Retour à la page du secteur services sociaux

Retour à la page d'accueil

 

SECTEUR : SERVICES SOCIAUX ET JURIDIQUES

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

PSYCHOLOGUE

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.A. ou B.Sc.

DOCTORAT D.Ps. ou Ph.D.

 

 

 Consulte également la page d’informations

sur les programmes pré-universitaires en sciences humaines

OU les programmes pré-universitaires en sciences de la nature

 

Consulte aussi la section "liens recommandés" à la fin de cette page (dont des vidéos de psychologues qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 

 

En tant que psychologue; tu seras responsable est d’intervenir auprès des individus présentant des problèmes d’ordre affectif, intellectuel ou social. Tu auras à aider la personne à trouver des solutions afin de résoudre ses difficultés personnelles.

 

Pour cela, tu devras évaluer et diagnostiquer leur état psychologique et mental en effectuant des entrevues généralement individuelles, mais aussi en couple (psychologie familiale) ou en petit groupe afin d'évaluer ses ressources et ses limites. Tu auras aussi recours à différents tests psychologiques servant soit à évaluer les capacités intellectuelles, soit à évaluer des aptitudes et intérêts ou à connaître et évaluer certains aspects de la personnalité de cette personne. Cette évaluation permettra de te prononcer sur ses capacités et ses limites, ses difficultés ou ses troubles qui se répercutent sur la pensée, l’humeur ou le comportement de cette personne.

 

Ensuite, tu devras planifier, élaborer, mettre en œuvre et appliquer un plan de traitement psychologique (seul  ou au sein d'une équipe multidisciplinaire et interdisciplinaire) selon l'évaluation effectuée visant l'amélioration, le maintien ou le rétablissement de la santé psychologique de la personne.

 

Selon le milieu et le champ de compétence que tu auras choisi, tu auras à intervenir auprès d’une clientèle spécifique ou de clientèles diversifiées :

 

En psychologie sociale et familiale : Tu travailleras auprès des couples ayant des conflits familiaux. Tu les aideras à trouver des solutions afin de résoudre les problèmes entre-eux. Tu devras rester impartial, écouter et faire connaître les points de chacun et les amener à résoudre le conflit en question. Tu peux aussi être appelé(e) à intervenir auprès des enfants des couples et autres membres impliquées dans les conflits et les amener à participer au processus de résolution du problème, au besoin.

 

Si tu es accrédité(e) en médiation familiale; tu pourras aider les parents séparés, ou en processus de séparation, à négocier une entente équitable et viable sur les questions relatives au droit de garde des enfants, aux droits de visites ou de sorties, à la pension alimentaire versée aux enfants ou pour l'un des conjoints, le partage du patrimoine familial ou le règlement des intérêts communs des conjoints. En médiation familiale, l’objectif principal des parents – même s’ils ne sont plus des conjoints – est de collaborer au bien-être et au développement optimal des enfants.

 

Bien que la majorité travaillent en pratique privée, on en retrouve également dans les CLSC, dans les organismes communautaires d'aide et de soutien aux couples, aux familles ou aux communautés. Dans la plupart des cas, tu travailleras seul(e), mais parfois en collaboration avec des travailleurs sociaux, intervenants sociaux ou intervenants communautaires.

 

En psychologie scolaire : Tu auras à intervenir auprès des jeunes du primaire ou du secondaire présentant des difficultés d’adaptation, d’attention, d’apprentissage, de comportement, familiales ou autres. Tu devras appliquer des approches d’intervention propres à cette clientèle. Tu auras recours notamment à des entrevues individuelles et à des tests psychologiques sous forme de jeux (dans le cas les plus jeunes, évidemment). Tu auras à collaborer avec les enseignants, les éducateurs spécialisés, les infirmiers, les parents, etc.

 

Tu travailleras en collaboration avec des enseignants, des orthopédagogues, des psychopédagogues, des orthophonistes, des psychoéducateurs, des travailleurs sociaux, des intervenants sociaux, des éducateurs spécialisés, etc

 

Tu pourras travailler au sein d'une commission scolaire, d'un établissement privé d'enseignement primaire et/ou secondaire, d'un CPE (plutôt rare), d'un CLSC ayant un service de psychologie scolaire en partenariat avec les écoles du territoire ou en cabinet privé.

 

En psychologie industrielle et organisationnelle : Il y a 2 domaines d’intervention :  En développement organisationnel, tu devras diagnostiquer et évaluer des problèmes d’organisations au niveau du personnel au sein de l’entreprise. Tu auras par exemple à évaluer le rendement et les compétences des employés(es), élaborer des plans de développement personnel des membres de l’organisation, élaborer des instruments et des techniques d’embauche du personnel, évaluer par des test de personnalité les candidates et les candidats lors du recrutement pour savoir s’ils possèdent le profil recherché, etc.

 

Comme deuxième domaine d’intervention, tu devras intervenir et apporter du support auprès des employées présentant des problèmes familiaux, de santé ou autres problèmes ayant des répercussions sur leur travail. Tu participeras à l’élaboration et mise sur pied de programmes de prévention en santé et sécurité au travail au sein de l’entreprise.

 

Selon le milieu, tu travailleras seul(e), alors que dans d'autres milieux, tu travailleras en collaboration avec des infirmiers, des spécialistes en santé et sécurité au travail, des intervenants(es) en milieu de travail, etc.

 

Tu pourras travailler en cabinet conseil en psychologie organisationnelle, au sein d'une firme de consultants en ressources humaines, au sein d'un organisme gouvernemental ou d'une grande entreprise.

 

En neuropsychologie : Tu auras à diagnostiquer et à évaluer l'état des fonctions cognitives mettant en relation le fonctionnement du cerveau et le comportement humain et permettant ainsi de préciser le fonctionnement de l’attention, la mémoire, le langage, le calcul et les capacités d’organisation et de planification, ce qu'on appelle les "troubles neuropsychologiques".

 

Tu pourras intervenir auprès de personnes souffrant de troubles neurologiques développementaux (ex : dyslexie, trouble de déficit de l'attention, syndrome de l'alcoolisation fœtale, syndrome d'Asperger, troubles du spectre et de l'autisme, etc.); troubles neurologiques acquis (ex :  accident vasculaire cérébral, traumatisme crânien, etc.); troubles neurologiques dégénératifs (ex : maladie d'Alzheimer, maladie de Huntington, maladie de Parkinson, etc.). Tu pourras intervenir également auprès de personnes présentant des difficultés de développement ou d’apprentissage ou même évaluer la condition de gens ayant des facultés intellectuelles supérieures à la moyenne.

 

Tu travailleras avec la collaboration d'une équipe interdisciplinaire composée d'autres neuropsychologues, psychologues cliniciens, ergothérapeutes, psychoéducateurs, travailleurs sociaux, infirmiers praticiens spécialisés en santé mentale ou en neurologie, médecins psychiatres, médecins neurologues, etc.

 

Il faut bien différencier la pratique générale de la psychologie dont les compétences permettant l’évaluation des troubles mentaux vise à établir la présence d’une affection clinique se caractérisant par un ensemble de symptômes, de manifestations cliniques ou de difficultés; alors que l’évaluation des troubles neuropsychologiques vise à établir un lien entre l’affection clinique et une altération possible des fonctions cérébrales ou fonctions mentales supérieures, soit à conclure à la présence d’un trouble de ces fonctions et, si nécessaire, établir un lien cerveau-comportement.

 

Tu pourras travailler au sein d'un centre de réadaptation en déficience physique et pour déficients psychomoteurs, d'un centre de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles envahissants du développement CRDITED, d'un CHSLD public ou privé, d'une unité de neurologie d'un hôpital ou en clinique privée.

 

Tu devras détenir une attestation spéciale en évaluation des troubles neuropsychologiques émise par l'Ordre des psychologues du Québec.

 

Pour plus de détails, consulte l'Association des neuropsychologues du Québec et la page suivante de l'Ordre des psychologues du Québec.

 

En expertise judiciaire : Tu seras appelé(e) à agir en tant qu’expert(e) devant une cour de justice afin d’émettre ton opinion professionnel relié au sujet de la cause entendue. Voici quelques exemples de causes où l’on fera appel à tes compétences : en matière de protection ou délinquance juvénile, en matière de garde d’enfants lors de divorce ou de séparation des parents, dans les allégations d’agression sexuelle impliquant des enfants, dans les situations d’accidents, de maladies ou de traumatismes afin d’évaluer les déficiences et incapacités résultantes, en matière d’évaluation de la dangerosité d’un individu, notamment lors de libération conditionnelle ou de libération sous caution à la suite d’une mise en accusation, etc.

 

Tu devras rencontrer toutes les parties en cause, faire des entrevues, passer des tests que tu corrigeras et interprèteras. Ensuite, tu devras rédiger un rapport d'expertise que tu remettras aux demandeurs. Enfin, tu devras être interrogé(e) et contre-interrogé(e) en cour par les avocats de chacune des parties et donner ton avis d'expert afin d'éclairer le tribunal dans la prise de décision.

 

Selon ton champ d’expertise, tu pourras travailler dans divers milieux légaux tels que : le Tribunal de de la jeunesse, le Tribunal des droits de la personne, la Commission nationale des libérations conditionnelles, la Commission des libération conditionnelles du Québec, Cour du Québec (section criminelle), la Cour supérieure du Québec (section criminelle), l’Institut Philippe-Pinel, etc.

 

C'est un champ de compétence plutôt rare au Québec et réputé difficile dont certains œuvrent en pratique privée, d'autres en milieu hospitalier (psychiatrique ou autre) ou en centre de réadaptation.

 

En psychologie clinique : Tu interviendras à différents points de vue et auprès de clientèles variées. Tu pourras intervenir auprès des proches d’une personne malade afin de les aider à surmonter cette étape difficile de leur vie en leur permettant de s’exprimer ouvertement et sortir leurs émotions. Tu pourras intervenir auprès de personnes ayant subies un accident, une maladie ou autre problème de santé et qui ont besoin d’aide psychologique pour réussir à faire face et à accepter leur situation.

 

Tu pourras intervenir auprès d’un groupe de personnes ayant subies une situation de crise (accident grave, catastrophe, fusillade, prise d’otage, etc) en les fournissant le soutien et l’aide nécessaire pour réussir à surmonter le choc survenu lors de cet événement. Tu pourras intervenir auprès de  clientèles spécifiques (enfants, personnes âgées, personnes handicapées, personnes malades, personnes rééducation, etc) présentant troubles personnes, sociales ou professionnelles. Par des entrevues, des tests et des jeux ou activités sociales les amener à trouver une solution et résoudre leur problème (dépression, burn-out, solitude chez les gens âgés, difficultés liées à une maladie ou un accident, troubles sexuels, etc.).

 

Tu même intervenir auprès de personnes souffrant de maladie mentale en effectuant des évaluations à l’aide d’entrevues, tests psychologiques, activités éducatives afin de prévenir, corriger et de traiter les troubles émotionnels, de la personnalité, de comportement, d’adaptation ou des psychopathologies du patient ou de la patiente en service externe ou institution spécialisée.

 

Tu travailleras en étroite collaboration avec une équipe interdisciplinaire composée d'autres psychologues cliniciens, d'infirmiers praticiens spécialisés, de psychoéducateurs, de travailleurs sociaux, de criminologues, de sexologues, d'ergothérapeutes, de médecins en soins palliatifs, de médecins psychiatres, de médecins spécialistes en traumatologie, etc.

 

Tu pourras travailler au sein des centres de réadaptation (en déficience physique et psychomotrice, en déficience intellectuelle et TED, en dépendances, en santé mentale), au sein des centres correctionnels communautaires, des centres de soins palliatifs, des CHSLD publics ou privés, d'un hôpital de soins généraux et spécialisés (unité des soins palliatifs, unité de cancérologie, unité de santé mentale, unité de traumatologie, etc.) ou d'un hôpital psychiatrique.

 

En enseignement collégial : Tu enseigneras à des étudiantes et des étudiants de niveau collégial, les notions de base de la psychologie afin de leur donner certaines connaissances élémentaires sur les comportements et l’apprentissage humains. Tu pourrais leur enseigner des cours comme la psychologie du développement, la psychologie sociale, la psychologie de l’apprentissage, la psychologie de l’enfance, etc.

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur(e) au collégial.

 

En recherche et enseignement universitaire : Tu auras à effectuer des recherches poussées dans un champs précis de la psychologie afin de permettre de développer et de mettre au point des nouvelles techniques d’entrevues, instruments d’évaluation et techniques d’intervention auprès de la ou des clientèles concernées. Tu auras aussi à enseigner à des étudiants et étudiantes de 1er cycle en psychologie les différentes matières de la psychologie reliées à ton champ de compétence.

 

Pour pouvoir travailler dans ce secteur, tu devras détenir un doctorat en psychologie et avoir réaliser un projet d’envergure de recherche (thèse) en psychologie.

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur(e) d'université.

 

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

-        Intérêts pour la compréhension des personnes

-        Aimer et facilité à travailler auprès des gens et entregent

-        Grande facilité à communiquer et écouter qui te permettra d’établir une relation amicale avec ton client ou ta cliente

-        Sens des responsabilités car tu auras responsable du mieux-être de la personne

-        Esprit d’analyse et bon jugement pour bien analyser les problèmes rencontrés par cette personne

-        Respect, empathie et discrétion pour permettre à la personne d’avoir ta confiance

-        Esprit d’initiative et autonomie pour réussir à emmener la personne à trouver une solution à son problème

-        Sens de l’observation et ouverture d’esprit pour mieux comprendre les problèmes de la personne et sa façon d’agir face à eux

-       Facilité pour le travail en équipe car dans certains milieux tu auras à travailler en collaborer avec d’autres professionnels : enseignants, psychoéducateurs, orthopédagogues, travailleur social, éducateurs spécialisés, intervenant en toxicomanies, parents (milieu scolaire); autres psychologues, médecins, infirmiers, ergothérapeutes, orthophonistes, travailleurs sociaux, éducateurs spécialisés, proches des patients (milieu hospitalier); autres psychologues, spécialistes en réadaptation psychosociale, travailleurs sociaux, médecins, infirmiers, ergothérapeutes, physiothérapeutes, audiologistes, orthophonistes, art-thérapeutes, éducateurs spécialisés, techniciens en recherche psychosociale (milieu de réadaptation), etc.

-         Imagination et créativité pour développer de nouvelles approches innovatrices et efficaces

-        Grande capacité d’adaptation à tout type de milieux et à tous types de clientèles

-         Sens de l’organisation pour planifier, organiser et animer différentes activités d’intervention individuelle ou en groupe

-    Excellente maîtrise de la langue francaise parlée et écrite afin de t'exprimer clairement et professionnelle avec les patients et pour rédiger des rapports d'expertise de qualité

PROFESSIONS APPARENTÉES :

 

Avec le baccalauréat seul :

-        Agent(e) d’aide sociale

-    Agent(e) d'aide socioéconomique (CSST, SAAQ, IVAC, etc)

-        Agent(e) d’immigration (Citoyenneté et Immigration Canada)

-    Agent(e) d'intervention en centre jeunesse

-    Agent(e) d'intervention en maison de transition

-        Agent(e) de modification du comportement (centres de réadaptation en dépendances, centres de réadaptation pour déficients intellectuels, centres de réhabilitation sociale, hôpitaux psychiatriques, etc.)

-        Agent(e) de planification, programmation et recherche en services sociaux (réseau public des services sociaux)

-    Agent(e) de probation (Service correctionnel du Québec)

-    Agent(e) de libérations conditionnelles (Service correctionnel du Canada)

-        Agent(e) des relations humaines

-        Agent(e) des services correctionnels du Québec

-        Agent(e) des services frontaliers

-        Agent(e) fédéral des services correctionnels

-        Animateur(trice) à la vie étudiante

-        Animateur(trice) communautaire

-        Animateur(trice) d’activités éducatives auprès de personnes en difficultés

-        Conseiller(ère) en affaires étudiantes

-        Conseiller(ère) en comportement humain

-        Conseiller(ère) en emploi

-        Conseiller(ère) en main-d’œuvre

-        Conseiller(ère) en réadaptation

-        Conseiller(ère) en ressources humaines

-        Conseiller(ère) en adaptation au travail

-        Conseiller(ère) en santé au travail

-        Éducateur(trice) en garderie

-        Éducateur(trice) spécialisée

-    Enquêteur(e) en harcèlement psychologique (Commissions des normes du travail)

-    Intervenant(e) auprès des personnes handicapées

-        Intervenant(e) communautaire

-        Intervenant(e) social(e)

-    Officier de police militaire (Forces canadiennes)

-    Officier du renseignement (Forces canadiennes)

-    Officier des sciences biologiques - facteurs humains (Forces canadiennes)

-    Organisateur(trice) communautaire (dans les CLSC)

-        Professeur(e) en techniques d’éducation à l’enfance au collégial (avec une maîtrise en éducation)

-        Professeur(e) en techniques d’éducation spécialisé au collégial (avec une maîtrise en éducation)

-        Psychanalyste

-        Psychosociologue

-    Psychotechnicien(ne)

-    Sociothérapeute (Institut Pinel)

-    Spécialiste en sciences de l'éducation - psychopédagogie (avec une maîtrise en psychopédagogie)

-        Surveillant-éducateur ou surveillante-éducatrice dans une école

-    Technicien(ne) en éducation spécialisée

-    Technicien(ne) en psychométrie

-        Technicien(ne) en réadaptation psychosociale

-    Technicien(ne) en recherche psychosociale

-        Thérapeute en comportement humain

-    Thérapeute par l'art (avec une maîtrise en art-thérapie)

Avec un doctorat en psychologie :

-    Agent(e) fédéral du renseignement (renseignements psychologiques)

-        Assistant(e) de recherche en psychologie

-        Chercheur(e) en psychologie, voir aussi la page des sciences médicales

-        Neuropsychologue

-        Officier à la sélection du personnel (Forces armées)

-    Officier des sciences biologiques - facteurs humains (Forces canadiennes)

-        Officier du renseignement (Forces canadiennes)

-    Professeur(e) de psychologie au collégial

-       Professeur(e) d’université en psychologie ou en psychoéducation

-        Professeur(e) en techniques d’éducation à l’enfance au collégial

-        Professeur(e) en techniques d’éducation spécialisé au collégial

-        Psychologue clinicien(ne) (avec le doctorat spécialisation psychologie clinique)

-        Psychologue médiateur(trice) familial(e)

-    Psychologue militaire

-        Psychologue organisationnel (ou du travail)

-        Psychologue scolaire

-        Psychologue social(e)

-        Psychologue-conseil(le)

-        Psychothérapeute

-    Spécialiste en affaires cliniques

-    Thérapeute du comportement humain

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-        Agences de placement

-        Cégeps et collèges privés

-    Centres correctionnels communautaires

-        Centres d’accueil pour personnes handicapées

-        Centres de la petite enfance CPE

-    Centres de réadaptation en déficience intellectuelle et troubles TED

-        Centres de réadaptation en déficience physique ou sensorielle

-    Centres de réadaptation en dépendances

-        Centres de réadaptation psycho-sociale

-        Centres de réhabilitation

-        Centres de santé et de services sociaux (CLSC, hopitaux, centres de soutien aux familles, CHSLD)

-        Centres hospitaliers de soins de longue durée CHSLD privées conventionnés ou non conventionnés

-        Centres-jeunesse (centres et foyers d’accueil pour jeunes)

-    Cliniques médicales privées

-        Cliniques privées de psychologie

-        Commissions scolaires

-        Corps policiers (postes civils au SPVM, Police de Québec, Police de Laval, S.Q. ou GRC)

-        Directeur de la protection de la jeunesse DPJ

-        Écoles primaires ou secondaires privées

-        Établissements de détention

-        Firmes de consultants en personnel

-        Communautés autochtones

-        Forces armées canadiennes (voir section professions apparentées)

-    Gouvernement du Canada (Anciens Combattants Canada, Ressources humaines et Développement des compétences Canada, Commission de la fonction publique du Canada, Santé Canada - unités de santé en milieu autochtone, Service Canada)

-         Gouvernement du Québec (SAAQ, CSST, IVAC, RAMQ, Emploi-Québec, Ministère de l'Éducation, Ministère du Travail)

-        Grandes entreprises (pour la sélection du personnel)

-        Hôpitaux universitaires et affiliés universitaires

-        Maisons de transition

-    Organismes communautaires (maisons d'hébergement pour femmes, centres d'aide en santé mentale, organismes d'aide aux familles, etc.)

-    Organismes humanitaires internationaux (Croix-Rouge Canada, Médecins sans frontières, Unicef Canada, etc.)

-        Universités

-    Centres de recherche (consulte la page suivante afin de connaître les organismes de recherches en psychologie), dont notamment :

Centre Alan-Edwards de recherche sur la douleur de Mcgill,
Centre d'études interdisciplinaires sur le développement de l'enfant et la famille de l'U.Q.T.R.,
Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (Montréal, Laval et UQAM),
Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence conjugale et la violence faite aux femmes (Laval et Montréal),
Centre de recherche de l'Hôpital Charles-LeMoyne de l'Université de Sherbrooke (santé mentale, toxicomanies, psychologie du travail),
Centre de recherche de l'Institut Philippe-Pinel,
Centre de recherche en santé mentale Fernand-Séguin (Institut universitaire de santé mentale de Montréal),
Centre de recherche en santé mentale Douglas (Institut universitaire en santé mentale Douglas),
Centre de recherche en santé mentale Université Laval-Robert-Giffard (Institut universitaire en santé mentale de Québec),
Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal,
Centre de recherche du Centre jeunesse de Montréal - Institut universitaire (Montréal, Mcgill et UQAM),
Centre de recherche du CHU Ste-Justine,
Centre de recherche en neuropsychologie et cognition de l'Université de Montréal,
Centre de recherche en intervention familiale de l'UQO,
Centre de recherche et d'intervention sur le suicide et l'euthanasie de l'UQAM,
Centre de recherche sur l'adaptation des jeunes et des familles à risque de l'Université Laval,
Centre de recherche sur l'enfance et la famille de Mcgill,
Centre de recherche sur le développement humain de l'Université Concordia,
Centre international d'études sur le jeu et les comportements à risque chez les jeunes de Mcgill,
Groupe de recherche et d'action sur la victimisation des enfants de l'UQAM,
Groupe de recherche en neurobiologie comportementale de l'Université Concordia
Groupe de recherche sur l'inadaptation psychosociale chez l'enfant (Laval, Montréal et Mcgill),
Mcgill Institute for gender, sexuality & feminist studies
,
Concordia Centre for arts in human development (art-therapie).

 

PERMIS DE PRATIQUE :

 

Au Québec, pour pratique en tant que psychologue tu dois obligatoirement devenir membre de l’Ordre des psychologues du Québec. Cette profession est régie par une loi et un code de déontologie qui ne permet qu’aux détenteurs de ce titre de pratiquer dans le domaine

 

Pour y devenir membre, tu dois détenir une doctorat en psychologie et ensuite t’inscrire auprès de l’Ordre. Par la suite, tu obtiendras ton permis ce qui te permettra de pratiquer en que psychologue dans n’importe quel milieu partout au Québec.

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Excellente maîtrise du français parlé et écrit

-         Connaissance de l’anglais un atout (bilinguisme demandée dans certains milieux)

-         Disponibilité

-         Dynamisme

-         Avoir de l’expérience bénévole ou rémunérée en relation d’aide auprès de clientèles spécifiques ou diversifiées (maisons de jeunes, foyers de personnes âgées, centres pour handicapées, organismes communautaires, garderie, etc.)

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2015 :

 

Baccalauréat :

 

La grande majorité des répondants(es), soit 65 % ont poursuivi leurs études au niveau du Doctorat en psychologie ou dans une maîtrise de recherche en psychologie ou dans une discipline connexe.

 

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, seulement 39 % d'entre-eux ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la majorité, soit 78 % sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

792 108 84 515

Note 1 : hausse du nombre de répondants(es) poursuivant des études supérieures par rapport aux années précédentes (était de 62 % en 2013; 57 % en 2011 et 59 % en 2009).

Note 2 : baisse du taux placement par rapport aux années précédentes (était de 50 % en 2013; 40 % en 2011 et 41 % en 2009).

Maîtrise de recherche :

 

La grande majorité des répondants(es), soit 54 % ont poursuivi leurs études au niveau du Doctorat en psychologie (volet recherche) ou dans un doctorat dans une discipline connexe (ex : psychoéducation, criminologie, sexologie, sciences neurologiques, etc.)

 

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, le placement est faible, seulement 42 % d'entre-eux ont obtenu un emploi relié à leurs études (assistant de recherche, enseignant au collégial, etc.) dont la presque totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

26 5 4 14

 

Note : baisse du taux placement par rapport aux années précédentes.

 

Doctorat en psychologie :

(données de 2014)

 

Le placement est EXCELLENT, 85 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la majorité, soit 70 % sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 6 % ont poursuivi leurs études au niveau du stage postdoctoral (notamment en neuropsychologie).

 

Un(e) seul(e) répondant(e) a poursuivi ses études au niveau du doctorat dans une discipline connexe.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 en stage postdotoral

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

140 110 102 9 1

 

Note : taux placement comparable aux années précédentes (était de 99 % en 2012; 87 % en 2010 et 87 % en 2007).

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2015 :

 

Avec le doctorat en psychologie :

(notamment en tant que psychologue ou psychologue clinicien) 

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-    22,06 $/heure (35 ou 36,25 hres/sem selon les milieux) en moyenne en tant que psychologue au sein des établissements privés d'enseignement primaire et/ou secondaire

-         22,51 $/heure (35 hres/sem) en tant que psychologue dans la fonction publique québécoise (SAAQ, CSST, IVAC, RAMQ, CLE, etc.)

-    23,96 $/heure (35 ou 36,25 hres/sem selon les milieux) en moyenne en tant que psychologue au sein des collèges préuniversitaires ou techniqus privés

-     24,33 $heure (35 hres/sem) en tant que psychologue ou psychologue clinicien(ne) dans le réseau de la santé et des services sociaux

-     24,42 $heure (35 hres/sem) en tant que psychologue dans les commissions scolaires et les cégeps

-    26,21 $/heure (35 ou 36,25 hres/sem selon les milieux) en moyenne en tant que psychologue au sein des établissements privés de soins et d'hébergement pour aînés (CHSLD privés)

-    27,04 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que psychologue au sein des universités

-        31,40 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que psychologue dans la fonction publique fédérale (pénitenciers fédéraux, postes civils à la GRC, postes divils au SCRS, Agence des services frontaliers, pénitenciers fédéraux, ministères et organismes, etc.)

-         31,93 $/heure (40 hres/sem) en tant que psychologue dans le secteur privé

-         33,92 $/heure (35 hres/sem) en moyenne en tant que psychologue au sein des grandes compagnies d'assurance

-         36,87 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que psychologue clinicien(ne) dans la fonction publique fédérale (postes civils dans les hôpitaux militaires)

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport aux années précédentes (était de 30,50 $ en 2011 et 22,15  $ en 2009).

 

Note 2 : dans le secteur public et parapublic, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

autres professions avec un doctorat (ou un postdoctorat) :

(sauf enseignement post-secondaire, voir plus bas) 

Professions connexes :

(avec le baccalauréat seul ou avec une maîtrise dans une discipline connexe)

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

Dans le secteur de la santé et des services sociaux :

Dans le secteur de l'éducation et des services de garde :

Dans le secteur de l'enseignement supérieur :

(sauf enseignement)

Autres milieux :

-         18,73 $/heure (40 hres/sem) dans le secteur privé (intervenant, éducateur, animateur, génagogue, etc.) avec un bacc

-    19,78 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'intervenant(e) social ou intervenant(e) communautaire ou animateur(trice) social ou génagogue ou autres dans le secteur privé

-         20,60 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) d’aide socioéconomique dans la fonction publique québécoise (CSST, SAAQ, CLÉ, etc)

-         22,11 $/heure (35 hres/sem) en tant que spécialiste en sciences de l'éducation dans la fonction publique québécoise (programmes d'intervention en milieu scolaire ou programmes d'aide à l'intégration des jeunes au sein du Ministère de l'Éducation) maîtrise psychopédagogie ou en mesure et évaluation en éducation nécessaire

-    22,21 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'agent(e) d'intégration sociale ou agent(e) des libérations conditionnelles ou agent(e) de probation (centres de détention provinciaux)

-         23,81 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'agent(e) des relations humaines dans la fonction publique fédérale (ministères et organismes comme Anciens Combattants, Développement social, Affaires indiennes, etc.)

