la turbulence et la circulation océaniques; échange océan-atmosphère des gaz traces; évaluation des impacts des changements climatiques et de la hausse du niveau marin sur les zones côtières; effets des activités humaines (transport maritime, exploitation des ressources, pollution, etc.) sur les environnements marins; océanographie-physique côtière des milieux subarctiques; océanographie des milieux côtiers couverts de glace; interactions vagues-banquise dans la zone marginale glaciaire; réponse des écosystèmes marins aux processus physiques de la colonne d’eau; environnements polaire et subpolaire et leur rôle dans le système climatique; processus des marées, courants et vagues; observation des mouvements océaniques aux sous-mésoéchelles (centaines de mètres à quelques dizaines de kilomètres); etc;

    géomorphologie : risques naturels côtiers et changements climatiques; éveloppement de techniques de mesure et d'analyse des dynamiques fluviales; dynamique fluviale des rivières en régions froides; géomorphologie et évolution des paysages en montagne; processus de versant: éboulement, glissement de terrain, coulée de débris, activité torrentielle, avalanche de neige, chute de blocs de glace; influence des variables hydrométéorologiques et des extrêmes climatiques sur la stabilité des pentes et la dynamique des versants; analyse, la prévision et la gestion des aléas en montagne; morphodynamique des côtes rocheuses (fonctionnement du couple falaise/plate-forme, microformes), caractérisation et la prévention des risques littoraux; risques naturels et érosion côtière; turbulence en milieu côtier; aléas hydrogéomorphologiques et extrêmes climatiques dans les régions côtières; Suivi des conditions environnementales et ses impacts sur la dégradation du pergélisol dans les montagnes des chaînes côtières; gestion intégrée des zones côtières ; évolution géomorphologique et risques côtiers dans les régions nordiques; processus des marées, courants et vagues; etc;

    systèmes d'information géographique SIG : amélioration des techniques de télédétection des propriétés bio-optiques; mpact des changements environnementaux sur la productivité des écosystèmes marins arctiques et sub-arctiques par télédétection spatiale; variabilité des glaces de mer et de rivage par télédétection dans l'estuaire et le golfe St-Laurent; développement des outils d’avant-garde par radars HF pour observer et modéliser l’écosystème marin; télédétection appliquée à l'étude des écosystèmes côtiers; etc.

  • Université du Québec à Trois-Rivières UQTR
    (Baccalauréat spécialisé en géographie environnementale sans concentration avec projet d'intervention dans le milieu OU avec stage en milieu de travail), voir aussi la page suivante;
    offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel aux trimestres d'automne, d'hiver ou d'été.

    Possibilité de bénéficier d'une passerelle permettant aux titulaires de l'un des D.E.C. suivants (technologie de la géomatique - géodésie et arpentage, technologie de la géomatique - cartographie ou information géospatiale, techniques d'aménagement et d'urbanisme, techniques d'aménagement cynégétique et halieutique, techniques de bioécologie, techniques du milieu naturel - toutes les spécialisations, technologie forestière) de se faire reconnaître jusqu'à 30 crédits.

    Possibilité d'obtenir une bourse d'admission de 2 000 $ à 3 500 $ (selon la cote R obtenue) accordée aux étudiants(es) en provenant du collégial et admis pour la première fois dans un baccalauréat à l'UQTR et obtenu une cote de 33,000 ou plus; voir la page suivante;
    Les groupes-classes sont limités en nombre permettant une pédagogie variée et un encadrement personnalisé des professeurs;
    Accès à des laboratoires et équipements modernes :
    un laboratoire de géomatique (équipé d'équipements tels que : scanner laser lidar, tations totales, récepteurs GPS, scanner Lidar, visualisateur de données Lidar, 6 drones pour réaliser des études environnementales, etc.); un laboratoire de télédétection (équipé d'un géodar, de caméras thermiques, de radiomètres, d'un téléscope, etc.); un laboratoire de bassins versants; un laboratoire de géopédologie; laboratoire de climatologie; un laboratoire d'écologie; un laboratoire d'hydrologie un laboratoire d'informatique (doté de logiciels spécialisés tels que : MapInfo, ArcGIS, ArcInfo, Gmap, QGIS, Bentley MicroStation, MAP info, Bentley Descartes, Géoplus Vision, Systat, S-Plus, logiciels spécialisés en gestion environnementale, plateforme québécoise de données spatiales GéoIndex, etc.)
    ; une min-station météo et d'une spacieuse contenant plus de 90 000 documents cartographiques et photographiques;
    Comporte plusieurs travaux pratiques : travaux pratiques en système d'information géographique, travaux pratiques de données géospatiales, travaux pratiques d'interprétation de cartes et photographies aériennes, travaux pratiques de conception et réalisation de cartes conventionnelles et informatisées, travaux pratiques en analyse d'images par télédétection, etc;
    Nombreuses sorties sur le terrain : travaux pratiques en hydrologie sur des lacs et rivières de la région,
    travaux de collecte de données sur le territoire un peu partout dans la région, sorties dans le Parc national de la Mauricie, la Réserve faunique du Saint-Maurice et la Réserve faunique Mastigouche;
    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles telles que le : colloque
    annuel en géographie, colloque annuel interprogramme en environnement, conférences et séminaires de géographes, de géophysiciens, d'experts en environnement et de chercheurs sur différents sujets en lien avec l'aménagement et l'environnement, activités de sensibilisation au développement durable auprès de la population, etc;
    Comprend la réalisation d'une activité de fin d'études obligatoire (sous forme d'un projet d'intervention dans le milieu avec un organisme partenaire de la région OU d'un projet de recherche au sein d'un groupe de recherche de l'UQTR OU d';
    Possibilité de réaliser un stage optionnel rémunéré,
    d'une durée de 3 à 4 mois au cours du trimestre d'été de la deuxième année;
    Regarde la vidéo promotionnelle du programme;
    Site du Département des sciences de l'environnement.

    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) dans une université partenaire (choix parmi une quarantaine d'universités dans 14 pays telle que : Universidad Nacional de Tucuman en Argentine, Artevelde University College Ghent en Belgique, Université de Mons en Belgique, Universidade do Estado do Rio de Janeiro au Brésil, Universidad Federal de San Carlos au Brésil, Universidade Federal Fluminense au Brésil, Universidad de Concepcision au Chili, Instituto de Tecnologico de Costa Rica au Costa Rica, Jianghan University en Chine, Nanjing Forestry University en Chine, Wuhan University of Technology en Chine, Universidad Autónoma de Occidente en Colombie, Universidad Del Valle en Colombie, Universidad Nacional de Colombia en Colombie, Universidad del Atlantico en Colombie, Universidad de Antioquia en Colombie, Universidad de Lleida en Espagne,  Universidad Catolica de Valencia en Espagne, Universidad de Sevilla en Espagne, Université de Salamanca en Espagne, Aix-Marseille Université en France, Institut national des sciences appliquées de Toulouse en France, Université d'Angers en France, Université de Bourgogne en France, Université de Bretagne-Sud en France, Université de Cergy-Pontoise en France, Université de Grenobles-Alpes en France, Université Pierre et Marie Curie en France,  Université de Limoges en France, Université de Montpellier en France, Université de Paris Saclay en France, Université de Pau et des Pays-de-Vaucluse en France, Université de Savoie Mont-Blanc en France, Instituto tecnologico superior de Perote au Mexique, Radboud University aux Pays-Bas, Linkôping University en Suède, Université de Lausanne en Suisse, University of Leicester en UK, University of West of Scotland en UK ou California State University at Long Beach aux USA); pour plus de détails consulte le Bureau des relations internationales.

    Consulte également les détails sur la Maîtrise en sciences de l'environnement (profil recherche - sans concentration avec mémoire); la Maîtrise en chimie (profil recherche - sans concentration avec mémoire, offert par extension par l'UQAM à l'UQTR, regarde le vidéo suivant), la Maîtrise en enseignement secondaire (cheminement en enseignement des sciences et technologie avec stages
    cheminement en enseignement de l'univers social ou avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation, voir aussi la page suivante).

    Site du Centre de recherche sur les inteactions Bassins versants - Écosystèmes aquatiques RIVE; site du Centre d'études nordiques, site du Centre d'études de la forêt
    ; site du Groupe interuniversitaire de recherche en limnologie GRIL.

    réputée dans les domaines de recherche tels que :


    gestion de l'eau et hydrologie
    : gestion intégrée de l'eau par bassin versant; restauration des rivières; pratiques de gestion bénéfique des eaux; gestion intégrée des eaux souterraines; glaciologie; hydrologie des bassins englacés et enneigés; modélisation hydrologique et biogéophysique (flux de carbone) de la forêt boréale; Effets contrastés des perturbations causées par les inondations sur les sols alluviaux; évaluation de la contamination des sols riverains et distribution spatiale des contaminants dans les systèmes fluviaux dynamiques; etc;

    géomorphologie
    : géopédologie; l'écologie des paysages; nouvelles perspectives de la transformation des glaces et des roches glacières; modélisation hydrologique et biogéophysique (flux de carbone) de la forêt boréale; propriétés du sol et taux de décomposition de la matière organique dans les forêts riveraines; propriétés des sols alluviaux et non alluviaux dans les parcelles de forêts mixtes; etc;

    systèmes d'information géographique SIG
    : développement d'outils d'analyse spatiale; la résolution spatiale en télédétection; acquisition et gestion de données spatiales en format numérique multisources et multi-échelles; mesures télédétection terrains et validation in situ; télédétection micro-ondes des milieux froids; etc.

