Retour à la page du secteur aérospatial

Retour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

 

 

 

SECTEUR : AÉROSPATIAL

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

INGÉNIEUR(E) EN AÉROSPATIAL

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.ing

MAÎTRISE M.ing

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Ainsis que la section "liens recommandés" en fin de page

 

Pour en savoir un peu plus sur la profession d'ingénieur en aérospatial ?

 

Consulte la mini-entrevue écrite réalisée par le magazine Elle Québec avec Isabelle Tremblay, ingénieure de systèmes pour l'Agence spatiale canadienne

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’ingénieure ou ingénieur en aéronautique; tu auras pour responsabilité la conception, le développement et la production de différents d'aéronefs ou de leurs composantes (moteurs, propulseurs, composantes de turbines à gaz, ailes, composantes de structures légères, freins d'atterrissage, systèmes de contrôle du carburant, systèmes électromécaniques, systèmes hydrauliques, systèmes pneumatiques, instrumentation électrique, instruments avioniques, pièces de moteurs, pièces de freins, pièces de structures, etc.).

 

Tu auras pour tâches de résoudre les problèmes reliés l'usinage des pièces ou composantes, planifier et gérer toutes les opérations de fabrication et de production de l'usine ou d'un département de l'usine, développer et appliquer des méthodes et techniques d'optimisation de la production, développer et concevoir des pièces ou composantes de l'aéronef et gérer les contrôles de qualité qui répondent aux besoins et aux exigences de qualité, de dureté, de durabilité, de résistance aux températures, de résistance à la pression, de résistance à la corrosion et à la fatigue, mais facilement démontable et remplaçable pour la maintenance. Que ce soit des pièces ou composantes pour modèle d'aéronef déjà existant, pour un nouveau modèle ou comme produit de remplacement, les pièces et composantes des aéronefs qui doivent répondre à normes de fabrication nationales et internationales fort exigeantes. Tu pourras travailler au sein d'un manufacturier de pieces ou composantes aéronautiques ou d'une usine d'assemblage de composantes d'un grand manufacturier aérospatial comme Bombardier ou Bell Helicopters.

 

Au sein des entreprises de maintenance d'aéronefs et des lignes aériennes ou au sein des Forces canadiennes, tu seras responsable de coordonner et de gérer les opérations de maintenance des aéronefs. Tu seras devras t'assurer que toutes les procédures de maintenance ont été respectées selon les normes et exigences fédérales et selon les recommandations du manufacturier afin d'assurer le bon état et la sécurité des appareils. Tu pourrais également travailler pour un manufacturier aérospatial afin d'assurer le soutien technique spécialisé en maintenance des aéronefs dans l'un des centres de maintenance de ce dernier.

Après avoir complété des études supérieures et avoir acquis de l'expérience, tu pourrais également faire partie d'une équipe de conception et développement de nouveaux modèles d'aéronefs ou d'une équipe d'assemblage final d'aéronefs qui est responsable de coordonner toutes les étapes d'assemblage d'un aéronef selon les plans de conception et d'assemblage. Tu pourras travailler chez un manufacturier situé au Québec (comme Bombardier ou Bell Helicopters) ou à l'étranger (comme Airbus, Cessa, Bell Helicopters, Northrup Grumman, General Dynamics-Gulfstream, Lockhead Martin ou Boeing).

En tant qu'ingénieur(e) en astronautique; tu auras pour responsabilité la conception, le développement et la production de différents types de satellites (communications, météorologie, scientifiques ou militaires) ou ses composantes (électriques, électroniques, électromécaniques ou mécaniques), des composantes pour véhicules spatiaux ou des composantes de structures pour la station spatiale internationale.

 

Afin de réaliser la conception de ces équipements, tu auras auras pour tâches de résoudre les problèmes reliés l'usinage des pièces ou composantes, planifier et gérer toutes les opérations de fabrication et de production de l'usine ou d'un département de l'usine, développer et appliquer des méthodes et techniques d'optimisation de la production, développer et concevoir des pièces ou composantes de l'équipement spatial et gérer les contrôles de qualité qui répondent aux besoins et aux exigences de qualité, de dureté, de durabilité, de résistance aux températures, de résistance à la pression, de résistance à la corrosion et à la fatigue, mais facilement démontable et remplaçable pour la maintenance. Que ce soit des pièces ou composantes pour modèle d'équipement spatial ou de satellite déjà existant, pour un nouveau modèle ou comme produit de remplacement, les pièces et composantes qui doivent répondre à normes de fabrication nationales et internationales fort exigeantes.

 

Tu pourras travailler pour des manufacturiers de composantes ou de pièces équipements ou de systèmes spatiaux (composantes de satellites, composantes pour véhicules spatiaux, structures pour la Station spatiale internatinale, structures pour centres d'entraînement spatial) situés tant au Canada qu'à l'étranger, dans les agences spatiales natioanales dont l'Agence spatiale canadienne dont son siège social est situé à St-Hubert, des centres de recherches en technologies spatiales ou comme civil au sein des Forces canadiennes.

Après avoir complété des études supérieures et avoir acquis de l'expérience, tu pourrais également faire partie d'une équipe de conception et développement de nouveaux modèles d'équipements ou systèmes spatiaux ou d'une équipe d'assemblage final de satellites ou véhicules spatiaux qui est responsable de coordonner toutes les étapes d'assemblage d'un aéronef selon les plans de conception et d'assemblage. Tu pourras travailler chez un manufacturier situé au Canada (comme MDA Corporation ou L-3 Communications-Spar Aerospace) ou à l'étranger (comme Thales, Astrium, EADS, Space Systems Loral, Northrup Grumman, Lockhead Martin).