-    24,49 $/heure (33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) de liaison avec les organismes de développement social ou agent(e) de soutien aux services bénévoles ou agent(e) des communications sociales ou technicien(ne) en recherche sociale ou technicien(ne) en développement communautaire ou agent(e) d'intervention communautaire au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-        24,38 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'assistant de recherche ou autres postes connexes dans le secteur privé (avec une maîtrise de recherche en psychologie ou dans une discipline connexe)

-         24,53 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'agent(e) d’immigration ou agent(e) des programmes sociaux dans la fonction publique fédérale 

-         27,00 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'agent(e) des libérations conditionnelles dans la fonction publique fédérale

-    29,34 $/heure (33,45 ou 33,75 ou 35 hres/sem) en moyenne en tant qu'agent(e) de développement des collectivités ou agent(e) ou conseiller(ère) en développement communautaire ou conseiller(ère) en programmes sociaux au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-         4 433 $/mois (au grade de lieutenant) et augmente à 6 515 $/mois (au grade de capitaine) après 5 ans en tant qu'officier du renseignement ou officier de police militaire (bénéficiaires du Programme d'enrôlement direct des officiers PEDO) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-         5 138 $/mois (au grade de lieutenant) et augmente à 6 515 $/mois (au grade de capitaine) après 5 ans en tant qu'officier du renseignement ou officier de police militaire (bénéficiaires du Programme d'études universitaires subventionnées PFOR) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-         145,78 $/jour (au grade de lieutenant) et augmente à 182,10 $/jour (au grade de capitaine) en tant qu'officier du renseignement ou officier de police militaire au sein des Forces canadiennes (Réserve)

-         4 433 $/mois en tant qu’officier à la sélection du personnel (grade de lieutenant/enseigne 1er classe) lors de la 1ère année pendant la période de préceptorat et ensuite, augmente à 6 515 $/mois (grade de capitaine/lieutenent de vaisseau) au sein des Forces canadiennes (Force régulière) maîtrise nécessaire

-       145,78 $/jour en tant qu’officier à la sélection du personnel (grade de lieutenant/enseigne 1er classe) lors de la 1re année pendant la période de préceptorat et ensuite, augmente à 182,10 $/mois (grade de capitaine/lieutenent de vaisseau) au sein des Forces canadiennes (Réserve) maîtrise nécessaire

Note 1 : légère hausse de la moyenne de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport aux années précédentes (était de 18,43 $ en 3013; 17,90 $ en 2011 et 18,00 $ en 2009).

 

Note 2 : dans le secteur public et parapublic, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

 

En enseignement post-secondaire :

(collégial préuniversitaire ou universitaire)

 

Note : pour enseigner la psychologie au collégial, il n'est pas obligatoire de détenir un doctorat en psychologie et le le titre de "psychologue", mais souvent exigé par les collèges.

Note 1 : légère hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé tant pour les psychologues que pour les professions connexes. 

 

Note 2 : dans le secteur public et parapublic, les augmentations sont établies par les conventions collectives.

Sources : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Ministère de la Famille et de l’Enfance, Commission de la Fonction publique du Canada, Forces canadiennes, conventions collectives des employés de soutien de la plupart des universités, conventions collectives des professionnels de la plupart universités, conventions collectives des professionnels de recherche de la plupart universités, conventions collectives des fonctionnaires de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des professionnels de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des employés de plusieurs grands établissements privés d'hébergement pour aînés, conventions collectives des employés de plusieurs collèges privés, conventions collectives des employés de plusieurs établissements privés d'enseignement primaire et/ou secondaire.

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon l'Ordre des psychologues du Québec, il y avait 7 676 psychologues actifs (soit 145 de plus qu'en 2014, 301 de plus qu'en 2012 et 404 de plus qu'en 2010) dans l'ensemble des régions du Québec au 31 mars 2016.

 

De ce nombre, 251 nouveaux psychologues ont été admis (63 de plus qu'en 2014 et xx de plus qu'en 2012).

 

Profession majoritairement composée de femmes, puisqu'elles représentaient 75 % des membres. Cette proportion semble augmenter depuis quelques années, puisqu'elles représentaient 74 % des psychologues en 2014, près de 74 % en 2012 et 73 % en 2010.

 

Seulement 25 % d'entre-eux étaient des hommes, mais il en faudrait davantage notamment pour intervenir auprès d'hommes victimes d'actes criminels, d'hommes violents, d'hommes ayant un problème de dépendance (alcool, drogues, jeu, etc.), en milieu correctionnel masculin et autres situations où un homme peut préférer un intervenant homme au lieu d'un intervenant femme.

Profession dont la majorité des membres sont relativement jeunes, puisque :

Parmi les membres, 1 588 d'entre-eux (dont 781 de plus qu'en 2014) étaient également détenteurs d'un permis de psychothérapeute émis par l'Ordre.

 

Parmi les membres, 786 (dont 125 de plus qu'en 2014) détenaient une attestation spéciale pour l'évaluation des troubles neuropsychologiques.

 

Parmi les membres, 71 (dont 5 de plus qu'en 2014) détenaient une accréditation à la médiation familiale.

La répartition des membres selon le domaine de pratique principal était :

La répartition des membres selon le milieu de pratique était :

De ce nombre,

40 % pratiquaient à mi-temps en cabinet privée et à mi-temps auprès d'un employeur,

35 % pratiquaient à leur propre compte (seul ou associé)

et 25 % étaient exclusivement des salariés(es).

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PUBLIC DES SERVICES SOCIAUX :

Suite à la réorganisation du réseau public québécois de la santé en 2015, il regroupe :

En 2016, l'ensemble du réseau public de la santé et des services sociaux emploie près de 226 200 personnes (soit 2 000 de plus qu'en 2013 et 7 000 de plus qu'en 2011) vouées à offrir des soins ou des services sociaux de qualité auprès des 8 millions de québécoises et québécois dans toutes les régions du Québec.

Pour plus de détails, consulte les portraits suivants  :

Source : Ministère de la Santé et des services sociaux du Québec.

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PRIVÉ DE LA SANTÉ :

Dans le secteur privé, on y retrouve également de nombreux établissements de santé et d'éducation, soit :

  1. 57 centres hospitaliers de soins de longue durée CHSLD privés conventionnés répartis dans 11 régions du Québec

  2. plus de 735 résidences privées pour aînés autonomes ou semi-autonomes

  3. plus de 170 écoles secondaires ou primaires/secondaires privées

  4. plus de 140 écoles primaires ou préscolaires/primaires privées

  5. une centaine de coopératives de soins et services à domicile dans presque toutes les régions du Québec

  6. 51 coopératives de santé multidisciplinaires réparties dans 10 régions

  7. 32 maisons de soins palliatifs privées

  8. 12 écoles primaires/secondaires spécialisées offrant des services d'adaptation scolaire

  9. 2 centres de réadaptation privés pour adultes (Hôpital Marie-Clarac et Hôpital de réadaptation Villa Medica)

  10. 1 centre de réadaptation privé pour enfants et adolescents (Hôpital Shriniers de Montréal)

Sources : Association des établissements privés conventionnés du Québec, Regroupement des résidences privées pour aînés du Québec, Alliance des maisons de soins palliatifs du Québec et Fédération des établissements d'enseignement privé du Québec, Fédération des coopératives à domicile et de santé du Québec.

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PUBLIC DE L'ÉDUCATION :

En 2015, Il comprenait 72 commissions scolaires dans l'ensemble des régions du Québec (60 francophones, 9 anglophones et 3 avec statut particulier - autochtones) qui regroupaient :

Au niveau de l'effectif étudiant (selon la langue d'enseignement), elles offraient des services notamment auprès de :

Au niveau de la répartition l'effectif scolaire handicapé ou en difficultés d'apprentissage en formation générale des jeunes (primaire et secondaire combinés), selon le type d'handicap ou de difficulté est :

  1. déficience intellectuelle profonde : plus de 600 élèves (dont 52 % garçons et 48 % filles)

    Plus de 99 % d'entre-eux sont en classe spécialisée.

  2. déficience intellectuelle moyenne à sévère : près de 2 800 élèves (dont 57 % garçons et 43 % filles)

    Parmi ces derniers, 91 % sont en classe spécialisée et 9 % sont intégrés en classe ordinaire avec suivi par un intervenant spécialisé.

  3. déficience motrice légère ou organique : plus de 4 700 élèves (dont 65 % garçons et 35 % filles)

    Parmi ces derniers, 33 % sont en classe spécialisée et 67 % sont intégrés en classe ordinaire.

  4. déficience langagière : plus de 9 000 élèves (dont 70 % garçons et 30 % filles)

    Parmi ces derniers, 69 % sont en classe spécialisée et 31 % sont intégrés en classe ordinaire

  5. déficience motrice grave : plus de 1 300 élèves (dont 58 % garçons et 42 % filles)

    Parmi ces derniers, 72 % sont en classe spécialisée et 38 % sont intégrés en classe ordinaire

  6. déficience visuelle : près de 570 élèves (dont 58 % garçons et 42 % filles)

    Parmi ces derniers, 44 % sont en classe spécialisée et 66 % sont intégrés en classe ordinaire.

  7. déficience auditive : plus de 1 500 élèves (dont 53 % garçons et 47 % filles)

    Parmi ces derniers, 45 % sont en classe spécialisée et 55 % sont intégrés en classe ordinaire (avec présence d'un interprète ou utilisation d'un appareil)

  8. troubles envahissants du développement TED : plus de 12 200 élèves (dont 84 % garçons et 16 % filles)

    Parmi ces derniers, 56 % sont en classe spécialisée et 44 % sont intégrés en classe ordinaire

  9. troubles relevant de la psychopathologie (santé mentale) : près de 3 500 élèves (dont 79 % garçons et 21 % filles)

    Parmi ces derniers, 59 % sont en classe spécialisée et 41 % sont intégrés en classe ordinaire

  10. déficience atypique : plus de 1 700 élèves (dont 78 % garçons et 22 % filles)

    Parmi ces derniers, 34 % sont en classe spécialisée et 66 % sont intégrés en classe ordinaire

  11. troubles graves du comportement (excluant jeunes en centre jeunesse) : plus de 1 200 élèves (dont 86 % garçons et 14 % filles)

    Parmi ces derniers, 64 % sont en classe spécialisée et 36 % sont intégrés en classe ordinaire

  12. autres handicapés reconnus (incluant les multi-handicaps) : plus de 300 élèves (dont 54 % garçons et 46 % filles)

    Parmi ces derniers, 91 % sont en classe spécialisée et 9 % sont intégrés en classe ordinaire

  13. autres difficultés : plus de 6 100 élèves (dont 62 % garçons et 38 % filles)

    Parmi ces derniers, 2 % sont en classe spécialisée et 98 % sont intégrés en classe ordinaire

  14. TOTAL : près de 45 500 jeunes (dont 66 % garçons et 34 % filles)

    Parmi ces derniers, 55 % sont en classe spécialisée et 45 % sont intégrés en classe ordinaire

Au niveau des ressources humaines, on compte plus de 182 000 employés(es) des commissions scolaires dont 8 200 professionnelles et professionnels non enseignant.

Parmi ces derniers, on comptait plus de 3 400 psychologues, soit 44 % des membres de la profession, soit :

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU PRIVÉ DE L'ÉDUCATION :

En 2015, Il comprenait plus de 340 établissements privés d'enseignement dans l'ensemble des régions du Québec, soit :

  1. 128 écoles primaires régulières (dont : 84 francophones, 17 anglophones et 27 bilingues ou multilingues)

  2. 118 écoles secondaires (dont : 96 francophones, 18 anglophones et 4 bilingues ou multilingues)

  3. 63 écoles primaires/secondaires (dont : 29 francophones, 15 anglophones et 8 bilingues ou multilingues)

  4. 12 écoles spécialisées, soit 10 préscolaire/primaire/secondaire et 2 préscolaire/primaire (dont : 9 francophones, 1 anglophone et 1 bilingue) pour jeunes avec déficience intellectuelle, physique ou sensorielle ou pour jeunes avec difficutés de comportement ou avec difficultés d'apprentissage

  5. 2 centres de formation générale pour adultes (dont : 2 francophones, 0 anglophones et 0 bilingues ou multilingues)

  6. Pour un total de 342 établissements (dont 228 francophones, 51 anglophones et 23 bilingues ou multilingues)

Au niveau de l'effectif étudiant, ils offraient des services auprès de plus de 123 300 étudiantes et étudiants, soit :

Au niveau des ressources humaines, les établissements privés comptent approximativement plus de 26 000 employés(es) dont 1 100 professionnelles et professionnels non enseignant.

Parmi ces derniers, on retrouvait environ 180 psychologues (dont plus de 150 dans les écoles secondaires, une vingtaine dans les écoles primaires et une douzaine dans les écoles spécialisées).

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec et Fédération des établissements d'enseignement privé du Québec.

BREF PORTRAIT DU RÉSEAU DES SERVICES COMMUNAUTAIRES :

Le secteur de l'action communautaire représente environ 14 000 entreprises et organismes regroupés dans une centaine d'associations et de fédérations à l'échelle provinciale, sans compter les regroupements régionaux. Ces entreprises et organismes se répartissent dans une vingtaine de champs d'activités définies par les types de services ou par les types de clientèles desservies.

 

Ces entreprises et organismes ont comme caractéristiques d'être à but non lucratif (OBNL ou OSBL) ou coopératives et gérées démocratiquement.  On retrouve près de 8 000 organismes communautaires dont 4 000 sont des organismes communautaires autonomes qui emploient près de 55 000 personnes, en plus des 100 000 bénévoles qui contribuent au fonctionnement des activités de ces organismes.

 

La plupart de ces organismes sont financées par les donations du public et d'entreprises qui sont sensibles à la cause de l'organisme. Plusieurs reçoivent du financement auprès de grands organismes de financement (ex : Centraide, Armée du salut, Croix-Rouge) qui effectuent de grandes campagnes de financement et redistribuent les fonds auprès des organismes membres en plus de leur fournir du soutien en matière de gestion. Certains organismes reçoivent des subventions gouvernementales pour le développement de projets dans un secteur spécifique privilégié par le Gouvernement en place (ex : développement de l'employabilité).

 

Bien que ce ne soit pas tous les organismes communautaires qui sont reliés aux domaines des services sociaux (il faut exclure les fondations sur les maladies, les organismes de loisirs, les comités de citoyens, les syndicats, etc), on peut regrouper ces organismes en 10 principaux champs d'intervention :

Dans ce secteur, une forte majorité de la main-d'œuvre est féminine qui représente près de 80 % des emplois rémunérés. Actuellement, 60 % de la main-d'œuvre est âgée de 35 ans et plus qui devra être remplacée au cours des prochaines années. Au niveau de la scolarité, les compétences exigées pour occuper un emploi ont bien changé. Elles sont plus précises et plus élevées. Près de 40 % des travailleurs du milieu communautaire détiennent un diplôme collégial, près de 30 % détiennent un diplôme universitaire, 5 % détiennent un diplôme de maîtrise ou de doctorat (notamment des psychologues), alors que 25 % ne détiennent qu'un diplôme d'études secondaires (outre les personnes de plus de 50 ans, les autres travailleurs possèdent une expérience de vie personnelle ou professionnelle qui est à contribution au sein de l'organisme). Près du trois quarts des emplois sont consacrés à l'animation ou à l'intervention auprès des clientèles cibles, alors que le 25 % restant sont consacrés aux postes administratifs, de soutien et de direction de l'organisme.

 

Voici quelques statistiques sur les organismes d'action sociale au Québec :

Sources : Fédération des centres d'action bénévole du Québec, Confédération des organismes de personnes handicapés du Québec, Fédération des organismes communautaires Famille du Québec, Association québécoise des centres communautaires pour aînés, Fédération des centres d'assistance et d'accompagnement aux plaintes du Québec, Association des services de réhabilitation sociale du Québec, Regroupement des maisons de jeunes du Québec, Regroupement des organismes de francisation du Québec, Association québécoise des organismes de coopération internationale, Association québécoise de prévention du suicide, Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec, Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale du Québec, Regroupement des organismes communautaires autonomes jeunesse du Québec, Association québécoise des centres d'intervention en dépendance, Coalition des organismes communautaires dans la lutte contre le SIDA, Association québécoise Plaidoyer-Victime, Regroupement des services d'intervention de crise du Québec, Association des centres d'écoute téléphonique du Québec, Alliance Ressources Grossesse du Québec, Regroupement des organismes de justice alternative du Québec, Regroupement des organismes spécialisés pour l'emploi des personnes handicapées, Regroupement des organismes communautaires québécois de lutte au décrochage scolaire, Regroupement pour l'aide aux itinérants du Québec, Réseau juridique du Québec, Table de concertation des organismes ou services des personnes réfugiées et immigrantes du Québec, Société québécoise du cancer,  Secrétariat à l'adoption internationale du Québec, Service correctionnel du Canada.

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Les perspectives pour les prochaines années sont bonnes.

 

Dans le domaine de la psychologie clinique et de la neuropsychologie, les perspectives sont mêmes excellentes.

 

Par contre, compte tenu des gels d'embauche et des coupures budgétaires dans les réseaux de l'éducation et de la santé et des services sociaux, les perspectives d'emploi risquent d'être plus difficiles.

 

Les emplois seront davantage orientés vers la pratique en cabinet ou en clinique privée, en cabinet conseil en psychologie organisationnelle, ainsi qu'au sein des organismes communautaires et autres organismes sans but lucratif.

 

Consulte également le site de l’Ordre des psychologues du Québec où une description des fonctions, de la formation, des milieux de pratique, des secteurs d’expertise et des perspectives d’emploi est présentée.

Dans certaines régions, il y a davantage de besoins que dans d'autres régions, voici un petit portrait :

Lanaudière : ayant connu un fort croissance de sa population au cours des dernières années, (on y retrouve 1 psychologie pour 15 100 personnes, alors que la moyenne provinciale est de 1 psychologie pour 10 700 personnes) elle pourrait facilement accueillir près d'une centaine de psychologues pouvant s'ajouter aux 315 actuels, principalement dans les MRC des Moulins et de l'Assomption;

Laval : avec sa hausse de jeunes familles venus s'installer et la croissance de sa population âgée, près d'une centaine de psychologues supplémentaires viendrait supporter les nombreux services offerts dans cette région. Elle se classe au 2e rang des régions les plus déficitaires en psychologoues au prorata de la population (on y retrouve 1 psychologie pour 14 500 personnes, alors que la moyenne provinciale est de 1 psychologie pour 10 700 personnes);

les Laurentides : l'une des régions ayant connu la plus grande expansion au cours des dernières années, pourrait accueillir plus de 50 psychologues de plus pouvant s'ajouter aux 462 actuels, principalement dans les MRC Thérèse-de-Blainville et de la Rivière-du-Nord. Elle se classe au 2e rang des régions les plus déficitaires en psychologues au prorata de la population (on y retrouve 1 psychologie pour 2 300 personnes, alors que la moyenne provinciale est de 1 psychologie pour 12 300 personnes);

l'Outaouais : a connu une croissance importante de sa population au cours des dernières années, ce qui a fait augmenter les besoins auprès de la clientèle, autant de jeunes familles que des personnes âgées. De plus, des psychologues cliniciens sont notamment recherchés au sein de l'hôpital psychiatrique Pierre-Janet. Une trentaine de psychologues seraient nécessaires pour combler tous les besoins de la région;

la Montérégie :  l'une des régions ayant connu la plus grande expansion au cours des dernières années, pourrait accueillir facilement près de 150 psychologues supplémentaires afin de répondre aux nombreux besoins de sa clientèle diversifiée (jeunes familles, personnes âgées, travailleurs, etc.).

Les besoins se font ressentir principalement dans les MRC Roussillon (Châteauguay, La Prairie, etc..), du Haut-Richelieu (St-Jean-sur-Richelieu), de Beauharnois-Salaberry (Valleyfield) et La Haute-Yamaska (Granby);

Chaudière-Appalaches : l'une des régions ayant connu une forte expansion au cours des dernières années, pourrait accueillir près de 80 supplémentaires, principalement dans les MRC de Lotbinière, des Appalaches (Thetford Mines) et Beauce-Sartigan (St-Georges);

Bas-St-Laurent : quoi de mieux de suivre une thérapie anti-stress dans l'une des plus belles régions du Québec avec des services davantage personnalisés que dans les grands centres ? Une soixantaine de psychologues supplémentaires seraient bienvenus;

l'Abitibi-Témiscamingue : avec le boom minier, plusieurs familles sont venues s'y installer. De plus, avec une population de plus en plus vieillissante, des besoins ont forte augmenté dans la région. Afin de combler tous les besoins de la clientèle de la région, près d'une soixantaine de psychologues serait nécessaire.

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES (1er cycle) :

Quel programme choisir ?

Tout dépendant de tes aspirations et ton cheminement de carrière.

Consulte chacun des programmes ci-dessous afin de vérifier lequel correspondrait le mieux à tes intérêts.

 

Le Baccalauréat avec majeure en psychologie + mineure dans une autre discipline (B.A. ou B.Sc) a une durée totale de 3 ans (2 ans pour la majeure + 1 an pour la mineure) offert à temps complet, mais peut également être suivi à temps partiel. Il permet d'acquérir une solide formation de base en psychologie tout en complétant sa formation par une courte formation de base dans une discipline connexe.

 

C'est différent des baccalauréats bidisciplinaires qui permettent d'acquérir une solide formation dans 2 disciplines, alors que le baccalauréat avec majeure + mineure permet plutôt d'acquérir une complémentarité de formation à la psychologie.

 

Il prépare à une carrière nécessitant une solide formation en psychologie tout en ayant des connaissances complémentaires variées telle que : agent(e) des relations humaines, psychosociologue, agent(e) de planification de programmes sociaux, intervenant(e) communautaire, organisateur(trice) communautaire, etc.

 

Il ne permet pas d'accéder aux études supérieures.

 

Il comporte des cours obligatoires en psychologie tels que : sensibilisation aux pratiques de la psychologie, psychologie du développement de l'enfant, psychologie de l'apprentissage, relation d'aide, motivation et émotion, psychologie sociale, psychologie et théories de la personnalité, bases psychobiologiques du comportement, psychologie physiologique, méthodologie de la recherche en psychologie, psychologie de la perception, psychologie communautaire, processus cognitifs, psychologie de la motivation et de l'émotion, etc.

 

Enfin, tu devras compléter ton programme par un programme de mineure dans une discipline connexe, comme par exemple :

 

anthropologie, communication, criminologie, éthique et droit, philosophie, sciences cognitives, sciences religieuses, sociologie, langue anglaise, langue moderne, etc.

 

Le Baccalauréat spécialisé en neuroscience cognitive (B.Sc.) offert à Montréal a une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement;

 

Ce NOUVEAU PROGRAMME a pour objectif  de comprendre les mécanismes cérébraux sous-jacents aux fonctions mentales supérieures, telles que la mémoire, la perception, le langage, la motricité, le raisonnement, les émotions, cognition musicale, etc.

 

Il vise notamment la poursuite d'études supérieures en psychologie (volet recherche) notamment dans le domaine de la neuropsychologie pour l'des étude des mécanismes cérébraux responsables de dysfonctionnement cérébral (épilepsie, dyslexie, traumatisme crânien, tumeur cérébrale, démence de type Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson); dans le cadre d'une maîtrise en art-thérapie (touchant la neurocognition des langages artistiques); la maîtrise en orthophonie (qui touche la neurolinguistique et les neurosciences de la parole); la maîtrise en audiologie (qui touche les neurosciences de l'audition); la maîtrise en psychopédagogie ou psychologie de l'éducation (qui touche la neurocognition de l'apprentissage); la maîtrise en études des pratiques psychosociales (qui touche les systèmes biologiques qui interviennent dans les processus et comportements sociaux), etc. De plus, l'UQAM offre une concentration en sciences cognitives est offertes aux étudiants de plusieurs maîtrises (sexologie, travail social, éducation - option psychopédagogie, etc.).

 

Il peut également préparer à te diriger directement sur le marché du travail comme consultant(e) dans un domaine tel que :

 

ergonomie cognitive : développement d'outils en interaction homme-machine, développement d'outils améliorant la perception et le raisonnement sur le Web;

 

ingénierie cognitive : développement d'outils avancées d'aide à la décision, développement d'outils d'intelligence artificielle;

 

aides sensorielles : développement de prothèses répondant aux actions cérébrales, développement d'interfaces cerveau-machine, développement de nouveaux outils d'apprentissage pour personnes malentendantes ou aveugles ou avec déficience intellectuelle, etc;

 

enseignement cognitif : développement de nouveaux outils pour l'apprentissage en mode virtuel, développement de méthodes d'enseignement faisant appel aux différents mécanismes cérébraux, etc.

 

Tu auras des cours tels que : histoire de la psychologie, méthodologie de la recherche en psychologie, analyses quantitatives en psychologie, introduction à la psychométrie, psychologie physiologique, psychologie de la perception, langage et cognition, évolution et comportement humain, processus cognitifs 1, neuropsychologie humaine, l'apprentissage, motivation et émotion, neuropsychologie sensorielle, hormones, stress et comportements, processus cognitifs 2, mémoire humaine, introduction à la psychopharmacologie, développement du système nerveux, neurobiologie de la mémoire, neuroscience cognitive, ainsi qu'un stage en neuroscience comportementale.

 

Si tu choisis le cheminement honour préparant aux études supérieures, tu auras également les activités suivantes :stage de recherche en neurosciences comportementales + séminaire en neurosciences comportementales et projet de recherche de niveau baccalauréat.

 

Enfin, tu pourras choisir parmi l'une des orientations suivantes :

 

neuropsychologie clinique : formation de base sur les facteurs neurophysiologiques et neuropsychologiques impliqués dans les troubles neuropsychologiques (épilepsie, dyslexie, traumatisme crânien, tumeur cérébrale, démence de type Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, etc.).

 

Seule orientation pouvant donner accès à l’exercice de la profession de psychologue (qui exige un doctorat en psychologie clinique).

 

Sur le marché du travail, tu pourras obtenir un emploi de consultant pour le développement aides sensorielles, de prothèses et autres applications biomédicales ou le développement d'outils pour la réadaptation.

 

neurolinguistique : étudie notamment les avantages du bilinguisme, l’origine du langage, les  caractéristiques des déficits langagiers selon l’étiologie, et la récupération langagière à la suite d’une lésion cérébrale;

 

Prépare pour des études supérieures en psychologie vers la recherche en neurolinguistique ou à un programme de maîtrise en orthophonie permettant de faire carrière comme orthophoniste;

 

Sur le marché du travail, elle prépare pour une carrière en développement d'outils d'apprentissage des langues, développement d'outils automatisés de traduction, le développement d'outils d'aide à l'apprentissage pour déficients visuels, déficients auditifs, déficients cognitifs ou déficients intellectuels, etc;

 

neurocognition de la musique : vise à comprendre le fonctionnement du cerveau musical et ainsi étudier des mécanismes cérébraux fondamentaux (impliqués dans les émotions, les apprentissages, la motricité fine).

 

Permet notamment la poursuite d'études supérieures en art-thérapie ou en éducation musicale ou en psychologie - volet recherche.

 

Sur le marché du travail, il prépare aussi pour une carrière en développement d'outils d'aide à l'intervention auprès d'autistes, de déficients intellectuels, de victimes de violence ou d'agressions sexuelles; en développement d'outils d'apprentissage de la musique, ainsi qu'au développement d'outils de musique numérique pour la création sonore à l’écran (cinéma, télévision, web, jeu vidéo), à la scène (théâtre, danse) ou encore dans le cadre d’installations multimédia;

 

neuroscience fondamentale : formation générale et interdisciplinaire dans les différents domaines des neurosciences cognitives.

 

Le Baccalauréat spécialisé en psychologie avec spécialisation en neurosciences comportementales (B.Sc.) offert à Concordia a une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement;

 

Ce programme s'intéresse aux  liens qui existent entre les modifications chimiques observées dans le cerveau ( comme l’adrénaline, le cortisol, la sérotonine et la dopamine), d’une part, et les émotions et le comportement, d’autre part. Les sujets portent sur les fondements de la personnalité, les fondements de la perception et de la sensation, la neurobiologie de l'abus des drogues et de l'addiction, la génétique moléculaire et cellulaire du cerveau et de la biochimie du cerveau.

 

Il vise notamment la poursuite d'études supérieures en psychologie (volet recherche) notamment dans le domaine de la neuropsychologie pour l'des étude des mécanismes cérébraux responsables de dysfonctionnement cérébral (épilepsie, dyslexie, traumatisme crânien, tumeur cérébrale, démence de type Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson); dans le cadre d'une maîtrise en art-thérapie (touchant la neurocognition des langages artistiques); la maîtrise en orthophonie (qui touche la neurolinguistique et les neurosciences de la parole); la maîtrise en audiologie (qui touche les neurosciences de l'audition); la maîtrise en psychopédagogie ou psychologie de l'éducation (qui touche la neurocognition de l'apprentissage); la maîtrise en études des pratiques psychosociales (qui touche les systèmes biologiques qui interviennent dans les processus et comportements sociaux), etc. De plus, l'UQAM offre une concentration en sciences cognitives est offertes aux étudiants de plusieurs maîtrises (sexologie, travail social, éducation - option psychopédagogie, etc.).

 

Il comporte les cours obligatoires suivants : analyse statistique 1, la psychologie moderne dans une perspective historique, méthodes de recherche en psychologie 1, fondements de la neurobiologie comportementale, formes et fonctions des organismes ou écologie et diversité, introduction à la chimie organique 1, analyse statistique 2, méthodes de recherche en psychologie 2, introduction à la chimie organique 2, biochimie 1, 1 cours optionnel en biologie humaine (ex : génétique élémentaire, génétique générale et moléculaire, biologie cellulaire, écologie comportementale, physiologie cellulaire), séminaire de recherche en neurosciences comportementales et la réalisation d'un projet de recherche de niveau baccalauréat en neurosciences comportementales.

 

Tu devras choisir 2 des 4 cours suivants : fondements de l'apprentissage, fondements de la sensation et de la perception, fondements de la cognition ou fondements évolutifs de la psychologie.

 

Tu devras choisir 2 cours optionnels parmi les suivants : fondements du développement au cours de la durée de vie, fondements en psychopathologie, fondements en pschologie de la santé, fondements de la personnalité, fondements en psychologie sociale, fondements de l'apprentissage, fondements de la sensation et de la perception, fondements de la cognition, fondements évolutifs de la psychologie.