  • Université de Sherbrooke
    (Baccalauréat spécialisé en géomatique appliquée à l'environnement - sans concentration avec projet de fin d'études obligatoire et avec stages rémunérés facultatifs), voir aussi la page suivante;
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour;
    OU en régime coopératif  à temps complet de jour au campus de Sherbrooke;
    programme unique au Québec et exclusif en français en Amérique du Nord.


    Possibilité de bénéficier de :
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie de la géomatique information géospatiale et cartographie (du Cégep de Limoilou seulement) de se faire reconnaître jusqu'à 21 crédits (réparties sur 3 sessions)
    ;
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie de la géomatique - cartographie (du Cégep de l'Outaouais seulement) de se faire reconnaître jusqu'à 18 crédits (réparties sur 3 sessions);
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie de la géomatique - arpentage et géodésie de se faire reconnaître jusqu'à 15 crédits;
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en techniques de l'informatique de se faire reconnaître jusqu'à 12 crédits;
    et la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en techniques de bioécoloige ou du D.E.C. en technologie forestière ou du D.E.C. en techniques du milieu naturel (toutes les spécialisations) de se faire reconnaître jusqu'à 9 crédits.


    Programme ouvert tant aux candidates et aux candidats ayant un profil en sciences de la nature ou en sciences humaines;
    Formation interdisciplinaire
    utilisant les données géospatiales afin de résoudre  des problèmes environnementaux d'un territoire comprend différentes disciplines telles que : la géographie, la biologie et l'informatique;
    Grade exclusif de B.Env. décerné aux diplômés(es) du Baccalauréat en études de l'environnement de l'Université de Sherbrooke;

    Possibilité d'obtenir une bourse d'admission de 1 000 $ accordée aux étudiants(es) en provenant du collégial détenant une cote R de 32,000 ou plus, voir la page suivante;
    Possibilité d'obtenir une bourse d'admission de 500 $ accordée aux étudiants(es) en provenant du collégial détenant une cote R entre 30,000 et 32,000, voir la page suivante;
    Intégration d’une même cohorte pour toute la durée des études permettant de créer des liens favorisant la collaboration et la réussite et un encadrement personnalisé des professeurs;
    Offert selon la méthode d'apprentissage par projet APP
    qui consiste en la réalisation d'un projet par année permettant d'apprendre grâce à des mandats réels confiés par des entreprises et des organismes partenaires;
    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles telles que le : collque annuel en environnement organisé par le CUFE, le colloque de vulgarisation scientifique, conférences et séminaires de géomaticiens, d'arpenteurs-géomètres, d'experts en aménagement ou en environnement et de chercheurs, etc;
    Comprend la réalisation d'un projet d'intégration en environnement obligatoire qui consiste en réalisation d'un mandat réel proposé par une entreprise ou un organisme partenaire ou par un professeur ou dans le cadre d'un stage;
    Possibilité de rédiger un projet de recherche facultatif (en lien avec les stages coopératifs ou au sein d'un groupe de recherche de l'UdeS ou d'un projet indépendant);
    Regarde la vidéo promotionnelle du programme;
    Site du Département de géomatique appliquée.


    Accès à des laboratoires d'enseignement et équipements modernes dont : un laboratoire de géomatique appliquée (doté de 30 stations de travail dotié de logiciels tels que : ARcGIS, QGIS, PCI/Geomatica, Mathlab, SPSS et Summit Evolution et d'un projecteur multimédia); un laboratoire d'interprétation d'images (doté de 10 stations de travail avec 2 écrans dont un écran qui supporte le stéréo-ready pour effectuer la vision 3D avec le logiciel SUMMIT Évolution); un laboratoire d'analyses environnementales (muni d'un ensemble d'équipements facilitant l'échantillonnage, le positionnement des relevés et l'analyse sur le terrain et équipé d'équipements tels que : fluorimètres, spectophotomètres, four à moufle et à air forcé, rampes de filtration, autoclave, etc.); un laboratoire de photo-interprétation (disposant d'équipements propres à la photo-interprétation et à la transposition cartographique, manuelle ou électronique, des données et d'équipements d'intégration de données dans un SIG); un laboratoire de développement technologique en télédétection (disposant d'un ensemble d'instruments spectroradiométrique permettant des mesures dans un environnement intérieur et contrôlé); une cartothèque à la Bibliothèque de l'Université; des laboratoires d'informatique (doté de nombreux logiciels scientifiques et accès aux bases de données spécialisées)
    ; ainsi que le site expérimental SIRENE (d'une superficie de 0,56 ha situé sur le Campus principal de l'Université équipé d'un bâtiment laboratoire permettant le support des instruments sur deux rails de 30 mètres de long, d'une station météorologique complète et des parcelles naturelles instrumentées de capteurs pour différentes mesures); voir la page suivante.

    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) dans une université partenaire (University of Technology Sydney en Australie, Université catholique de Louvain en Belgique, Université d'Orléans en France, Université de Limoges en France, Université de Nîmes en France, Université de Pau et des Pays-de-Vaucluse en France, Université de Reims Champagne-Ardenne en France, Université de Toulouse en France, Université Claude Bernard Lyon 1 en France, Universita Degli Studi Di Trento en Italie, Universita Degli Studi Di Udine en Italie, Université de Genève en Suisse ou  University of Leicester en UK); pour plus de détails consulte le Bureau de l'international.

    Possibilité de réaliser un stage de recherche crédité dans l'un des nombreux laboratoires de recherche de l'Université de Sherbrooke;
    Possibilité de choisir le régime coopératif (regarde aussi le vidéo suivant) permettant de réaliser 3 stages rémunérés en milieu professionnel d'une durée de 3 à 4 mois
    chacun au Québec ou ailleurs dans le monde, aux trimestres d'été, d'automne et d'hiver;
    Possibilité de réaliser l'un des stages coopératifs à l'international (peut être rémunéré ou non en Belgique ou en France;

    Possibilité d'effectuer un stage crédité et rémunéré dans la fonction publique québécoise  
    ou dans la fonction publique fédérale au cours du trimestre d'été.


    Consulte également les détails sur la Maîtrise en sciences géographiques (profil professionnel - cheminement en géodéveloppement durable avec essai obligatoire et stage rémunéré ou non de 12 à 15 semaines en milieu professionnel facultatif, offert au campus de Sherbrooke et au campus de Longueuil, voir aussi la page suivante); la Maîtrise en sciences géographiques (profil recherche - cheminement en environnements géographiques avec mémoire + stage rémunéré ou non de 12 à 15 semaines facultatif en milieu professionnel ou en recherche, offert au campus de Sherbrooke et au campus de Longueuil, voir aussi la page suivante); la Maîtrise en environnement M.Env (cheminements offerts : gestion de l'environnement avec essai ou essai-intervention, gestion de l'environnement et développement durable avec essai ou essai-intervention, gestion de l'environnement et économie circulaire avec essai ou essai-intervention, gestion de l'environnement et écologie industrielle offert conjointement avec l'Université de Technologie de Troyes en France avec essai-intervention ou avec projet de fin d'études ou cheminement recherche avec mémoire, voir aussi la page suivante, et regarde le vidéo suivant, programme unique au Québec);

    Site du Centre d'applications et de recherches en télédétection CARTEL; site du Centre d'études nordiques; site du Laboratoire d'application et de recherche en aménagement.

    réputée notamment dans les domaines suivants :

    dynamique et gestion des milieux et aménagement : développement de méthodes d’estimation de paramètres à partir des micro-ondes passives pour des applications en prédiction de la propagation des feux et des inondations, des applications cadastrales et le développement urbain; etc;

    géomatique de l'environnement : exploitation de données de la constellation de satellites A-Train pour l’étude du climat et des interactions entre le rayonnement, les nuages et les aérosols atmosphériques; suivi et estimation par satellite de la couverture de neige, de la réserve en eau de la neige et des températures du sol; développement de méthodes de suivi de l’environnement nordique dans un contexte de changements climatiques; développement de méthodes de détection des feux de forêt par télédétection; Étude des aérosols atmosphériques et suivi de la qualité de l’air par télédétection;
    utilisation des drones et de l’apprentissage profond pour le dépistage automatisé des ravageurs en agriculture; cartographie intelligente des sols contaminés par fouille de mégadonnées; réduction des gaz à effet de serre par télédétection; évaluation, modélisation et extraction de paramètres structuraux de peuplements forestiers à l’aide d’un LiDAR terrestre (3D); amélioration des méthodes de cartographie des attributs forestiers à l’aide des données LiDAR (terrestre, sur drone et aéroporté) et des images satellitaires; utilisation des outils géomatiques pour la gestion par bassin versants ou des eaux récréatives; cartographie des zones de conservation; caractérisation spatio-temporelle des services écologiques en lien avec les milieux humides et hydriques; analyse multi-échelle des facteurs environnementaux associés à la mortalité de chauves-souris dans les parcs éoliens; photochimie marine en Arctique (échanges eau-atmosphère, changements climatiques); étude des variations de niveaux d’eau de surface en milieu hétérogène par altimétrie satellitaire; utilisation des micro-ondes passives et de l’altimétrie par satellite pour l’estimation de l’épaisseur et du contenu en eau de la neige; estimation du contenu en eau de la végétation et intégration de la télédétection dans les modèles de propagation des feux de forêts; estimation de l’humidité du sol par micro-ondes passives aéroportées et satellitaires; etc
    .