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

 

-         Être attiré(e) par les technologies qui nous entourent

-         Aptitudes pour les mathématiques, les sciences et le dessin technique

-         Capacité d’analyse et méthodique pour analyser un problème de fabrication ou de conception et tenter de le résoudre

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable du personnel et des autres ressources d’un département de production ou de conception

-         Minutie, précision, souci du détail car tu auras à concevoir des produits qui devront être SANS ERREUR AUCUNE

-         Sens de l’observation et curiosité scientifique pour proposer tes idées en conception aérospatiale

-         Créativité, imagination et ingéniosité pour concevoir des produits de qualité

-         Facilité de travailler en équipe et leadership pour réussir à réaliser de façon efficace des projets, tu devras collaborer avec des techniciens et d’autres ingénieurs

-         Bonne connaissance en informatique car tes tâches d’analyse et de conception seront effectuées par ordinateur

-         Connaissance de l’anglais car la plupart des manuels spécialisés sont dans cette langue

 

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Ingénieur(e) en conception aérospatiale

-         Ingénieur(e) en technologies spatiales

-         Officier du génie aérospatial (Forces armées)

-         Ingénieur(e)-chef en aérospatial (avec de l’expérience)

-         Directeur(trice)-adjoint(e) de la production en aérospatial

-         Directeur(trice) de production en aérospatial

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-         Industries aéronautiques (Bombardier, Bell Helicopter, Pratt & Whitney)

-         Industries spatiales

-         Industries mécaniques (sous-traitants de manufacturiers aérospatiaux)

-         Industries électriques (sous-traitants de manufacturiers aérospatiaux)

-         Industries électroniques (sous-traitants de manufacturiers aérospatiaux)

-      Entreprises de maintenance d'aéronefs   

-         Force armées canadiennes, site de la Réserve aérienne

-         Gouvernement du Canada : Agence spatiale canadienne, Institut de recherche aérospatiale du CNRC, Transports Canada (voir aussi la section sur les carrières), Bureau de la sécurité des transports du Canada

PERMIS DE PRATIQUE :

 

Au Québec, pour pratiquer la profession d’ingénieur, tu dois obligatoirement devenir membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec.  Cette profession est régie par une loi et un code de déontologie qui ne permet qu’aux détenteurs de ce titre de pratiquer dans le domaine.

 

Après avoir complété tes études universitaires en génie, tu devras réaliser un stage professionnel rémunéré de 3 ans en milieu de travail en tant qu’ingénieur(e) stagiaire (aussi appelé ingénieur-e junior-e) sous la supervision d’un(e) ingénieur(e) sénior(e). Par la suite, tu auras à subir un examen et sa réussite te permettra d’obtenir le permis et obtenir le titre d’ingénieur(e). Le stage et l’examen sont sous la responsabilité de l’Ordre des ingénieurs.

 

Par contre, si tu as réalisé des stages coopératifs (alternance travail-études) au cours de tes études en génie, une reconnaissance d’expérience d’un certain nombre de mois pourra être reconnu. De plus, les détenteurs(trices) d’une maîtrise en génie avec mémoire se verront obtenir une exemption de 12 mois au stage. Enfin, le total de ces exemptions ne peuvent excéder 24 mois.

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

 

-         Bilinguisme nécessaire

-         Bonne connaissance en informatique (pour les activités de gestion)

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er janvier 2012 :

 

Pour le Baccalauréat en aérospatial :

 

Le placmeent est EXCELLENT, 100 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS PLEIN

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

12 12 12 0

 

Pour la maîtrise en génie aérospatial :  

les 6 diplômés(es) de la promotion 2012 de l'École Polytechnique ont tous obtenu facilement un emploi dans l'industrie aérospatiale, tous comme ceux des autres universités québécoises offrant ce programme interuniversitaire

Sources : École Polytechnique de Montréal

                          

SALAIRE :

 

Selon les données de 2011

(données de 2013 pour les Forces canadiennes) 

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

-         26,53 $/heure (40 hres/sem) en industrie aérospatiale avec un baccalauréat (maîtrise généralement exigée chez les grands manufacturiers)

 

-         31,59 $/heure (40 hres/sem) en industrie aérospatiale avec une maîtrise

 

-      1 567 $/mois en 1re année et augmente à 1 666 $/mois en 4e année (grade d'élève-officier pendant tes études universitaires au Collège militaire)  au sein des Forces canadiennes

 

-     4 489 $/mois avec études universitaires subventionnées au grade de sous-lieutenant) et augmente à 4 489 $/mois après 2 ans (grade de sous-lieutenant) en tant qu'officier du génie aérospatial au sein des Forces canadiennes

 

-         3 839 $/mois (via l'enrôlement direct des officiers au grade de sous-lieutenant) et augmente à 4 892 $/mois après 2 ans (grade de lieutenant) en tant qu'officier du génie aérospatial au sein des Forces canadiennes

 

Note : importante hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport aux années précédentes

 

Source : Ministère de l’Enseignement supérieur du Québec, École Polytechnique de Montréal, Forces canadiennes et associations des ingénieurs de certains grands manufacturiers de l'aérospatiale.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Enfin, l’industrie aérospatiale a repris sont envol. La clientèle des compagnies aériennes a recommencé à augmenter, ce qui permet aux manufacturiers de l’aérospatial de garnir les carnets de commandes.

 

De façon générale, les perspectives dépendent également du nombre et de l’importance des contrats qu’obtiennent les grandes industries aérospatiales québécoises (Bombardier, Bell Helicopter, Pratt & Whitney). Les conséquences se répercutent alors aussi sur les sous contractants. À court et moyen terme, les perspectives sont excellentes, alors qu’à long terme, il faut espérer que cet élan puisse continuer.

 

Grâce à sa nouvelle usine à Montréal qui assemble les nouveaux avions commerciaux CSéries de Bombardier Aerospace, le marché de l'emploi sera excellent au cours des prochaines années pour les futurs ingénieurs en aérospatial.

 

En 2012, les 20 diplômés(es) du baccalauréat et les 6 diplômés(es) de la maîtrise en génie aérospatial de l'École Polytechnique ont tous obtenu facilement un emploi dans l'industrie aérospatiale, tous comme les diplômés(es) des concentrations en aéronautiques des autres universités québécoises (Mcgill, Concordia, Sherbrooke et Laval).

 

Consulte aussi le Portrait de l’industrie aérospatiale où tu retrouveras des infos les carrières en aérospatial et les perspectives.

 

Ainsi que le Comité sectoriel de la main-d’œuvre en aérospatial qui a fait un portrait de l’industrie aérospatiale québécoise.

 

QUELQUES EXEMPLES D'EMPLOYEURS CANADIENS :

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie aérospatiale

 

Le géant canadien de l'aérospatial Bombardier aéronautique est sans aucun doute le plus important employeur au Canada pour les ingénieurs en aérospatial.