 

Tu devras également choisir 4 cours optionnels en neurosciences comportementales parmi 9 cours proposés : neurobiologie de l'abus des drogues et addiction, neurobiologie de l'apprentissage et de la mémoire, neurobiologie de la sensation et de la perception, neurobiologie du comportement motivé, hormones et comportement, neuropharmacologie, neuroanatomie fonctionnelle, fondements du comportement animal ou problèmes avancées en neurosciences comportementales.

 

Tu auras aussi à choisir 3 cours optionnels parmi l'ensemble des autres cours du baccalauréat en psychologie (ex : psychologie de l'enfance, développement de la petite enfance, développement de l'adolescence, psychologie de la personne âgée, psychologie de la santé, mémoire et attention, développement cognitif, neurosciences du langage, prise de décision et jugement, psychologie des émotions, problèmes contemporains en psycholoogie de la personnalité, neuropsychologie humaine, psychopathologie développementale, psychopathologie : humeur, anxiété et troubles de la personnalité, psychopathologie : schizophrénie et troubles neurocognitifs,  psychpathologie : troubles de régulation du comportement, etc.).

 

 Enfin, tu devras compléter ton programme par le choix d'un cours complémentaire en dehors de ton champ de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er cycle offerts par l'Université Concordia accessibles comme cours complémentaires.

 

Le Baccalauréat spécialisé bidisciplinaire en psychologie et linguistique (B.Sc) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet seulement;

 

Si tu es intéressé(e) sur les rapports entre le langage et la cognition et par la fonction strictement humaine qu'est le langage, c'est le programme fait pour toi;

 

Il prépare à des carrières nécessitant autant des connaissances linguistiques que psychologiques comme : agent(e) d'information, enseignant(e) au collégial en langue première ou en psychologie ou intervenant(e) auprès des personnes ayant des troubles du langage; des carrières nécessitant de solides connaissances sur le comportement humain comme agent(e) des relations humaines, intervenant(e) social ou psychosociologie; ainsi que des carrières dans le domaine de la linguistique comme : linguistique, réviseur(euse) ou terminologue;

 

Il est également idéal si tu envisages de poursuivre vers des études de maîtrise en orthophonie (sans de mise à niveau nécessaire) ou de maîtrise en psychopédagogie, ainsi qu'au doctorat en psychologie (notamment dans les domaines du développement humain ou de la neuropsychologie);

 

Il comporte des cours couvrant ces 2 disciplines répartis sur les 3 années :

 

En psychologie, tu auras ;es cours obligatoires suivants : analyses quantitatives en psychologie, méthodologie scientifique en psychologie, psychologie physiologique, psychologie de l'apprentissage, psychologie de l'enfance, psychologie de la perception, processus cognitifs 1, introduction à la psychopathologie, histoire critique de la psychologie, ainsi que introduction à la neuropsychologie humaine;

 

Tu devras également choisir 1 cours d'approfondissement en psychologie du développement parmi 4 cours proposés (psychologie du nourrisson et de l'enfant, psychologie de l'adolescent, famille et développement de l'enfant ou maturité et vieillesse); 1 cours d'approfondissement en psychologie cognitive parmi 4 cours proposés (processus cognitifs 2, neuropsychologie sensorielle, mémoire humaine ou psychologie du rêve); ainsi qu'1 cours de formation complémentaire en psychologie parmi 18 cours proposés (ex : psychologie et éducation, relations interpersonnelles, psychopathologie 2, psychologie sociale, motivation et émotion, laboratoire 1, etc.);

 

En linguistique, tu auras les cours obligatoires suivants : lexicologie/sémantique et morphologie, notions de phonétique et de phonologie, notions de syntaxe, sémantique du français, syntaxes du français, morphologie du français, introduction aux rapports communs en linguistique et psychologie, ainsi que synthèses en linguistique et psychologie;

 

Tu devras également choisir 1 cours en langage et cognition parmi 5 cours proposés (langage et cognition, acquisition et linguistique, questions de bilinguisme, troubles du langue et linguistique ou neurosciences du langage); 1 cours d'approfondissement en linguistique parmi 6 cours proposés (ex : atelier de travaux pratiques, phonologie : théorie et description, phonétique : théorie et description, etc.); ainsi qu'1 ou 2 cours optionnel(s) de formation complémentaire en linguistique parmi 17 cours proposés (ex : grammaire du français et linguistique, introduction à la psycholinguistique, sociolinguistique, langues secondes, production de la parole, perception et acoustique de la parole, etc.).

 

Voici quelques exemples de cours optionnels recommandés si tu envisages de poursuivre tes études au niveau de la maîtrise en orthophonie (bien que les cours préparatoires exigés à ce programme figurent déjà dans la structure obligatoire) :

processus cognitifs 2, psychopathologie 2, langage et cognition ou neurosciences du langage, phonologie : théorie et description).

 

Note : ce cheminement et structure des cours correspond à celui de l'Université de Montréal, mais celui de l'Université d'Ottawa est semblable.

 

Le Baccalauréat spécialisé bidisciplinaire en psychologie et sociologie (B.Sc) a une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement.

 

Si tu es intéressé(e) autant aux aspects psychologiques que sociologiques des problèmes sociaux et des relations psychosociales et que tu hésites entre des études en psychologie et des études en sociologie, c'est le programme fait pour toi.

 

Il prépare à des carrières nécessitant autant des connaissances sociologiques que psychologiques comme : psychosociologue, agent(e) d'information, agent(e) d'immigration, agent(e) des services frontaliers, organisateur(trice) communautaire, sociologue, intervenant(e) communautaire, intervenant social, animateur social, animateur de groupes d'entraide, etc.

 

Il peut également préparer à poursuivre vers des études supérieures au doctorat en psychologie dans le domaine de la psychologie sociale et communautaire, à la maîtrise en études des pratiques psychosociales (psychosociologie), à la maîtrise en travail social, à la maîtrise en gérontologie ou vers des études de maîtrise en sociologie.

 

Il comporte des cours couvrant ces 2 disciplines répartis sur les 3 années :

 

En psychologie : tu auras les cours obligatoires suivants : psychologie sociale, psychologie de la personnalité, introduction à la psychopathologie, méthodologie scientifique en psychologie, ainsi que histoire critique de la psychologie;

Tu devras également choisir 2 à 3 cours optionnels en psychologie sociale et culturelle parmi 6 cours proposés (identités et interactions sociales, relations interpersonnelles, psychologie communautaire, psychologie des groupes et des équipes, psychologie et monde du travail ou psychologie de la santé); 2 à 3 cours optionnels en psychologie du développement parmi 6 cours proposés (psychologie du nourrisson et de l'enfant, psychologie de l'enfance, psychologie de l'adolescence, famille et développement de l'enfant, psychologie et éducation ou maturité et vieillesse); ainsi que 2 à 4 cours optionnels sur les bases cognitives, affectives et physiologiques de la psychologie parmi 8 cours proposés (ex : psychologie de l'apprentissage, psychologie de la perception, mémoire humaine, motivation et émotion, stress et anxiété, etc.);

 

En sociologie : tu auras les cours obligatoires suivants : sociologie générale, histoire de la pensée sociale, théories contemporaines, construction de données qualitatives, introduction à la statistique sociale et microsociologie;

 

Tu devras également choisir 2 à 4 cours optionnels sur les groupes et rapports sociaux parmi 20 cours proposés (ex : sociologie du vieillissement, relations ethniques, classes et mouvements sociaux, sociologie de la famille, sociologie de la jeunesse, culture et société, inégalités sociales et marché du travail, déviance/exclusion et contrôle social, inégalités/discriminations et citoyenneté, etc.); 2 à 3 cours optionnels sur les structures et actions sociales parmi 15 cours proposés (ex : sociologie de l'éducation, sociologie de la santé, sociologie urbaine : imaginaires sociaux, sociologie du droit, développement international, comparaison internationale, etc.); 1 à 2 cours optionnel(s) sur la pensée sociale et sociologie parmi 10 cours proposés (ex : introduction à la sociologie du Québec, Marx et marxismes, Durkheim et l'École française, Weber et rationalité, sociologie de la modernité, etc.);

 

En psychosociologie : tu auras les cours obligatoires suivants : psychosociologie : regards croisés, psychosociologie : champs de recherche, ainsi que la réalisation d'un projet de recherche en psychosociologie;

 

Tu devras également choisir 1 cours optionnel en méthodologie avancée en psychosociologie parmi 7 cours proposés (ex : introduction à la psychométrie, méthodes de sondage, analyse des réseaux sociaux, statistique sociale avancée, épistémologie avancée, etc.); ainsi que l'une des 2 activités d'intégration suivantes : stage en milieu de travail 1 ou laboratoire de recherche 1.

 

Le Baccalauréat spécialisé en psychologie BA. a une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement, mais peut également être suivi à temps partiel (Bishop).

 

Surtout axé sur la psychologie appliquée, une formation spécialisée en psychologie fournissant une solide formation de base en psychologie, mais pas une carrière comme psychologue puisqu'il ne couvre pas les aspects scientifiques de la psychologie (nécessaire pour poursuivre vers des études supérieures en psychologie) et se concentre surtout sur les aspects humains et sociaux de la discipline.

 

Il vise plutôt à préparer à poursuivre des études supérieures dans une discipline connexe de la psychologie telle que : art-thérapie, criminologie, sexologie, psychoéducation, orientation, études des pratiques psychosociales, gérontologie, intervention en toxicomanies ou travail social.

 

Il permet également d'occuper divers emplois en te dirigeant directement sur le marché du travail tels que : intervenant social, intervenant communautaire, animateur de groupes d'entraide, agent d'aide socio-économique, technicien aux contributions (centres jeunesse), technicien en recherche psychosociale, technicien en psychométrie, psychotechnicien, agent de probation et de libérations conditionnelles, etc.

 

Tu auras des cours obligatoires tels que : histoire de la psychologie, méthodes de recherche en psychologie, analyse statistique, fondements en neurobiologie comportementale, fondements de la personnalité, fondements de la psychologie sociale, fondements du développement tout au long de la vie, fondements en psychologie de l'apprentissage, fondements en sensation et perception, fondements en cognition, fondements de l'évolution en psychologie, ainsi que séminaire en psychologie.

 

Tu devras également choisir 10 cours optionnels en psychologie parmi des listes proposées et couvrant au moins 2 champs disciplinaires de la psychologie tels que :

 

psychologie sociale et de la personnalité : psychologie de l'émotion, psychologie culturelle, courants actuels en psychologie de la personnalité, psychométrie et différences individuelles, le soi dans le contexte social, culture / développement et connaissance de soi, etc.;

 

psychologie du développement : psychologie de l'enfance, développement de l'enfance, développement de l'adolescent, psychologie et développement de la personne âgée, psychopathologie développementale, etc;

 

neurosciences comportementales : neurobiologie de l'abus des drogues et dépendances, neurobiologie de l'apprentissage et de la mémoire, neurobiologie de la sensation et de la perception, neurobiologie du comportement motivationnel, neuroanatomie fonctionnelle, hormones et comportements, etc;

 

sciences cognitives : mémoire et attention, vision, jugement et prise de décision, l'apprentissage, le langage, développement cognitif, etc;

 

psychologie de la santé : neuropsychologie humaine, le stress, hypnose et dissociation, modèles d'intervention psychologiques, courants actuels en psychologie de la santé, etc.

 

Note : la liste, le nom et la durée des cours peuvent varier d'une université à l'autre. Pour plus de détails, consulte la description du programme de l'université choisie.

 

Le Baccalauréat spécialisé en psychologie B.Sc. a une durée totale de 3 ans offert à temps complet seulement dans la plupart des universités, mais peut également être suivi à temps partiel (UQAC, UQO et Bishop).

 

Le programme de 1er cycle en psychologie est considéré comme un programme préprofessionnel, puisqu'il ne mène pas à une carrière de psychologue en fin de formation, puisqu'il est nécessaire de compléter un doctorat en psychologie (passage direct du baccalauréat  au doctorat sans passer par une maîtrise) afin d'obtenir un permis de pratique émis par l'Ordre des psychologues du Québec.

 

Il offre une formation spécialisée en psychologie fournissant une solide formation de base en psychologie. Sur le plan scientifique, tu apprendras les bases physiologiques et psychologiques du comportement normal et pathologique et les habiletés pratiques de recherche; sur le plan général et théorique, tu apprendras les concepts de base de la psychologie, l'histoire de la psychologie, l'épistémologie, la méthodologie du travail en relations humaines; alors que sur le plan professionnel, tu acquerras des connaissances sur les approches clinique et communautaire et une initiation aux méthodes d'évaluation et d'intervention, ainsi que les théories et champs d'application de la psychologie.

 

Par contre, il peut également préparer à une carrière dans un domaine connexe en psychologie tout aussi passionnante et nécessitant de solides connaissances sur le comportement humain comme agent(e) des relations humaines, intervenant(e) social ou psychosociologie. Pour plus de détails, consulte la section "professions apparentées avec un baccalauréat seul".

 

Il comporte des cours obligatoires tels que : sensibilisation aux pratiques de la psychologie, psychologie du développement de l'enfant, psychologie de l'apprentissage, relation d'aide, motivation et émotion, psychologie sociale, psychologie et théories de la personnalité, bases psychobiologiques du comportement, psychologie physiologique, méthodologie de la recherche en psychologie, développement de l'adolescence à la fin de la vie, introduction à la psychométrie, introduction à la neuropsychologie et aux neurosciences, psychologie de la perception, psychologie communautaire, processus cognitifs, psychologie de la motivation et de l'émotion, psychologie de l'organisation, introduction à la psychopathologie, introduction à la psychologie clinique, histoire critique de la psychologie, techniques d'analyse quantitatives de données, techniques d'analyse qualitative de données, etc.

 

Il comporte également un choix de cours optionnels (dont le nombre varie selon les universités) parmi des listes proposées. Selon les universités, tu auras soit à choisir un nombre précis de cours parmi des listes regroupées en champs et disciplines de la psychologie, alors que d'autres universités t'offrent la possibilité de déterminer les quelles disciplines tu désires choisir tes cours. Tu pourras également la possibilité de choisir un stage d'initiation à la psychologie en milieu professionnel ou un stage d'initiation à la recherche en psychologie ou réaliser un projet de recherche en psychologie de niveau baccalauréat, etc. 

 

Certaines universités proposent une concentration qui tient compte de ton cheminement après le baccalauréat (par exemple : certains cours exigés selon le profil envisagé du doctorat en psychologie tel que : "profil recherche-intervention", "profil recherche-intervention - orientation clinique", "profil professionnel ou intervention", profil "recherche") ou un autre profil spécifique (ex : profil entrepreneurial, profil international, profil neurosciences, etc.).

 

Enfin, tu devras également choisir quelques cours en dehors de ton champ de spécialisation te permettant d'acquérir une ouverture intellectuelle, sociale et intellectuelle aux autres disciplines.

 

Bien que les cours soient davantage magistraux (théoriques), plusieurs cours comprennent également quelques de laboratoire sous formes de : discussions en groupe, simulations, jeux de rôles, travaux en équipe, mini-projets dans la communauté, etc. qui te permettront d'intégrer et d'appliquer les connaissances théoriques acquises.

 

Donc, ne t'attend pas de passer plusieurs heures par semaine à faire de l'observation d'individus dans un contexte spécifique, d'assister à de nombreuses entrevues psychologiques ou à faire partie intégrante d'une équipe de recherche en psychologie....

C'est ce que tu apprendras au niveau du doctorat en psychologie.

 

Note : la liste, le nom et la durée des cours peuvent varier d'une université à l'autre. Pour plus de détails, consulte la description du programme de l'université choisie.

 

Chaque université offre des particularités à leur programme, par exemple :

 

L'Université Bishop :

 

Seule université anglophone québécoise offrant la possibilité de suivre le programme à temps partiel;

 

La petite taille de ses groupes permettant une meilleure intégration des apprentissages notamment lors de discussions en groupe, de travaux en équipe, de simulations ou de jeux de rôles;

 

Elle offre un choix de 3 concentrations, soit :

 

psychologie appliquée : prépare à poursuivre des études au doctorat en psychologie - profil intervention afin de pratiquer comme psychologue, prépare à poursuivre des études supérieures au niveau de la maîtrise dans une discipline connexe (ex : psychoéducation, orientation, criminologie, psychopédagogie ou travail social) afin de pratiquer dans l'une de ces professions ou prépare à accéder au marché du travail afin d'occuper un emploi dans un domaine connexe de la psychologie;

 

neurosciences : prépare à poursuivre des études au doctorat en psychologie - profil recherche ou recherche-intervention en te permettant de te spécialiser en neuropsychologie et pratiquer en tant que neuropsychologue ou réaliser des travaux de recherches en neuropsychologie ou poursuivre des études supérieures au niveau d'une maitrise en neurosciences;

 

générale : prépare autant à poursuivre des études au doctorat profil intervention ou profil recherche-intervention en vue de pratiquer en tant que psychologue, que des études supérieures dans une discipline connexe en vue de la pratique d'une profession en lien avec cette discipline ou vers la recherche.

 

Bien qu'aucun programme de doctorat en psychologie n'est offert, plusieurs étudiants(es) de Bishop sont admis à Sherbrooke ou à Concordia, mais aussi dans d'autres universités québécoises, ailleurs au pays et du nord-est des USA;

 

Elle a conclu des ententes avec de nombreuses universités étrangères (et ailleurs au Canada) permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, par exemple :

 

University of Calgary au Canada,

University of Northern British Columbia au Canada,

Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg en Allemagne,

Ludwig-Maximilians-Universität München en Allemagne,

Universität Bamberg en Allemagne,

Universität Regensburg en Allemagne,

Université de Liège en Belgique,

Université catholique de Louvain en Belgique,

Université de Mons en Belgique,

Université libre de Bruxelles en Belgique,

Université de Genève en Suisse,

Université de Lausanne en Suisse,

Université de Neufchâtel en Suisse,

Universidad de Alicante en Espagne,

Universitat Autonoma de Barcelona en Espagne,

Leeds Metropolitain University en UK,

University of Hertfordshire en UK,

Deakin University en Australie,

Monash University en Australie,

University of South Australia en Australie;

Également plusieurs universités américaines membres de l'entente du National Student Exchange.

 

L'UQAC :

 

L'une des 2 seules universités francophones québécoises à offrir la possibilité de suivre ce programme à temps partiel;

 

La petite taille de ses groupes permettant une meilleure intégration des apprentissages notamment lors de discussions en groupe, de travaux en équipe, de simulations ou de jeux de rôles;

 

Plusieurs établissements du réseau de la santé et des services sociaux, du réseau scolaire et de de nombreux organismes communautaires des régions du Saguenay-Lac-St-Jean, de la Côte-Nord et du Nord-du-Québec accueillent des étudiants(es) de l'UQAC dans le cadre d'un stage et dont plusieurs ont obtenu des emplois d'été ou pendant leurs études;

 

Elle offre également la possibilité d'effectuer un stage à l'étranger ou de réaliser un projet à l'étranger;

 

Elle offre un doctorat en psychologie - profil intervention ayant un taux de placement autour de 100 %;

 

Elle a conclu des ententes avec plusieurs universités étrangères (et aussi d'ailleurs au Canada) permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, dont :

 

University of Alberta au Canada,

Université de Bourgogne en France,

Université de Bretagne-Sud en France,

Université Pierre Mendes - Grenoble en France,

Université Paris 8 Vincennes-St-Denis en France,

Université de Reims Champagne-Ardenne en France,

Samford University en Alabama aux USA,

University of Central Missouri aux USA;

 

Enfin, au niveau de la recherche, ses domaines d'expertise sont : la psychologie organisationnelle et du travail, l'adaptation personnelle et sociale, la neuropsychologie, psychologie gérontologique, intervention psychologique en situation de crise, psychologie de l'éducation et psychologie communautaire;

 

L'UQO :

 

L'une des 2 seules universités francophones québécoises à offrir la possibilité de suivre ce programme à temps partiel;

 

La petite taille de ses groupes permettant une meilleure intégration des apprentissages notamment lors de discussions en groupe, de travaux en équipe, de simulations ou de jeux de rôles;

 

Elle propose 3 concentrations à son baccalauréat, soit :

 

profil recherche-intervention : surtout destiné à ceux qui envisagent de poursuivre leurs études au doctorat en psychologie - profil recherche-intervention ou au doctorat en psychologie clinique ou dans un programme de maîtrise dans une discipline connexe axée sur la recherche ou sur la pratique professionnelle (ex : psychoéducation, orientation, criminologie, psychopédagogie ou travail social);

 

profil intervention appliquée : destiné aux personnes qui se dirigeront vers le doctorat en psychologie - profil intervention ou profil professionnel ou vers les études de maîtrise dans une discipline connexe (ex : psychoéducation, orientation, criminologie, psychopédagogie ou travail social) afin de pratiquer cette profession, ainsi que ceux qui se dirigeront vers le marché du travail lors de l'obtention de leur baccalauréat;

 

profil recherche fondamentale : surtout destiné à ceux qui envisagent de poursuivre leurs études au doctorat en psychologie - profil recherche ou dans un programme de maîtrise dans une discipline connexe axée sur la recherche (ex : psychoéducation, orientation, criminologie, psychopédagogie ou travail social);

 

Elle offre un Doctorat en psychologie - profil professionnel avec un choix de 2 concentrations : psychologie clinique ou neuropsychologie clinique;

 

Plusieurs établissements de santé, de services sociaux et d'éducation des régions de l'Outaouais, des Laurentides et d'Ottawa accueillent des stagiaires du baccalauréat et du doctorat dont certains offrent également des emplois d'été ou en cours d'études;

 

Enfin, au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise sont : cyberpsychologie, psychologie clinique (deuil, psychologie en oncologie, psychologie légale), ainsi que santé mentale (prévention du suicide, troubles d'anxiété, prévention des comportements agressifs, traitement d'agresseurs sexuels, etc.);

 

L'UQTR :

 

La petite taille de ses groupes permettant une meilleure intégration des apprentissages notamment lors de discussions en groupe, de travaux en équipe, de simulations ou de jeux de rôles;

 

Plusieurs établissements de santé, de services sociaux et d'éducation et organismes communautaires des régions de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de Chaudière-Appalaches, mais également d'ailleurs au Québec accueillent des stagiaires du baccalauréat et des doctorats, dont certains offrent également des emplois d'été ou en cours d'études;

 

Seule université de l'extérieur de Montréal et de Québec offrant un choix de 4 doctorats en psychologie :

profil intervention, profil recherche-intervention, profil recherche ou profil recherche avec concentration en études familiales;

 

Elle a conclu une entente avec l'Université de Mons-Hainaut permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études;

 

Au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise sont : psycho-gérontologie (personnes âgées), développement de l'enfant et de la famille, cyberpsychologie, psychologie du couple, ainsi que la santé mentale (psychologie légale, troubles anxieux);

 

L'Université de Sherbrooke :

 

Il offre la possibilité de t'impliquer en recherche que ce soit dans le cadre d'un projet de recherche en psychologie de niveau baccalauréat ou dans le cadre d'un stage dans l'un des groupes de recherches en psychologie de l'Université;

 

La taille des groupes sont plus limitées que les grandes universités comme Montréal, McGill, Laval ou l'UQAM permettant une meilleure intégration des apprentissages;

 

De nombreux établissements de santé (ex : CHUS, Hôpital Charles Lemoyne, Centre Montérégie de réadaptation, etc.), de services sociaux (ex : CSSS de Sherbrooke, CSSS du Haut-Richelieu, CSSS Pierre-Boucher de Longueuil, Centre de réadaptation en dépendances Le Virage, Centres jeunesse de la Montérégie, Centres jeunesse de l'Estrie, etc.), d'éducation (C.S. Région-de-Sherbrooke dont son école spécialisée Le Touret, C.S. Marie-Victorin dont ses 4 écoles spécialisées,  C.S. du Haut-Richelieu dont son école spécialisée, etc.), d'entreprises et d'organismes communautaires des régions de l'Estrie, du Centre-du-Québec, de la Montérégie, mais également provenant d'un peu partout au Québec et d'ailleurs au pays accueillent des stagiaires du baccalauréat et des doctorats;

 

Elle offre un choix parmi 2 doctorats en psychologie comportant chacun un choix de concentrations :

 

Doctorat en psychologie - profil professionnel : cheminement en intervention en enfance et adolescence ou cheminement en psychologie organisationnelle ou cheminement en psychologique clinique;

 

Doctorat en psychologie - profil recherche-intervention : cheminement en intervention en enfance et adolescence ou cheminement en psychologie organisationnelle ou cheminement en psychologique clinique;

 

Sans oublier ses autres programmes connexes tels que :

 

maîtrise en gérontologie et doctorat en gérontologie uniques au Canada; maîtrise en médiation interculturelle; maîtrise en intervention en toxicomanies; maîtrise en psychoéducation; maîtrise en recherche en sciences de la santé (spécialisation en santé mentale, spécialisation en intervention en toxicomanies, spécialisation en réadaptation);

 

Si tu envisages l'enseignement supérieur (collégial ou universitaire), elle offre la seule maîtrise en enseignement collégial offerte au Québec;

 

Au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise sont :

 

interventions psychologiques auprès des enfants et adolescents (troubles anxieux, développement socioaffectif, troubles d'apprentissage, troubles TDH, abus sexuels, etc.);

 

gérontologie sociale (maltraitance chez les aînés, apprentissage chez les personnes aînées, déficiences cognitives dues au vieillissement, roubles émotionnels chez les aînés, etc.);

 

psychologie organisationnelle (épuisement professionnel, apprentissage et formation continue en milieu de travail, impacts psychologiques des incapacités ou accidents du travail, évaluations psychologiques en sélection du personnel, conflits en milieu de travail, etc.);

psychologie clinique (intervention en toxicomanies, réadaptation, psycho-oncologie, psychologie de la douleur, violence conjugale, agressions sexuelles, etc.); santé mentale (troubles anxieux, dépression, prévention du suicide, toxicomanies, etc.);

 

L'Université Concordia :

 

Offre un choix entre un baccalauréat en psychologie B.Sc. surtout destiné pour des études supérieures en au doctorat en psychologie ou dans une discipline connexe axée sur la recherche qui propose 2 choix de concentrations : neurosciences comportementales ou sans concentration;

 

Ainsi qu'un baccalauréat en psychologie B.A. surtout destiné pour des études supérieures dans une discipline connexe en vue de faire carrière dans cette discipline ou pour ceux qui se dirigeront vers le marché du travail lors de l'obtention de leur baccalauréat;

 

Elle offre un choix parmi 2 programmes de doctorats en psychologie : profil recherche-intervention avec orientation clinique ou profil recherche;

 

Elle a conclu des ententes avec de nombreuses universités étrangères (et ailleurs au Canada) permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, par exemple :

 

Université catholique de Louvain en Belgique,

Universidad Carlos III en Espagne,

Maastricht University aux Pays-Bas,

Université de Genève en Suisse,

Université Dauphine (Paris IX) en France,

niversity of Hertfordshire en UK,

University of South Australia en Australie,

University of New South Wales en Australie,

Keele University en UK,

University of Strathclyde en UK,

California State University (campus à déterminer) aux USA,

University of South Florida aux USA,

San Francisco State University aux USA.

 

Au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise sont :

 

neurosciences comportementales (prise de décision, apprentissage et mémoire, troubles de l'alimentation, comportement de la reproduction, rythmes biologiques et toxicomanies);

 sciences cognitives (l'attention, la mémoire, le langage, les concepts et la catégorisation, la lecture, l'acquisition de compétences, compétences en langue seconde, et les compétences de performance musicales);

développement humain et processus développementaux (déterminants et interactions cognitives, émotionnelles, perceptuelles et motrices; caractéristique de la personnalité; compétences sociales); ainsi que la psychologie clinique (psychopathologie du développement, troubles de l'anxiété, dépression, douleur).

 

L'UQAM :

 

Elle est l'université québécoise offrant le plus grand choix de spécialisations dans son programme;

 

De nombreux cours comportent des ateliers d'observation (laboratoires) sous formes de : exposés et discussions en présence de spécialistes, simulations, jeux de rôle, discussions en groupes, travaux en équipe, stages d'observation d'1 jour et participation à des activités de recherche;

 

Possibilité de réaliser un projet de recherche en psychologie de niveau baccalauréat;

 

Elle offre un choix parmi 3 doctorats en psychologie :

 

doctorat en psychologie - profil professionnel sans concentration,

doctorat en psychologie - profil scientifique-professionnel (concentration en sciences cognitives ou sans concentration),

doctorat en psychologie - profil scientifique (concentrations : sciences cognitives, études féministes ou sans concentration),

 

Sans oublier ses programmes de maîtrise en sexologie et doctorat en sexologie uniques au Québec;

 

Elle a conclu des ententes avec quelques universités étrangères permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, par exemple :

 

Université catholique de Louvain en Belgique,

École des Psychologues Praticiens de l'Institut catholique de Paris en France,

Université de Nîmes en France,

Université de Lausanne en Suisse,

University of Manchester en UK.