  • Université Laval
    (
    Baccalauréat spécialisé en géographie -
    concentration en géographie physique et environnement naturel ou systèmes d'information géographiquet avec projet de recherche facultatif et avec stage crédité facultatif), voir aussi la page suivante;
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour;

    Consulte également le Baccalauréat spécialisé en géologie (concentrations offertes : géologie de l'environnement et hydrogéologie, géologie des ressources minérales ou sans concentraiton avec stages optionnels et projet de recherche de fin d'études facultatif),
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en alternance travail-études selon la formule SIGMA + à temps complet de jour (comprenant jusqu'à 3 stages rémunérés et crédités d'une durée de 2 à 3 mois chacun au cours des trimestres d'été);


    Possibilité de bénéficier de :
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en techniques de comptabilité et de gestion (du Cégep de Sainte-Foy seulement) de se faire reconnaître jusqu'à
    12 crédits;
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en techniques d'aménagement et d'urbanisme de se faire reconnaître jusqu'à 9 crédits;
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie forestière de se faire reconnaître jusqu'à 9 crédits;
    et la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en techniques du milieu naturel (toutes les spécialisations) de se faire reconnaître jusqu'à 6 crédits.

    Programme touchant les différents aspects sociaux, économiques, politiques et physiques du développement durable du territoire dans une perspective interdisciplinaire et couvrant plusieurs disciplines (sociologie, économie, environnement, science politique, droit foncier, aménagement, géographie, foresterie, agriculture, etc.)
    ;
    Le programme est axé sur le développement durable, c'est-à-dire qu'il est constitué d'un ensemble de cours qui favorisent le développement de compétences liées au développement durable;

    Certains cours sont offerts à distance;
    Offert selon des méthodes pédagogiques variées : approche par problème APP, études de cas, discussions en petits de sujets touchant le développement durable
    , sorties sur le terrain, travaux en équipe, etc;

    Comporte plusieurs travaux pratiques en laboratoire d'enseignement travaux pratiques en système d'information géographique, travaux pratiques en télédétection, travaux pratiques en cartographie, analyse de données géospatiales, etc;
    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles telles que : le colloque interdisciplinaire en sciences de l'environnement, le colloque de vulgarisation scientifique, conférences et séminaires de géographes, géophysiciens et géologues, etc;
    Possibilité de réaliser un projet de recherche facultatif au sein de l'un des groupes de recherche de l'Université Laval;
    Regarde la webconférence du programme;
    Site du Département de géographie
    .


    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'une ou deux sessions dans une université partenaire  (Pontificia Universidade Católica do Paraná au Brésil, Universitat de Barcelona en Espagne, Aix-Marseille Université en France,  Université de Bordeaux-Montaigne en France, Université de la Nouvelle-Calédonie en France, Université de Tours en France, Universitatea Alexandru Ioan Cuza en Roumanie, ou Université de Lausanne en Suisse); pour plus de détails, consulte le Bureau international
    .

    Possibilité de réaliser un stage crédité international ou interculturel ou en milieu autochtone d'une durée de 10 à 12 semaines pouvant être réalisé au sein d'une communauté autochtone, dans une communauté nordique canadienne ou à l'étranger en lien avec le développement durable du territoire;
    Comprend la réalisation d'un stage crédité et rémunéré de fin d'études  en milieu professionnel ou en milieu de recherche n'importe où au Québec, ailleurs au Canada ou même à l'étranger au cours du trimestre d'automne, d'hiver ou d'été;
    Possibilité d'effectuer un stage crédité et rémunéré dans la fonction publique québécoise  ou dans la fonction publique fédérale au cours du trimestre d'été.


    Consulte également les détails sur la maîtrise en sciences géographiques - géographie appliquée (profil professionnel sans concentration avec essai obligatoire et avec stage facultatif, voir aussi la page suivante); la maîtrise en sciences géographiques (profil recherche sans concentration avec mémoire, voir aussi la page suivante); la Maîtrise en sciences géomatiques (profil professionnel - spécialisation en géomatique appliquée avec projet d'intervention, programme unique en français en Amérique du Nord, voir ausi la page suivante); la Maîtrise en sciences géomatiques (sans concentration avec mémoire, programme unique en français en Amérique du Nord, voir aussi la page suivante);

    Site de l'Institut Hydro-Québec en environnement, développement et société (Institut EDS); site du Centre d'études nordiques;
    site du Centre de recherche en géomatique; site du Centre de recherche sur l'eau du Québec Centr'EAU.

    réputée dans les domaines de recherches tels que :


    qualité des milieux de vie et de l'environnement : la gestion de la qualité de l’eau potable, avec une approche intégrée du bassin versant au robinet du consommateur; développement d’outils d’aide à la décision pour la gestion de l’eau potable destinés aux responsables municipaux; enjeux liés à l’intégration de l’eau souterraine dans la planification territoriale; conséquences des changements climatiques sur la dissémination d’espèces nuisibles dans les milieux urbains; l’adaptation des quartiers et des villes aux changements climatiques et sur les initiatives et expérimentations menées par les habitants(es); enjeux stratégiques de la gestion de l'eau; gouvernance territoriale et environnementale des milieux ruraux; impacts des changements climatiques sur les ressources en eau et l’agriculture des milieux ruraux; qualité de l’eau dans les sources d’approvisionnement et dans les réseaux de distribution; sens des lieux urbains comme levier de déclinaison locale des objectifs de développement durable; etc;

    sciences de l'information géographique et télédétection : processus de décision en aménagement du territoire et aux outils d’aide à la décision territoriale
    ; méthodes quantitatives en analyse spatiale; cartographie assistée par ordnateur; développement et optimisation d’outils d’analyse spatiale (SIG) multicritère d’aide à la planification urbaine; développement d’outils d’aide à la décision pour la gestion de l’eau potable destinés aux responsables municipaux; etc.

  • Université de Montréal
    (Baccalauréat
    spécialisé en géographie environnementale - orientation en environnement physique avec cheminement : régulier, Honor ou international OU orientation en environnement humain avec cheminement : régulier, Honor ou international avec travail dirigé facultatif et avec stage facultatif), voir aussi la page suivante;
    offert en régime régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour au campus de Montréal seulement.


    Le plus ancien département francophone de géographie en Amérique du Nord et l’un des plus importants lieux d'enseignement et de recherche et de formation dans cette discipline au Canada;
    Plusieurs travaux pratiques en laboratoire d'enseignement : travaux d'analyse et d'interprétation de cartes, travaux d'analyse de données climatologiques et météorologistes à l'aide d'instruments et logiciels spécialisés, travaux d'analyse et interprétation de données géospatiales à l'aide d'instruments et logiciels spécialisés, travaux pratiques d'analyses de collections géologiques, travaux d'analyses environementales d'échantillons (eaux, sols, qualité de l'air, etc.);
    Plusieurs sorties sur le terrain : sortie de 10 jours d'initiation à la géomorphologie, à la phytogéographie et à la climatologie dans le Parc national Gaspésie; sortie de 12 jours en écologie des paysages à la Station de biologie des Laurentides à Saint-Hippolyte dans les Laurentides; design expérimental sur le terrain et échantillonnage d'éléments du paysage dans la Forêt d'enseignement Montmorency dans la Réserve faunique des Laurentides entre Québec et Saguenay; stage facultatif d'analyse pollinique dans la région de Montréal de 12 heures/sem à l'automne de la 3e année; pour plus de détails, voir la page suivante, etc;

    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles telles que le : le colloque de vulgarisation scientifique, conférences et séminaires de géographes, d'experts en environnement et de chercheurs sur différents sujets en lien avec les sciences géographiques, l'environnement et le développement durable, participation à des ateliers sur les technologies émergentes en cartographie, organisation et animation d'activités d'éducation et de sensibilisation à l'environnement auprès de la population, etc;
    Possibilité d'effectuer un voyage d'études géographiques à l'étranger : pays varie selon les années (ex : Brésil, Chine, Japon, Autriche, Suède, etc.);
    Possibilité de choisir le cheminement régulier permettant de réaliser un stage crédité et/ou la rédaction d'un travail dirigé  et/ou un corpus de lectures dirigés en lien avec l'orientation choisie;

    Possibilité de choisir le cheminement Honor offrant un passage intégré à la maîtrise en géographie permettant de suivre ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs et comportant la rédaction d'un projet de recherche de type "essai" dans le domaine de ton choix;
    Regarde la vidéo promotionnelle et la séance d'information du programme;

    Site du Département de géographie.