 

Au niveau de la production, tu pourrais travailler dans l'une des 4 usines au Québec :

 

Montréal (arrondissement St-Laurent) : assemblage de certaines composantes (fuselage arrière en fibres de carbone et poste de pilotage)  du nouveau modèle CSéries, ainsi que de composantes majeures pour les avions régionaux CRJ qui emploie plus de 3 000 travailleuses et travailleurs,
Dorval usine # 1 : assemblage final des avions d'affaires Challenger 300 et 605 qui emploie 1 700 travailleuses et travailleurs,
Dorval - usine # 2 :  finition intérieure des avions d'affaires Challenger et Global et réparation des aéronefs qui emploie 1 400 travailleuses et travailleurs,
Mirabel - usine # 1 : assemblage final des avions régionaux CRJ et emploie plus de 1 100 travailleuses et travailleurs,
Mirabel - usine # 2 : assemblage final et finition intérieure des avions commerciaux CSéries qui emploie plus de 3 500 personnes,

 

L'entreprise possède également d'autres usines au Canada et aux USA : Donsview (Ontario, Canada) qui assemble les avions d'affaires Global, North Bay (Ontario, Canada) qui effectue la finition intérieure des avions d'affaires Global, Wichita (Kansas, USA) qui assemble les avions d'affaires Learjet, Belfast (Irlande du Nord, UK) qui fabrique les ailes des avions commerciaux CSéries et Queratero au Mexique qui fabrique les pièces en matériaux composites pour les avions d'affaires Learjet.

 

Au niveau de la conception, on retrouve des bureaux à Dorval (série CRJ), Mirabel (Challenger), Dorval (séries CS) et Wichita USA (Learjet).

 

Au niveau de la maintenance, tu pourras travailler dans l'un des 7 principaux centres de soutien technique des avions régionaux CRJ de Bombardier, soit : Mirabel (Canada), Bridgeport (USA), Ronald Reagon Washington National Airport (USA), Tucson (USA), Beijing (Chine), Belfast (UK) et Hamburg (Allemagne) ou l'un des  8 centers de soutien technique des avions d'affaires Challenger, Global et Learjet de Bombardier, soit : Fort Lauderdale (USA), Dallas (USA), Hartford (USA), Tucson (USA), Wichita (USA), Amsterdam (Pays-Bas), Berlin (Allemagne) et Belfast (UK).

 

Le leader mondial des hélicoptères Bell Helicopters Textron possède également une usine à Mirabel où l'on assemble des hélicoptères civils utilitaires;

 

Le gérant mondial des moteurs d'avions Pratt & Whitney possède 2 usines au Québec : Longueuil (turbines à gaz) et Mirabel (avions). On y fait retrouve également un atelier de conception;

 

Le géant britannique des moteurs d'avions Rolls-Royce possède lui aussi une usine d'assemblage de composantes de moteurs d'avions à Montréal;

 

Le leader mondial en systèmes d'atterrissage d'aéronefs Safran Messier-Bugatti-Dowty possède quant à lui une usine d'assemblage et un atelier de conception à Montréal;

 

L'important manufacturier québécois Héroux-Devtek fabrique des trains d'atterrissage, des composantes de structures d'aéronefs et des composantes de turbines à gaz d'aéronefs à son usine de Longueuil, ainsi que des actionneurs hydrauliques à son usine de Laval, en plus d'avoir un atelier de conception à Longueuil;

 

La multinationale General Electric Aviation possède 3 usines au pays : Bromont (turbines à gaz), Mirabel (tubes métalliques et systèmes de conduits pour aéronefs) et Orilla en Ontario (composantes et pièces de moteurs);

L-3 Communication MAS situé à Mirabel, le chef de file canadien en fabrication de pièces pour l'industrie aéronautique mondiale, ainsi qu'en maintenance et services de soutien d'aéronefs militaires sur site de maintenance  de Bagotville au Saguenay-Lac-St-Jean (notamment responsable de la maintenance de la flotte des CF-18 Hornet, des avions CT-114 Tutor et des hélicoptères Cyclone des Forces canadiennes, mais également US Navy, US Marine Corps, Royal Australian Air Force, Boeing, Bombardier, etc), ainsi que pour les aéronefs civils sur son site de maintenance de Dorval (notamment tous les modèles de Bombardier : CRJ, Challenger, Global Express, Learjet, CL-415); 

Le second plus important centre de maintenance d'aéronefs au pays pour servir le second plus grand transporteur aérien du pays, Air Transat, son centre de maintenance principal est responsable de la maintance des 25 appareils de l'entreprise et du support technique aux mécaniciens(nes) et pilotes de la compagnie partout dans le monde. Il est situé à l'Aéroport Montréal-Trudeau à Dorval;

 

L'importante entreprise de maintenance d'aéronefs Groupe Innotech-Execaire Aviation possède 2 grands centres de maintenance : soit à Dorval et Québec, en plus de l'usine de finition intérieure d'avions affaires située à Montréal (près de Dorval);

 

L'importante entreprise de maintenance d'aéronefs Aero Teknic ayant 3 sites de maintenance (Dorval, Québec et St-Hubert), il est notamment un centre de maintenance autorisé pour les modèles : Beechcraft King Air, Piper Meridian et tous les autres Piper, Piaggio 180, Mitsubishi MU-2, Hawker 700, Cirrus SR-20 et SR-22 et bien entendu le réputé Cessna Citation;

 

L'important manufacturier canadien de satellites commerciaux de communications MDA Corporation possède une usine à Ste-Anne-de-Bellevue qui assemble des sous-systèmes de satellites, mais aussi des usines à Brampton (robots lunaires) et Richmond BC (satellites géospatiaux);

 

Le siège social de l'Agence spatiale canadienne est situé à Laval;

 

3e Escadre Bagotville des Forces canadiennes est l''une des plus importantes unités de l'Aviation royale des Forces canadiennes et située au Québec (dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean). On y effectue notamment la maintenance des avions CF-18 Hornet et des hélicoptères CH146-Griffon.

 

D.E.C.-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de se faire reconnaître des acquis du D.E.C. en construction aéronautique dans le cadre du baccalauréat en génie aérospatial équivalents à 2 sessions d'études. Tu peux donc compléter tes études universitaires en 3 ans au lieu de 4 ans.

 

Voici la seule entente cégep-université actuellement offerte :

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie aérospatial B.ing. a une durée totale de 4 ans offert en régime régulier à temps complet seulement. Ce programme unique en français en Amérique du Nord est offert par l'École Polytechnique de Montréal comprend des projets intégrateurs d'ingénierie tout au long des 4 années de formation, ainsi qu'un stage industriel rémunéré de 4 mois consécutifs à temps complet au sein d'une entreprise aérospatiale réalisé au trimestre d'été de la 2e année.