 

Au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise sont :

 

sciences cognitives (processus du langage et de la parole, processus de la perception et de l'action, traitement des connaissances, etc.);

 

psychologie clinique (agressions sexuelles, violence conjugale, violence faite aux enfants, suicide, euthanasie, deuil, douleur, etc.);

 

sexualité (troubles des genres et orientations sexuelles, thérapie des agresseurs sexuels, développement psychosexuel de l'adolescent et du jeune adulte, etc.);

 

développement humain (développement du langage chez l'enfant, développement social des enfants et adolescents, troubles du développement, etc.);

 

L'Université Laval :

 

Elle offre la possibilité de réaliser un stage international et interculturel dans un pays émergent, crédit et intégré dans le cheminement universitaire;

 

Elle offre un choix parmi 4 profils dans le cadre de son baccalauréat, soit :

 

profil international : afin d'effectuer 1 session d'études dans une université étrangère  accordant 12 crédits au Bacc pour comprendre la psychologie d'un autre point culturel et avoir une ouverture sur monde,

 

profil distinction : permettant d'effectuer jusqu'à 3 cours de 2e cycle qui diminue la durée des études (certaines exigences académiques s'appliquent),

 

profil entrepreneurial : tu rêves de te lancer en affaires ?, ce profil te permettra de réaliser un projet de démarrage d'une entreprise ou d'organisme (ex : entreprise d'économie sociale, clinique de psychologie, organisme communautaire, maison de thérapie ou d'hébergement, etc.),

 

sans profil : possibilité de réaliser un projet de recherche afin de te préparer aux études supérieures en psychologie (profil recherche ou recherche-intervention) ou dans une maîtrise d'une discipline connexe axée sur la recherche) ET/OU d'effectuer un ou des stage(s) optionnel(s) d'initiation à la psychologie en milieu professionnel afin de te préparer aux études de doctorat en psychologie - profil intervention ou une maîtrise professionnelle connexe ou tout simplement vers le marché du travail à la fin du Bacc;

 

Elle offre un choix parmi 4 doctorats et 1 maîtrise en psychologie, soit :

 

doctorat en psychologie clinique - profil recherche-intervention (concentrations : psychologie clinique de la santé, neuropsychologie clinique ou sans concentration);

 

doctorat en psychologie clinique - profil intervention (concentrations : psychologie clinique de la santé, neuropsychologie clinique ou sans concentration);

 

doctorat en psychologie - profil recherche sans concentration,

 

maîtrise en psychologie - axée sur la recherche,

 

sans oublier ses programmes dans les disciplines connexes comme : psychoéducation, sciences de l'orientation, psychopédagogie et travail social;

 

De nombreux milieux de stages partout au Québec (principalement dans les régions de Québec, Chaudière-Appalaches, Bas-St-Laurent et Saguenay-Lac-St-Nean), ailleurs au Canada et même aux USA accueillent des stagiaires du baccalauréat et des doctorats en psychologie de l'Université Laval. Ce sont des établissements de santé (dont le CHU de Québec, Institut universitaire en santé mentale de Québec, Hôpital Hôtel-Dieu de Lévis, Hôpital de Chicoutimi, Hôpital régional de Rimouski, etc.); des établissements de services sociaux (Centres jeunesse de Québec, Centres jeunesse de Chaudière-Appalaches, CSSS de la Capitale, CSSS Alphonse-Desjardins de Lévis, CSSS de Chicoutimi, Centre de réadaptation en dépendances Ubald-Villeneuve, Centre CASA, etc.); des établissements d'éducation (C.S. de la Capitale, C.S. des Premières-Seigneuries, C.S. des Découvreurs, C.S. des Navigateurs, C.S. des Rives-du-Saguenay, etc.); des entreprises (Desjardins Assurance-vie, SSQ Assurances, La Capitale Assurances, etc.); des organismes gouvernementaux (CSST, SAAQ, CAVAC, RAMQ, Ministère de la Solidarité sociale, etc.), ainsi que de nombreux organismes communautaires;

 

Elle a conclu des ententes avec quelques universités étrangères permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, par exemple :

 

Université Paris Descartes - Paris V en France,

Université Victor Segalen - Bordeaux II en France,

Université de Genève en Suisse,

Universidad de Zaragoza en Espagne,

West Virginia State University aux USA;

 

Enfin, au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise sont :

 

psychologie clinique : Enfants : abus sexuels, troubles émotifs graves. Adultes : processus thérapeutiques, compétence sociale, psychologie du couple, troubles de la personnalité, troubles anxieux, jeu pathologique. Personnes âgées : dépression, troubles de comportement associés à la démence. Psychologie de la santé : troubles du sommeil, cancer, migraine. Ethnopsychiatrie, etc.;

 

sciences cognitives : Attention et mémoire à court terme. Psychophysique et perception. Émotions. Psychologie cognitive appliquée au travail et aux personnes handicapées, etc.;

 

neuropsychologie clinique et neurosciences comportementales : Schizophrénie, troubles obsessifs-compulsifs, dépression, douleur. Traumatismes craniocérébraux et réadaptation cognitive;

 

psychologie du développement : Périnatalité et développement du nourrisson. Développement socioaffectif de l'enfant et de l'adolescent. Développement du langage. Psychologie du développement adulte. Psychopathologie du développement et prévention. Pratiques éducatives familiales et scolaires;

 

psychologie sociale et communautaire : Motivations psychosociales et représentations sociales. Relations interpersonnelles et adaptation au stress. Psychologie interculturelle. Violence dans les relations interpersonnelles. Promotion de la santé et prévention chez les jeunes;

 

L'Université de Montréal :

 

On y retrouve le plus important département de psychologie au Québec et l'un des plus importants au Canada;

 

Ses programmes de psychologie ont été classés au 2e rang au Québec, au 7e rang au Canada (mais au 1er rang parmi les universités francophones en Amérique du Nord), au 2e rang de la francophonie mondiale (ex-acquo avec l'Université de Genève en Suisse) et parmi les 100 programmes par excellence au monde en 2018 par le réputé classement QS Ranking;

 

Un choix de 2 campus : Montréal ou Laval;

 

Un choix de 2 cheminements :

 

Cheminement honor : prépare aux études supérieures au doctorat en psychologie profil recherche-intervention (aussi appelé scientifique-professionnel) ou profil recherche ou dans une maîtrise d'une discipline connexe axée sur la recherche avec mémoire (psychologie, criminologie, psychoéducation, psychopédagogie, travail social, etc.);

 

Cheminement général : prépare aux études supérieures au doctorat en psychologie - profil intervention (aussi appelé profil professionnel) ou dans une maîtrise d'une discipline connexe axée sur la pratique professionnelle de cette discipline et prépare afin d'accéder directement au marché du travail;

 

Il te sera possible de t'initier à la recherche en psychologie en réaliser un projet de recherche appelé "mémoire de baccalauréat";

 

De nombreux milieux de stages partout au Québec (notamment dans le Grand Montréal), ailleurs au Canada, aux USA et même ailleurs dans le monde accueillent des stagiaires du baccalauréat et des doctorats en psychologie de l'Université de Montréal;

 

Ce sont des : établissements de santé (dont le CHUM, le CHU Ste-Justine, l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal, l'Hôpital Rivière-des-Prairies, l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, l'Institut de réadaptation Gingras-Lindsay de Montréal, l'Institut Philippe-Pinel, etc.);

 

des établissements de services sociaux (Centres jeunesse de Montréal, de la Montérégie, de Laval, des Laurentides et Lanaudière, CSSS de Laval, CSSS Jeanne-Mance, CSSS de la Montagne, CSSS du Sud-ouest-Verdun, CSSS Ahuntsic-Cartierville-Montréal-Nord, CSSS Pierre-Boucher de Longueuil, CSSS de St-Jérôme, Centre de réadaptation en dépendances de Montréal, Centre de réadaptation en dépendances de Laval, Centre de réadaptation en dépendances des Laurentides, etc.);

 

des établissements d'éducation (C.S. de Montréal, C.S. Marguerite-Bourgeoys, C.S. de la Pointe-de-l'Île, C.S. de Laval, C.S. Marie-Victorin, C.S. de la Rivière-du-Nord, C.S. de la Seigneurie des Mille-Îles, C.S. des Affluents, etc.);

 

organismes gouvernementaux (CSST, SAAQ, CAVAC, RAMQ, Ministère de la Solidarité sociale, etc.),

 

des entreprises; ainsi que de nombreux organismes communautaires (consulte le répertoire réalisé par la Ville de Montréal);

 

Elle offre un choix parmi 4 doctorats et 1 maîtrise en psychologie :

 

doctorat en psychologie - profil recherche-intervention (concentrations offertes : neuropsychologie clinique ou psychologie du travail et des organisations ou sans concentration);

 

doctorat en psychologie clinique - profil recherche-intervention sans concentration,

 

doctorat en psychologie clinique - profil intervention sans concentration,

 

doctorat en psychologie - profil recherche (concentrations offertes : sciences cognitives, neuropsychologie ou sans concentration)m

 

maîtrise en psychologie - profil recherche,

 

sans oublier les programmes de maîtrise dans les disciplines connexes (criminologie, psychoéducation, psychopédagogie, orthopédagogie et travail social);

 

Elle a conclu des ententes avec plusieurs universités étrangères afin d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, dont :

 

Freie Universität Berlin en Allemagne,

Ludwig-Maximilians-Universität München en Allemagne,

Universität Heidelberg en Allemagne,

Universiteit Maastricht aux Pays-Bas,

Université catholique de Louvain en Belgique,

Université libre de Bruxelles en Belgique,

Universidad de Sevilla en Espagne,

Universitat Autonoma de Barcelona en Espagne,

Université Paris Descartes - Paris V en France,

Université d'Aix-Marseille en France,

Université de Strasbourg en France,

Université Lumière Lyon 2 en France,

Université de Toulouse Jean-Jaurès (anciennement Le Mirail) en France,

University College Dublin en Irlande,

Université de Genève en Suisse,

Universität Freiburg en Suisse,

Université de Lausanne en Suisse,

Université de Neufchâtel en Suisse,

Leeds University en UK,

Également plusieurs universités américaines membres de l'entente du National Student Exchange;

 

Enfin, au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise et d'excellence sont :

 

psychologie clinique : agressions sexuelles, violence conjugale et familiale, violence psychologique et harcèlement, détresse émotionnelle, délinquance sexuelle, dépression, dépression gériatrique, gestion du stress, migraines, neuropsychologie clinique chez les traumatisés cranio-cérébraux,  psychologie légale, troubles du sommeil, psycho-oncologie, soins palliatifs de fin de vie, troubles de la personnalité, etc.;

 

neuropsychologie fondamentale et appliquée : étude de l'attention, neuropsychologie de l'enfant, neuropsychologie sensorielle, neuropsychologie auditive, neuropsychologie cognitive, neuropsychologie clinique chez les traumatisés cranio-cérébraux, etc.;

 

neurosciences cognitives :  apprentissage et cognition, étude de l'attention, la mémoire, démence de type Alzheimer, émotions musicales, intervention cognitive, neuropsychologie cognitive, troubles sensoriels et cognitifs développementaux, thérapie sexuelle, toxicomanies, jeu pathologique, schizophrénie, troubles obsessifs-compulsifs, dépression, douleur. Traumatismes craniocérébraux et réadaptation cognitive, etc.;

 

psychologie du travail et des organisations : éthique et comportements au travail, bien-être psychologique au travail, diagnostic du climat organisationnel, conflits interpersonnels en milieu de travail, apprentissage et formation continue en milieu de travail, collaboration entre les équipes de travail, comportements antisociaux au travail, évaluation du potentiel et des compétences, performance au travail, violence et harcèlement en milieu de travail, etc.;

 

développement humain : périnatalité et développement du nourrisson, troubles du développement chez l'enfant, développement socioaffectif de l'enfant et de l'adolescent, processus psychologiques du vieillissement, développement du langage, développement de la perception visuelle, etc.;

 

L'Université McGill :

 

Ses programmes de psychologie ont été classés au 1er rang au Québec et au 3e rang au Canada en 2018 par le magazine Maclean's;

Ses doctorats en psychologie sont classés au 3e rang au Canada, au 15e rang en Amérique du Nord et au 21e rang mondial en 2018 selon le réputé classement QS Ranking;

Ses doctorats en psychologie sont classés au 3e rang au Canada, au 26e rang en Amérique du Nord et au 32e rang mondial en 2018 selon le réputé classement US News;

 

Son doctorat de recherche en psychologie a été classé au 19e rang mondial sur les 100 meilleurs programmes au monde en 2013 et au 20e rang mondial en 2014 selon le classement QS (devant les célèbres telles que : University of Edinburgh, Duke University, Maastricht University, Ludwig-Maximilian University);

 

Il te sera possible de t'initier à la recherche en psychologie en réaliser un projet de recherche appelé "mémoire de baccalauréat";

 

De nombreux milieux de stages partout au Québec, ailleurs au Canada, aux USA et même ailleurs dans le monde accueillent des stagiaires du baccalauréat et des doctorats en psychologie de McGill;

 

Ce sont des établissements de santé (dont le CUSM, Hôpital de Montréal pour enfants, Institut universitaire de santé mentale Douglas, Institut Pinel, Hôpital général juif, Hôpital juif de réadaptation, Hôpital psychiatrique Pierre-Janet de Gatineau, etc.); des établissements de services sociaux (Centres jeunesse de Montréal, CSS Cavendish, CSSS West Island, CSSS de Gatineau, Centre de réadaptation en dépendances de Montréal, etc.); des établissements d'éducation (C.S. English Montréal, C.S. Lester-B.-Pearson, C.S. Riverside, C.S. Western Québec, etc.); des entreprises; des organismes gouvernementaux (CSST, SAAQ, CAVAC, RAMQ, etc.), ainsi que de nombreux organismes communautaires;

 

Elle a conclu des ententes avec plusieurs universités étrangères afin d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, dont :

 

Freie Universität Berlin en Allemagne (son programme de psychologie a été classé au 1er rang du pays en 2014 selon le classement QS),

KU Leuven en Belgique (son programme de psychologie a été classé au 38e rang mondial en 2014 selon le classement QS),,

Université de Strasbourg en France,

University College Dublin en Irlande,

Université de Genève en Suisse,

University of Zurich en Suisse,

University of Amsterdam aux Pays-Bas (son programme de psychologie a été classé au 16e rang mondial en 2013 et 2014 selon le classement QS),

Universiteit Leiden aux Pays-Bas

University of Bristol en UK (son programme de psychologie a été classé au 40e rang mondial en 2011 et 2012 selon le classement QS),,

University of Liverpool en UK,

University of Manchester en UK (son programme de psychologie a été classé au 32e rang mondial en 2013 et 36e rang mondial en 2014 selon le classement QS),

University of Melbourne en Australie (son programme de psychologie a été classé au 10e rang mondial ex-æquo en 2014 selon le classement QS),

University of Queesland en Australie  (son programme de psychologie a été classé au 9e rang mondial en 2013 et 14e rang mondial en 2014 selon le classement QS),

University of South Australia en Australie (son programme de psychologie a été classé au 10e rang mondial en 2013 et v15e rang mondial en 2014 selon le classement QS),

University of Sydney en Australie (son programme de psychologie a été classé au 14e rang mondial en 2013 et 15e rang mondial en 2014 selon le classement QS),

University of Connecticut aux USA

University of North Carolina at Chapel Hill aux USA,

University of California (campus à déterminer, mais possibilité pour l'University of California at Berkeley a été classée au 10e rang mondial ex-aequo en 2014 selon le classement QS)

 

Enfin, au niveau de la recherche, ses principaux domaines d'expertise sont :

 

neurosciences du comportement : psychophysique visuelle, apprentissage de la mémoire, mécanismes de la douleur, etc.;

 

sciences cognitives : acquisition d'une langue seconde, raisonnement moral et scientifique, prise de décision, perception auditive et visuelle, mémoire, l'attention, performances motrices, etc.;

 

sciences du développement humain : perception cognitive, développement du langage, développement social, troubles d'apprentissage, etc.;

 

psychologie de la santé : effets psychosociaux de la maladie chronique, psychophysiologie cardiovasculaire, psychopharmacologie, troubles alimentaires, douleur, troubles de l'anxiété et stress, dépression, jeu pathologique, dépendances à l'alcool, etc.;

PASSERELLES :

Un programme passerelle permet aux titulaires du DEC en éducation spécialisée de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans cadre de son programme de baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission est faite lors de la demande et aucune préférence ou priorité n'est accordée à l'admission.

Il n'existe aucune passerelle actuellement offerte.

LES ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Voici les 5 types de programmes offerts :

EN PSYCHOLOGIE :

 

Afin de devenir psychologue, l’obtention du Doctorat en psychologie est exigé

 

Lorsque tu auras terminé tes études au baccalauréat en psychologie, tu pourras accéder directement au doctorat (sans passer par un programme de maîtrise).

 

Par contre, compléter le baccalauréat en psychologie n'assure pas nécessairement l'admission aux études supérieures en psychologie puisque tu devras obtenir les résultats académiques nécessaires. Dans plusieurs universités, il y a une capacité maximale de places disponibles.

 

La Maîtrise de recherche en psychologie (M.Sc.) a une durée totale de 1½ an offert à temps complet seulement. Il vise l'acquisition d'habiletés de base en recherche dans un secteur de ton choix de la psychologie, plutôt que la pratique professionnelle de la psychologie.

 

Elle prépare à accéder aux études de doctorat en psychologie - volet recherche ou dans un programme de doctorat dans une discipline connexe (ex : criminologie, sexologie, psychoéducation, psychopédagogie, neurosciences, sciences de la réadaptation, troubles du langage et de la parole, etc.).

 

NE PERMET PAS D'ACCÉDER A L'ODRE DES PSYCHOLOGUES DU QUÉBEC (à moins de poursuivre vers des études de doctorat en psychologie - volet recherche-intervention).

 

Tu auras quelques cours obligatoires tels que : séminaire de mémoire, méthodologie de la recherche en psychologie et éthique de la recherche en psychologie. Tu auras également à choisir quelques cours optionnels parmi des listes proposées et ayant un lien avec ton projet de recherche (ex : méthodes en psychologie cognitive et neuropsychologie, développement cognitif et socioaffectif, développement et fonctionnement du cerveau, contributions psychologiques à la santé, psychopathologie avancée, recherches psychologiques en perception, transfert et utilisation de la recherche sociale, mauvais traitements envers les enfants, violence dans le couple, neuropsychologie de la sénescence, troubles du sommeil, jeunes et familles à risques, psychologie de la mémoire et de l'attention, évaluation de la performance au travail, évaluation du personnel, développement du personnel, interaction et apprentissage en milieu de travail, stage de recherche en milieu universitaire, stage de recherche en milieu non universitaire, etc.).

 

La plus grande partie du programme est toutefois consacrée à la réalisation d'un projet de recherche en psychologie appelé "mémoire" dans l'un des principaux champs de recherche de la psychologie comme :

 

psychologie clinique, neuropsychologie fondamentale, neuropsychologie clinique, neuroscience comportementale, psychologie du développement, psychologie sociale et communautaire, psychologie cognitive, psychologie du travail et des organisations, psychologie de la santé, psychologie scolaire, etc.

 

Endroits de formation :

 

Université de Montréal, voir aussi la page suivante

 

Université McGill

 

Université Laval

 

Université Concordia

 

Le Doctorat de 3e cycle en psychologie (Ph.D. ou D.Psy) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet seulement. Il existe 3  profils différents selon tes attentes et tes intérêts de carrière :

 

Pour plus de détails, consulte la page sur les études supérieures en sciences sociales.

 

-         Profil recherche & intervention – orientation clinique : Ce programme est destiné à celles et celles détenant un baccalauréat en psychologie désirant se diriger vers une carrière comme psychologue clinicien(ne). Il permettra de travailler en milieu hospitalier (ou autres milieux de santé ou connexes tels que : centres de réadaptation, maisons de soins palliatifs, organismes communautaires d'aide aux personnes malades, organismes communautaires d'aide aux personnes victimes d'actes criminels ou d'un traumatisme, etc.) afin d'intervenir auprès de personnes ayant des problèmes psychologiques ou psychosociaux graves (ex : abus sexuels, excès de violence, troubles anxieux, dépendances, etc), auprès de personnes malades (schizophrènes, troubles obsessifs-compulsifs, traumatismes cranio-cérébraux, personnes atteintes d'un cancer, etc), auprès de familles en deuil d'un proche (par exemple, les parents d'enfants décédés) et les proches d'une personne souffrant d'une maladie grave.
Il donne accès à l'Ordre des psychologues du Québec.

La voie "intervention" ou "professionnelle" est axée uniquement sur la préparation à la pratique professionnelle de la psychologie clinique au sein de différents milieux de pratique ou d'un milieu de pratique spécifique.

La voie "recherche-intervention" ou "scientifique-professionnel" vise principalement la préparation à la pratique professionnelle de la psychologie clinique, mais initie également à la recherche clinique en psychologie.


Pour plus d'informations, consulte la page sur les études supérieures en sciences sociales.

Endroits de formation :

Université de Montréal (profil intervention avec essai doctorat, stages et internat clinique de 12 mois)
Université de Montréal (profil recherche-intervention avec thèse, stages et internat clinique de 12 mois)

Université Laval (profil recherche-intervention avec concentration en psychologie clinique de la santé ou avec concentration en neuropsychologie clinique ou sans concentration)

Université McGill (profil recherche-intervention sans concentration)

Université de Sherbrooke  (profil intervention avec cheminement psychologie clinique sans concentration)
Université de Sherbrooke (profil recherche-intervention sans concentration)

Université Concordia (profil recherche-intervention sans concentration)

U.Q.T.R. (profil intervention D.Ps. avec concentration en psychologie clinique ou concentration en neuropsychologie clinique avec essai doctoral, stages et internat de 12 mois)

UQO (profil professionnel D.Ps. avec cheminement en neuropsychologie clinique avec essai, stages et internat de 12 mois ou avec cheminement en psychologie clinique avec essai, stages et internat de 12 mois)


Université d'Ottawa (profil recherche-intervention avec orientation psychologie clinique sans concentration), voir aussi la page suivante

 

-         Profil recherche & intervention (aussi appelés profil professionnel, scientifique-professionnel, psychologie du travail et des organisations) : Le principal objectif est de fournir une formation spécialisée et poussée en psychologie permettant de se diriger vers la pratique professionnelle de la psychologie dans différents secteurs de la pratique communautaire ou de la pratique dans d'autres milieux autres que cliniques (CLSC, établissements scolaires, entreprises, gouvernements, cliniques privées, organismes communautaires, etc).
Il donne accès à l'Ordre des psychologues du Québec.

Il comporte 2 voies possibles selon les universités :

La voie "intervention" ou "professionnelle" est axée uniquement sur la préparation à la pratique professionnelle de la psychologie au sein de différents milieux de pratique ou d'un milieu de pratique spécifique en lien avec la concentration choisie.

La voie "recherche-intervention" ou "scientifique-professionnel" vise principalement la préparation à la pratique professionnelle de la psychologie, mais initie également à la recherche appliquée dans l'un des principaux domaines de la discipline. En plus des cours, stages et internat mentionné au profil ci-dessus, il comporte des cours d'initiation à la recherche en psychologie, méthodologie de la recherche en psychologie et séminaire de recherche en psychologie.

Pour plus d'informations, consulte la page sur les études supérieures en sciences sociales.

Endroits de formation :

Université Laval (profil professionnel D.Ps. avec stages et internat de 12 mois)
axé sur la pratique dans les milieux organisationnels, services conseils et autres milieux

Université de Montréal (profil recherche-intervention Ph.D. avec concentrations en neuropsychologie clinique ou psychologie du travail et des organisations avec thèse et internat de 12 mois)

UQAM (profil professionnel sans concentration Psy.D. avec thèse et internat de 12 mois OU profil scientifique-professionnel Psy.D./Ph.D. avec concentration en sciences cognitives ou avec concentration en études féministes ou sans concentration avec thèse ou avec thèse et stage de recherche)

Université de Sherbrooke (programme intervention D.Ps avec cheminements intervention en enfance et adolescence, psychologie organisationnelle ou sans concentration avec thèse et internat de 12 mois)
Université de Sherbrooke (programme recherche-intervention D.Ps. avec cheminements intervention en enfance et adolescence, psychologie organisationnelle ou sans concentration avec thèse et internat de 12 mois ou cheminement pour psychologues en exercice avec thèse et internat avancé)

U.Q.T.R. (profil intervention-recherche Ph.D. sans concentration avec thèse, stages et internat de 12 mois)

UQAC (profil recherche-intervention D.Ps. sans concentration avec essai doctorat, stages et internat de 12 mois)

UQO (profil professionnel D.Ps. sans cheminement avec essai, stages et internat de 12 mois)

Université de Moncton (profil professionnel avec mémoire doctoral, stages et internat de 12 mois)

 

-   Profil recherche (aussi appelé "profil scientifique" ou "profil en psychologie expérimentale"): Ce programme a comme principal objectif de fournir une formation poussée en psychologie permettant de réaliser des travaux de recherche dans le cadre d’un projet appelé "thèse" dans un des champs de recherches de cette discipline. Il est notamment destiné à ceux détenant une formation dans une discipline désirant acquérir une formation poussée en psychologie et aux titulaires d'un baccalauréat en psychologie qui se destinent principalement à l'enseignement, à la recherche ou à la consultation scientifique
Il ne permet pas d'accéder à l'Ordre des psychologues du Québec.

Pour plus d'informations, consulte la page sur les études supérieures en sciences sociales.

Endroits de formation :

Université de Montréal (concentration en sciences cognitives et neuropsychologie ou sans concentration)

Université Laval (sans cheminement)

Université McGill (psychologie expérimentale)
Université McGill (psychologie appliquée à l'enfance)

UQAM (concentration en sciences cognitives ou concentration en études féministes ou sans concentration)

Université Concordia (sans concentration)

Université du Québec à Trois-Rivières U.Q.T.R. (sans concentration ou avec concentration en études familiales)

Université de Sherbrooke (doctorat en gérontologie sans concentration)

Université d'Ottawa (profil psychologie expérimentale Ph.D. avec concentrations : psychologie sociale, psychologie du développement, psychologie cognitive ou neurosciences du comportement)

Université de Moncton (sans concentration)

 

DOMAINES DE RECHERCHE :

 

Voici quelques-uns des domaies de recherche réputés pour chacunes des universités offrant un doctorat en psychologie - volet recherche-intervention ou volet recherche.

 

l'UQAC :

 

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles

site du Centre intersectoriel en santé durable

site du Groupe de recherche et d’intervention sur la présence attentive de l’UQAM

site de l'Équipe Violence Sexuelle et Santé ÉVISSA

site du Laboratoire sur l’adaptation personnelle, sociale et neuropsychologique LAPERSONNE

site du Laboratoire de recherche et d'intervention sur les incidents critiques en milieu de travail

site du Laboratoire d'expertise et de recherche sur le plein air

site de la Chaire de recherche UQAC-Cégep de Jonquière sur les conditions de vie, la santé, l'adaptation et les aspirations des jeunes VISAJ

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

neuropsychologie : neuropsychologie clinique (adaptation et qualité de vie des enfants et adolescents ayant une déficience intellectuelle, élaboration d'un protocole d'évaluation auprès de jeunes susceptibles de présenter une déficience intellectuelle approches d'interventions intégratives chez les personnes souffrant de la dystrophie myotonique de type 1); neuropsychologie expérimentale (les liens entre le fonctionnement cognitif, les fonctions exécutives et l’adaptation de diverses populations vulnérables aux plans physique et psychologique, les interventions fondées sur la présence attentive : mindfulness, pleine conscience); ;

 

psychologie clinique : agressions sexuelles (développement d'approches d'intervention auprès des victimes d’agression sexuelle présentant une déficience intellectuelle); éficience intellectuelle (développement et évaluation d'approches d'intervention utilisant la thérapie par le plein air auprès d'enfants et d'adolescents présentant une déficience intellectuelle); dépendances (facteurs de risque, liens familiaux et validation d'outils d'évaluation de la toxicomanie chez les adolescents.et jes jeunes adultes); criminalité (le profil et les besoins et développement de programmes de formation, de prévention et d’intervention auprès d'adolescents et d'adultes qui pratiquent la prostitution);

 

psychologie du travail et des organisations : les approches de prévention et de la gestion des incidents critiques en milieu de travail tels que : actes criminels, crises organisationnelles, suicides, intimidation et autres; les risques d’incidents critiques dans les milieux de travail ainsi que leurs impacts organisationnels dans les services d'urgence tels que : hospitaliers, préhospitaliers et sécurité publique;

 

psychologie familiale et sociale : psychologie familiale (l’influence de la famille sur le développement et sur le développement des personnes qui ont été adoptées à la naissance); psychologie du sport (motivation, impacts des liens psychosociaux et interrelations et perspectives psychodynamiques chez les athlètes amateurs, dynamique de groupe et leadership en plein air); santé psychosociale des jeunes (les facteurs de risque et de protection reliés à l’adaptation psychosociale chez les jeunes de la population générale, chez les jeunes autochtones et chez les jeunes ayant subi de la maltraitance notamment des agressions sexuelles, l’adaptation positive des jeunes, etc.).