    Accès à des laboratoires et équipements à la fine pointe : un laboratoire d'analyses environnementales (équipé d'un chromatographe ionique, d'un diffractomètre laser, d'un diffractomètre rayons X, d'un spectophotomètre d'absoption atomique, d'un spectophotomètre UV, etc.); d'un laboratoire de géomatique (doté d'instruments tels que : récepteurs, radiomètres, Géoradar, caméra thermiqu et de logiciels tels que : ArcGIS, QGIS, Mathlab, Github, etc.); d'un laboratoire de géomorphologie (muni d'équipements tels que : fournaise, ponceuse, fraiseuse à toupie, tamiseurs, etc.); des laboratoires d'informatique (dotés de logiciels spécialisés récents) et d'une cartothèque (regroupant une grande collection de cartes, de photos aériennes, d’atlas et de documents de référence).

    Possibilité de choisir le cheminement international permettant d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) dans une université partenaire (Universidade de Cruz Alta au Brésil, Universidade Regional de Blumenau au Brésil, Université Félix-Houphouët-Boigny - Institut de Géographie Tropicale en Côte-d'Ivoire, Universidad del País Vasco en Espagne ou Université Paris Ouest Nanterre La Défense en France); pour plus de détails consulte la Maison internationale et la page du département.

    Possibilité d'être engagé par un professeur, durant l'été, pour participer à ses travaux de recherche;
    Possibilité de réaliser un court-stage crédité en analyse pollinique d'une durée de 12 heures/sem sur 4 semaines englobe l’identification du pollen et des spores retrouvés dans les sédiments ou dans l'atmosphère du Québec;
    Possibilité de réaliser un stage crédité de fin d'études non rémunéré en lien avec l'orientation de spécialité choisie en milieu professionnel ou en milieu de recherche n'importe où au Québec, ailleurs au Canada ou même à l'étranger au cours du trimestre d'automne, d'hiver ou d'été;
    Possibilité d'effectuer un stage crédité et rémunéré dans la fonction publique québécoise  (Ministère de l'Environnement de la lutte contre les changements climatiques du Québec, Ministère des Forêts, faune et parcs du Québec, SEPAQ, etc.) au cours du trimestre d'été;
    Possibilité de réaliser un stage rémunéré dans la fonction publique fédérale (Parcs Canada
    , Environnement Canada et Changement climatiuqe Canada, Ressources naturelles Canada
    ou Centres des sciences de l'environnement du Québec) au cours du trimestre d'été.

    Consulte également les détails sur la maîtrise en géographie (profil professionnel - orientation en environnement physique avec stage de 3 à 4 mois en milieu de travail + étude de cas OU profil recherche - orientation en environnement physique avec mémoire),  la maîtrise en enseignement secondaire (profil en enseignement des sciences et technologie avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation, voir aussi la page suivante); le D.E.S.S. en environnement et développement durable (options : biogéochimie environnementale, gestion de l'eau ou gestion de la diversité avec travail dirigé); le D.E.S.S. en géographie et études environnementales (avec étude de cas et rapport professionnel) et le D.E.S.S. en environnement, santé et gestion des catastrophes (sans option).

    Site du Centre d'études nordiques; site du Centre de recherche sur la dynamique du système Terre Geotop; site du Laboratoire de géomorphologie et géotechnique des régions froides; site du Laboratoire de biogéographie; site du Laboratoire d'Érosion Éolienne; site du Laboratoire de Géosimulation Environnmentale
    .

    réputée dans les domaines de recherches tels que :

    changements environnementaux et développement durable : géosimulation environnementale; propriétés chimiques des aérosols et leurs conséquences environnementales; la mobilité et la biodisponibilité des contaminants « dits traditionnels »; la mobilité et la biodisponibilité des contaminants d’intérêt émergent tels que : médicaments, cyanotoxines et nanoparticules; relations entre l’activité humaine et l’environnement sensible des océans, des mers, des fleuves et des littoraux; épidémiologie environnementale; risques toxicologiques en santé publique; enjeux environnementaux en milieu urbain; dynamique à long terme des écosystèmes forestiers et à l'influence du climat et des perturbations naturelles et anthropiques sur les trajectoires écologiques;  impacts des activités humaines sur le fonctionnement des écosystèmes naturels, en particulier des milieux humides; etc;

    géomorphologie : biogéochimie des écosystèmes terrestres; paléogéographie; géomorphologie périglaciaire; milieux humides; géomorphologie et géotechnique des régions froides; géomorphologie éolienne; biogéosciences de l'Arctique; hydrologie et biogéochimie des tourbières dans des zones où le sol est gelé de façon permanente (pergélisol); etc.

  • Université du Québec à Montréal UQAM
    (Baccalauréat spécialisé ou avec majeure en sciences de la terre et de l'atmosphère -
    concentration en géologie avec stage optionnel de fin d'études en laboratoire de recherche ou en milieu professionnel), voir aussi la page suivante;
    offert en régime régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour
    .

    Consulte également le
    Baccalauréat spécialisé ou avec majeure en sciences de la terre et de l'atmosphère - concentration en sciences de l'atmphosphère - météo et climat avec stage optionnel de fin d'études en laboratoire de recherche ou en milieu professionnel), voir aussi la page suivante;
    offert en régime régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour
    ;
    programmes en sciences de l'atmosphères exclusifs en français en Àmérique du Nord.


    Voir aussi la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en technologie minérale (spécialisation géologie, cote R de 22,000 ou plus) de se faire reconnaître jusqu'à 15 crédits (concentration en géologie);
    la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en pilotage d'aéronefs (cote R de 22,000 ou plus) de se faire reconnaître jusqu'à 6 crédits (concentration en sciences de l'atmosphère);
    et la passerelle permettant aux titulaires du D.E.C. en navigation (cote R de 22,000 ou plus) de se faire reconnaître jusqu'à 6 crédits (concentration en sciences de l'atmosphère).


    Formation donnée dans de petites classes (et non dans de grands auditoriums comme dans plusieurs grandes universités), aussi bien pour les cours théoriques qu’en laboratoire;
    Programme axé sur la formation pratique tant sur le terrain qu'en laboratoire (la plupart des cours comprennent trois heures de théorie suivies de deux heures de laboratoire);
    Plusieurs sorties sur le terrain (concentration en géologie) : "camp de paléontologie" : séjour de 2 jours en première dans les Laurentides; "camp de cartographie géologique" : séjour de 10 jours en deuxième année dans le Bas-St-Laurent ou en Gaspésie;  "camp de terrain : cartographie et morphologie des dépôts meubles" en troisième : séjour de 10 jours dans un parc natonal d'une région du sud du Québec variant chaque année; "camp de terrain : études thématiques en troisième année : séjour de 2 semaines en Abitibi-Témiscamingue ou en Côte-Nord, etc.;
    Plusieurs sorties sur le terrain (concentration en sciences de l'atmosphère) : séjour sur un site ayant connu un catastrophe naturelle (au Québec ou ailleurs au Canada), séjour un site présentant un risque naturel (au Québec ou ailleurs au Canada), séjour dans le Grand Nord canadien, travaux pratiques au Centre météorologique canadien à Montréal et travaux pratiques au Laboratoire national de météorologie du temps violent à Montréal, etc;
    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles (telles que le : le colloque de vulgarisation scientifique, conférences et séminaires de spécialistes en sciences de la terre ou en sciences de l'atmosphère et de chercheurs sur différents sujets en lien avec la discipline, participation à l'animation d'activités d'initiation aux sciences de l'atmosphère auprès du grand public, etc.);
    Accès à des laboratoires perfectionnés en sciences de la Terre
    : laboratoire de cartographie, laboratoire d'hydrologie, de minéralogie, laboratoire de paléontologie, laboratoire de géophysique, laboratoire de géochimie, laboratoire d'hydrogéologie, etc.et d'équipements à la fine pointe (spectromètre de masse, diffractomètre, microscope à balayage, rayons X, etc.) et une cartothèque;
    Accès à des laboratoires perfectionnés en sciences de
    l'atmosphère : laboratoire de cartographie, laboratoire d'hydrologie, laboratoire de géophysique, un laboratoire d'observation météorologique, un laboratoire de modélisation météorologique (doté d'un simulateur métérologique et climatologique), un laboratoire de télédétection, la station météorologique de l'UQAM et une cartothèque;
    Une activité de synthèse à la fin des études en
    sciences de la terre ou en sciences de l'atmosphère permet une initiation personnelle à la recherche appliquée ou fondamentale à l'université ou dans une entreprise ou une organisation publique (sous forme de stage en entreprise ou de stage de recherche ou d'un projet d'intervention ou de projet de recherche de fin d'études, seul ou en équipe, au Québec ou ailleurs);

    Possibilité d'effectuer un stage crédité et rémunéré dans la fonction publique québécoise  (Ministère de l'Environnement de la lutte contre les changements climatiques du Québec, Ministère des Forêts, faune et parcs du Québec, SEPAQ, etc.) au cours du trimestre d'été;
    Possibilité de réaliser un stage rémunéré dans la fonction publique fédérale (Parcs Canada
    , Environnement Canada et Changement climatiuqe Canada, Ressources naturelles Canada
    , Centres des sciences de l'environnement du Québec, Centre géoscientifique de Québec ou à l'Institut Maurice-Lamontagne à Mont-Joli dans le Bas-Saint-Laurent) au cours du trimestre d'été.