Contraitement aux autres programmes, tu suivras des cours en aéronautique dès le début du programme.

 

Au cours de la 1re année, tu acquerras des connnaisances dans les disciplines fondamentales nécessaires au génie tels que : mathématiques, physique, informatique, santé et sécurité au travail, ainsi que des connaissances de base en aéronautique. Tu auras les cours obligatoires suivants : calcul 1, statique (théorie + labo), thermodynamique (théorie + labo), modélisation de systèmes mécaniques (théorie + labo), caractéristiques des aéronefs, travail en équipe et leadership, calcul 2, algèbre linéaire, résistance des matériaux 1, éléments d'électrotechnique et d'électronique (théorie + labo), programmation pour ingénieurs (théorie + labo) et projet intégrateur 1 : projet inital en génie aérospatial (théorie sur la méthodologie de conception et rédaction de 3 études de cas portant sur les étapes de la méthodologie de conception);

 

Au cours de la 2e année, tu approfondiras les connaissances fondamentales et de base nécessaires au génie aérospatial, tu acquerras des connaissances de base sur la structure des composantes aéronautiques et le fonctionnement des différents systèmes d'un aéronef. Tu auras les cours obligatoires suivants : équations différentielles, dynamique de l'ingénieur (théorie + labo), définition technologique des produits mécaniques (théorie + exercices pratiques d'études de cas), matériaux métalliques, dynamique des fluides (théorie + labo), méthodes expérimentales et instrumentation en aérospatial (théorie + labo), résistance des structures aéronautiques (théorie + labo), vibration et systèmes aéronautiques et projet intégrateur 2 : introduction à la conception en aéronautique (réalisation en équipe d'un projet intégrateur de conception d'un prototype d'un aéronef testé en vol dans un espace clos), ainsi que le stage industriel (stage rémunéré de 4 mois consécutifs à temps complet au sein d'une entreprise aérospatiale réalisé au trimestre d'été);

 

Au cours de la 3e année, tu intègreras les connaissances acquises sur les différentes composants et systèmes d'un aéronef et tu seras initié(e) aux différentes étapes de conception et de fabrication des différentes composantes et systèmes simples ou plus ou moins complexes d'un aéronef. Tu auras les cours obligatoires suivants : calcul scientifique pour ingénieurs, transmission de chaleur (théorie + labo), analyse et commande des systèmes mécaniques, mécanique du vol (théorie + labo de soufflerie), industrialisation des produits (théorie + labo des procédés de fabrication), propulsion aéronautique (théorie), aérodynamique, probabilités et statistiques, habiletés personnelles et professionnelles de l'ingénieur, éthique appliquée en ingénierie et projet intégrateur 3 : projet individuel en génie aérospatial (réalisation d'un projet visant la résolution d'un problème de conception ou de fabrication en aérospatial);

 

Au cours de la 4e année, tu approfondiras des connaissances sur les différents systèmes d'un aéronef, tu intègreras les connaissances années au cours des années précédentes dans la réalisation de différents projets de conception et de fabrication de composantes aéronautiques, tu développeras des compétences en lien avec la concentration choisie et tu acquerras une formation complémentaire à l'ingénierie. Tu auras les cours obligatoires suivants communs à toutes les concentrations : analyse et performance des aéronefs (théorie + travaux pratiques sur terrain d'essai de prototypes), éléements finis en thermofluide ou éléments en mécanique du solide (théorie + labo), politique et droit aérospatial, économique de l'ingénieur et sociologie de la technologie;

 

Dès la 6e session (3e année), tu pourras choisir l'une des 5 orientations de spécialisation offertes au programme (avec ou sans concentration thématique) :

 

Contraintes; se concentre sur l'analyse des structures, de la détermination des charges et du choix des matériaux pour le design des aéronefs. Elle comporte les cours obligatoires suivants : choix des matériaux et de procédés (théorie + labo), éléments de conception et d'ingénierie assistées par ordinateur CAO/IAO (théoroie + labo), structures aéronautiques (théorie + labo), endommagement par fatigue-fluage (théoroire + labo), ainsi que le projet intégrateur 4 : le design d'aéronef (réalisation et conception préliminaire d'un aéronef dans une structure simulant un environnement industriel et en lien avec une problématique de contrainte, échelonné sur 2 sessions);

 

Fabrication; se concentre sur la fabrication assistée par ordinateur FAO, l'analyse des procédés de fabrication et d'assemblage ainsi que du contrôle dimensionnel. Elle comporte les cours obligatoires suivants : éléments de conception et d'ingénierie assistées par ordinateur CAO/IAO (théorie + labo), la FAO et les machines-outils (théorie + labo), contrôle dimensionnel (théorie), fabrication mécanique avancée (théorie + labo), ainsi que le projet intégrateur 4 : mécanique aéronautique (réalisation projet d'élaboration d'un procédé de fabrication assistée par ordinateur pour l'assemblage d'une composante d'un aéronef, échelonné sur 2 sessions)

 

Systèmes d'aéronefs; s'intéresse à la résolution des problèmes liés à l’intégration de la partie mécanique d’un aéronef (propulsion, structure, actionnement des gouvernes et du train d'atterrissage) avec la partie avionique (commande, navigation, communication, énergie électrique). Elle comporte les cours obligatoires suivants: introduction à l'automatisation (théorie + labo), systèmes avioniques (théorie + labo), commandes de vol et moteurs (théorie + labo), intégration des systèmes avioniques (théorie + études de cas), ainsi que le projet intégrateur 4 : le design d'aéronef (conception et réalisation préliminaire d'un aéronef dans une structure simulant un environnement industriel et en lien avec une problématique d'intégration des systèmes avioniques, échelonné sur 2 sessions);

 

Environnement virtuel; s'intéresse à planification du développement de produits aéronautiques tels que la certification. Elle comporte les cours obligatoires suivants : éléments de conception et d'ingénierie assistées par ordinateur CAO/IAO (théorie + labo), développement de produits en environnement virtuel (théorie + labo de CAO), gestion de projets en génie aérospatial (théorie), procédés de fabrication aéronautique (théorie), ainsi que le projet intégrateur 4 : environnement virtuel (conception d'un produit réel lié au secteur de l'aéronautique et faisant appel à des méthodes d'ingénierie simultanée avec un partenariat industriel);