 

l'UQO :

 

site du Centre d'études et de recherche en intervention familiale CERIF

site du Centre d'études et de recherches en psychologie industrielle et comportement organisationnel

site du Centre de recherche sur la violence familiale et la violence faite aux femmes

site du Centre de recherche Jeunes en difficulté

site du Programme de recherche interdisciplinaire sur la santé mentale des enfants PRISME

site du Laboratoire de cyberpsychologie de l'UQO

site du Laboratoire de perception visuelle et sociale de l'UQO

site du Laboratoire des troubles de l'anxiété de l'UQO

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

neuropsychologie : cyberpsychologie ((utilisation des technologies immersives en réalité virtuelle pour étudier  la dynamique de positionnement, d'orientation et d'activités oculaires afin de mieux comprendre les processus d'attention de perception; dans le traitement des troubles d'anxiété complexes tels que l'anxiété sociale et les trouble panique, etc;  l'évaluation des effets anxiogènes et dépressifs chez des individus préoccupés par leur silhouette et leur poids; la gestion de la douleur aiguë et chronique; dans l'évaluation des préférences sexuelles chez les délinquants sexuels; pour créer des environnements sociaux s’apparentant à la vie réelle chez les personnes souffrant du trouble du spectre de l'autisme TSA; etc.);

perception visuelle et sociale (les bases cognitives, neuropsychologiques et neurophysiologiques de la cognition visuelle dans la reconnaissance de stimuli naturels tels que des visages et des mots écrits chez les adultes sains, ainsi que l’impact de différentes lésions cérébrales sur le comportement et la perception); troubles du sommeil (les effets de la privation de sommeil sur la performance cognitive, le rôle du sommeil dans la consolidation et l'efficacité des apprentissages; l'impact des perturbations du sommeil sur le fonctionnement cognitif, etc.);

 

psychologie clinique : santé mentale des enfants (la discipline des enfants et au soutien des parents dans leurs rôles auprès des enfants, développement de la dépression et les approches d'intervention chez les enfants et les jeunes, le développement et l’évaluation de nouveaux traitements qui ciblent les difficultés sociales des enfants avec TDAH, les prédicteurs de la qualité des relations d’amitié perçue et observée chez les enfants présentant un TDAH avec les autres enfants);

troubles d'anxiété (les processus cognitifs, comportementaux et affectifs impliqués dans l’étiologie des inquiétudes excessives dans le trouble anxieux généralisé TAG afin de développer des traitements plus efficaces, l'utilisation de la réalité virtuelle dans le traitement des troubles d'anxiété dont les phobies, l'anxiété sociale et les troubles panique);

troubles d'alimentation (les facteurs psychosociaux associés à des problèmes d’alimentation et de poids, l'évaluation des effets anxiogènes et dépressifs lors d'immersions en réalité virtuelle chez des individus préoccupés par leur silhouette et leur poids);

psychologie de la santé (les facteurs psychosociaux associés à la maladie chronique et à son traitement, l’apport de la réalité virtuelle à la gestion de la douleur aiguë et chronique); troubles du spectre et de l'autisme (l’évaluation et l’intervention auprès de la clientèle ayant un trouble du spectre de l’autisme TSA notamment par l'utilisation de la réalité virtuelle pour créer des environnements sociaux s’apparentant à la vie réelle), etc.

 

psychologie industrielle et organisationnelle : psychologie des organisations (l’effet de la transition d'un changement organisationnel sur la santé des travailleurs dont le stress élevé, un état de confusion inhabituel et le sentiment d'incompétence; l'identification et le développement du potentiel humain dans les organisations, l'évaluation et la sélection et le perfectionnement du personnel, le développement d'outils d'évaluation du rendement au travail);

la psychologie du travail (les facteurs organisationnels pouvant influencer le transfert des apprentissages effectué par les apprenants à la suite d’une formation; le travail d'équipe, le leadership et la collaboration entre les membres; les transitions de vie et les relations interpersonnelles en contexte multiculturel);

la santé mentale au travail (notamment l’épuisement professionnel, les stratégies de coping, le bien-être au travail et du retour au travail après un arrêt pour problème de santé mentale relié au travail; les motifs et les raisons de présentisme volontaire ou involontaire au travail chez les personnes présentant des problèmes de santé physique et/ou psychologique), etc;

 

psychologie familiale et sociale : psychosociologie (les effets du concept de Soi sur l’adaptation biopsychosociale des adolescents avec ou sans déficience intellectuelle; le développement et la validation d’outils auto-évaluatifs relatifs au rapport au corps chez ces personnes; l’évaluation des effets biopsychosociaux de programmes de réadaptation ou de réhabilitation couplant activité physique et réalité virtuelle);

psychologie familiale (les effets de la transitié à la parentalité sur les trajectoires de vie des parents; des couples et des enfants, les facteurs de risque liés au genre chez les pères qui les prédisposent à une plus grande détresse périnatale; les conséquences de troubles de santé mentale paternelle sur le développement de l’enfant, par exemple, des troubles internalisés et externalisés; l’expérience des personnes et des familles qui vivent en situation de vulnérabilité telle que la pauvreté ou le manque de soutien social, par exemple; le développement des pratiques envers les parents dans un souci de maintenir l’unité familiale, de favoriser la relation parent-enfant et de prévenir la négligence; les variations d’expériences des familles endeuillées du décès d'un enfant; l’expérience qu’ont les familles immigrantes des transitions familiales telles la naissance, la mort et la maladie chronique), etc.

 

l'U.Q.T.R. :

 

site du Centre d'études interdisciplinaires sur le développement de l'enfant et la famille

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles (et Laboratoire de recherche sur le couple)

site du Centre de recherche en neuropsychologie et cognition

site du Centre international de recherche en criminologie appliquée

site du Groupe de recherche CogNAC Cognition, Neurosciences, Affect et Comportement

site du Groupe de recherche et d'intervention sur les enfants vulnérables et négligés

site du Laboratoire de recherche en psychologie légale

site du Laboratoire de recherche sur la motivation et l'autorégulation des comportements de santé

site du Laboratoire interdisciplinaire de recherche en gérontologie

site du Laboratoire de recherche en santé mentale,

site du Laboratoire de recherche interdisciplinaire en réalité virtuelle

site du Laboratoire de méthodes projectives en psychologie

site de l'Équipe de recherche en psychologie cognitive

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

neuropsychologie : neurosciences comportementales (les liens entre les émotions et les processus cognitifs tels que la mémoire ou le langage, les liens entre la psychologie et le système d'odorat nous permettant de percevoir le goût, les traits phoniques des émotions, l'utilisation de la réalité virtuelle immersive pour évaluer la mémoire épisodique et pour l'évaluation de la mémoire au quotidien, les altérations cognitives résiduelles chez des personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral léger, les mécanismes de la perception et de la régulation de la douleur aiguë et chronique, les origines neurobiologiques de la pédophilie, ,les fonctions exécutives et la cognition sociale chez les mineurs qui ont commis une infraction sexuelle, etc.);

 

neuropsychologie clinique (évaluation neuropsychologique de l'impulsivité par l'utilisation de la réalité virtuelle, profils neuropsychologiques des enfants négligés, neuropsychologie clinique des agresseurs sexuels; évaluations neuropsychologiques et neurologiques des auteurs d'homicides sexuels; le développement de l’enfant dans un contexte de troubles neuro-développementaux et de troubles acquis tel que le trouble du spectre de l'autisme TSA, etc.), etc;

 

psychologie clinique : santé mentale des enfants (le développement et à l’évaluation de pratiques d’intervention auprès des enfants et des adolescents traumatisés victimes de négligence ou de maltraitance);

 

psycho-oncologie (dépistage de la détresse en oncologie, réadaptation à la phase de survie, adaptation du couple, activation comportementale, transition post-traitement/retour au travail, fatigue associée au cancer, crainte de la récidive du cancer, l'attitude à l'égard de l'aide médicale à mourir);

 

psychologie de la santé (thérapie cognitive et comportementale des troubles anxieux et de l'humeur, comportements alimentaires adaptatifs et problématiques, comportements de santé et régulation du poids);

 

psychologie légale (enjeux liés à l'évaluation et au traitement d'individus présentant des problèmes de violence, évaluation des allégations d'abus sexuels, expertise psycholégale, violence conjugale, homicide conjugal, violence et harcèlement psychologique), etc;

 

psychologie conjugale, familiale et sociale : santé mentale des enfants vulnérables ou négligés (les facteurs qui sont associés au stress psychologique ressenti durant l’adolescence, l’anxiété de performance en contexte d’évaluation chez les enfants et adolescents présentant des difficultés à l'école, etc);

 

psychologie familiale (la transmission intergénérationnelle des capacités ou difficultés d'adaptation du parent à l'enfant à risque, les liens entre les relations parent-enfant de familles vulnérables à risque, l’expérience des femmes et des familles au cours de l’accouchement et de la période périnatale, les déterminants et les impacts sur les familles qui vivent des situations de négligence et de maltraitance, l'analyse et évaluation des pratiques d'intervention et des approches auprès des familles vulnérables ou à risque, etc);

 

psychologie conjugale (les déterminants affectifs, cognitifs et comportementaux de la satisfaction conjugale, les déterminants de l'ajustement psychologique et conjugal de jeunes femmes, les facteurs personnels et relationnels intervenant dans la réussite de la vie conjugale tant pour les couples provenant de la population que pour ceux aux prises avec une problématique particulière comme la violence conjugale ou les abus sexuels, violence conjugale);

 

psychogérontologie (les facteurs favorisant le développement de la sagesse, de la sérénité, de la flexibilité et du bonheur chez les aînés,  les facteurs qui préviennent le suicide chez les retraités vivant dans la communauté ou en institution, les facteurs en lien avec la dépression, le stress post-traumatique, particulièrement le stress post-traumatique complexe, et l'insécurité liée à la victimisation criminelle, les dimensions positives (estime de soi, sens à la vie) et négatives (stress et sentiment de fardeau) de l'expérience de l'aidant naturel auprès des aînés, etc.);

 

psychologie sociale (conséquences de la motivation sur la capacité à s'autoréguler pour atteindre certains objectifs de santé, les conséquences de la motivation sur l'ajustement psychologique, notamment les émotions et la réalisation de soi, l'attitude à l'égard de l'aide médicale à mourir ), etc;

 

psychologie du travail et des organisations : psychologie du travail et du développement vocationnel (maturité professionnelle et motivation au regard de la carrière, l'évaluation des aspects de la personnalité en contexte de travail, les intérêts professiononels et la valeur au travail), comportement humain dans les organisations (principalement les PME), onboarding, mentoring et socialisation des nouvelles recrues (principalement dans les PME), pratiques de formation et autonomisation des employés (principalement dans les PME), équilibre vie personnelle-travail (principalement dans les PME), développement de l'engagement au travail (principalement dans les PME), etc.

 

l'Université de Sherbrooke:

 

site du Centre de recherche du CHUS

site du Centre de recherche sur vieillissement de l'Université de Sherbrooke

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles 

site du Centre de recherche de l'Hôpital Charles Lemoyne

site du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain

site du Groupe de recherche sur les inadaptations sociales de l'enfance de l'Université de Sherbrooke GRISE

site du Laboratoire de recherche sur le couple et la sexualité de l'Université de Sherbrooke

site du Laboratoire de recherche sur les troubles anxieux et dépressifs en première ligne

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

psychologie clinique : psychologie de l'enfance et de l'adolescence : développement de la santé mentale chez les enfants, gestion du stress chez les enfants, abus et négligence envers les enfants, agression sexuelle envers les enfants, mauvais traitements envers les enfants, les troubles mentaux et comportements suicidaires chez les jeunes, les troubles d'inattention et d'hyperactivité, la prévention et le traitement des troubles anxieux chez les enfants, les adolescents, la prévention de la violence et autres troubles psychosociaux chez les jeunes à risuqe, le dépistage et intervention précoce auprès de personnes ayant un trouble du spectre de l'autisme TSA);

 

psychogériatrie : la maltraitance envers les personnes aînées, victimisation chez les personnes aînées, symptômes psychologiques et comportementaux de la démence, trouble cognitif et conduite automobile, la rééducation cognitive à l'intérieur du processus de vieillissement normal et pathologique notamment les syndromes démentiels, développement d’approches et de stratégies d’intervention cognitives avec des aînés présentant des troubles neurocognitifs majeurs ou des troubles légers de la cognition consécutifs à des conditions dégénératives telle que la maladie d’Alzheimer ou non-dégénératives tel que l’accident vasculaire cérébral, etc;

 

psychologie clinique des adultes : gestion du stress et assiduité aux comportements de santé, la prévention et le traitement des troubles anxieux chez les adultes, aspects psychologiques de la réadaptation au travail pour les personnes ayant un trouble mental courant, traumatisme de substitution et fatigue de compassion chez les aidants naturels de la santé);

 

psychologie de la santé (les troubles des conduites alimentaires, état de stress post-traumatique, le rôle des stratégies de régulation des émotions dans l'adaptation post-traumatique,  prévention, évaluation et traitement des troubles anxieux, psychologie du deuil; etc;

 

toxicomanie : les trajectoires et profils des femmes en situation d'itinérance, les facteurs favorisant et entravant l'insertion sociale des femmes itinérantes, l’évolution des habitudes de jeux de hasard et d’argent, de consommation d’alcool et d’Internet chez les adolescents, l’évolution des habitudes de jeu des joueurs pathologiques, l’évaluation et le suivi des personnes présentant une cyberdépendance, les trajectoires addictives et trajectoires de services chez les personnes toxicomanes, les interventions précoces liées à l'usage à risque et problématique de toxicomanie, la violence et la toxicomanie, etc;

 

psychologie conjugale, familiale et sociale : psychologie conjugale : fonctionnement conjugal et sexuel chez l’adulte, attachement et fonctionnement conjugal, inquiétudes excessives et intolérences à l'incertidude dans les couples, facteurs de prédiction de la détresse et de la violence conjugale, interventions conjugales auprès des personnes souffrant de toxicomanie et de jeu pathologique, étude d'efficacité de la thérapie conjugale auprès des joueurs pathologique;

 

psychologie familiale : trajectoires familiales, relations parent-enfant, entraînement aux habiletés parentales, développement affectif et émotionnel des enfants et adolescents, attachement parent-enfant, l'expertise psycholégale à la Chambre de la jeunesse;

 

psychogérontologie : aspects psychologiques des transitions à la vieillesse, l'intervention psychologique visant à maintenir l'autonomie des personnes aînées); etc,

 

psychologie du sport :habiletés pscychologiques pour le sport et pour la vie, développement psychologique de l’enfant, du sport et de l’athlète, processus d'apprentissage et activité physique, le développement des habiletés psychologiques applicables dans un contexte de performance, contrôle de l’activation et de l’anxiété chez les athlètes, la gestion du stress et des émotions en compétion sportive, processus de l'attention, de la concentration et de l'imagerie en pratique sportive, la motivation et l'établissement d'objectifs personnels en activité physique, la motivation et la dynamique de groupe, récupération et épuisemement sportif, stratégies d'intervention en psychologie du sport, etc.);

 

toxicomanie : le développement d'approches novatrices de prévention du VIH et du VHC chez les usagers de cocaïne souffrant de problèmes de santé mentale, la prévention et la réduction des méfaits associés aux nouvelles consommations de drogues parmi les jeunes;

 

psychologie du développement (de la petite enfance jusqu'au vieillissement) : cycles de vie : enfance, adolescence, adulte, filiations et transmissions intergénérationnelles, les mécanismes neurobiologiques et neuropsychologiques pour la planification et le contrôle du mouvement chez l'humain sain, etc.),

 

développement de l'enfant et de l'adolescent : activités physiques et cognition, processus d'apprentissage et activité physique,développement psychologique de l’enfant, du sport et de l’athlète, processus d'apprentissage et activité physique, les troubles d'apprentissage,  les troubles d'inattention et d'hyperactivité, la prévention et d’intervention sur les conduites agressives indirectes, les troubles de comportement au féminin chez les filles et les adolescentes, les caractéristiques de la personnalité et les risques pris par les jeunes contrevenants associés aux gangs de rue, les facteurs de risque et de protection liés à l’apparition et la continuation des conduites antisociales chez les jeunes, le rétablissement chez les jeunes ayant un trouble du comportement, relations parent-enfant, les trajectoires développementales et les facteurs de persistance ou de rémission des troubles de comportement à l'enfance des filles et des garçons la conciliation travail-famille;

 

développement de l'adulte : passage à la vie adulte, nterrelations entre indécision de carrière et détresse psychologique,

 

psychogérontologie (l'apprentissage des personnes aînées, les aspects psychologiques des transitions à la vieillesse, l'intervention psychologique visant à maintenir l'autonomie des personnes aînées, les personnes âgées et le maintien en emploi, trouble cognitif et conduite automobile, stratégies d'adaptation en conduite automobile pour les personnes âgées; etc;

 

psychologie du travail, des organisations et du développement de carrière : psychologie du travail : motivation au travail, principalement en milieu coopératif, le sens au travail, principalement en milieu coopératif, les relations interpersonnelles, principalement en milieu coopératif, le leadership et travail en équipe, (principalement en milieu coopératif, la conciliation travail-famille, le rôle du sentiment d'efficacité personnelle au travail, les facteurs organisationnels d'agression en milieu de travail, la diversité culturelle et les facteurs individuels d'efficacité des équipes de travail;

 

psychologie du counseling et du développement de carrière : la mesure et évaluation de la personnalité et des troubles mentaux en développement de carrière, aspects psychologiques du vieillissement en développement de carrière, interrelations entre indécision de carrière et détresse psychologique, les personnes âgées et le maintien en emploi, motivation et satisfaction dans la carrière entrepreneuriale;

 

santé mentale au travail : dépression majeure, troubles anxieux ou de l’adaptation, la violence physique et psychologique (harcèlement psychologique) perpétrée en milieu de travail) et les approches d'intervention favorisant le retour au travail après une maladie (cancer, trouble mental, AVC, traumatisme crânien léger, etc.

 

l'Université Concordia :

 

site du Center for studies in Behavioural Neurobiology

site du Centre for Research in Human Development

site du Centre for Clinical Research in Health

site du Centre for the Study of Learning & Performance

site du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain

site du Bilinguism Interests Group

site du Concordia Psycholinguistic & Cognition Laboratory

site du Laboratoire de recherche sur l'enfance de Concordia

site du Laboratoire du développement de l'adulte et du vieillissement cognitif

site du Laboratoire de cognition, vieilissement et psychophysiologie

site du Laboratoire de l'anxiété et des troubles obsessionnels-compulsifs

site du Labortoire de recherche sur le développement de la cognition et du langage

site du Laboratoire des relations interpersonnelles et du développement

site du Laboratoire de psychologie de la santé publique pédiatrique

site du Laboratoire de vision de Concordia

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

neurosciences cognitives : neurosciences comportementales : la perturbation des rythmes associés à une mauvaise santé physique et mentale et à une perte de qualité de vie impliqués dans le stress, la motivation et les émotions; les mécanismes neurobiologiques impliqués dans la dépendance alimentaire ou la dépendance aux drogues; les processus psychologiques, neuronaux et moléculaires qui contribuent à l'abus de drogue et d'alcool; la combinaison de l’activité physique avec l’entraînement afin d'améliorer la mobilité cognitive des personnes âgées à risque de déficience cognitive légère (telle que la démence), etc;

 

neuropsychologie expérimentale : les mécanismes neurobiologiques impliqués dans l'apprentissage et la mémoire; les mécanismes cérébraux impliqués dans la récompense, la motivation, l'apprentissage et dans la prise de décision; l'influence de la mémoire de travail, du contrôle inhibiteur et des variables de perception sur le traitement du langage chez les adultes jeunes et âgés; la perception de la parole audiovisuelle chez les adultes jeunes et âgés et chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer et de troubles cognitifs légers; la fonction exécutive chez les adultes jeunes et âgés et chez les patients atteints de démence ou à risque de démence; le développement du cerveau et les troubles de l'alimentation, les différences relatives liées à l'âge des mécanismes de contrôle cognitif des fonctions exécutives dans divers contextes de la vie courante, les mécanismes neuronaux de bas niveau utilisés par le système visuel pour coder notre environnement afin de mieux intervenir auprès des personnes malvoyantes, etc;

 

psychologie du développement (de la petite enfance jusqu'au vieillissement) : développement du bébé et de l'enfant : les genres de catégorisation des objets que les enfants forment durant les deux premières années de vie, et à la manière dont ils s’y prennent, la nature de la compréhension des croyances et des émotions par les enfants âgés entre 14 et 18 mois, l'acquisition du langage et le développement cognitif chez les enfants avec un intérêt pour le bilinguisme, les effets du bilinguisme sur le développement cognitif et linguistique des enfants au développement typique et chez les enfants avec de troubles neurodéveloppementaux, la discrimination linguistique chez les nouveau-nés et l’acquisition de mots par les jeunes bilingues et trilingues, la façon dont les bébés bilingues distinguent les langues qu'ils entendent et apprennent deux langues distinctes au lieu de les combiner en une seule;  les processus cognitifs du bilinguisme; les fondements cognitifs de la maîtrise et de la maîtrise de la langue seconde; les processus cognitifs de l'apprentissage par la création, le développement du vocabulaire chez les enfants unilingues et bilingues, les liens entre les enfants et leur environnement et que les conséquences pour le développement, la manière dont les modes de vie (tabagisme, activité physique, sommeil), les déterminants psychosociaux (exposition au stress) et les caractéristiques environnementales (environnement du quartier; exposition à la qualité de l’air) augmentent le risque de précurseurs précoces de la maladie pendant l’enfance et à l’adolescence (obésité, pression) qui se dirigent vers l’âge adulte et mènent au développement éventuel de maladies chroniques; etc;

 

développement de l'adolescent et de l'adulte : les impacts psychologiques des débuts de la vie en tant qu'adulte, les transitions vers la vie autonome chez les adolescents, l’impact du bilinguisme / multilinguisme sur les fonctions cognitives et cérébrales dans le traitement du langage chez les adultes jeunes et âgés,  les mécanismes cérébraux impliqués dans la récompense, la motivation, l'apprentissage et dans la prise de décision; l'influence de la mémoire de travail, du contrôle inhibiteur et des variables de perception sur le traitement du langage chez les adultes jeunes et âgés;  les processus cognitifs du bilinguisme; les processus cognitifs et psycholinguistiques sous-jacents au multilinguisme; les fondements cognitifs de la maîtrise et de la maîtrise de la langue seconde; les processus cognitifs de l'apprentissage par la création, etc;

 

développement au cours du vieillissement : les façons dont les personnes âgées utilisent des stratégies ou des circuits neuronaux pour maintenir ou même augmenter les niveaux de performance dans les domaines de la cognition et de la motricité; la fonction exécutive chez les adultes jeunes et âgés et chez les patients atteints de démence ou à risque de démence; les différences relatives liées à l'âge des mécanismes de contrôle cognitif des fonctions exécutives dans divers contextes de la vie courante, etc;

 

psychologie clinique : psychologie clinique de l'enfant et de l'adolescent : les facteurs de risque cardiovasculaires chez les garçons et les filles et ses implications psychologiques; troubles périnataux, traumatismes de l'enfance; troubles de l'alimentation, troubles d'anxiété chez les jeunes, suicide chez les jeunes; le développement d'approches d'intervention par la thérapie par les arts, le développement d'approches d'intervention par la thérapie par le loisir; etc;

 

psychologie clinique de l'adulte : l’impact du stress chronique et des relations interpersonnelles sur la dépression et l’inflammation systémique chez les parents d’adolescents et d’adultes souffrant de troubles du développement neurologique au cours du passage à l’âge adulte; l'impact des traumatismes sur les communautés, le syndrome de stress post-traumatique; troubles du sommeil (l'impact du traitement cognitivo-comportemental de l'insomnie sur l'insomnie liée au stress, la régulation des émotions et l'inflammation chez les personnes souffrant d'insomnie primaire et d'insomnie avec dépression comorbide); troubles obsessionnels-compulsifs TOC (les aspects cognitifs, comportementaux et émotionnels du TOC et de plusieurs autres troubles anxieux, les caractéristiques des individus impulsifs, facteurs psychologiques pour évaluer leur influence sur les aspects des troubles de la peur et de l'anxiété, la recherche de la réassurance non verbale dans le TOC, la relation entre la capacité des personnes à garder le contrôle de leur comportement verbal et la mesure dans laquelle elles sont capables de faire une première impression positive en rencontrant de nouvelles personnes, évalué l'utilité d'une variété de composants de traitement proposés pour améliorer l'efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale, etc.);

 

psychologie clinique chez la personne aînée : le développement d'approches d'intervention par la thérapie par les arts, le développement d'approches d'intervention par la thérapie par le loisir; la combinaison de l’activité physique avec l’entraînement afin d'améliorer la mobilité cognitive des personnes âgées à risque de déficience cognitive légère (telle que la démence);

 

toxicomanie : les liens entre l'abus de drogues et les troubles mentaux, et plus spécifiquement les troubles de l'alimentation, les facteurs qui affectent la vulnérabilité aux drogues et aux avantages naturels chez les personnes souffrant de troubles de l'alimentation, le développement d'approches d'intervention par la thérapie par les arts, le développement d'approches d'intervention par la thérapie par le loisir; etc

 

approches d'intervention : le développement d'approches d'intervention par la thérapie par les arts, le développement d'approches d'intervention par la thérapie par le loisir; le développement de nouvelles applications cliniques de la  thérapie cognitivo-comportementale, etc;

 

psychologie sociale : relations intergénérationnelles, aspects psychologiques de l'inclusion ou de l'exlusion sociale, l'impact des traumatismes sur les communautés, la psychologie de la créativité (créativité collaborative, la résilience en tant que réponse créative, les processus cognitifs de l'apprentissage par la création, les relations des enfants et des adolescents avec les pairs et les parents le développement des compétences de régulation, la formation de soi, l’acquisition de compétences sociales et le développement de constructions sociales et de la compréhension sociale.