    Site du Département des sciences de la terre et de l'atmosphère.


    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) dans une université partenaire (China University of Geosciences en Chine,
    Université de Bordeaux Michel-Montaigne en France, Université d'Orléans en France, Universidade Fernando Pessoa au Portugal ou Universidad ORT Uruguay en Uruguay); pour plus de détails consulte le Bureau de l'international.


    Consulte également les détails sur la maîtrise en sciences de la terre (profil professionnel sans concentration avec stage rémunéré obligatoire de 4 mois en entreprise OU profil recherche sans concentration avec mémoire); la maîtrise en sciences de l'atmphosphère (profil recherche - sans concentration avec mémoire, voir aussi la page suivante, programme exclusif en français en Amérique du Nord); la maîtrise en géographie (profil recherche sans concentration avec mémoire); la maîtrise en enseignement (profil enseignement au secondaire avec concentration en sciences et technologie avec essai de pratiques supervisées ou avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire du Ministère de l'Éducation) et le D.E.S.S. en gestion des risques majeurs.

    Site du Centre de recherche sur la dynamique du système Terre Géotop; site du Consortium de recherche en exploration minérale; site du Centre ESCER pour l'étude et la simulation du climat à l'échelle régionale.

    réputée notamment dans les domaines suivants :

    géophysique et géomorphologie : dynamique de l'atmosphère et du climat, géochronologie, océanographie physique, physique du climat, physique théorique des particules, évolution terrestre, géomorphologie du Bouclier canadien, croûte terrestre, manteau terrestre, sismologie, etc;

    sciences de la terre : la diversification de l'exploration minière, évolution du bouclier canadien, exobiologie, géochimie isotopique, géochimie isotopique environnementale, géochronologie, géologie du pétrole, géophysique, géologie de l'environneent, géologie du quaternaire, géologie structurale, glaciers et glaciations, hydrogéologie, hydrogéochimie, micropaléontologie, océanographie géologique, paléontologie, paléo-océanographie, pétrologie, précambien du Nouveau-Québec,sismoloige, tectonique, etc;

    sciences de l'atmosphère : changements climatiques, climatologie physique, climatologie des régions polaires, climatologie régionale, mesure des précipitations hivernales, extrêmes climatiques, dynamique de l'atmosphère et du climat, modélisation et évolution du climat, physique du climat, assimilation de données et prédictibilité météorologique, impacts des particules d'aérosol sur le climat, impats des éruptions volcaniques sur le climat, paléoclimatologie, etc.

  • Université Mcgill
    (Baccalauréat spécialisé en sciences de la terre
    - sans concentration avec projet de recherche obligatoire);
    offert en régime régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour.

    Consulte aussi le Baccalauréat spécialisé en géologie (sans concentration avec projet de recherche obligatoire et avec stages facultatifs);
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour;

    le Baccalauréat spécialisé en sciences atmosphériques (sans concentration avec projet de recherche obligatoire);
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour;

    le Baccalauréat spécialisé en sciences du système planétaire (sans concentration avec projet de recherche obligatoire);
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour;

    le Double majeure en physique et géophysique (sans concentration avec projet de recherche obligatoire et avec stage facultatif);
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour,
    programme unique au Québec.

    le Baccalauréat avec majeure en sciences atmosphériques (sans concentration avec projet de recherche obligatoire);
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour;

    et le Baccalauréat avec majeure en sciences du système planétaire (sans concentration avec projet de recherche facultatif);
    offert en régime régulier à temps complet de jour OU en régime régulier à temps partiel de jour;
    programme unique au Québec.


    Le plus ancien département de sciences atmosphériquaes au Canada et l'un des plus anciens en Amérique du Nord fondé en 1841;
    Le plus ancien département des sciences de la terre au Canada et l'un des plus anciens en Amérique du Nord fondé en 1871;
    L'un des plus importants départements des sciences de la terre et l’un des plus importants lieux d'enseignement et de recherche et de formation dans cette discipline au Canada;
    L'un des plus importants départements des sciences atmosphériques et l’un des plus importants lieux d'enseignement et de recherche et de formation dans cette discipline au Canada;
    Décerne des maîtrises en sciences atmosphériques (météorologie) depuis 1945 et des doctorats depuis 1956 dans cette discipline;
    Décerne des maîtrises en sciences de la terre depuis 1901 et des doctorats en sciences de la terre depuis 1924 dans cette discipline;

    Ses programmes
    gradués en sciences atmosphériques sont classés au 3e rang au Canada, au 18e rang en Amérique du Nord et au 28e rang mondial en 2021 selon le réputé classement QS Ranking;
    Ses programmes gradués en sciences de la terre sont classés au 3e rang au Canada, au 20e rang en Amérique du Nord et au 30e rang mondial en 2020 et en 2021 selon le réputé classement QS Ranking;
    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles :telles que le : conférences et séminaires de géologues, de géophysiciens et de chercheurs sur différents sujets en lien avec les sciences de la terre, participation à l'animation d'activités d'initiation aux sciences de l'atmosphère ou sciences de la terre auprès du grand public au sein du McGill Outreach in Earth Sciences (SMOrES), visites de sites miniers, etc.;

    Plusieurs sorties sur le terrain
    (en sciences de la terre) : camp de géologie sur le terrain : travaux pratiques sur divers sites dans la région de Montréal en première année, camp de terrain 1 : cartographie géologique (séjour de 2 semaines dans le nord-est des USA) en deuxième année, campus de terrain 2 : géologie historique (séjour de 2 semaines dans le sud de la Nouvelle-Écosse) en troisième année, camp de terrain 3 : thèmes géologiques (sites variant selon les années : Nord-du-Québec, nord de l'Alberta, nord de la BC, Nevada-Arizona, etc.); d'autres sorties d'1 ou 2 jours dans la réserve naturelle Gault de l'Université Mcgill à Mont-Saint-Hilaire en Montérégie, dans le parc natinal du Mont Tremblant dans les Laurentides, dans le parc national des Îles de Boucherville en Montérégie, etc;
    Possibilité d'effectuer  un semestre d'études sur le terrain à l'étranger, (soit : en Arctique (au sein de la McGill Arctic Research Station MARS au nord du Nanavut, à la Barbade (au sein du Mcgill Bellairs Research Institute), au Panama (conjointement avec le Smithsonia Tropical Research Institute) ou en Afrique de l'Est (conjointement avec l'Université de Nairo au Kenya et l'Université de Maikerere en Ougandabi), voir la page suivante;
    Possibilité de bénéficier un passage intégré à la maîtrise permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs, voir la page suivante;
    Possibilité de rédiger un projet de recherche de type "mémoire de baccalauréat" facultatif (en lien avec un stages ou au sein d'un groupe de recherche ou d'un projet indépendant);
    Regarde la vidéo promotionelle du programme de géologie;
    Site du Département des sciences de l'atmosphère et des océans;

    Site du Département des sciences de la terre et planétaires.

    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) (Allemagne, Australie, Corée du Sud, Danemark, France, Hong Kong, Italie, Japon, Pays-Bas, Suède, Suisse, UK ou USA)
    dans une université partenaire dont plusieurs figurent parmi les plus prestigieuses dans cette discipline (dont : University of BC au Canada, University of Leeds en UK, University of Tokyo au Japon, Australian National University en Australie, University of Bristol en UK, University of Edinburgh en UK, University College London en UK, University of Oslo en Norvège, University of Western Australia en Australie, University of New South Wales en Australie, University of Bergen en Norvège, University of Melbourne en Australie, University of Hong Kong en Chine, etc.); pour plus de détails consulte le Bureau des échanges étudiants.


    Possibilité de réaliser un stage de recherche crédité dans l'un des nombreux laboratoires de recherche de l'Université Mcgill;
    Possibilité d'effectuer un stage crédité et rémunéré dans la fonction publique québécoise  (Ministère de l'Environnement de la lutte contre les changements climatiques du Québec, Ministère des Forêts, faune et parcs du Québec, SEPAQ, etc.) au cours du trimestre d'été;
    Possibilité de réaliser un stage rémunéré dans la fonction publique fédérale (Parcs Canada
    , Environnement Canada et Changement climatiuqe Canada, Ressources naturelles Canada,
    Centres des sciences de l'environnement du Québec, Centre géoscientifique de Québec ou à l'Institut Maurice-Lamontagne à Mont-Joli dans le Bas-Saint-Laurent) au cours du trimestre d'été.