 

Technologies spatiales; se concentre sur la résolution des problèmes de nature mécanique liés à la conception et à la fabrication de satellites et de systèmes spatiaux. Elle comporte les cours obligatoires suivants : introduction aux systèmes spatiaux (théorie + labo), matériaux composites (théorie), éléments de conception et d'ingénierie assistées par ordinateur CAO/IAO (théorie + labo), analyse numérique des systèmes spatiaux (théorie + labo), ainsi que le projet intégrateur 4 : technologies spatiales (conception et réalisation préliminaire d'une composante d'un satellite ou autre système spatial dans une structure simulant un environnement industriel);

 

Enfin, tu pourras compléter ta formation par le choix de 3 à 4 cours optionnels parmi les 10 cours des orientations autres que celle choisie ou parmi certains cours des autres programmes de l'École, ainsi que par 0 à 1 cours au choix en dehors du champ de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er cycle offerts par l'Université de Montréal accessibles comme cours au choix OU

 

Choisir l'une des orientations thématiques suivantes communes à toutes les spécialités du génie offertes par l'École Polytechnique :

 

Développement durable; s'intéresse aux grands enjeux transversaux que soulève le développement durable, en particulier la responsabilité sociale de l'ingénieur et le travail dans un contexte multidisciplinaire. Elle comporte les cours suivants : développement durable pour ingénieurs, études de cas en développement durable pour ingénieurs, 1 ou 2 cours optionnel(s) parmi les 5 cours suivants (planification durable des transports, combustion et pollution atmosphérique, efficacité des sources d'énergie, énergie et environnement ou droit de l'environnement), 0 à 1 cours parmi les 5 suivants offerts par l'Université de Montréal ou HEC Montréal (territoires et développement durable, gestion de la biodiversité, santé et environnement, analyse économique des enjeux environnementaux ou développement durable, politique environnementale et gestion);

 

Innovation technologique; s'intéresse aux dimensions intrapreneuriales et entrepreneuriales et aux différents aspects de l'innovation et du développement en ingénierie. Elle permet également de réaliser un projet de création et démarrage d'une entreprise technologique. Elle comporte les cours suivants : gestion de la recherche et développement et de l'innovation, innovation technologique et industrielle, entrepreneurship technologique, aini qu'un cours parmi les suivants : stratégies technologiques, commercialisation de nouveaux produits et services technologiques ou gestion d'équipes dans un environnement technologique;

 

Outils de gestion; permet de fournir des connaissances en gestion au sein d'une entreprise industrielle. La formation est offerte par HEC Montréal. Elle comporte les cours suivants : théories de la décision, organisation industrielle, ingénierie des systèmes d'information, ainsi qu'un cours parmi les suivants : droit du travail pour ingénieurs, gestion des changements technologiques et organisationnels ou gestion d'équipes dans un environnement technologique;

 

Projets internationaux; permet de sensibiliser les étudiants aux problématiques socio-économiques et technologiques de la mondialisation en réalisant des projets de génie à l'étranger avec la collaboration de partenaires industriels et/ou universitaires étrangers. Tu devras choisir 2 ou 3 cours optionnels parmi les suivants (technologie et concurrence internationale, mondialisation et firmes internationales, gestion de projets internationaux ou l'ingénieur en coopération et développement international), ainsi que l'activité misssion industrielle : Poly-Monde (préparation de la mission incluant la connaissance du pays choisi et planification et organisation de la mission comprenant notamment des visites industrielles dans le pays ciblé).

 

Si tu choisis le profil international; tu devras remplacer 4 cours optionnels parmi 12 crédits de cours suivis dans une université étrangère partenaire de Polytechnique, soit : l'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace ISAE à Toulouse en France.

 

Tu pourras également réaliser le stage obligatoire rémunéré de 3 à 6 mois au sein d'une entreprise aérospatiale en France (par exemple : Airbus, Eurocopter, Astrium, Cassidian ou Dasault Aviation).

 

Le Baccalauréat spécialisé en ingénierie spatiale B.A.Sc a une durée totale de 4 ans offert à temps complet seulement. Seul programme au Canada entièrement consacré à l'ingénierie spatiale et offert par York University à Toronto en Ontario, il prépare à faire carrière comme ingénieur en technologies spatiales pour l'industrie spatiale canadienne ou étrangère (manufacturiers de satellites, de composantes des véhicules spatiaux, etc), dans les agences spatiales dont l'Agence spatiale canadienne dont le siège social est à St-Hubert, ainsi qu'à entreprendre des études supérieures en sciences et technologies spatiales au Canada ou en ingénierie spatiale dans plusieurs universités américaines, françaises ou britanniques.

 

AUTRES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Voici également d'autres programmes de baccalauréat offrant une concentration en aéronautique ou en technologies spatiales :

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie mécanique (B.ing) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Pour plus de détails, consulte la page de la profession d’ingénieur mécanicien. Choisis ce programme si tu es davantage intéressé(e) à concevoir et fabriquer les composantes mécaniques, électromécaniques, hydrauliques ou pneumatiques des aéronefs (ex : systèmes de carburant et réservoirs de fluides, inverseurs de poussés sur les réacteurs, mécanismes du train d'atterrissage, les freins, commandes des ailerons, commandes des spoilers, commandes de direction, commandes des portes, systèmes de circulation de l'air, convertisseurs électromécaniques, gouvernes de direction, ailerons, composantes du train d'atterrissage et sans oublier, les nombreuses pièces d'aéronefs.

 

Consulte notamment :

la concentration en technologies spatiales offerte à l’École Polytechnique,

la concentration en conception aéronautique offerte à l'École de technologie supérieure ÉTS,

l'option de spécialisation en aéronautique offerte à l'Université Mcgill,

l'option de spécialisation en aérospatiale et propulsion offerte à l'Université Concordia

la concentration en aéronautique et aérospatiale offerte à l'Université Laval,

le cheminement en aéronautique offerte à l'Université de Sherbrooke.