 

l'UQAM :

 

site de l'Institut des sciences cognitives de l'UQAM

site du Centre de recherche en neurosciences cognitives NeuroQAM

site du Centre de recherche en neuropsychologie et cognition

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles 

site du Centre de recherche et d'intervention sur le suicide, les enjeux éthiques et les pratiques de fin de vie CRISE

site du Centre de recherche et d'expertise en gérontologie sociale

site du Centre de recherche et d'intervention sur l'éducation et la vie au travail

site du Centre de recherche sur la violence familiale et la violence faite aux femmes

site du Centre de recherche sur le cerveau, le langage et la musique

site du Groupe de recherche sur le langage

site du Groupe de recherche sur le capital humain

site du Cercle interdisciplinaire de recherches phénoménologiques

site du Laboratoire d'études sur le développement social des enfants et des adolescents

site du Laboratoire de psychophysiologie sociale

site du Laboratoire de recherche sur le comportement social

site du Laboratoire de recherche sur le soi et l'identité

site du Laboratoire d'études sur la violence et la sexualité

site du Laboratoire de neurosciences éducationnelles NeuroLab

site du Laboratoire international de recherche sur le Cerveau, la Musique et le Son BRAMS

site de l'Équipe de recherche Sexualités et Genres : Vulnérabilité, Résilience

site de la Chaire de recherche en déficience intellectuelle et troubles du comportement

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

psychologie clinique : abus sexuels : profils des enfants victimes d’agression sexuelle; l'évaluation des programmes de prévention et d'intervention auprès d’enfants et adolescents victimes de violence ou d’agressions sexuelles; la pédophilie; abus sexuels perpétrés par des femmes et des adolescentes; la délinquance sexuelle / délinquance sexuelle des mineurs; les approches d'intervention auprès des familles des adolescents qui ont abusé sexuellement; l'élaboration d'instruments psychométriques auprès de délinquants sexuels; etc.;

 

euthanasie et pratiques de fin de vie : les événements de vie déclencheurs du suicide; le risque suicidaire chez les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme; les facteurs de protection et résilience au suicide; l’étude, l’évaluation et le traitement psychologique des troubles de l’humeur avec ou sans comportements suicidaires; la souffrance chez les femmes âgées atteintes d’un cancer incurable; les effets de suicides en série sur les communautés; les expériences de soins palliatifs des patients, des membres de la famille et des professionnels de la santé; la prévention du suicide en milieu autochtone; la prévention du suicide auprès des jeunes; le développement de politiques de prévention précoce à destination des familles en situation de vulnérabilité; etc.;

 

sexualité, discriminations et violence : les facteurs de risque associés à la victimisation psychologique, sexuelle et physique des jeunes femmes dans le contexte de leurs relations amoureuses; les facteurs de risque et conséquences de la violence dans les relations amoureuses des adolescents et des jeunes adultes et revictimisation; les facteurs de protection de la violence chez les jeunes victimes de traumas interpersonnels; évaluation et prévention des troubles sexuels; discriminations envers les personnes de minorités sexuelles en milieu scolaire et en milieu de travail; la violence entre partenaires intimes, la violence conjugale lors de la période périnatale et parentalité; maternité et paternité en contexte de violence conjugale; etc;

 

déficience intellectuelle et troubles du comportement : les facteurs associés aux comportements agressifs et criminels chez les personnes ayant un trouble mental grave ou une déficience intellectuelle; le diagnostic précoce et l’évaluation de l’intervention précoce auprès des enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA), une déficience intellectuelle (DI) ou un retard de développement; les facteurs des familles et proches influençant l’adaptation et le bien-être chez les familles d’enfants ayant un TSA ou une DI; difficultés rencontrées par les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, leurs proches et leurs intervenants; les troubles du comportement et le double diagnostic chez les enfants ayant un TSA ou une DI (identification des troubles concomitants en bas âge, facteurs associés à ces troubles, modèles d’intervention adaptés, étude de la trajectoire et des effets de ces troubles, de la petite enfance à l’âge adulte);la psychothérapie musicale auprès des personnes ayant un trouble mental grave, un trouble du spectre de l'autisme TSA ou une déficience intellectuelle DI; etc;

 

psychologie clinique auprès d'enfants et d'adolescents :les trajectoires de résilience chez les enfants et les jeunes victimes de violence interpersonnelle; les facteurs associés à la consommation de psychotropes à l’adolescence; l’intervention comportementale intensive (ICI), le milieu familial et le milieu scolaire auprès de personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme TSA; le diagnostic précoce et l’évaluation de l’intervention précoce auprès des enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA), une déficience intellectuelle (DI) ou un retard de développement; les troubles du comportement et le double diagnostic chez les enfants ayant un TSA ou une DI (identification des troubles concomitants en bas âge, facteurs associés à ces troubles, modèles d’intervention adaptés, étude de la trajectoire et des effets de ces troubles, de la petite enfance à l’âge adulte); les facteurs associés aux comportements agressifs et criminels chez les personnes ayant un trouble mental grave ou une déficience intellectuelle; difficultés rencontrées par les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme, leurs proches et leurs intervenants; discriminations envers les personnes de minorités sexuelles en milieu scolaire; les variables associées du syndrome de stress post-traumatique chez les enfants et les jeunes; les trajectoires de résilience chez les enfants et les jeunes victimes de violence interpersonnelle; etc;

 

psychologie clinique auprès des aînés : soins palliatifs gérontologiques et fin de vie; la souffrance psychologique chez les aînés; le deuil et la relation avec la mort ches les personnes âgées; l'approche humaniste en psychogérontologie; etc;

 

psychologie conjugale, familiale et sociale : psychologie conjugale : les prédicteurs de la détresse conjugale; l'impact de la relation conjugale sur les troubles anxieux présents chez l'un des partenaires; les liens entre les troubles de la personnalité et la relation dyadique; le développement et validation d’outils d’évaluation/diagnostique (trauma et couple); le développement de modèles théoritico-cliniques intégrateurs des répercussions de la violence et des traumas interpersonnels (agression sexuelle, survivants de mauvais traitements en enfance, violence dans les relations intimes, traumas complexes et polytraumas); la violence conjugale lors de la période périnatale et parentalité; maternité et paternité en contexte de violence conjugale; etc;

 

psychologie familiale : les facteurs des familles et proches influençant l’adaptation et le bien-être chez les familles d’enfants ayant un trouble du spectre de l'autisme TSA ou une déficience intellectuelle DI; les approches d'intervention auprès des familles des adolescents qui ont abusé sexuellement; etc;

 

psychosociologie : approches psychosociologiques en communication; les processus et les stades par lesquels les identités sociales changent à travers le temps; les raisons qui poussent les individus à justifier et à intérioriser leurs comportements de discrimination; les processus psychologiques qui influencent le déclenchement, la direction, l’intensité et le maintien des conduites émises par les individus; les déterminants de la passion et sur son rôle dans le bien-être psychologique et physique des individus et dans l'établissement de relations de qualité; le rôle de la passion dans la performance, la créativité et la résilience; le rôle de la passion, en contexte de fonctionnement optimal, dans la vie de tous les jours; la psychologie humaniste (telle que : la conscience et ses limites, le souci de soi et l'authenticité, le sens et son processus d'interprétation, la rencontre et le transfert, le statut de l'angoisse et de l'affect, l'existence comme désir et langage approche de thérapie existentielle, gestalt thérapie, etc.); etc;

 

psychologie du développement (de la petite enfance jusqu'au vieillissement) : développement du bébé et de l'enfant : lle développement des représentations linguistiques chez le bébé et le jeune enfant; les mécanismes à la base de l'acquisition du langage; les capacités auditives chez le très jeune enfant et à leur impact sur l'acquisition du langage; les aspects du développement social et affectif à l’adolescence; les facteurs associés à la consommation de psychotropes à l’adolescence; liens entre la santé mentale et la réussite éducative, en particulier à l’adolescence et lors du passage à l’âge adulte; les processus individuels, interpersonnels (famille, réseaux d’amis, relations amoureuses) et contextuels (école, loisirs organisés) pouvant contribuer au développement de l’inadaptation (ex : problèmes intériorisés et extériorisés) et au développement positif (e.g. civique, social, scolaire) à l’enfance et à l’adolescence; l’évaluation d’impact d’un programme de prévention multimodale mis en place auprès d’élèves de maternelle qui présentent un niveau élevé de comportements perturbateurs; l’intervention comportementale intensive (ICI), le milieu familial et le milieu scolaire auprès de personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme TSA; etc;

 

psychologie du travail, des organisations et du développement de carrière : psychologie des organisations : le développement de la flexibilité du leadership par le coaching de gestion; les facteurs communs associés aux retombées positives d'une démarche de coaching exécutif; le développement du leadership authentique chez les gestionnaires; le comportement organisationnel; les comportements contreproductifs; les aspects de l'organisation du travail et la détresse psychologique; l'effet des récompenses sur l'état de santé psychologique des travailleurs; l'évaluation du rendement de la formation; le développement de tests psychométriques d’évaluation et de recrutement; etc;

 

psychologie du travail : la perception dans les relations de mentorat; la psychologie de la communication et relations interpersonnelles en milieu de travail; l'efficacité d'une équipe de travail à travers la communication; le présentéisme au travail chez les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et/ou physique; etc;

 

santé mentale au travail : les attitudes et émotions au travail; la conciliation travail-famille; la gestion de l’incertitude chez les nouveaux employés; santé mentale et psychologique au travail (notamment le stress, la dépression); les discriminations envers les personnes de minorités sexuelles en milieu de travail; le harcèlement psychologique au travail, sur les émotions et la santé mentale au travail, la qualité de vie au travail, l’épuisement professionnel (burnout), le stress ainsi que le travail; etc;

neurosciences cognitives : neuropsychologie clinique : la neuropsychologie des troubles envahissements du développement TED; la neuropsychologie du développement; la neuropsychologie des maladies neurodégénératives (démence, épilepsie, sclérose en plaques); les troubles du sommeil (le sommeil dans le trouble cognitif léger, le sommeil et cognition dans la maladie de Parkinson, les troubles du sommeil comme précurseur des maladies neurodégénératives); le développement d’approches d’intervention neuropsychologiques; la neuropsychologie de la vision chez les enfants avec ou sans troubles neurodéveloppementaux; le développement de nouvelles approches d'intervention neuropsychologique; etc;

neurosciences dévelopementales : le développement du raisonnement logique; la perception visuelle; le développement émotionnel, en incluant la reconnaissance de l'expression faciale et des difficultés émotionnelles et comportementales les processus cognitifs et des mécanismes cérébraux sous-jacents au raisonnement et à l’apprentissage des personnes typiques et autistes; les nouveaux facteurs de risque et marqueurs précoces du développement des maladies neurodégénératives (maladie de Parkinson, démence à corps de Lewy et maladie d’Alzheimer); les déficits cognitifs des jeunes qui présentent à la fois un trouble de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et des comorbidités telles que des troubles d'apprentissage, des troubles anxieux ou des troubles de comportement. l’impact du stress et des hormones de stress sur la modulation des mémoires émotionnelles négatives afin de mieux comprendre les mémoires liées à la peur et les mémoires traumatiques (stress post-traumatique, troubles anxieux et phobies); l'élaboration de modèles théoriques et informatiques de la capacité de l'esprit humain à classer des objets par catégories et à les décrire en se servant du langage; es liens entre les processus psychophysiologiques, cognitifs et cognitifs-sociaux afin de mieux comprendre les possibilités et limites de l'apprenant lorsque celui-ci est placé, individuellement ou en équipe, dans des situations d'apprentissage impliquant des processus très complexes; la neurotoxicologie et développement des fonctions cérébrales; etc.

l'Université Laval :

 

site du Centre de recherche CERVO (Institut universitaire de santé mentale de Québec)

site du Centre de recherche du CHU de Québec

site du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale de Québec

site du Centre de recherche universitaire sur les jeunes et les familles

site du Centre de recherche sur la violence familiale et la violence faite aux femmes

site du Centre de recherche sur l'adaptation des jeunes et des familles à risque jefar

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles

site du Centre de recherche et d'intervention sur l'éducation et la vie au travail

site du Centre de recherche en soins et services de première ligne du CIUSSS de la Capitale Naitonale

site du Centre d'études des troubles du sommeil (rattaché au Centre de recherche CERVO)

site du Groupe de recherche sur l'inadaptation psychosociale chez l'enfant

site du Groupe de recherche en psychologie cognitive

site de l'Institut sur le vieillissement et la participation sociale des aînés

site du Laboratoire conition - distribution - organisation - technologies Co-DOT

site de l'Équipe de recherche en oncologie psychosociale Michel-Sarrazin (rattaché au Centre de recherche du CHU de Québec)

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

neurosciences cognitives : neuropsychologie clinique : l’évaluation neuropsychologique et la prévention du déclin cognitif au cours du vieillissement (notamment démence et maladie d’Alzheimer); le diagnostic précoce des démences et de leurs phases pré-cliniques et prodromiques cognitives et psychiatriques par la rémédiation et réadaptation cognitive; les interventions de pleine conscience auprès d’enfants TDAH et leur famille; l'évaluation de la prévalence et les facteurs de risque de l'insomnie; les troubles de la personnalité chez l’adolescent et le jeune adulte; l'évaluation et traitement des symptômes médicalement inexpliqués, de la douleur chronique et des troubles anxieux selon l’approche cognitivo-comportementale; les difficultés psychologiques (dépression, anxiété, insomnie, fatigue) qui peuvent être associées aux troubles neurologiques et aux blessures traumatiques; etc;

 

neuropsychologie expérimentale : le développement de nouvelles thérapies pour traiter les troubles cognitifs qui affectent l’attention, la prise de décision et les émotions; le développement et validation de nouvelles approches de traitement des troubles de l’attention dont le TDAH; le développement de nouvelles approches thérapeutiques pour aider les personnes souffrant d’insomnie; le développement d’approches de mindfulness pour soulager les symptômes associés au trouble cognitif léger, au trouble bipolaire et au stress; le développement de nouvelles méthodes de dépistage précoce et de nouveaux traitements non médicamenteux du déclin cognitif au cours du vieillissement (troubles cognitifs légers et maladie d’Alzheimer); le développement d'une pratique méditative régulière et d'une attitude d'ouverture et de non-jugement compatible avec le bien-être (mindfulness) participants âgés souffrant d'un trouble cognitif léger ou subjectif dans l'espoir de ralentir ou même de renverser l'évolution vers une démence de type Alzheimer; le développement et la validation des tests pour détecter ou diagnostiquer les troubles du langage et de la cognition associés aux maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer, l’aphasie primaire progressive et les autres formes de démence; le développement, application et évaluation l’implantation de nouvelles approches psychologiques en thérapie cognitive-comportementale pour traiter les patients souffrant de troubles de l’humeur et des troubles anxieux, en particulier le trouble bipolaire, la dépression et le trouble d’anxiété généralisée; l’ergonomie cognitive (facteurs humains) qui vise l’optimisation de la performance humaine; etc;

 

neurosciences cognitives : la représentation mentale des actions et de la douleur d’autrui; les bases cérébrales de la cognition sociale; les mécanismes fondamentaux du déplacement volontaire (contrôle) et involontaire (perte de contrôle) de l’attention; les enjeux de la cognition dans le but de maximiser la performance humaine et le bien-être; l’étude du rôle des facteurs cognitifs, en particulier la mémoire et l’attention, dans l’estimation temporelle; l’étude des fonctions cognitives lors du vieillissement ou en présence de certaines pathologies; le partage d’attention en double tâche; les mécanismes intervenant dans le développement des troubles mentaux sévères auprès d’adolescents et de jeunes adultes; les aspects psychologiques et physiologiques de l’insomnie afin de comprendre ses effets sur les personnes qui en souffrent et de trouver des moyens de les traiter; la mesure de l’activation corticale chez es personnes souffrant d’insomnie; l'identification des processus cognitifs et des émotions impliqués dans les interactions sociales, notamment l’empathie et la représentation de la douleur de soi et des autres; les impacts des traits de personnalité indésirables et des troubles de la personnalité sur les sphères conjugales, occupationnelles et sur la réponse au traitement en psychothérapie; mécanismes intervenant dans le développement des troubles mentaux sévères auprès d’adolescents et de jeunes adultes; l’évolution des neuropsychopathologies associées au vieillissement;

 

psychologie clinique : abus sexuels et violence envers des enfants et adolescents : les comportements agressifs chez les enfants; le rejet et la victimisation des enfants par les pairs; le traitement basé sur la mentalisation pour enfants et adolescents ainsi que pour leurs parents, spécialement en contexte d’abus sexuel; la thérapie par le jeu auprès d'enfants victimes d'agressions sexuelles; l'évaluation et traitement d'enfants abusés sexuellement; la violence en contexte scolaire; la violence sexuelle, psychologique, physique et négligence envers les jeunes dans un contexte sportif ou violence sexuelle commise par les entraîneurs; la violence et la maltraitance faite aux enfants et aux adolescents et sur l’évaluation de pratiques et de programmes; les transitions familiales, les relations au sein de la famille et les jeunes victimes d'abus sexuels, de négligence ou de violence suivis par la protection de la jeunesse; la prévention de la maltraitance envers les enfants et pratiques de soutien à la parentalité; les enfants et adolescents immigrants et violence; etc;

 

santé mentale des enfants et adolescents : les problématiques du poids et de l’alimentation et troubles alimentaires chez les adolescents; l’évaluation diagnostique et le traitement cognitivo-comportemental des enfants et des adolescents, ainsi que sur les pratiques parentales; la mentalisation, les traumas et leurs rôles dans l’évolution des difficultés psychologiques chez l’enfant et l’adolescent; la perception du jeu de hasard, prévention et traitement du jeu pathologique chez les jeunes et les adultes; la sensibilisation à la violence conjugale : développement d’un outil novateur pour les enfants; etc;

 

santé mentale des adultes : les problématiques du poids et de l’alimentation et troubles alimentaires chez les adultes; la perception du jeu de hasard, prévention et traitement du jeu pathologique chez les jeunes et les adultes; le traitement d'adultes présentant un trouble de la personnalité limite; l'ntervention auprès d’individus ayant des comportements violents; être mère en situation de violence et de mauvais traitements envers les enfants; etc;

 

santé mentale des aînés :  les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence; les troubles anxieux et les troubles de l’humeur chez les aînés; le delirium chez la personne âgée; le dépistage et la prévention de la détresse psychologique chez les aidants naturels et leur soutien;le rôle des bénévoles dans la prévention de la maltraitance des aînés; l’évaluation d’une intervention à l’intention des proches aidants de personne atteinte d’Alzheimer;  le diagnostic précoce des démences et de leurs phases pré-cliniques et prodromiques cognitives et psychiatriques; le traitement des démences neurodégénératives en utilisant la remédiation/réadaptation cognitive; les troubles du comportement dans la démence; etc;

 

psycho-oncologie : le dépistage de la détresse psychologique des personnes atteintes du cancer; l’accessibilité des interventions cognitivo-comportementales pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cancer (notamment insomnie et dépression); le traitement cognitif-comportemental de trouble anxieux et de l’humeur chez les personnes atteintes de cancer; les aspects psychologiques du cancer et sur l’efficacité des interventions cognitivo-comportementales pour améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cette maladie; les aspects psychologiques (peur de la récidive), psychophysiologiques (douleur, difficultés sommeil) et comportementaux (tabagisme, exercices physiques) associés aux maladies chroniques, particulièrement au cancer; les meilleures pratiques d’accompagnement et de soins de fin de vie aux personnes souffrant de démence en phase avancée de la maladie; l'élaboration et évaluation d’interventions visant à augmenter la qualité de vie des personnes atteintes de cancer en phase de survie; etc;

 

troubles anxieux : l’interrelation entre l’anxiété et les symptômes médicalement inexpliqués; le dépistage précoce des troubles anxieux en contexte médical; le trouble à l’état de stress post-traumatique, au trouble panique avec ou sans agoraphobie et au trouble d’anxiété généralisée par l’approche cognitivo-comportementale; les troubles anxieux et les troubles de l’humeur chez les aînés; e traitement cognitif-comportemental de trouble anxieux et de l’humeur chez les personnes atteintes de cancer; etc;

 

troubles du sommeil : les causes et conséquences de l’insomnie; les facteurs de risques et les approches thérapeutiques de l’insomnie; l'évaluation et le traitement des troubles du sommeil; le traitement psychologique de l’insomnie; l'évaluation de l’efficacité de différentes modalités et différentes séquences de traitements psychologiques et pharmacologiques pour traiter l'insomnie chronique; etc;

 

psychologie du développement (de la petite enfance jusqu'au vieillissement) : développement du bébé et de l'enfant : la psychopathologie du développement et problématiques psychosociales ex toxicomanie, délinquance, troubles mentaux graves) ; le développement positif des jeunes; les troubles de l’attention et hyperactivité; le développement d’interventions de pleine conscience adaptées aux enfants présentant un TDAH et au transfert de l’approche dans les milieux scolaires l’autodétermination (motivation, soutien à l’autonomie) dans différents contextes (éducation, travail, famille, etc.); la motivation chez les jeunes; les troubles du comportement et le développement du langage; les comportements agressifs chez les enfants; les troubles du comportement à l'enfance et à l'adolescence et les différences selon le sexe; le parcours de développement en lien avec le tempérament; l’effet sur le développement des enfants de l’exposition précoce aux contaminants environnementaux; la planification, l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie en gradins de prévention de la maltraitance envers les enfants; l'émergence et le développement des comportements sociaux et des relations sociales à l'enfance et l'étiologie et les conséquences des difficultés interpersonnelles à l'enfance afin d’identifier les enfants qui présentent des risques psychosociaux; etc;

 

développement au cours du vieillissement : la prévention du déclin cognitif au cours du vieillissement; l’évolution des neuropsychopathologies associées au vieillissement; le partage d'attention en double tâche et vieillissement; etc;

 

psychologie conjugale, familiale et sociale : psychologie conjugale : le lien entre l'image corporelle, la satisfaction sexuelle et conjugale; la relation entre les stresseurs conjugaux (ou l’insatisfaction conjugale) et les comportements alimentaires des couples; Développement d’outils de dépistage des problèmes conjugaux et problèmes reliés aux poids et à l’image corporelle; l'nfluence des traits indésirables de la personnalité à l’intérieur des relations amoureuses; l'efficacité de la thérapie de couple en milieu communautaire; le développement et validations d’instruments de mesure évaluant la personnalité et les comportements de harcèlement relationnel dans un contexte conjugal; etc;

 

psychologie familiale : la transition à la parentalité; la osychologie des relations interpersonnelles en contexte familial et social; l'engagement paternel, gatekeeping maternel; l’adaptation psychosociale à la parentalité au sein du couple, la coparentalité, l’identité, les rôles de genre, les motivations et les comportements des pères et des mères; le rôle des parents dans le bien-être et la réussite de l'enfant et de l'adolescent dans le sport; la sensibilisation à la violence conjugale : développement d’un outil novateur pour les enfants; etc;

 

psychologie sociale, culturelle et sportive : la psychologie de la motivation humaine; les fondements théoriques de la motivation humaine dans l’étude de diverses problématiques sociales ; l'intégration et configuration des identités dans le concept de soi et les relations interpersonnelles (les relations de couples, ainsi que les phénomènes sociaux à grande échelle, comme la discrimination et l’acculturation) chez les personnes d’origines culturelles diverses; l’activité des professionnels de la santé en contexte pluriculturel; la préparation mentale en sport; le développement positif des jeunes en pratique sportive; le rôle des parents et des intervenants dans le bien-être et la réussite sportive; etc;

 

psychologie du travail, des organisations et du développement de carrière : psychologie des organisations et du travail : les pratiques de leadership; la psychologie du changement organisationnel; les identités et valeurs du travail; la conciliation travail/famille; les facteurs cognitifs qui ont un effet sur l'efficacité du travail en équipe; la gestion des conflits interculturels et interpersonnels en milieu de travail; etc;

 

santé mentale au travail : le stress au travail; identité et violence psychologique en milieu de travail; la qualité de vie au travail et hors du travail; les aspects sociaux, psychologiques et culturels des problèmes de sommeil afin de mieux comprendre ces troubles dans des contextes variés, notamment chez les travailleurs de nuit;  la prévention de la violence en milieu de travail; la prévention des risques psychosociaux du travail; etc.

 

l'Université Mcgill :

 

site du Centre de recherche de l'Hôpital Douglas

site de l'Institut de recherche de l'Hôpital neurologique de Montréal "Le Neuro" (rattaché à l'Institut de recherche du CUSM)

site de l'Institut de recherche du CUSM

site de l'Institut Lady Davis pour la recherche médicale

site de l'Institut de recherche pour le développement et le bien-être humain

site du Centre d'études sur le vieillissement de Mcgill

site du Centre de développement de l'enfant de Mcgill

site du Centre de recherche de l'Hôpital de Montréal pour enfants

site du Centre de recherche en activité physique et santé de Mcgill

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles

site du Centre de recherche sur le cerveau, le langage et la musique

site du Centre de recherche sur l'enfance et la famille

site du Centre de recherche sur la douleur, le handicap et l'intégration sociale

site du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain

site du Centre international d’études sur le jeu et les comportements à risque chez les jeunes de l’Université McGill

site du Groupe de recherche sur l'inadaptation psychosociale chez l'enfant

site du Groupe de recherche en psychologie de la santé de Mcgill

site du Groupe de recherche sur la motivation et les émotions

site du Groupe de recherche sur le comportement, l'autisme et le neurodéveloppement BAND

site du Laboratoire de recherche sur la pratique et la science en psychologie

site du Laboratoire de neurogénétique et de psychologique pédiatrique

site du Laboratoire de neurosciences perceptuelles pour l'autisme et le développement

site du Laboratoire d'association et de prosociabilité

site du Laboratoire de génétique de la mémoire

site du Laboratoire du langage et du multilinguisme

site du Laboratoire Lydon en approche cognitive motivée

site du Laboratoire sur la mémoire Sheldon

site du Laboratoire de médecine comportementale

site du Laboratoire de neurosciences moteur

site du Laboratoire des relations intergroupes et peuples autochtones

site du Laboratoire de perception humaine

site du Laboratoire pour l'attention et la cognition sociale

site du Laboratoire international de recherche sur le Cerveau, la Musique et le Son BRAMS

site de l'Équipe de recherche en développement de l'enfant Talwar

site de l'Unité de recherche sur la vision (située au CUSM)

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

neurosciences cognitives : neuropsychologie clinique : l’évaluation neuropsychologique et la prévention du déclin cognitif au cours du vieillissement (notamment démence et maladie d’Alzheimer); le diagnostic précoce des démences et de leurs phases pré-cliniques et prodromiques cognitives et psychiatriques par la rémédiation et réadaptation cognitive; les applications cliniques, sociales et cognitives de la pleine conscience; l’efficacité des traitements basés sur la méditation et la pleine conscience; la thérapie systémique auprès d’individus, de couples et de familles ayant vécus un traumatisme; l’évaluation cognitive et comportementale, systémique et l’intervention des traitement en adaptation sexuelle et relationnelle de couple à la suite d’un cancer; les émotions positives dans les approches psychothérapeutiques et la participation du client à la thérapie; etc;

 

neuropsychologie expérimentale : la base neurale de la mémoire humaine par la stimulation cérébrale non-invasive; la remédiation cognitive : les effets sur l’humeur et la cognition; le développement de nouvelles approches par la thérapie cognitivo-comportementale; le développement, validation et évaluation de tests cognitifs conçus spécialement pour les patients atteints d'épilepsie; le développement de tests pour évaluer des fonctions cognitives chez diverses populations neurologiques cliniques; l'évaluation de tests neuropsychologiques existants et de leurs applications; la conception et le développement de nouveaux outils d'évaluation neuropsychologique; la traduction d'instruments neuropsychologiques d'une langue à une autre; etc;

neurosciences comportementales : l'humeur et la cognition chez les personnes âgées et leur relation au cerveau; l’évaluation cognitive et comportementale, systémique et l’intervention des traitement en adaptation sexuelle et relationnelle de couple à la suite d’un cancer; neurosciences des troubles de l'humeur et de l'impulsivité : les corrélats neuraux de la psychopathologie du développement dans les troubles du contrôle des impulsions (chz les personnes atteintes du syndrome de Tourette, du trouble de déficit de l'attention / hyperactivité, du trouble obsessionnel-compulsif, des troubles liés à l'utilisation de substances, de la boulimie nerveuse et du jeu pathologique); les déterminants psychologiques et les repères neurocognitifs de la schizophrénie afin de mieux comprendre les symptômes négatifs et cognitifs qui caractérisent la schizophrénie (par ex. troubles de mémoire, anhédonie, faible insight); les facteurs de risque du suicide et des maladies mentales associées opérant à divers moment de la vie, de l’enfance à l’âge adulte; neurosciences de l'anxiété et du stress : les effets de variables telles que le stress et la dépression au début de la vie sur les indicateurs de la santé cardiovasculaire actuelle et du risque de maladie cardiaque; les effets de la méditation en pleine conscience et du biofeedback sur l'hypertension et les maladies cardiovasculaires; les interventions visant à réduire l'hyperventilation qui peut entraîner une hypocapnie et une vasoconstriction cérébrale conduisant à des symptômes; les différences individuelles en matière de réponse au stress, aux schémas de réponse spécifiques produits par différents facteurs de stress et à leurs implications pour le risque de différents troubles cardiovasculaires; les conséquences des stratégies de motivation et des émotions discrètes sur la santé à long terme; la relation entre les forces extrinsèques qui agissent sur les individus (cancer, facteurs sociaux et culturels, par exemple) et leur capacité intrinsèque (caractéristiques de la personnalité, compétences interpersonnelles, etc.); etc;

neurosciences développementales : neurosciences du développement de l'enfant :  les facteurs familiaux dans le premier épisode de psychose; le rôle du stress maternel prénatal à la suite d'un traumatisme ou d'une catastrophe dans le développement (cognitif, comportemental et moteur) de l'enfant; les trajectoires du développement cognitif, socioémotionnel et cérébral au cours de l’enfance et de l’adolescence, neurosciences de l'attention et de la mémoire : les facteurs de risque de maladie d'Alzheimer à apparition tardive; les influences des variables biologiques et démographiques (sexe biologique, génétique, hormones sexuelles, éducation, bilinguisme, etc.) sur la mémoire épisodique tout au long de la vie adulte afin de prévenir la démence, la maladie d'Alzheimer et autres troubles de la mémoire; la dynamique de réseaux neuronaux d’envergure et leur rôle dans la cognition (notamment concernent l’attention, la mémoire, le contrôle cognitif et la cognition sociale); processus cognitifs : les processus de création, de la modification de la conscience et de la cognition atypique;  la perception d’odeurs agréables et déplaisantes et la modulation de la perception olfactive par des processus cognitifs; les mécanismes neuropsychologiques associés à la réorganisation et à la plasticité du cerveau chez des populations de patients atteints de diverses maladies neurologiques (hémisphérectomie, callosotomie, maladie de Parkinson, lésions cérébrales traumatiques et AVC); neurosciences de la musique : principalement sur la perception et la cognition de la musique; les modifications de l'activité cérébrale en cours lors de la perception de séquences sonores provenant de la nature variant avec le temps, telles que la parole ou la musique; la structure et des fondements neurophysiologiques de tâches séquentielles complexes, comme jouer d'un instrument ou parler; le développement de modèles quantitatifs de la mémoire et de composantes motrices, notamment en production de la parole ou de la musique; etc;

 

psychologie clinique : abus sexuels et violence envers des enfants et adolescents : la maltraitance envers les enfants; La violence interpersonnelle chez les jeunes, y compris le harcèlement et la maltraitance; les réponses de protection de l’enfant aux cas signalés de cas d’abus sexuel d’enfants; la violence familiale; l’adversité dans l'enfance et développement socio-émotionnel; les cycles intergénérationnels de traumatisme et de violence; les trajectoires de développement, risque et résilience; les effets de la violence familiale (par exemple, violence physique et sexuelle, négligence, violence psychologique et violence entre partenaires intimes) sur le développement socio-émotionnel des enfants et des adolescents;  les liens à long-terme entre les symptômes d'intériorisation, les réactions des jeunes à l'agressivité de leurs pairs et leur expérience de victimisation; etc;

 

abus sexuels et violence envers des adultes : les cycles intergénérationnels de traumatisme et de violence; la violence familiale; la thérapie systémique auprès d’individus, de couples et de familles ayant vécus un traumatisme; les agressions sexuelles durant l’enfance et la thérapie de couple centré sur les émotions; les effets de la violence familiale (par exemple, violence physique et sexuelle, négligence, violence psychologique et violence entre partenaires intimes) sur le développement socio-émotionnel des enfants et des adolescents; les effets des traumatismes chez l'enfant sur le développement et le maintien des relations de couple à l'âge adulte; etc;

 

jeu compulsif : la prévention et le traitement des comportements à risque élevé de jeu compulsif chez les enfants et les adolescents; le développement d’outils de prévention du jeu compulsif destinés aux enfants et aux adolescents; la relation entre le jeu vidéo et le jeu; les troubles de développent, intervention et de prévention des pratiques de la dépendance (principalement aux jeux de hasard) et de la résilience; etc;

maladies chroniques et douleur : les déterminants psychologiques de l'expérience et de l'expression de la douleur; les facteurs psychologiques dans le développement des incapacités chroniques des personnes atteintes de maladies chroniques ou de maladies neurodégénératives; l’efficacité des interventions psychologiques auprès de personnes souffrant de douleur; la commotion cérébrale dans le sport; la mise au point et l’évaluation d’interventions psychosociales chez les personnes atteintes de troubles médicaux chroniques; l’auto-compassion en contrepartie d’une attitude trop dure et autocritique chez les personnes atteintes d'une maladie chronique; les facteurs de risque biopsychosociaux pour un handicap persistant lié à la douleur; etc;