    Possibilité de bénéficier du Programme de stages en sciences permettant de réaliser de 1 à 3 stages rémunérés en entreprise, en industrie ou en recherche d'une durée de 12 semaines chacun (généralement au cours des trimestres d'été, mais aussi possible à l'automne ou à l'hiver) au Québec, ailleurs au Canada ou même à l'étranger.

    Consulte également les détails sur la Maîtrise en sciences de la terre et planétaires (profil recherche - option en environnement ou sans concentration avec mémoire); la Maîtrise en sciences de l'atmosphère et des océans (profil recherche - sans concentration avec mémoire); la Maîtrise en géographie (profil recherche - option en environnement ou sans concentration avec mémoire); la Maîtrise  en sciences des ressources naturelles (profil recherche - spécialisation en micrométéorologie avec mémoire, programme unique au Québec); et la Maîtrise en enseignement et apprentissage (profil en enseignement des sciences et technologie avec stages, permet d'obtenir un permis d'enseigner au secondaire ou en formation générale des adultes du Ministère de l'Éducation).

    Site du Bellairs Research Institute (situé à la Barbade); site de la Mcgill Arctic Research Station MARS (située sur l'Île Axel Heiberg dans le Nunavut); site de la Mcgill Sub-Arctic Research Station MSARS (située à Scheffordville en Côte-Nord); site du Centre de recherche sur la dynamique du système Terre Géotop; s
    ite du Consortium de recherche en exploration minérale; site du Groupe interuniversitaire de recherches océanographiques Québec Océan; site du Groupe de recherche sur les processus sismiques; site du Réseau québécois sur les eaux souterraines; site du Groupe de géochimie hydrothermale; site du Groupe de recherche sur les aérosols, nuages et climat; site du Groupe de recherche Preston sur les particules aérosols atmosphériques; site du Groupe de recherche en volcanologie; site du Bureau de recherche précambrien; site du Redpath Museum.

    réputée dans les domaines de recherches tels que :

    géophysique et géomorphologie : géomagnétisme, géomorphologie, glaciologie, hydrogéologie des eaux souterraines, hydrologie globale, impacts environnementaux, physique planétaire, paléomagnétisme, pergélisol, sismologie, stratigraphie, systèmes d'information géographique, systèmes urbains, tectonique, télédétection, volcanologie, etc;

    sciences atmosphériques et océaniques : biogéographie, changements climatiques mondiaux, changements climatiques dans les régions tropicales, changements climatiques dans les régions nordiques et sub-arctiques, changements climatiques en région actiques et polaires, climatologie, climatologie en haute altitude, climatologie physique, climatologie néotropical, climatologie sub-arctique, climatologie arctique, dynamiques océanique, climatique et paléoclimatique,  interactions atmosphère-surface, océanographie géologique, micrométéorologie, modélisation du climat, modélisation environnementale, océanographie physique, physique des nuages,  pollution atmosphérique,  etc;

    sciences de terre : critallographie, géochimie hydrothermale, géologie du précambrien, géologie économique, géologie marine, géomagnétisme, glaciologie, hydrogéologie des eaux souterraines, océanographie géologique, pétrologie du manteau terrestre, physique planétaire, paléomagnétisme, roches magmatiques, sédimentologie, sismologie, stratigraphie, tectonique, volcanologie, etc.

  • Université d'Ottawa, Ontario
    (Bacccalauréat
    avec majeure en géographie physique et géomatique -
    sans concentration avec projet de recherche de fin d'études facultatif);
    offert en régime régulier à temps complet de jour ou en régime régulier à temps partiel de jour;
    offert en français OU en anglais.

    La plus grande université bilingue au monde;
    Apprentissage en petits groupes en laboratoire;
    Plusieurs sorties sur le terrain : cours obligatoire "introduction à la recherche sur le terrain" en 2e année (une semaine de travail sur le terrain avant le début du semestre d'automne dans une localité hors d'Ottawa) et cours optionnels : "recherche sur le terrain en géographie physique" d'une semaine dans le parc national de la Gaspésie; "recherche sur le terrain dans le Nord" sur les problèmes physiques et socio-économiques liés aux changements environnementaux dans le territoire du Yukon ou dans l'État del'Alaska; voir aussi la page suivante, etc;
    Accès à des laboratoires à la fine pointe de la technologie : un laboratoire d'enseignement en géographie physique; un laboratoire d'enseignement en géomatique (doté de postes de travail avec des logiciels spécialisés pour les SIG, la télédétection, l'analyse spatiale et la visualisation 3D tels que : ArcGIS, PCI, ENVI, Geomatica);
    etc;
    Possibilité de participer à différentes activités parascolaires et professionnelles telles que le : le colloque de vulgarisation scientifique, conférences et séminaires de géographies, de géomaticiens et de chercheurs sur différents sujets en lien avec les sciences géographiques et géomatiques, participation aux aux activités de consultation en matière d'aménagement de la Ville d'Ottawa, etc;
    Possibilité de bénéficier un passage intégré à la maîtrise permettant d'accélérer ta scolarité de 2e cycle (en suivant les cours obligatoires de la maîtrise pendant ton programme de 1er cycle) et accélérer ton parcours aux cycles supérieurs;

    Possibilité de rédiger un projet de recherche facultatif dans le domaine de la géomatique appliquée ou de l'aménagement urbain;
    Possibilité de réaliser un stage rémunéré dans la fonction publique fédérale,  dans la fonction publique québécoise ou dans la fonction publique ontarienne cours du trimestre d'été;
    Regarde
    le webinaire du programme,
    Site du Département de géographie, environnement et géomatique
    .

    Possibilité d'effectuer un séjour d'études à l'étranger d'1 ou 2 session(s) dans une université partenaire
    (telle que : Technische Universität Darmstadt en Allemagne, Universidad Nacional del Sur en Argentine, Zhejiang University en Chine, Universidad Complutense de Madrid en Espagne, Universidad de Granada en Espagne, Universidad de Huelva en Espagne, Aix-Marseille Université en France, Università degli Studi di Udine en Italie, Nagoya University au Japon, Universidad Autónoma de Nuevo León au Mexique, Universidad Nacional Autónoma de México au Mexique, Radbout Universiteit aux Pays-Bas, Université de Genève en Suisse, Université de Lausanne en Suisse, Universität Bern en Suisse, National Taiwan University à Taïwan, University of Birmingham en UK ou University of Sheffield en UK); pour plus de détails consulte le Bureau international;


    Consulte également les détails sur la Maîtrise en géographie (M.A. profil recherche - spécialisation en durabilité de l'environnement avec mémoire et la Maîtrise en sciences de la terre (profil recherche - spécialisatin en durabilité de l'environnement avec mémoire)
    .

    Site de l'Institut de l'environnement de l'Université d'Ottawa;
    site du Laboratoire pour la géomatique appliquée et la science des SIG; site du Laboratoire de télédétection d'eau profonde.

    réputée dans les domaines de recherches tels que :


    systèmes d'information géographique SIG et télédétection :
    développement de nouvelles méthodes d'analyse spatiale et d'applications de la géomatique et des systèmes d'information géographique pour divers domaines dont : l'environnement, le cadastre, le développement immobilier, la prédiction des risques naturels, l'exploration et à l'amélioration de l'utilisation de la télédétection pour cartographier, surveiller et comprendre les processus environnementaux en mettant l'accent sur les eaux peu profondes; etc.

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux avoir l'avis de diplômés(es) en géographie sur leur profession ?, alors regarde les vidéos et les entrevues écrites suivants :

  • les entrevues avec Kalifa Goîta, Bruno Courtemanche, Étienne Nadeau, Caroline Rivest et Alexandre Charron; le premier est Ph.D. télédétection, professeur titulaire en géomatique appliquée et directeur du département de l'Université de Sherbrooke; le second est étudiant à la maîtrise en sciences géographiques; le troisième est étudiant au Baccalauréat spécialisé en géomatique appliquée à l'environnement; la troisième est finissante à maîtrise en sciences géographiques; le quatrième est étudiant au Baccalauréat spécialisé en géomatique appliquée à l'environnement et réalisées par l'Université de Sherbrooke;

  • les entrevues avec Antoinette Rodrigue, Louis Tremblay, Karel Binette et Marianne Carle-Marsan; la première est étudiante au baccalauréat en géographie à l'UQAM (maintenant étudiante à la maîtrise en urbanisme), le second est B.Sc. géographie et chef de service en environnement au Service du développement durable de la Ville de Lorraine dans les Laurentides, la troisième est étudiante à maîtrise en géographie à l'UQAM, la quatrième est M.Sc. géographie et consultante en inclusion sociale, développement communautaire et participation citoyenne pour le Conseil des Montréalaises, un organisme consultatif de la Ville de Montréal et réalisées par l'UQAM;

  • l'entrevue avec Joey Dufour, étudiant au baccalauréat en géographie et développement durable à l'UQAC et réalisée par l'UQAC;