Le Baccalauréat spécialisé en génie électrique (B.ing) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Pour plus de détails, consulte la page de la profession d’ingénieur électricien. Choisis ce programme si tu es davantage intéressé(e) à concevoir et développer des composantes électroniques des systèmes avioniques d'aéronefs (ex : pilote automatique, systèmes de contrôle de l'altitude, instruments de navigation, systèmes de gestion des groupes motopropulseurs, systèmes de contrôle du carburant, systèmes de communication radio, etc.), les composantes électriques d'aéronefs (ex : systèmes de génération de puissance, accumulateurs, systèmes de distribution de l'énergie électrique, alternateurs, systèmes électriques d'antigivrage et dégivrage, systèmes d'éclairage, systèmes de chauffage, etc.) ou les composantes électriques ou électroniques de systèmes spatiaux embarqués (pour satellites, sondes spatiales, etc.).

 

Consulte notamment :

la concentration systèmes embarqués en aérospatiale offerte à Polytechnique,

la concentration systèmes embarqués pour l'aérospatiale offerte à l'École de technologie supérieure ÉTS.

Le Baccalauréat spécialisé en génie de la production automatisée (B.ing) concentration en technologies de la santé offert à l'ÉTS a une durée totale de 3½ ans offert à temps complet. Choisis ce programme si tu es davantage intéressé(e) à la conception et au développement de procédés de fabrication automatisée ou de systèmes d'assurance qualité en production de pièces et composantes d'aéronefs pour l'industrie aérospatiale.

 

Pour plus de détails, consulte la page de la profession d’ingénieur en production automatisée (concentration en production aéronautique)

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie informatique (B.ing) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Choisis ce programme si tu es davantage intéressé par la conception et le développement des composantes informatiques des systèmes embarqués d'aéronefs (ex : pilote automatique, systèmes de contrôle de l'altitude, instruments de navigation, systèmes de contrôle du carburant, etc.) ou de systemes spatiaux embarqués (pour satellites, sondes spatiales, etc.).

 

Consulte notamment la concentration systèmes embarqués en aérospatiale offerte à Polytechnique.

Pour plus de détails, consulte la page de la profession d’ingénieur informaticien.

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie logiciel (B.ing) a une durée totale de 3½ ou 4 ans offert à temps complet. Choisis ce programme si tu es davantage intéressé par la conception et le développement de logiciels pour systèmes embarqués d'aéronefs (avionique)

 

Consulte notamment :

la concentration en logiciels embarqués offerte à l'École de technologie supérieure ÉTS

ou la concentration logiciels embarqués, avioniques et temps réel offerte à l'Université Concordia.

Pour plus de détails, consulte la page de la profession d’ingénieur en logiciel.

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie physique (B.ing) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Choisis ce programme si tu es davantage intéressé(e) à la conception et la fabrication d'instruments optiques ou photoniques pour l'aérospatiale (ex : gyroscopes photoniques d'avions, caméras infrarouges pour satellites, composantes de fibres optiques pour satellites, caméras infrarouges pour systèmes de contrôle de la circulation aérienne, etc.).

 

Consulte notamment la concentration en aéronautique et aérospatiale offerte à l'Université Laval.

 

Pour plus de détails, consulte la page de la profession d’ingénieur physicien.

 

Le Baccalauréat spécialisé en génie des matériaux et de la métallurgie (B.ing) a une durée totale de 4 ans offert à temps complet. Choisis ce programme si tu es davantage intéressé(e) à la conception et la fabrication de matériaux pour les composantes des structures d'aéronefs (souvent composées de matériaux combinés comme les métaux, les polymères et les composites).

 

Il n'existe pas de concentration spécifique à l'aérospatiale, mais consulte la concentration en matériaux et innovations technologiques offerte à l'Université Laval.

 

Pour plus de détails, consulte la page de la profession d’ingénieur métallurgiste.

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Après avoir terminé tes études de baccalauréat, tu pourras poursuivre tes études au niveau de la maîtrise en génie aérospatial (bien que non obligatoire, mais fortement recommandée). Ce programme te permettra d'occuper principalement des postes en recherche et développement au sein des grands employeurs aérospatiaux.

 

Elle est d’une durée totale de 2 ans offert à temps complet seulement, mène à l’obtention du grade de maître en ingénierie M.ing et est offert conjointement par les universités Mcgill, Concordia, Polytechnique, Laval, Sherbrooke et l'École de technologie supérieure.

 

L’objectif principal de ce programme interuniversitaire est de former des ingénieurs(es) spécialisés(es) pour les industries aéronautiques et spatiales. Au Québec, on retrouve des ingénieurs aérospatiaux au sein des grandes entreprises aérospatiales comme Bombardier, Bell Helicopters, Pratt & Whitney ou Rolls-Royce, mais également au sein de nombreux manufacturiers de composantes pour aéronefs, systèmes spatiaux ou systèmes communications aérospatiales. Donc, ce programme te permettra d'obtenir les compétences nécessaires afin de développer et concevoir des systèmes, composantes ou instruments que l'on retrouve dans l'assemblage d'un aéronef ou d'un système spatial.

 
La voie "professionnelle" est sans mémoire et propose 4 cheminements possibles dans la voie à ce programme, soit :

 

avec stage industriel (aussi appelé classique avec stage industriel rémunéré),

sans stage (aussi appelé classique sans stage avec projet),

 avec projet d'envergure (aussi appelé environnement virtuel)

ou baccalauréat-maîtrise intégré.

 

Elle comporte des cours obligatoires : caractéristiques de l’avion, dynamique de vol et autopilotage, fiabilité et maintenabilité des systèmes mécaniques, matériaux métalliques propres à l’aérospatial, intégration de la conception et de la fabrication et introduction aux systèmes spatiaux. Il comporte aussi des cours optionnels reliés à la spécialisation choisie (aéronautique et propulsion, avionique et commande, structure et matériaux, technologies spatiales, etc).

 

Elle comporte également un projet d’envergure en génie aérospatial ET/OU un stage au sein d’industrie aérospatiale canadienne.

 

Certaines universités te proposent un choix de spécialisations pour le profil classique :

 

à l’ÉTS : tu auras le choix entre la concentration Fabrication et production aéronautiques ou Avionique et commande.

 

À Polytechnique, tu auras le choix entre la concentration aéronautique et propulsion, avionique et commande, structures et matériaux ou technologies spatiales;

 

À Sherbrooke, tu auras le choix entre l'orientation structures et matériaux ou l'orientaiton en aéronautique et propulsion;

 

À Concordia, on te propose les concentrations suivantes : aéronautique et propulsion, avionique et contrôle, structures et matériaux ou ingénierie spatiale;

 

À Laval, et Mcgill, aucune concentration n'est offerte.