 

psycho-oncologie : les facteurs prédictifs des trajectoires de qualité de vie des patients atteints d'un cancer; les facteurs psychosociaux dans les infections sexuellement transmissibles et la prévention du cancer; l'impact psychosocial des interventions de diagnostic et de traitement dans les populations de cancers; la mise au point et l’évaluation d’interventions psychosociales chez les personnes atteintes de troubles médicaux chroniques et / ou mettant la vie en danger; les interventions d’autogestion auprès des patients atteints du cancer; l’auto-compassion en contrepartie d’une attitude trop dure et autocritique chez les personnes atteintes d'une maladie chronique ou d'un cancer; le développement d'approches d'intervention à grande échelle des couples aux prises avec le cancer; l’évaluation cognitive et comportementale, systémique et l’intervention des traitement en adaptation sexuelle et relationnelle de couple à la suite d’un cancer; développement de mesures de satisfaction à l'égard des soins de fin de vie et de la qualité de la mort; etc;

 

santé mentale des enfants et adolescents : la santé mentale et le suicide chez les jeunes; la violence interpersonnelle chez les jeunes, y compris le harcèlement et la maltraitance; les besoins liés aux traumatismes d’enfants et d’adolescents; les déterminants psychosociaux de la santé des enfants atteints de neurologiques; la renforcement de la résilience en matière de santé mentale chez les jeunes; les processus psychothérapeutique chez les enfants et les adolescents; l’intervention précoce, en particulier pour les problèmes de santé mentale graves comme la psychose; es effets des expositions environnementales (traumatismes du développement, facteurs de stress, déficits nutritionnels) dans les troubles de l'alimentation (notamment l'anorexie mentale); etc;

 

santé mentale des adultes : le bien-être psychologique des parents de nourrissons de très faible poids de naissance; la dépression post-partum et ses effets sur le fonctionnement familiale; les facteurs hormonaux, épigénétiques et psychosociaux associés à la santé mentale de la mère et au développement de la relation mère-enfant; le développement de nouvelles approches par la thérapie cognitivo-comportementale; es effets des expositions environnementales (traumatismes du développement, facteurs de stress, déficits nutritionnels) dans les troubles de l'alimentation (notamment l'anorexie mentale); la psychothérapie psychodynamique;la psychothérapie expérientielle; les facteurs communs en psychothérapie; les processus de changement; etc;

 

troubles anxieux, troubles de l'humeur et impulsivité : le stress et les processus d'adaptation susceptibles d'expliquer pourquoi le perfectionnisme provoque et/ou entretient des symptômes dépressifs chez les adultes; les facteurs de risque du suicide et des maladies mentales associées opérant à divers moment de la vie, de l’enfance à l’âge adulte; es effets de variables telles que le stress et la dépression au début de la vie sur les indicateurs de la santé cardiovasculaire actuelle et du risque de maladie cardiaque; etc;

 

troubles du sommeil : les facteurs qui aident ou entravent la participation des personnes souffrant de divers handicaps dans la vie communautaire; les déterminants et les traitements de l'insomnie et de divers autres troubles primaires du sommeil; le sommeil et le fonctionnement diurne dans le syndrome de fatigue chronique; les déterminants et les traitements de la fatigue, de la somnolence et d'autres aspects du fonctionnement diurne; le développement et consolidation du cycle veille-sommeil chez le nourrisson et l'enfant, attentes parentales liées au sommeil; les anomalies et impacts du sommeil chez les enfants atteints de TDAH afin d’explorer les contributions potentielles comportementales, circadiennes et génétiques de ces troubles; l'association entre le sommeil et les comportements alimentaires et l'obésité; les mécanismes sous-jacents à l'association entre sommeil et rendement scolaire; etc;

 

psychologie du développement : cycles de développement : les mécanismes bio-psycho-sociaux par lesquelles les facteurs de risque peuvent prédisposer une personne au suicide et à la maladie mentale; le rôle de la personnalité dans l'étiologie des troubles d'extériorisation (psychopathie, trouble de la personnalité antisocial, narcissisme et troubles de la conduite et du contrôle de l'impulsion); les comportements malsains et déviants (consommation de substances psychoactives, rapports sexuels à risque, jeu, agression, crime, etc.) comme des résultats naturels en l'absence de contrôles internes spécifiques, tels que la contrainte et l'empathie; etc;

 

développement du bébé, de l'enfant et de l'adolescent : le développement cognitif et l'acquisition du langage chez les nourrissons et les jeunes enfants; la psychopathologie du développement de l'enfant; le développement et consolidation du cycle veille-sommeil chez le nourrisson et l'enfant, attentes parentales liées au sommeil; le rôle de l'émotion dans l'apprentissage chez les enfants; le développement de l'attention et de la cognition chez les enfants en développement typique, les personnes atteintes d'autisme et les personnes atteintes de syndromes spécifiques associés à une déficience intellectuelle; les troubles du développement neurologique, y compris les troubles du spectre autistique et le syndrome de l'X fragile; l’évaluation des processus perceptifs et cognitifs lors du développement typique, et par le spectre autistique ainsi que les troubles du neurodéveloppement qui y sont rattachés; l’adversité dans l'enfance et développement socio-émotionnel chez les enfants victimes d'abus sexuels, de négligence ou de violence; les effets de la violence familiale (par exemple, violence physique et sexuelle, négligence, violence psychologique et violence entre partenaires intimes) sur le développement socio-émotionnel des enfants et des adolescents; les cycles intergénérationnels de traumatisme et de violence; les trajectoires de développement, risque et résilience chez les enfants et les adolescents; le rôle du stress maternel prénatal à la suite d'un traumatisme ou d'une catastrophe dans le développement (cognitif, comportemental et moteur) de l'enfant; les liens à long-terme entre les symptômes d'intériorisation, les réactions des jeunes à l'agressivité de leurs pairs et leur expérience de victimisation; l'efficacité des différentes stratégies utilisées par les jeunes pour réagir à l'agressivité de leurs pairs; les comportements à risque élevé de jeu compulsif chez les enfants et les adolescents; l’intimidation, la cyberintimidation, la prévention de l’intimidation et leurs liens avec les troubles du développement; etc;

 

psychologie conjugale, familiale et sociale : psychologie conjugale : les besoins spécifiques liés à la thérapie familiale et de couple chez la communauté LGBT, ainsi que l’expérience du mariage entre partenaires de même sexe; le développement d'approches d'intervention à grande échelle des couples aux prises avec le cancer; l'impact des traumatismes sur le processus et les résultats de la thérapie de couple; les agressions sexuelles durant l’enfance et la thérapie de couple centré sur les émotions; la sécurité et à l'insécurité dans les relations amoureuses et leurs liens avec les processus d'estime de soi et d'attachement; etc;

 

psychologie familiale : le bien-être psychologique des parents de nourrissons de très faible poids de naissance; la violence familiale; les réponses de protection de l’enfant aux cas signalés de cas d’abus sexuel d’enfants; l'impact du milieu social sur le bien-être maternel de manière à affecter le lien mère-enfant et le développement de l'enfant; etc;

psychologie du sport : les connaissances et comportements des entraîneurs; l’activité physique et personnes atteintes du trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH);; la psychologie de l’exercice et l’activité physique; la psychologie des blessures sportives; les compétences et comportements en matière d’entraînement; etc;

psychologie sociale et culturelle : les facteurs de protection du suicide et de la maladie mentale au niveau de la population générale; l'efficacité des différentes stratégies utilisées par les jeunes pour réagir à l'agressivité de leurs pairs; les processus de motivation des individus dans l'établissement d'objectifs, d'autorégulation et d'internalisation au cours de leur vie; les relations intergroupes auprès des membres de groupes défavorisés (tels que les réfugiés, les autochtones ou les familles de quartiers défavorisés); l'impact du milieu social sur le bien-être maternel de manière à affecter le lien mère-enfant et le développement de l'enfant; les aspects de l'environnement social qui entraînent des pensées et des sentiments qui influencent le comportement et le bien-être;; les causes et les conséquences des impressions interpersonnelles (allant des premières impressions aux relations les plus étroites) sur notre fonctionnement psychologique; les méthodes de perception et d'évaluation des individus envers les autres (par exemple, la race, le sexe, l’orientation sexuelle, la profession, etc.); la sécurité et à l'insécurité des individus avec les autres et leurs liens avec les processus d'estime de soi et d'attachement; etc;

 

l'Université de Montréal :

 

site du Centre de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal

site du Centre recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal

site de l'Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

site du Centre de recherche du CHUM

site du Centre de recherche de l'Institut Pinel (rattaché au Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale)

site du Centre de recherche de l'Hôpital Rivière-des-Prairies (rattaché au Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale)

site du Centre de recherche de l'Institut universitaire sur les dépendances de Montréal

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur les problèmes conjugaux et les agressions sexuelles

site du Centre de recherche en neuropsychologie et cognition

site du Centre de recherche en gérontologie sociale

site du Centre de recherche et d'expertise Jeunes en difficulté

site du Centre de recherche sur le cerveau, le langage et la musique

site du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain

site du Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes

site du Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain

site du Centre international de criminologie appliquée

site du Centre de psycho-oncologie de l'Université de Montréal

site du Centre d'études avancées en médecine du sommeil (rattaché au Centre de recherche de l'Hôpital Sacré-Cœur)

site du Groupe de recherche sur l'inadaptation psychosociale chez l'enfant

site du Groupe de recherche sur la motivation et les émotions

site du Groupe de recherche sur le comportement, l'autisme et le neurodéveloppement BAND

site du Laboratoire Cœurs et âmes (rattaché au Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal)

site du Laboratoire d'électrophysiologie en neuroscience sociale LENS

site du Laboratoire d'études de la santé sexuelle

site du Laboratoire d'études du couple

site du Laboratoire d'études en neuropsychologie de l'enfant et de l'adolescent

site du Laboratoire d'études sur l'anxiété et la dépression gériatrique

site du Laboratoire d'imagerie optique en neurodéveloppement (rattaché au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine)

site du Laboratoire de neuropsychologie développementale

site du Laboratoire de neuroscience du développement

site du Laboratoire Grandir Ensemble

site du Laboratoire sur les changements sociaux et l'identité

site du Laboratoire de recherche sur le soutien à l'autonomie

site du Laboratoire de recherche sur les trajectoires de santé et de résilience de jeunes agressés sexuellement TRAJETS

site de l'Équipe de recherche en sexualité et couple SCOUP

site du RISQ – Recherche et intervention sur les substances psychoactives-Québec

 

Elle est réputée notamment dans les domaines tels que :

 

neurosciences cognitives :

 

neuropsychologie clinique :

 

chez l'enfant et l'adolescent : le développement neuropsychologique normal et atypique chez l'enfant et l'adolescent; l'impact des troubles cognitifs sur les activités quotidiennes; l'évaluation et l'intervention neuropsychologique auprès d'enfants et adolescents ayant des troubles neurodéveloppementaux (notamment les troubles du spectre de l'autisme); l'évaluation et intervention neuropsychologique auprès d'enfants et adolescents présentant des symptômes d’un trouble déficiaire de l’attention avec ou sans hyperactivité complexifiés, aux troubles du langage (dysphasie) et aux troubles d’apprentissage (dyslexie/dysorthographie, dyscalculie); l'évaluation et intervention auprès des enfants présentant un syndrome Gilles de la Tourette; les conséquences cognitives et sociales des lésions cérébrales pédiatriques; etc;

 

chez l'adulte : les conséquences cognitives et psychologiques suite à un traumatisme craniocérébral (TCC) chez l'adulte; la réadaptation cognitive auprès de personnes avec troubles mentaux (notamment les troubles psychotiques tels que la schizophrénie, troubles biopolaires, psychoses, etc.); la réadaptation cognitive chez les personnes avec troubles cognitifs (syndrome post-traumatique, accident cérébro-vasculaire, ACV, traumatisme crânier léger, etc.); l'évaluation des déficits d’apprentissage moteur dans la maladie de Parkinson; l'évaluation des conséquences des commotions cérébrales liées au sportif sur le développement neuropsychologique, neurophysiologique et neuroanatomique du cerveau; l'évaluation des effets de l’activité physique et sportive sur le développement neuropsychologique, neurophysiologique et neuroanatomique du cerveau; l'évaluation cognitive des personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral et de la moelle épinière; la rééducation motrice et cognitive via le rythme musical; les troubles du mouvement (maladie de Parkinson); etc;

 

chez les aînés : le vieillissement cognitif sain et démences; la réadaptation cognitive chez les personnes souffrant de troubles cognitifs (alzheimer, démence, trouble cognitif léger); l'évaluation des déficits d’apprentissage moteur dans la maladie de Parkinson; les effets du vieillissement sur le cerveau et sur la cognition afin de mieux comprendre vieillissement cognitif et en trouvant des moyens de favoriser la vitalité cognitive avec l’âge; la rééducation motrice et cognitive via le rythme musical; les troubles du mouvement (maladie de Parkinson); etc;

 

neuropsychologie expérimentale : la neuropsychologie expérimentale de la vision; le développement d’outils de mesure pour le diagnostic des commotions cérébrales liées au sport; l’évaluation psychologique et les théories de la personnalité; l’évaluation des thérapies cognitives et comportementales - en particulier la thérapie basée sur les inférences - dans le traitement du TOC; l’adaptation et l’évaluation de l’effet d’un programme cognitif-comportemental d’entraînement à l’autogestion des épisodes explosifs chez des enfants atteints du syndrome de Gilles de la Tourette; le développement d'interventions cognitives préventives du déclin des capacités; etc;

 

neurosciences comportementales : comportements agressifs et antisociaux chez les jeunes : le développement des comportements antisociaux de l’enfance au début de l’âge adulte; le développement des troubles de comportement antisociaux chez les jeunes comportements d’insensibilité émotionnelle (p. ex., manque d’empathie, faible sentiment de culpabilité) chez les jeunes; le développement des comportements agressifs et des compétences sociales chez les enfants 0-5 ans du point de vue de la psychologie développementale évolutionniste; le développement des troubles mentaux (trouble bipolaire, dépression, personnalité limite) chez les adolescents avec conduites suicidaires; etc;

 

neurosciences développementales : les bases neurodéveloppementales : le développement du cerveau et de la cognition des enfants et nourrissons sains; le développement neuropsychologique normal et atypique chez l'enfant et l'adolescent; le développement du système visuel chez l'enfant et le bébé né à terme ou prématuré; le dépistage et identification des troubles neurodéveloppementaux dans le développement de l'enfant; l'effet des jeux vidéo sur l'attention, la mémoire spatiale et le fonctionnement de l'hippocampe; les aspects cognitifs du traitement visuel, autant chez la personne normale que chez l'individu ayant un dommage cérébral; le contrôle cognitif et fonctions exécutives dans la psychose et démence; etc;

 

le développement de l'audition, du langage et de la vision : le développement langagier, cognitif et cérébral chez les nouveau-nés, les enfants et les adolescents (enfants en santé, des enfants atteints d’épilepsie, des enfants nés prématurément et des enfants atteints de malformations cardiaques congénitales); les processus cognitifs mis en jeu lors du traitement lexical; les troubles développementaux des sons de la parole; les aspects perceptifs des voix dysphoniques; la perception auditive; le développement de la parole; la perception de la parole chez les aînés; la erception visuelle: forme, couleur, texture, performance visuelle; développement normal et anormal des fonctions visuo-perceptives (l’attention visuelle, la mémoire visuelle, la discrimination visuelle et l’imagerie visuelle); les ases cognitives et neuronales de la perception et de la performance musicale; l'évaluation de la perception et de la production du rythme; la synchronisation du mouvement aux rythmes auditifs; l'attention auditive et la mémoire auditive à court terme pour les caractéristiques de base du son; les interactions entre la vue, l’ouïe et le toucher interagissent dans le cerveau humain afin concevoir des solutions novatrices pour aider les personnes atteintes de troubles visuels ou auditifs; etc;

 

le développement l'attention et de la mémoire : les fondements neurobiologiques de la musique afin d'en apprendre davantage sur l'origine réelle du talent musical et perfectionner les thérapies musicales; l'étude de l'attention chez l'être humain et de son rapport à la perception et la réflexion;; l'attention chez l'être humain et de son rapport à la perception et à la réflexion afin de mieux comprendre la réaction de l'être humain face aux demandes simultanées d'attention; le vieillissement cognitif sain et démences; les troubles lexicaux et sémantiques dans la maladie d’Alzheimer et dans la démence sémantique; les troubles de la reconnaissance des visages dans la démence et les pathologies acquises; etc;

 

 le développement de l'humeur et des émotions : les processus cognitifs en jeu lorsque nous voyons et répondons à des expressions d’émotions; la mémoire sémantique dans le vieillissement normal et pathologique (tel que chez les patients atteints de démences atypiques); les liens entre l’architecture fonctionnelle du lexique mental et l’organisation du cerveau qui sous-tend celle-ci chez les personnes atteintes d’un trouble du langage et chez les personnes non-cérébrolésées; l'étude de l'attention chez l'être humain et de son rapport à la perception et la réflexion afin de mieux comprendre la réaction de l'être humain face aux demandes simultanées d'attention; l'effet de lésions cérébrales sur les aspects sémantiques et pragmatiques de la communication verbale et non verbale; etc;

 

les mécanismes de la douleur : les mécanismes neuropsychologiques de modulation de la douleur (hypnose, placebo, émotions, etc.); la représentation mentale et cérébrale de la douleur chez l’humain (mémoire, communication, empathie, etc.); les bases neurophysiologiques des facteurs psychologiques contribuant à la douleur persistante; le rôle des mécanismes cérébro-spinaux de régulation de la douleur chez l’humain; etc;

 

le vieillisement cognitif : le vieillissement cognitif chez les personnes âgées normales ainsi qu'à la neuropsychologie des démences, en particulier la maladie; la mémoire sémantique dans le vieillissement normal et pathologique (tel que chez les patients atteints de démences atypiques); la nature du déclin cognitif dans différentes maladies neurodégénératives (la maladie d’Alzheimer et les formes atypiques de démences (aphasies primaires progressives, atrophie corticale postérieure, démence fronto-temporale) du cerveau et les changements cérébraux associés à ce déclin; les modifications cérébrales liées au vieillissement normal et pathologique en lien avec la cognition; les facteurs associés au développement de symptômes comportementaux et psychiatriques de la démence (SCPD) chez les résidents âgés en soins de longue durée; les facteurs pouvant moduler les pertes cognitives chez les personnes âgées (niveau de scolarité, style de vie, santé physique, etc.); l’apprentissage dans les démences atypiques et les représentations cognitives des activités quotidiennes dans ce type de démence; les facteurs interindividuels qui modulent les effets de l'avancée en âge sur le cerveau et la cognition; etc;

 

autres : l'impact de la co-morbidité sur la cognition et le comportement chez les adultes et les enfants atteints du syndrome de Gilles-de-la-Tourette; lles altérations dans la fonction cérébrale et les mécanismes de récupération après un traumatisme craniocérébral; les effets d’un traumatisme cranio-cérébral sur l’intégrité du cortex moteur primaire associés à l’observation d’autrui; l'étude fonctionnelle de l’impact d’un traumatisme cranioencéphalique à l’aide de méthodes électrophysiologiques, d’imagerie cérébrale et neuropsychologiques; les différentes pathologies et leurs effets sur le développement cérébral, cognitif et affectif (comme l'épilepsie, la leucémie et la déficience intellectuelle); etc;

 

psychologie clinique : abus sexuels, criminalité, délinquance, dépendances et violence envers des enfants et adolescents : le développement des troubles de comportement antisociaux chez les jeunes comportements d’insensibilité émotionnelle (p. ex., manque d’empathie, faible sentiment de culpabilité) chez les jeunes; le portrait et aux trajectoires d'adolescents auteurs d’infraction, en général et auteurs d’infractions violentes et sexuelles, en particulier; les effets de la victimisation sexuelle chez les enfants et les adolescents; les facteurs influençant la qualité de l’entrevue d’enquête auprès d’enfants soupçonnés victimes d’agression sexuelle; l’impact des expériences de victimisation (ex., maltraitance et intimidation par les pairs) sur la santé mentale et les conduites antisociales des adolescents et jeunes adultes; les agressions sexuelles chez les adolescentes à la suite d’une sollicitation par Internet ou à la suite d’une suspicion d’usage de drogues du viol; la violence interpersonnelle chez les adolescents; les facteurs qui influencent la mémoire des enfants; les effets à long et à court terme de la violence sur les victimes, principalement chez les jeunes; les impacts psychologiques chez les enfants exposés à la violence conjugale; les facteurs de risque d'ordre biologique, personnel et cognitif associés au développement et à l'entretien de la toxicomanie; les facteurs liés à la simultanéité des comportements de dépendance et d'usage nocif et d'autres problèmes de santé mentale; les trajectoires de vie des jeunes qui ont été exposés à la violence sexuelle durant l’enfance ou l’adolescence; les trajectoires de développement des enfants à la suite d’une agression sexuelle; l’évaluation des besoins des enfants et de leur parent, sur l’évaluation des services offerts auprès d’enfants et adolescents victimes d’agressions sexuelles; les interventions psychologiques et socio-judiciaires auprès de jeunes exposés à l'agression sexuelle et à d'autres formes de violence intra et extra familiale; etc;

abus sexuels, criminalité, délinquance, dépendances et violence auprès des adultes : le lien entre les cognitions, la victimisation sexuelle et la coercition sexuelle; les facteurs de risque liés à la délinquance sexuelle chez les femmes; les effets de la victimisation sexuelle chez les adultes; la prise en charge des victimes d'actes de violence grave, tout particulièrement en milieu de travail; les interventions et évaluation en psychologie criminologique et correctionnelle; l’efficacité du traitement des délinquants violents; le développement de nouveaux services pour les patients souffrant de maladie mentale conçus pour réduire les comportements antisociaux, y compris la toxicomanie; l'évaluation, le traitement, l'adaptation psychosociale et récidive chez les agresseurs sexuels; l'évaluation des préférences sexuelles à l'aide de la vidéo-oculographie en immersion virtuelle auprès d'un échantillon de sujets agresseurs sexuels d'enfants et d'adolescents; le traitement des délinquants dans les services correctionnels canadiens : analyse critique de l'état de la situation, selon des points de vue cliniques, sociologiques et criminologiques; etc;

santé mentale des enfants et adolescents : les facteurs psychosociaux (détresse émotionnelle, qualité, empathie de l’équipe soignante, etc) associés au cancer et dans les maladies apparentées chez les enfants et leur entourage; les facteurs de vulnérabilité et de résilience chez les individus et les familles confrontées à la maladie chronique pédiatrique; les aspects psychosociaux associés aux maladies pédiatriques, particulièrement le cancer; les relations aidants-patients et l'expérience personnelle des soignants afin de créer un environnement solide et coopératif pour mieux répondre aux besoins de l'enfant malade; le développement des interventions pour améliorer la qualité de vie de tous ceux qui sont en contact avec la maladie: enfants, familles, et soignants; les facteurs psychosociaux associés aux troubles mentaux chez les enfants et les adolescents : troubles intériorisés (troubles dépressifs et anxieux, conduites suicidaires), aux comportements perturbateurs (trouble oppositionnel et des conduites, déficit d'attention/hyperactivité) et aux symptômes liés à la personnalité limite (ex. automutilation, dissociation cognitive); le développement d'approches d'intervention de thérapie cognitivo-comportementale TCC chez les enfants de 9 à 12 ans présentant les antécédents présumés de schizophrénie et de problèmes émotionnels;; l'étude, l'évaluation et le traitement psychologique des conduites suicidaires, ainsi que sur les facteurs de risque et de protection chez des adolescents suicidaires; le diagnostic précoce et l’évaluation de l’intervention précoce auprès des enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA), la déficience intellectuelle (DI), les retards de développement (RD), la petite enfance, l’analyse appliquée du comportement (AAC); l’adaptation et l’évaluation de l’effet d’un programme cognitif-comportemental d’entraînement à l’autogestion des épisodes explosifs chez des enfants atteints du syndrome de Gilles de la Tourette; l’évaluation et l’intervention auprès des enfants et des adolescents atteints de troubles anxieux; la prévention des toxicomanies (réduction des méfaits et autres approches) chez les adolescents; etc;

 

santé mentale des adultes : la prévention, évaluation et traitement des troubles psychologiques en périnatalité; les troubles d’anxiété spécifique à la grossesse et troubles psychologiques périnataux (dépression, troubles anxieux) et troubles du post partum; le rétablissement du trouble dépressif, dans une perspective à la fois pathogénique (réduction des symptômes) et salutogénique (augmentation de la santé mentale positive). le soutien à l’autogestion des troubles mentaux, la santé mentale positive et le rétablissement; le traitement de l'anxiété sociale chez des personnes atteintes de schizophrénie; l’impact de la thérapie cognitive comportementale chez les personnes ayant eu un premier épisode psychotique et les personnes présentant des troubles concomitants aux troubles mentaux graves (ex. abus de substance, trouble de personnalité, anxiété sociale et trouble psychotique); le développement de thérapies psychosociales novatrices pour le soutien en emploi et prévention des rechutes au niveau de la dépression et amélioration du bien-être au travail chez les personnes ayant eu un premier épisode psychotique et les personnes présentant des troubles concomitants aux troubles mentaux graves (ex. abus de substance, trouble de personnalité, anxiété sociale et trouble psychotique); l’utilisation et la promotion de mesures alternatives pour prévenir l’utilisation des mesures de contrôle en milieu psychiatrique; l'évaluation de l'efficacité des interventions psychologiques et médicales dans le traitement des problèmes de santé sexuelle; les facteurs de personnalité dans la prise en charge des personnes en réadaptation physique; l’évaluation des déterminants et conséquences psychologiques et psychophysiologiques de la maladie cardiovasculaire ou autres troubles connexes; la cybersanté mentale; etc;

santé mentale des aînés :  les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence; les troubles anxieux et les troubles de l’humeur chez les aînés les manifestations anxieuses et dépressives chez les personnes âgées en bonne santé ou souffrant de maladies physiques chroniques / neurologiques;  le delirium chez la personne âgée; le dépistage et la prévention de la détresse psychologique chez les aidants naturels et leur soutien; le rôle des bénévoles dans la prévention de la maltraitance des aînés; l’évaluation d’une intervention à l’intention des proches aidants de personne atteinte d’Alzheimer;  le diagnostic précoce des démences et de leurs phases pré-cliniques et prodromiques cognitives et psychiatriques; le traitement des démences neurodégénératives en utilisant la remédiation/réadaptation cognitive; les troubles du comportement dans la démence; etc;

douleur et maladies chroniques : développement de stratégies de prévention et d'intervention précoce afin de réduire les risques de chronicité de la douleur; l'impact des comorbidités physiques et mentales sur la prévention, l'évaluation, le traitement et l'autogestion de la douleur chronique en soins primaires, secondaires et tertiaires; l'impact psychologique, physique, social et fonctionnel des brûlures (étude prospective) ;e dépistage des difficultés psychologiques et intervention précoce chez les victimes de brûlures graves; la résilience des personnes de tous âges et des familles qui vivent des situations de santé chroniques; le rôle des variables psychosociales et maritales dans la douleur gynécologique et la dysfonction sexuelle; le traitement de la douleur gynécologique, en particulier la dyspareunie (douleur pendant les relations sexuelles); les déterminants prospectifs de la douleur et du fonctionnement psychosexuel des femmes souffrant de douleur vulvo-vaginale et leurs partenaires; les manifestations anxieuses et dépressives chez les personnes âgées en bonne santé ou souffrant de maladies physiques chroniques / neurologiques;  l’expérience humaine face à la maladie chronique mais surtout face au traitement et aux technologies médicales de pointe utilisés pour traiter la maladie (ex : transplantation d'organes, thérapie génique, cellules souches, nouvelles orthèses et prothèses chez les amputés, etc.); etc;

psycho-oncologie (enfants, adolescents, adultes) : les difficultés affectives des enfants atteints d'un cancer et de leur famille; le suivi psychosocial à long terme et la réhabilitation des enfants et adolescents atteints d'un cancer; la détection de la détresse émotionnelle et aux retentissements psychopathologiques chez les personnes atteintes d'un cancer; les relations entre les émotions, les troubles émotionnels et la dégradation de l’état de santé chez les personnes atteintes d'un cancer; les relations soignant-soigné, à travers des notions comme la compréhension empathique; les conséquences des interventions chirurgicales, des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, au niveau des patients atteints d'un cancer et de leurs familles : symptômes psychiatriques, relations maritales, dysfonctions sexuelles, réseau de soutien social, image corporelle, communication, mécanismes de défense, etc.); etc;