  • l'entrevue écrite avec Gabrielle Rivard, étudiante au baccalauréat en géographie de l'Université Laval et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • l'entrevue écrite avec Noémie Blanchette-Forget, étudiante au baccalauréat en géographie de l'Université Laval et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Arielle Frenette, étudiante au baccalauréat en géographie de l'Université Laval et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • une présentation vidéo de Dany Levesque; B.Sc. (géographie physique et environnementale), candidat à la maîtrise en aménagement du territoire et développement régional à l'Université Laval au sein du Centre de recherche sur l'eau (au moment de l'entrevue, maintenant, chargé de projets au Conseil régional de l'environnement de Chaudière-Appalaches) qui nous explique ses recherches sur l'appropriation des connaissances sur les eaux souterraines en Chaudière-Appalaches et réalisée par le Centr'Eau Québec;

  • l'entrevue écrite avec Marianne Lafond-Desrosiers, étudiante à la maîtrise en sciences géographiques de l'Université Laval et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • l'entrevue écrite avec Maude Pelletier, étudiante à la maîtrise en sciences géographiques de l'Université Laval et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • l'entrevue écrite avec Ariane Bernier, étudiante à la maîtrise en sciences géographiques de l'Université Laval et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • les entrevues avec Normand Bergeron, Soumia, David et Ophélie; le premier est Ph.D. géographie physique et professeur-chercheur en sciences de l'eau du Centre ÉTÉ de l'INRS et les suivants sont étudiants à la maîtrise en sciences de l'eau à l'INRS qui nous présente le camps CIRSA à Sacré-Coeur en Côte-Nord et réalisées par l'INRS;

  • l'entrevue écrite avec Isabelle Falardeau, étudiante au doctorat en sciences géographiques de l'Université Laval et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Camille Ouellet Dallaire, étudiante au doctorat en géographie au sein du Global Hydrolab à l'Université Mcgill qui explique ses recherches en gestion durable des grands systèmes fluviaux dans le cadre du concours "La preuve par l'image" et réalisée par l'ACFAS;

  • un extrait de la présentation de Maxime Boivin, étudiant au doctorat en sciences de l'environnement au sein du Laboratoire de recherche en géomorphologie et dynamique fluviale à l'UQAR qui explique ses recherches sur le développement d'un modèle analytique de la dynamique du bois mort dans des rivières semi-alluviales de régions froides dans le cadre du concours "ma thèse en 180 secondes" et réalisée par l'ACFAS;

  • l'entrevue avec Geneviève Potvin; spécialiste en SIG pour le CNRSNG, étudiante au doctorat en physique de la télédétection à l'Université de Sherbrooke qui nous explique ses recherches dans le développement d'des algorithmes bio-optiques pour suivre l’état de santé de millions de lacs au Canada, à l’aide d’images satellitaires et réalisée par le CNRSNG;

  • les entrevues avec Louise-Emmanuelle Paris, Thomas Morier et Audrey Maheu; les premiers sont étudiants à la maîtrise en sciences de l'eau et la troisième est étudiant au doctorat en sciences de l'eau à l'INRS et réalisées par l'INRS;

  • les entrevues avec Anne-Marie Beauchamp, Marc Laurencelle et Cindy Beaulieu; la première est étudiante à la maîtrise en sciences de la terre, le second est étudiant au doctorat en sciences de la terre, la troisième est étudiante à la maîtrise en sciences de la terre à l'INRS et réalisées par l'INRS;

  • l'entrevue avec lieutenant Jean Vachon; le premier est officier d'infanterie, commandant du peloton 7 de la compagnie C du 2e bataillon du Royal 22e Régiment R22R à la base militaire de Valcartier et réalisée par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec capitaine Jean-François Lamarche et capitaine Éric Audet; le premier est officier d'infanterie au Royal 22e Régiment R22R, mais affecté en tant qu'instructeur à l'École d'infanterie des Forces canadiennes à la base militaire de Gagetown au N-B et le second est officier d'infanterie, commandant de compagnie au sein du 2e bataillon du Royal 22e Régiment R22R à la base militaire de Valcartier et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec major David Ferris et lieutenant Tyler Riches; le premier est officier d'infanterie, commandant en second du 2e bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry Regiment à la base militaire de Shilo au Manitoba et le second est officier d'infanterie et commandant de peloton au 2e bataillion du même régiment et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec lieutenant de vaisseau Pierre-Luc Dessureault-Beaulieu et enseigne 1re classe Jean-François Lebeau; officiers des opérations maritimes (maintenant appelé "officier de guerre navale") à bord de la frégate NCSM Ville de Québec dans la Marine royale canadienne et réalisées par les Forces canadiennes;

  • les entrevues avec lieutenant de vaisseau Jeffrey Anderson et lieutenant de vaisseau Michelle Muir, le premier est officier des opérations maritimes (maintenant appelé "officier de guerre navale") à bord de la frégate NCSM Vancouver et la seconde est officier des opérations maritimes à bord de la frégate NCSM Montréal dans la Marine royale canadienne et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec lieutenant Olivier Matlais et lieutenant Dave Gosselin; le premier est officier de contrôle aérospatial au 12e escadron de radar de la 3e Escadre de Bagotville au Québec et le second est officier du contrôle aérospatial au 21e escadron de contrôle et d'alerte de la 22e Escadre North Bay en Ontario et du Secteur de la défense aérienne du Canada (NORAD) à la base militaire de North Bay en Ontario et réalisées par les Forces canadiennes;

  • l'entrevue avec capitaine Joe Jorgensen; officier du contrôle aérospatial au sein du 42e escadron de radar de la 4e Escadre Cold Lake en Alberta de l'Aviation royale canadienne et réalisée par les Forces canadiennes (en anglais, sous-titré en français);

  • les entrevues avec capitaine Kristen Elliot et capitaine Josh Riley; officiers du contrôle aérospatial au sein du 42e escadron de radar de la 4e Escadre Cold Lake en Alberta de l'Aviation royale canadienne et réalisées par les Forces canadiennes (en anglais);

  • les entrevues avec Vincent Cloutier, Éric Rosa, Claudia Dallaire-Leclearc, Flavie St-Pierre, Raphaël Bondu, Alexandre Deschenes-Dénommé, Alexis Paré, Cindy Cormier et Marilyn Swiderski; le premier est Ph.D. en hydrogéologie, professeur-chercheur en génie des mines et directeur scientifique du Groupe de recherche sur l'eau souterraine (GRES), groupe associé à l'Institut de recherche en mines et en environnement de l’UQAT; le second est Ph.D. sciences de la terre, professeur-chercheur en génie des mines et en sciences de l'environnement, chercheur et chargé du projet PACES au Groupe de recherche en eaux souterraines GRES à l'UQAT; la troisième et la quatrième sont étudiantes au baccalauréat en génie civil à l'Université Laval et stagiaires en tant qu'auxiliaire de recherche au GRES de l'UQAT; la cinquième est étudiant au doctorat en sciences de la terre à l'INRS et assistant de recherche au GRES; le sixième et le septième sont étudiants au baccalauréat en génie géologique à l'Université Laval et stagiaires comme auxiliaire de recherche au GRES; la huitième est étudiante à la maîtrise en sciences de l'eau à l'INRS et stagiaire comme assistante de recherche au GRES; la neuvième est étudiante au baccalauréat en génie des eaux à l'Université Laval et stagiaire comme auxiliaire de recherche au GRES et réaliséses par l'UQAT;

  • les entrevues avec Nicole Fenton, Marion Barbé, Victor danneyrolles, Louis Imbeau et Pauline Suffice; la première est Ph.D. biologie, professeure-chercheure en biologie et en sciences de l'environnement à l'UQAT, directrice de laChaire industrielle sur la biodiversité en contexte minier, chercheure à l'Institut de recherche sur les forêts de l'UQAT et au Centre interuniversitaire d'études sur la forêt; la seconde et le troisième sont étudiants au doctorat en sciences de l'environnement à l'UQAT et assistants de recherche à l'IRF et au CEF; le quatrième est M.Sc. biologie et Ph.D. sciences forestières, professeur-chercheur en biologieprofesseur-chercheur en aménagement de la faune au sein de la Chaire en Aménagement forestier durable de l'UQAT et chercheur à l'IRF et au CEF; la cinquième est M.Sc. biologie et étudiante au doctorat en sciences de l'environnement à l'UQAT et auxiliaire de recherche à l'IRF et réalisées par l'UQAT;

  • les entrevues avec Boris Marcos, Teriitutea Quesnot, Héloîse Barbel, Laurence Paradis et Stéfan Edberg Finisse; le premier est étudiant à la maîtrise en agroforesterie, le second est étudiant au doctorat en sciences forestières, la troisième est étudiant à la maîtrise en sciences géographiques, la quatrième est étudiante à la maîtrise en sciences forestières, le cinquième est étudiant à la maîtrise en biogéosciences de l'environnement et réalisées par l'Université Laval;