 

Le profil avec stage industriel comporte un cours obligatoire en étude de cas en génie aérospatial, un stage industriel de 4 mois au sein d'une industrie aérospatiale, un choix de cours optionnels reliés à la spécialisation choisie (sauf à Laval et Mcgill) parmi une liste proposée, ainsi que des cours optionnels choisis parmi les autres spécialisations.

 

Le profil sans stage comporte les mêmes cours que le profil précédent moins le stage.

 

Pour le profil en environnement virtuel, les candidats(es) sont sélectionnées par les entreprises aérospatiales participantes, comporte le cours en développement de produits en environnement virtuel, gestion de projets en génie aéronautique, plusieurs cours optionnels parmi des listes proposées en génie aérospatial en lien avec projet, ainsi que la réalisation d'un projet d'envergure en génie aéropatial étalé sur 9 mois à temps partiel avec la collaboration des ingénieurs de l'une des industries aérospatiales participantes (Bell Helicopters Textron, Bombardier Aerospace, CAE Électronique, CMC Électronique, EMS Technologies, Honeywell Aerospace, Pratt & Whitney, Rolls-Royce Aerospace, Thales Avionics ou l'Agence spatiale canadienne.

 

Le Cheminement baccalauréat-maîtrise intégré offert à Sherbrooke seulement, permet de regroupement la formation du baccalauréat en génie mécanique avec la maîtrise en génie aérospatial en 5 ans. On y offre le régime régulier ou le régime en alternance travail-études. À  l'étape de la maîtrise, tu auras le choix entre l'un des 3 profils précédents.

 

Elle offerte en collaboration avec plusieurs grands partenaires industriels, soit :

 

Bombardier Aéronautique, Bell Helicopters Textron, Pratt & Whitney Canada, Rolls-Royce Aerospace Canada, Honeywell Aerospatiale Canada, Groupe Thales Canada, CAE Électronique, CMC Esterline Technologies, ainsi que l'Agence spatiale canadienne.

 

Enfin, La voie "recherche" est offerte de façon indépendante par certaines universités (contrairement à la voie professionnelle offerte sous entente interuniversitaire). Elle est a comme principal objectif d'initier à la recherche et préparer aux études de doctorat en réalisant des travaux de recherche permettant le développement de nouveaux procédés de fabrication ou d'assemblage, de nouvelles méthodes de conception, de nouveaux matériaux pour l'aéronautique ou l'amélioration des connaissances scientifiques comme la propulsion ou l'aérodynamisme.

 

Elle comporte des cours obligatoires tels que : planification d'un projet de recherche en ingénierie et séminaire de recherche, ainsi que quelques cours optionnels en lien avec le domaine de recherche choisi parmi une liste proposée. Par contre, la plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d'un projet de recherche appelé "mémoire" dans l'un des principaux champs de recherche du génie aérospatial tels que :  

 

Aérodynamique et propulsion (aérodynamisme des ailes, aérodynisme instationnaire et décrochage, interactions fluides-structure, dynamique des gaz, analyse des performances des turbines de moteurs d'aéronefs, turbulence, modélisation numérique des écoulements des fluides, etc.); structures et matériaux (comportement mécanique des matériaux composites, aéroélasticité des plaques et des coques, fatigue et rupture des structures, vibrations et stabilité, développement de nouveaux matériaux composites, etc.); conception mécanique et aéronautique (développement de nouvelles méthodes de conception assistée par ordinateur, modélisation numérique du processus de conception, etc.); productique (conception et mise au point de nouvelles techniques d'usinage de pièces aéronautiques, développement et optimisation des procédés d'assemblage aéronautique, modélisation numérique des procédés d'assemblage, etc.);  avionique et commande (informatique embarquée de l'avionique, traitement numérique des signaux, conception et analyse de systèmes temps réel, microélectronique aérospatiale, processeurs embarqués configurables, pilote automatique, etc.); technologies spatiales (conception d'antennes pour l'aérospatiale, conception de circuits pour l'industrie spatiale, récepteurs à haute sensibilité, conception et fabrication de nanomatériaux pour applications spatiales, etc.).

 

Endroits de formation :

École Polytechnique

École de technologie supérieure ÉTS.

 

Il y a également d'autres programmes de maîtrise,

Pour plus de détails, consulte la page sur les études supérieures en génie où les programmes sont décrits.

Voici quelques exemples :

 

Consulte également la page suivante où des organismes de recherches en biologie ont été répertoriés.

Ainsi que d'autres programmes de 2e cycle, soit :

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

Pour le Baccalauréat en génie aérospatial :

 

Pour les autres baccalauréats :

 

Consulte les pages de description des professions suivantes :

 

-         ingénieur électricien

-         ingénieur mécanicien

 

STATISTIQUES D'ADMISSION :

 

Pour le Baccalauréat en génie aérospatial :

 

Ce programme est contingenté

 

À l’automne 2013

 

Nombre total de demandes 

CAPACITÉ D’ACCUEIL TOTALE

TAUX D’ADMISSION

En %

COTE R

Dernier candidat admis

COTE R

en 2012

COTE R

en 2011

COTE R

en 2010

COTE R

en 2009

167

60

36

28,160

28,900

28,900

28,038

28,080

* 2 places ont été ajoutées par rapport à 2011

 

Admissions ouvertes à l'automne seulement

 

Pour les autres baccalauréats :

 

voir la page de la profession choisie

 

ENDROITS DE FORMATION 

 

Pour informations concernant l’alternance travail-études

 

Pour le Baccalauréat en génie aérospatial :

 

-    École polytechnique de Montréal (orientations offertes : contraintes, environnement virtuel, fabrication, innovation technologique, outils de gestion, projets internationaux, systèmes d'aéronefs ou technologies spatiales avec projets intégrateurs et avec stage rémunéré obligatoire), voir aussi la page suivante, offert en régime régulier à temps complet seulement, voir aussi le DEC-BAC offert conjointement avec l'École nationale d'aérotechnique, consulte également le Baccalauréat-maîtrise intégré en génie aérospatial, possibilité d'effectuer 1 ou 2 sessions d'études à l'étranger (choix de plusieurs universités en Europe, USA, Amérique latine et Asie du Sud-Est dont notamment : France, Allemagne, Espagne, UK, Italie, Brésil, Japon, Corée du Sud ou USA),  pour plus de détails consulte le Bureau des relations internationales, consulte également les détails sur la Maîtrise en génie aérospatial, site du département de génie mécanique et génie aérospatial, programme unique au Québec et unique en français en Amérique du Nord