 

troubles anxieux et troubles de l'humeur : les troubles d’anxiété spécifique à la grossesse et troubles psychologiques périnataux (dépression, troubles anxieux) et troubles du post partum; le traitement de l’anxiété chez la personne âgée; les facteurs psychologiques associés aux chutes; l’évaluation et le traitement cognitivo-comportemental de l’anxiété et des troubles associés chez les personnes âgées (incluant la dépression). le développement et l’évaluation d’interventions destinées à la promotion de la santé et à la qualité de vie des aidants familiaux d’un parent atteint de troubles cognitifs vivant à domicile; le traitement de l’anxiété chez la personne âgée; le rétablissement du trouble dépressif, dans une perspective à la fois pathogénique (réduction des symptômes) et salutogénique (augmentation de la santé mentale positive); l’évaluation et l’intervention auprès des enfants et des adolescents atteints de troubles anxieux; etc;

troubles de l'impulsivité et dépendances : l’évaluation des thérapies cognitives et comportementales - en particulier la thérapie basée sur les inférences - dans le traitement du trouble obsessionnel-compulsif TOC; les facteurs de risque et les mécanismes psychologiques qui contribuent au développement et au maintien des comportements et désordres associés à l’impulsivité (tels que les dépendances, les troubles obsessionnels-compusifs, etc.); le développement des instruments de mesure de l’impulsivité et des comportements associés à l’impulsivité adaptés aux particularités de chaque clientèle; le développement des stratégies d’intervention efficaces pour diminuer les facteurs de risque associés à l’impulsivité et augmenter l’autocontrôle de l’impulsivité; les facteurs de risque d'ordre biologique, personnel et cognitif associés au développement et à l'entretien de la toxicomanie; les facteurs liés à la simultanéité des comportements de dépendance et d'usage nocif et d'autres problèmes de santé mentale; la prévention des toxicomanies (réduction des méfaits et autres approches) chez les adolescents; etc;

troubles du sommeil : les conséquences des changements du cycle éveil-sommeil au cours du vieillissement sur l’apprentissage et la cognition; la psychophysiologie et traitement de patients atteints de cauchemars et de syndrome de stress post-traumatique; le changement des processus de la mémoire dépendant du sommeil chez les sujets avec cauchemars récurrents; la elation entre le contenu des rêves et des cauchemars et le bien-être psychologique; la dépendance de l’apprentissage et la mémoire sur le sommeil paradoxal et le processus du rêve; l'évaluation et traitement des cauchemars; l’impact du sommeil sur le développement émotif et cognitif; l'étude longitudinale du sommeil chez l'enfant; etc;

 

psychologie du développement (de la petite enfance jusqu'au vieillissement) : cyles de développement : les trajectoires de développement des difficultés d'adaptation psychosociale de la petite enfance à l'âge adulte; les mécanismes psychologiques qui font en sorte que l'identité change à travers le temps

 

développement du bébé, de l'enfant et de l'adolescent : le développement cérébral, cognitif et social du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent; l’influence de l’environnement de soins du nourrisson sur les différences individuelles dans le développement de l’enfant; l'évolution dans le temps d'aspects biologiques et sociaux du développement des enfants; les facteurs de risque et de protection qui déclenchent ou préviennent des troubles socioaffectifs chez les enfants à la période préscolaire (5 mois à 4 ans); les trajectoires développementales affectives et cognitives chez les enfants de 5 à 8 ans; le lien entre le stress parental du père et le développement de la relation d’activation chez les enfants âgés entre 12 et 18 mois; le développement des comportements agressifs et des compétences sociales chez les enfants 0-5 ans du point de vue de la psychologie développementale évolutionniste; le développement des comportements antisociaux de l’enfance au début de l’âge adulte; les trajectoires développementales affectives et cognitives chez les enfants de 5 à 8 ans; les rédicteurs comportementaux et sociométriques précoces des problèmes d'adaptation à l'enfance et à l'adolescence (e.g. toxicomanie, délinquance, sentiments dépressifs, abandon scolaire, etc.); le développement des comportements agressifs et des compétences sociales chez les enfants 0-5 ans; les liens prédictifs entre la personnalité et la psychopathologie, particulièrement le comportement antisocial (délinquance, criminalité, consommation de psychotropes, etc.); le devenir à long terme d’enfants à haut risque de séquelles neurologiques; les trajectoires de développement des enfants à la suite d’une agression sexuelle; les relations mère-enfant et père-enfant afin de mieux prédire le développement des rythmes de sommeil, des fonctions exécutives, et du cerveau ainsi que l’ajustement socio-affectif chez des enfants; le développement des troubles mentaux (trouble bipolaire, dépression, personnalité limite) chez les adolescents avec conduites suicidaires; l’identification des troubles concomitants en bas âge chez les enfants ayant un TSA ou une DI, les facteurs associés à ces troubles, les modèles d’intervention adaptés et l’étude de la trajectoire et des effets de ces troubles de la petite enfance à l’âge adulte (études longitudinales); etc;

développement au cours de la vie adulte : les conséquences cognitives et psychologiques suite à un traumatisme craniocérébral (TCC) chez l'adulte; l’identification des « processus de raisonnement » chez les personnes atteintes d’un TOC; les trajectoires de développement des adultes ayant été victimes d'agressions sexuelles au cours de l'enfance; les trajectoires développementales des adultes présentant des troubles psychotiques; les changements dans l’intégrité du cerveau au cours d’une lésion traumatique, ainsi que l’incidence des prédispositions psychologiques (p. ex. stress) ou biologiques (p. ex. génétique) d’une personne sur son rétablissement; etc;

développement au cours du vieillissement : la prévention du déclin cognitif au cours du vieillissement; l’évolution des neuropsychopathologies associées au vieillissement; le partage d'attention en double tâche et vieillissement; les facteurs interindividuels qui modulent les effets de l'avancée en âge sur le cerveau et la cognition;  les aspects psychologiques des transitions à la vieillesse; l'intervention psychologique visant à maintenir l'autonomie des personnes ; etc;

 

psychologie conjugale, familiale et sociale : psychologie conjugale : les facteurs clé du bien-être conjugal et de l’engagement à long terme; les attachement amoureux et bien-être conjugal et sexuel chez les couples; le développement de difficultés sexuelles et d’intimité au sein des relations de couple; la sexualité, les fréquentations amoureuses des jeunes et les défis qu’elles comportent; le rôle de l'intimité dans le bien-être sexuel des couples; les influences systémiques du bien-être parental et du couple et de la coparentalité; l'interventions psychologiques pouvant aider les couples en situation de détresse conjugale; les facteurs individuels et relationnels qui favorisent le bien-être et le fonctionnement conjugal optimal; les facteurs qui contribuent aux problèmes conjugaux dans divers contextes (p. ex., infertilité, violence conjugale) et ce, tant chez des couples provenant de la population générale; la présence de violence physique et psychologique au sein des relations amoureuses des adolescents; les parcours relationnels et sexuels d'adultes ayant vécu une agression sexuelle durant l'enfance; la sexualité des femmes ayant vécu une expérience sexuelle non-désirée à l'âge adulte; les déterminants de l'adaptation psychologique, conjugal et sexuel chez les couples vivant une problématique d'infertilité et interventions psychosociales auprès de cette population; la violence conjugale et les femmes autochtones; les manifestations anxieuses et dépressives chez les personnes âgées en bonne santé ou souffrant de maladies physiques chroniques / neurologiques; le vécu et intervention auprès des aînées victimes de violence dans leur relation de couple; etc;

 

psychologie familiale : la transition à la parentalité; la psychologie des relations interpersonnelles en contexte familial et social;  l’adoption de conduites coercitives nuisant à l’exercice des responsabilités parentales; les influences systémiques du bien-être parental et du couple et de la coparentalité; le vécu des mères et des enfants victimes de violence conjugale post-séparation; les caractéristiques et impact du soutien maternel et paternel auprès des enfants agressés sexuellement; la validation d’instruments de mesure de pratiques parentales et de violence intrafamiliale; l’influence du milieu familial sur le développement de l’enfant, puis de l’adolescent; la définition, les déterminants et les conséquences du soutien à l'autonomie dans les relations hiérarchiques et, plus particulièrement, dans les relations parent-enfant; les facteurs familiaux associés aux problèmes d’adaptation psychosociale (agression, anxiété, prise de risque) chez les jeunes; la résilience des personnes de tous âges et des familles qui vivent des situations de santé chroniques le soutien auprès des parents et des familles d'adolescents abuseurs sexuels; les impacts psychologiques chez les enfants exposés à la violence conjugale; etc;

 

psychologie sociale, interculturelle et sportive :  processus cognitifs, émotionnels et comportementaux qui sous-tendent l'apprentissage et la performance en sport et en activité physique; les facteurs d'origine environnementale qui influencent les différents aspects du comportement des enfants; le rôle des facteurs environnementaux (amis, famille, école, etc.) dans le développement de la personnalité et du comportement antisocial; l'identification des déterminants psychosociaux de la participation chez les enfants; l'adaptation (aux plans psychologique, social, professionnel, psychiatrique, familial, etc.) des immigrants et des groupes ethniques dans les communautés d'accueil; l'analyse comparative des modes d'acculturation, des structures familiales, des processus identitaires, de la discrimination et leurs impacts psychologiques et psychosociales sur les membres de communautés culturelles et ethniques; les changements psychologiques de l’identité sociale à long terme;etc;

 

psychologie du travail, des organisations et du développement de carrière : psychologie des organisations et du travail : les facteurs organisationnels et de gestion qui influencent la santé physique et mentale des travailleurs; l’influence de la culture organisationnelle et des pratiques de gestion des ressources humaines sur le mieux-être des personnes au travail (stress opérationnel, conflit travail-famille, etc.); la psychologie positive en milieu organisationnel et comportement organisationnel positif; les facteurs favorisant l’efficacité des équipes de travail, tels que les pratiques de gestion, le fonctionnement d'équipe et les caractéristiques personnelles des membres; le leadership exercé par les dirigeants et les responsables d’équipes (le leadership vertical); le leadership démontré par les membres d’une équipe ou d’un groupe de travail (le leadership partagé); etc;

 

santé mentale au travail : le stress au travail; l'identité et violence psychologique en milieu de travail; la qualité de vie au travail et hors du travail; sur les problèmes de détresse psychologique, de dépression, d’épuisement professionnel, de consommation abusive d’alcool et de médicaments psychotropes; la prévention et l’intervention visant la résolution de problème de santé mentale reliée au travail; la prévention de la violence en milieu de travail; la prévention des risques psychosociaux du travail; la prise en charge des victimes d'actes de violence grave, tout particulièrement en milieu de travail; etc.

 

AUTRES PROGRAMMES :

 

Si tu le désires, il existe également plusieurs autres formations afin de te perfectionner ou obtenir une formation complémentaire à la psychologie. Voici quelques exemples :

 

Si tu désires enseigner la psychologie au collégial préuniversitaire, il est possible d'entreprendre des études au niveau du 2e ou de 3e cycle dans l'un des programmes suivants :

 

maîtrise enseignement collégial offerte à Sherbrooke (aussi offert en ligne),

maîtrise en éducation - concentration en didactique offerte à l'UQAM,

maîtrise en didactique offerte à Montréal,

maîtrise en didactique (concentration en didactique de l'univers social) offerte à Laval,

maîtrise en éducation-didactique offerte à U.Q.T.R.,

D.E.S.S. en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
D.E.S.S. en enseigement collégial offert à Laval,
D.E.S.S. en enseignement collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. en éducation et formation des adultes offert à l'UQAM,
Certificat d'études supérieures en enseignement post-secondaire offert à Ottawa,
Microprogramme en formation à l'enseignement post-secondaire à Montréal (voir aussi la page suivante),
Microprogramme en formation initiale en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Microprogramme en insertion professionnelle en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Graduate Certificate in College Teaching offert à Sherbrooke,

Programme court en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à l’UQAM,
Programme en court en intervention éducative - concentration au collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat),

Microprogramme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat)

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur au collégial

 

Si tu désires enseigner en techniques sociales au collégial (techniques d'éducation à l'enfance, techniques d'éducation spécialisée, techniques d'intervention en délinquance ou la psychologie dans le programme des soins infirmiers ou autres techniques de la santé), il est possible d'entreprendre des études au niveau du 2e cycle ou de 3e cycle ci-dessus.

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur d'enseignement technique

 

Si tu désires enseigner la psychologie à l'université, il est possible d'entreprendre des études dans l'un des programmes suivants :

 

Maîtrise en pédagogie universitaire des sciences médicales offert à Montréal,

Maîtrise en recherche en sciences de la santé - concentration pédagogie des sciences de la santé offerte à Sherbrooke,

Microprogramme en formation à l'enseignement post-secondaire à Montréal (voir aussi la page suivante),

Programme court en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à l’UQAM,

Diplôme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à Sherbrooke,

Microprogramme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à Sherbrooke

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur d'université

 

Maîtrises :

 

Pour plus de détails, consulte également la page sur les études supérieures en sciences sociales où sont décrits les différents programmes de maîtrise offerts.

 

Consulte également la page suivante où sont répertoriés divers organismes de recherche en psychologie.

 

Autres programmes :

 

Pour titulaires du Baccalauréat seul

(voir aussi les autres programmes pour titulaires du doctorat un peu plus)

 

niveau collégial ou 1er cycle universitaire :

niveau 2e cycle universitaire :

Autres programmes :

 

Pour titulaires du Doctorat en psychologie

EXIGENCES D'ADMISSION :

 

Pour le Baccalauréat en neuroscience cognitive ou comportementale :

  1. Soit détenir le Baccalauréat international B.I. en sciences de la nature ou en sciences humaines

  2. Soit détenir un D.E.C. intégré en sciences, lettres et arts

  3. Soit détenir un D.E.C. en sciences de la nature ou en sciences pures et appliquées

  4. Soit détenir un D.E.C. en sciences humaines et avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou l'équivalent :

    022W (statistiques avancées 337) ET 022V (biologie 901 ou 921)

  5. Soit détenir tout autre D.E.C. et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents ::

    un cours de biologie + objectif 022K (psychologie 102) + objectif 022W ou Mathématiques 337 ou (360-300 et 201-300) ou (103 et 307) ou (103 et 105 et 203)
    (Montréal)


    00UN et 00UP (maths 103 et 203); 00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301) ou (102, 202, 302); 00UL, 00UM et 00XV (chimie 101, 201 et 202); 00UK et 00XU (biologie 301 et 401)
    (Concordia)

Pour les Baccalauréats en psychologie :

  1. Soit détenir le Baccalauréat international B.I. en sciences de la nature ou en sciences humaines

    et aucun cours préalable spécifique exigé
    (toutes les universités pour tous les programmes)

  2. Soit détenir un D.E.C. intégré en sciences, lettres et arts

    et aucun cours préalable spécifique exigé
    (toutes les universités) 

  3. Soit détenir un D.E.C. en sciences de la nature, en sciences informatiques et mathématiques ou en sciences pures et appliquées

    et avoir réussi l'objectif 022K (psychologie 101 ou 102) (Laval)

    et aucun cours préalable spécifique exigé, mais une cote de rendement d'au moins 25,000 est exigé (UQAM)

    et aucun cours préalable spécifique exigé (Montréal pour tous les programmes)

    et aucun cours préalable spécifique exigé (toutes les autres universités)

  4. Soit détenir un D.E.C. en sciences humaines et avoir réussi le(s) cours ou avoir atteint l'(les) objectif(s) suivant(s) ou l'équivalent :

    022W (statistiques avancées 337) ET 022V (biologie 901 ou 921)
    (Montréal, sauf pour bidisciplinaire en psychologie et sociologie)


    022V (biologie 901 ou 921) +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 ou statistiques des sciences humaines 952-024 OU
    mathématiques 337 ou (mathématiques 103 et 307) ou 00UN, 00UQ et 00UP (mathématiques 103, 203 et 105)
    (Laval)

    2 cours de biologie (901 ou 921 + un autre cours) +
    psychologie 101 ou 102) +
    mathématiques 307 ou 337
    (McGill pour le B.Sc.)

    biologie 901 ou 921 +
    psychologie 101 ou 102
    (McGill pour le B.A.)

    méthodes quantitatives 300 +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 +
    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921
    (UQAM)

    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921 +
    1 cours de psychologie parmi : 901 ou 921 ou 22K +
    1 cours parmi : statistiques 307 ou 337 ou (méthodes quantitatives 300 ET méthodes quantitatives avancées 301) ou 022W
    (Sherbrooke)

    022W (méthodes quantitatives 300) + 022V (biologie 921) + 1 cours de psychologie
    (Concordia pour le B.A.)

    formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300 + 022V (biologie 921)
    OU
    1 cours de biologie humaine + 1 cours de statistique
    (U.Q.T.R.)

    1 cours ou objectif en mathématiques parmi : 022P, 022W, formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300,  méthodes quantitatives avancées 201-301, statistiques des sciences humaines 952-024 ou mathématiques 337, mathématiques 103 et 307
    1 cours ou objectif en biologie parmi : 022V, 00UK, 00XU, biologie 301, biologie 401, biologie 901, biologie 921
    (UQAC)

    1 cours ou objectif en statistiques parmi : (les objectifs 01Y3 ou 022P ou les cours 337 ou 307 ou 300 ou 024) +
    1 cours ou objectif en biologie parmi : 022V, biologie 901, biologie 921
    (UQO)

    022W (statistiques avancées) et 022V (biologie 901 ou 921)
    (Concordia pour le B.A.)

    1 cours de biologie + 1 cours de statistique
    (Bishop)

    aucun cours préalable exigé, mais 1 cours de biologie + 1 cours de statistique est recommandé
    (Montréal pour bidisciplinaire en psychologie et sociologie)

  5. Soit détenir un D.E.C. en histoire et civilisations ou humanities et avoir réussi le(s) cours ou avoir atteint l'(les) objectif(s) suivant(s) ou l'équivalent :

    022P (méthodes quantitatives 300) + 022W (statistiques avancées 337) + 022V (biologie 901 ou 921)
    (Montréal)

    022V (biologie 901 ou 921) +
    méthodes quantitatives avancées 201-301 +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 ou statistiques des sciences humaines 952-024 OU
    mathématiques 337 ou (mathématiques 103 et 307) ou 00UN, 00UQ et 00UP (mathématiques 103, 203 et 105)
    (Laval)

    2 cours de biologie (901 ou 921 + un autre cours) +
    psychologie 101 ou 102) +
    mathématiques 307 ou 337
    (McGill pour le B.Sc.)

    biologie 901 ou 921 +
    psychologie 101 ou 102
    (McGill pour le B.A.)

    méthodes quantitatives 300 +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 +
    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921
    (UQAM)

    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921 +
    1 cours de psychologie parmi : 901 ou 921 ou 22K +
    1 cours parmi : statistiques 307 ou 337 ou (méthodes quantitatives 300 ET méthodes quantitatives avancées 301) ou 022W
    (Sherbrooke)

    022W (méthodes quantitatives 300) ou un cours équivalent en méthodes quantitatives ou statistiques + 1 cours de psychologie +
    un cours de biologie parmi : 301, 401, 901, 911 ou NYA
    (Concordia pour le B.A.)

    formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300 + 022V (biologie 921)
    OU
    1 cours de biologie humaine + 1 cours de statistique
    (U.Q.T.R.)

    1 cours ou objectif en statistiques parmi : (les objectifs 01Y3 ou 022P ou les cours 337 ou 307 ou 300 ou 024) +
    1 cours ou objectif en biologie parmi : 022V, biologie 901, biologie 921
    (UQAC et UQO)

    1 cours de biologie + 1 cours de statistique
    (Bishop)

  6. Soit détenir un D.E.C. technique dans l'un des programmes suivants et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents ::

    techniques d'intervention en délinquance
    techniques d'éducation spécialisée
    techniques d'éducation à l'enfance
    techniques de travail social
    techniques infirmières ou soins infirmiers
    d'autres programmes techniques sont aussi acceptés (U.Q.T.R. seulement)

    un cours de biologie + objectif 022K (psychologie 102) + objectif 022W ou Mathématiques 337 ou (360-300 et 201-300) ou (103 et 307) ou (103 et 105 et 203)
    (Montréal, sauf pour le bidisciplinaire en psychologie et sociologie)

    022V (biologie 901 ou 921) +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 ou statistiques des sciences humaines 952-024 OU
    mathématiques 337 ou (mathématiques 103 et 307) ou 00UN, 00UQ et 00UP (mathématiques 103, 203 et 105)
    note : les cours Biologie NYA (ou 301) et 401 ne sont plus acceptés pour le titulaire d'un DEC autre que celui en sciences de la nature (Laval)
    (Laval)

    2 cours de biologie +
    1 cours de statistiques ou méthodes quantitatives
    (McGill pour le B.Sc.)

    biologie 901 ou 921 +
    psychologie 101 ou 102
    (McGill pour le B.A.)

    méthodes quantitatives 300 +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 +
    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921
    (UQAM)

    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921 +
    1 cours parmi : statistiques 307 ou 337 ou (méthodes quantitatives 300 ET méthodes quantitatives avancées 301) ou 022W
    (Sherbrooke)

    022W (méthodes quantitatives 300) + 022V (biologie 921) + 1 cours de psychologie
    (Concordia pour le B.A.)

    formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300; 022V (biologie 921)
    OU
    1 cours de biologie humaine + 1 cours de statistique
    (U.Q.T.R.)

    1 cours ou objectif en statistiques parmi : (les objectifs 01Y3 ou 022P ou les cours 337 ou 307 ou 300 ou 024) +
    1 cours ou objectif en biologie parmi : 022V, biologie 901, biologie 921
    (UQAC et UQO)

    1 cours de biologie + 1 cours de statistique
    (Bishop)

    et aucun cours préalable exigé
    (Montréal pour le bidisciplinaire en psychologie et sociologie)

  7. Soit détenir tout autre DEC et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :

    un cours de biologie + objectif 022K (psychologie 102) + objectif 022W ou Mathématiques 337 ou (360-300 et 201-300) ou (103 et 307) ou (103 et 105 et 203)
    (Montréal, sauf pour le bidisciplinaire en psychologie et sociologie)

    022V (biologie 901 ou 921) +
    022K (psychologie 101 ou 102) +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 ou statistiques des sciences humaines 952-024 OU
    mathématiques 337 ou (mathématiques 103 et 307) ou 00UN, 00UQ et 00UP (mathématiques 103, 203 et 105)
    note : les cours Biologie NYA (ou 301) et 401 ne sont plus acceptés pour le titulaire d'un DEC autre que celui en sciences de la nature (Laval)
    (Laval)

    00UK (biologie 301) et 00XU (biologie 401) +
    psychologie 101 ou 102) +
    mathématiques 307 ou 337
    (McGill pour le B.Sc.)

    biologie 901 ou 921 +
    psychologie 101 ou 102
    (McGill pour le B.A.)

    méthodes quantitatives 300 +
    022W (formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300) ou méthodes quantitatives avancées 201-301 OU
    00UN et 00UP (maths 103 et 203) ET maths 307 ou 337 +
    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921
    (UQAM)

    1 cours de biologie parmi les suivants :  00UK (301) ou 00XU (401) ou 911 ou 921 +
    1 cours de psychologie parmi : 901 ou 921 ou 22K +
    1 cours parmi : statistiques 307 ou 337 ou (méthodes quantitatives 300 ET méthodes quantitatives avancées 301) ou 022W
    OU
    00UN et 00UP (maths 103 et 203); 00UL et 00UM (chimie 101 et 201); 00UK (biologie 301); 00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301)
    (Sherbrooke)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203); 00UL et 00UM (chimie 101 et 201); 00UK (biologie 301); 00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301)
    (Concordia pour le B.Sc)

    maths 337 (ou 103 et 3070 ou NYA + 1 cours de biologie (301 ou 401 ou 901 ou 921 ou NYA») + psychologie 101 ou 102
    (Concordia pour le B.A.)

    1 cours de biologie humaine + 1 cours de statistique
    (U.Q.T.R. et Bishop)

    1 cours ou objectif en mathématiques parmi : 022P, 022W, formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300,  méthodes quantitatives avancées 201-301, statistiques des sciences humaines 952-024 ou mathématiques 337, mathématiques 103 et 307
    1 cours ou objectif en biologie parmi : 022V, 00UK, 00XU, biologie 301, biologie 401, biologie 901, biologie 921
    (UQAC)

    1 cours ou objectif en mathématiques parmi : 00UN, 00UQ, 022P, 022W, formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300,  méthodes quantitatives avancées 201-301, statistiques des sciences humaines 952-024 ou mathématiques 337, mathématiques 307, mathématiques 103, mathématiques 105
    1 cours ou objectif en biologie parmi : 022V, 00UK, 00XU, biologie 301, biologie 401, biologie 901, biologie 921
    (UQAC et UQO)

    aucun cours préalable exigé
    (Montréal pour le bidisciplinaire en psychologie et sociologie)

  8. Soit détenir un diplôme de 1er cycle universitaire dans une autre discipline et avoir réussi au moins :

    1 cours de biologie, 1 cours de psychologie et 1 cours de statistiques
    (toutes les universités, sauf McGill)

    2 cours de biologie, 1 cours de psychologie et 1 cours de statistiques
    (McGill pour le B.Sc.)

  9. Soit avoir réussi un minimum de 30 crédits universitaires au moment de la demande
    (UQAM, U.Q.T.R., UQAC et UQO)

    de plus à l'U.Q.T.R., un cours de biologie et 1 cours de statistique doivent avoir été suivis

  10. Soit être âgé d’au moins 21 ans, avoir quitté le système scolaire depuis au moins 2 ans, posséder une formation appropriée et avoir acquis une expérience pertinente d'au moins 1 an (6 mois dans certaines universités) sur le marché du travail dans un domaine connexe au programme (ex : intervention dans un centre de crise, écoute téléphonique, bénévolat  dans les organismes de santé mentale, éducateur dans un CPE ou une garderie, intervenant dans un organisme communautaire d'aide aux personnes en difficultés de nature psychologique ou mentale, etc.) et avoir réussi les cours suivants ou leurs équivalents :

    1 cours de biologie, 1 cours de statistique et 1 cours de psychologie
    (Laval, Sherbrooke et UQAM.)


    1 cours de biologie et 1 cours de statistique (U.Q.T.R. et UQO)

    1 cours de mathématiques parmi : formation complémentaire en méthodes quantitatives 201-300,  méthodes quantitatives avancées 201-301, statistiques des sciences humaines 952-024 ou mathématiques 337, mathématiques 103 et 307
    1 cours de biologie parmi : biologie 301, biologie 401, biologie 901, biologie 921
    (UQAC)

AUTRES EXIGENCES D'ADMISSION :

  1. ne pas avoir d'antécédents judiciaires est obligatoire pour toute personne qui désire œuvrer au sein d’un établissement de santé, de services sociaux et d’enseignement (tous les candidats, toutes les universités)

  2. Subir différents tests et une entrevue de sélection (candidats admis sur la base de de l'expériene et formation équivalente seulement)

STATISTIQUES D'ADMISSION :

 

Pour le Baccalauréat :

 

À l'automne 2018 :

 

UNIVERSITÉS

DEMANDES

PLACES DISPONIBLES

TAUX D’ADMISSION

EN %

COTE R

Dernier candidat admis

COTE R

en 2017

COTE R

en 2016

COTE R

en 2015

COTE R

en 2014

COTE R

en 2013

COTE R

en 2012

Montréal
(à Montréal)

1 495 250 17 25,685 25,032 25,017 25,515 25,515 26,000 25,000

Montréal
(à Laval)

443 100 23 24,500 24,530 24,613 25,672 25,672 26,000 24,500

Montréal

(neuroscience cognitive)

707 225 ** 32 26,075 26,759 27,024 n-a n-a n-a n-a

UQAM

946 180 * 19 25,000 25,000 25,800 25,800 25,800 25,000 25,000
Laval 700 225 32 25,000 25,000 25,056 25,652 25,016 25,222 24,566

Sherbrooke

371 55 15 28,900 27,900 28,000 27,900 28,200 28,000 28,300

Concordia

n-d 250 n-d 28,000 25,000 26,000 25,000 25,000 28,000 25,000

Mcgill

n-d N-D n-d 28,200 28,200 28,200 27,000 27,000 27,000 27,000

* au trimestre d'hiver : 186 demandes pour 40 places = taux d'admission de 20 % et cote R en 2018 de 25,250 (était de 25,370 en 2017 et 25,000 en 2016)

** 75 places ont été ajoutées

N-D = donnée non disponible

N-A = non applicable car nouveau programme

 

Le programme est également contingenté à Ottawa :

cette université ne prend pas en considération la cote R, elle calcule plutôt une moyenne d'admission à partir de tous les cours complétés dans une même année (secondaire 5 ou collégial). La moyenne d'admission doit se situer entre 68 % et 70 %.

Aucun contingentement dans les autres universités (UQTR, UQAC, UQO et Bishop) :

Les candidats(es) admissibles (qui répondent aux exigences d'admission) sont généralement admis

La cote R moyen était de :

Le Baccalauréat bisciplinaire en psychologie et linguistique à Montréal n'est pas contingenté (cote R de 24,000)

Le Baccalauréat bisciplinaire en psychologie et sociologie à Montréal n'est pas contingenté

La majeure en psychologie à Mcgill n'est pas contingenté

La majeure en psychologie à Ottawa n'est pas contingenté

Les admissions au baccalauréat bidisciplinaire en psychologie et psychoéducation sont suspendues de façon définitive.

Pour ces programmes, les candidats(es) admissibles (qui répondent aux exigences d'admission) sont généralement admis

Les admissions sont ouvertes au trimestre d'automne seulement à Montréal, Laval, Sherbrooke, Concordia, Mcgill et Ottawa

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d'automne et d'hiver à l'UQAM, UQTR, UQAC, UQO et Bishop's

ENDROITS DE FORMATION :

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux avoir l'avis de psychologues, spécialistes en relations humaines et autres diplomés(es) en psychologie sur leur profession ?, alors regarde les vidéos suivants :