  • les entrevues avec Craig Towned, Pierre Gauthier, Pascale Biron, David Greene, Norma Rantisi, Judith Patterson, Amanda Alfonso et Cedric Capacchione; le premier est Ph.D. géographie et professeur agrégé en géographie spécialisé en développement du transport urbain à l'Université Concordia, le second est Ph.D. planification urbaine et professeur agrégé en géographie spécialisé en planification urbaine, la troisième est Ph.D. géomorphologie et professeur titulaire en géographie spécialisée en géomorphologie fluviale et gestion des rivières, le quatrième est Ph.D. biologie et professeur titulaire en géographie et environnement spécialisé en écologie forestière, la cinquième est Ph.D. science politique et professeure titulaire en géographie spécialisée en développement économique local, la sixième est Ph.D. géologie, professeure titulaire de géographie spécialisée en géologie environnementale, la septième est étudiante au baccalauréat en géographie, le huitième est étudiant à la maîtrise en géographie à l'Université Concordia et réalisées par l'Université Concordia (en anglais);

  • les entrevues avec Tikou Belem, Mamert Mbonimpa, Mostafa Bezaazoua, Amal Sahi et Jean-Frédéric Koupouli; le premier est Ph.D. génie civil, professeur-chercheur en génie des mines et en sciences de l'environnement à l'UQAT, chercheur à l'Institut de recherche en mines et en environnement et chercheur à l'Unité de recherche en technologies minérales de l'UQAT; le second est Dr.-ing en géotechnique, ingénieur civil, professeur-chercheur en génie des mines et en sciences de l'environnement à l'UQAT et chercheur à l'Institut de recherche en mines et en environnement de l'UQAT; le troisième est Docteur en géosciences, professeur-chercheur en sciences de l'environnement et chercheur à IRME de l'UQAT; la quatrième et le cinquième sont étudiants à la maîtrise en génie minéral à l'École Polytechnique-UQAT et auxiliaires de recherche à l'IRME à l'UQAT et réalisées par l'UQAT;

  • les entrevues avec Marie Guittonny-Larchevêque, Isabelle Demers et Bruno Buissière; la première est Ph.D. biogéosciences de l'environnement, professeure en sciences de l'environnement à l'UQAT et chercheure à l'Institut de recherche en mines et environnement IRME de l'UQAT; la seconde est Ph.D. sciences de l'environnement, professeure en sciences de l'environnement à l'UQAT, Chaire de recherche du Canada sur l’intégration de l’environnement dans le cycle de vie d’une mine, chercheure à l'Unité de recherche en technologie minérale et à l'IRME; le troisième est Ph.D. génie minéral, professeur-chercheur en génie des mines à l'UQAT, titulaire de la Chaire industrielle CRSNG-UQAT sur la restauration des sites miniers, titulaire agrégé, Chaire CRSNG-Polytechnique-UQAT en environnement et gestion des rejets miniers, chercheur à l'Unité de recherche en technologie minérale de l'UQAT et directeur scientifique de l'Institut de recherche en mines et environnement IRME de l'UQAT et réalisées par l'UQAT;

  • l'entrevue avec Chantal Seuhé, spécialiste en télédétection pour le Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec et réalisée par le Ministère;

  • l'entrevue vidéo avec Antoine Émond-Verreault, géographe chez Roche ltée, Groupe-conseil et réalisée par l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Tommy Tremblay, B.Sc. géographie et développement durable, directeur général au Conseil régional de l'environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-St-Jean et réalisée par l'UQAC;

  • l'entrevue avec Virginie Schoepf, géophysicienne pour une compagnie pétrolière réalisée par le site français Les Métiers;

  • l'entrevue avec Kara, géophysicienne pour la société pétrolière Total en France et réalisée par Total (en anglais);

  • l'entrevue écrite avec Amélie Soucy, M.Sc. biogéosciences de l'environnement, consultante en géographie au Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs du Québec et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • l'entrevue écrite avec Pierre-Olivier Duquette, M.Sc. biogéosciences de l'environnement, chargé de projet chez SNC-Lavalin inc. Division Environnement et Eau et réalisée par la Faculté de foresterie, géographie et géomatique de l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Vincent Rodrigue, géothermicien et réalisée par Envirocompétences, le comité sectoriel de la main-d'œuvre en environnement du Québec;

  • l'entrevue avec Marie-Laurence Bohémier, M.Sc. géographie, coordonnatrice en agriculture urbaine pour Pro-Vert Sud-Ouest à Montréal et réalisée par le magazine Sciences Plus;

  • l'entrevue avec Julie Ruiz, Ph.D. aménagement, professeure de géographie à l'UQTR, titulaire de Chaire de recherche en écologie du paysage et aménagement et chercheuse au Centre de recherche sur les interactions bassins versants - écosystèmes aquatiques et réalisée par le Fonds de recherche du Québec;

  • l'entrevue avec Marie Guittonny-Larchevêque, Ph.D. biogéosciences de l'environnement, professeure en sciences de l'environnement à l'UQAT, chercheuse à l'Institut de recherche en mines et environnement de l'UQAT et chercheuse à l'Unité de recherche et de service en technologie minérale de l'UQAT et réalisée par l'UQAT;

  • une présentation de Lea Berrang Ford, Ph.D. géographie, professeure agrégée en géographie - spécialisée en changements climatiques et responsable du Berrang Ford Lab à l'Université Mcgill et réalisée par l'Universiété Mcgill (en anglais);

  • la présentation de Bruno Tremblay, Ph.D. sciences de l'atmosphère, professeur adjoint en sciences de l'atmosphère spécialisée en climat arctique à l'Université Mcgill et réalisée par l'Université Mcgill (en anglais);

  • l'entrevue avec Heike Helene Dorothee Link, Ph.D. en océanographie de l'UQAR et réalisée par l'UQAR;

  • l'entrevue avec Pascal Bernatchez, B.Sc. géographie physique, M.Sc. géographie et Ph.D. océanographie; professeur en géographie à l'UQAR, titulaire de la Chaire de recherche en géoscience côtière de l'UQAR, chercheur au Centre interuniversitaire de recherches en études nordiques, chercheur du Groupe de recherche Québec Océan, chercheur au Groupe de recherche sur les environnements nordiques BORÉAS et membre du Consortium sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques (Ouranos) et réalisée par l'ACFAS;

  • l'entrevue avec Yannick Huot, Ph.D. en océanographie, professeur en géomatique appliquée à l'Université de Sherbrooke, chercheur au Groupe interuniversitaire de recherches océanographiques et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en observation de la Terre et écophysiologie du phytoplancton de l'Université de Sherbrooke et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • l'entrevue avec Luc Tremblay, Ph.D.océanographie, professeur de chimie à l'Université de Moncton et chercheur en chimie des océans et réalisée par le Conseil étudiant de chimie et biochimie de l'Université de Moncton;

  • l'entrevue avec Guy Mercier, Docteur en génie civil et Ph.D. en sciences de la terre, professeur en sciences de la terre et chercheur en décontamination environnementale et valorisation au sein de l'Équipe de recherche en assainissement et décontamination environnementales au Centre de recherche eau, terre et environnement de l'INRS et réalisée par l'INRS;

  • l'entrevue avec Guy Sénéchal, Docteur sciences en géophysique, géophysicien et professeur de géophysique à l'Université Joseph Fourrier en France et réalisée par le Palais des Découvertes de Paris;

  • les entrevues avec Jean H. Bédard et Lyal Harris; le premier est Ph.D. sciences de terre, chercheur au Centre géoscientifique de Québec de la Commission géologique du Canada et professeur associé en sciences de la terre à l'INRS et le second est D.Sc. géologie structurale et tectonique, professeur-chercheur en sciences de la terre à l'INRS et chercheur au Réseau IVEX et réalisée par Québec Science;

  • l'entrevue avec David Boteler, Ph.D. géophysique, chercheur scientifique au Laboratoire de géomagnétique de Ressources naturelles Canada à Ottawa et réalisée par Ressources naturelles Canada (en angalis);

  • l'entrevue avec Régis Xhardé; Ph.D. sciences côtières, Gestionnaire et coordonnateur scientifique du Laboratoire d'hydraulique environnemental du Centre de recherche Eau-Terre-Environnement de l'INRS et membre du Groupe de recherche Québec Océan qui nous explique ce laboratoire unique en son genre en Amérique du Nord et réalisée par l'INRS.

Consulte également la page suivante où tu trouveras un répertoire de concours et de compétitions scientifiques.

 

Pour des liens relatifs à la géologie et aux sciences de la terre, consulte la page de géologue

 

Pour des liens reliés à la météorologie et à l'océanographie, consulte la page de météorologue

  

Pour des liens reliés à l'astronomie et à l'astrophysique, consulte la page de physicien

 

Pour une liste de musées et centres de vulgarisation en sciences, consulte la page de physicien

 

Pour des liens sur des atlas et cartes géographiques et topographiques, consulte la page de géographe

 

Organismes de loisir scientifique :

 


 

Retour à page du secteur environnement et aménagement du territoire

Retour à page du secteur sciences physiques et mathématiques

Retour à la page d’accueil