 

Pour le Baccalauréat en ingénierie spatiale :

 

            -    York University, Toronto (Ontario) programme unique au Canada

 

Pour le Baccalauréat en génie électrique :

-    École Polytechnique de Montréal (avec orientation en systèmes embarqués en aérospatiale ou avec orientation en technologies spatiales), offert en régime régulier à temps complet, un stage obligatoire rémunéré d'au moins 4 mois à réaliser, un projet intégrateur chaque année à réaliser dont un projet de fin d'études, voir aussi le Baccalauréat-maîtrise intégré en génie électrique, possibilité d'effectuer 1 ou 2 sessions d'études à l'étranger (France, Espagne, Royaume-Uni, Allemagne, USA, etc), pour plus de détails consulte le Bureau des relations internationales, site du département de génie électrique

Pour le Baccalauréat en génie mécanique :

 

LIENS RECOMMANDÉS :

Voir aussi le Portrait de l'industrie aérospatiale québécoise où tu auras de nombreux autres liens recommandés (sites des manufacturiers, listes d'entreprises aérospatiales, etc)

Projets d’étudiants en aérospatiale :

Fabricants d’avions :

 

-         Airbus Industrie : site officiel de cet important fabricant d’avions (en anglais)

-         Bell Helicopter : site officiel de cet important fabricant d’hélicoptères (en anglais)

-         Britten-Norman : site officiel de ce fabricant britannique d’avions (en anglais)

-         Boeing : site officiel de cet important fabricant d’avions (en anglais)

-         Bombardier aéronautique : site officiel de cet important fabricant canadien d’avions

-         Cessna : site officiel de ce fabricant d’avions (en anglais)

-         Concorde : site officiel de cet « défunt » avion supersonique

-         Dassault Falcon Corporation : site officiel de ce fabricant d’avions (en anglais)

-         Embraer : site officiel du fabricant brésilien d’avions (en anglais)

-         General Dynamics : site de ce fabricant d’avions Gulfstream et plusieurs avions militaires (dont le F-16)

-         MD Helicopters : site de fabricant d’hélicoptères (dont l’UH-902 de l’Armée américaine)

-         MIG Corporation : site officiel de ce fabricant russe d’avions civils et militaires (en anglais)

-         Pratt & Whitney : site officiel de ce fabricant de moteurs d’avions

-         Sikorsky Aircrafts Corporation : site de cet important fabricant d’hélicotères (dont le Sea Hawk de la USNavy)

 

Musées d’aviation :

 

-         Musée de la Défense aérienne : site officiel de ce musée canadien

-         Musée l’aviation du Canada : site officiel de ce musée situé à Ottawa

-         National museum of naval aviation : site officiel de ce musée de la U.S. Navy (en anglais)

-         Royal Air Force Museum : site officiel de ce musée (en anglais)

-         U.S. Air Force museum : site de ce musée de la U.S. Air Force (en anglais)

-         U.S. army aviation museum : site officiel de ce musée de l’aviation militaire américaine (en anglais)

 

Aviation militaire :

 

-         Armée de l’Air : site officiel de la Force aérienne Française

-         Aviation militaire : site amateur sur les avions militaires d’hier à aujourd’hui

-         Force aérienne : site officiel de l’aviation militaire canadienne

-         Heritage Flight : : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates américains de la U.S. Air Force (en anglais)

-         Les BLUE ANGELS : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates américains de la U.S. Navy (en anglais)

-         Les SNOWBIRDS : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates canadiens

-    Les RED ARROWS : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates britanniques

-    PATROUILLE DE FRANCE : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates français

-    Patrouille Suisse : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates suisses

-    Roulettes : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates australiens

-         Royal Air Force : site de l’Armée de l’air britannique (en anglais)

-    Russian Knights : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates russes

-         Thunderbirds  : site officiel de ce groupe de pilotes-acrobates américains de la U.S. Air Force (en anglais)

-         U.S. Air Force : site officiel de l’aviation militaire américaine (en anglais)

-         U.S. Navy : site officiel de la Marine américaine – section description des aéronefs (en anglais)

 

Autres :

 

-         Aviation-Québec : un passionné des avions a créé dans sa section « aviation commerciale-photos » un moteur de recherche sur des sites offrant des photos d’avions de tous les modèles et ce partout dans le monde.

-         Canadian Aviation : site de la revue canadienne sur l’aviation (en anglais)

-         Carrières de l’aérospatial : site d’infos sur ce secteur

-         Chakram Airlines : site en français de vulgarisation du monde aéronautique

-         Helicopters Magazine : site de la revue américaine sur les hélicoptères (en anglais)

-         PLEIN VOL : site de ce magazine québécois sur l’aviation

 

clubs techno et projets étudiants :

  • AéroETS : club étudiant de l'École de technologie supérieure qui effectue la promotion des carrières en aérospatiale auprès des jeunes et fait mieux connaitre ce domaine au public

  • Avion-Cargo l’ÉTS : équipe de l’École de Technologie supérieure ÉTS qui construit un petit avion-cargo pouvant lever diveres charges pour participer à divers concours

  • Avion-cargo Poly : équipe de Polytechnique qui construit un petit avion-cargo pouvant lever diverses charges pour participer à divers concours

  • Avion-cargo Laval : équipe de l’Université Laval qui construit un petit avion-cargo pouvant lever diverses charges pour participer à divers concours

  • EDDS-ETS : club étudiant de l'École de technologie supérieure qui tente de développer de nouvelles avenues afin de parvenir au développement durable de l’espace, et ce tout au long de la vie d'un satellite

  • Oronos :  équipe de l’École Polytechnique qui conçoit, construit et développe une fusée haute puissance pour une compétition internationale

  • RockETS : équipe de l’École de Technologie supérieure ÉTS qui conçoit, construit et développe une fusée haute puissance pour une compétition internationale

  • SmartBird : équipe d'étudiants de l'École Polytechnique qui construit des drones pour des compétitions

 

organismes de loisir scientifique :

 

 

Retour à la page du secteur aérospatial

Retour à page du secteur fabrication mécanique

Retour à la page d’accueil