Retour à la page du secteur chimie et biologie

Retour à la page d'accueil

 

SECTEUR : CHIMIE ET BIOTECHNOLOGIES

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

BIOCHIMISTE

BACCALAURÉAT SPÉCIALISÉ B.Sc.

MAÎTRISE EN SCIENCES M.Sc.

 

Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences

 

Voir aussi la profession d’ingénieur(e) biotechnologiste

 

Consulte aussi la section "liens recommandé" (dont des vidéos de biochimistes qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

Si tu deviens biochimiste; tu auras comme responsabilités d’analyser des produits afin d’identifier leurs composants chimiques, biologiques et physiques (les acides nucléiques, les lipides, les protéines et les vitamines qu'elles soient animales, humaines ou végétales) et d’en interpréter les résultats obtenus.

 

En industrie agroalimentaire, biomédicale ou pharmaceutique, tu auras à effectuer différentes analyse en laboratoire de contrôle de la qualité afin de t'assurer que les produits fabriqués ou transformés répondent aux normes et exigences de qualité de l'entreprise, ainsi qu'à la réglementation en vigueur. Tu seras également responsable de coordonner et de gérer les activités, les ressources et le personnel du service de contrôle de la qualité de l'entreprise.

 

En milieu de recherche, tu seras appelé(e) à participer à des projets visant le développement de nouveaux produits ou de nouvelles techniques d’analyses biochimiques en assistant des chercheurs en biochimie ou biologie cellulaire et/ou moléculaire. Tu effectueras les différentes analyses et interprèteras les résultats pour ensuite travailler avec le chercheur afin de déterminer les ingrédients et les solutions qui permettront de développer le nouveau produit ou d'améliorer un produit existant ou trouver des solutions afin de résoudre un problème de biochimie qui permettra de développer ou d'améliorer une technique d'analyse.

 

En milieu hospitalier (biochimie clinique); tu seras responsable de collaborer avec les médecins spécialistes en biochimie à interpréter les résultats d'analyses et de tests biochimiques. Tu détermineras les règles d’utilisation des examens biochimiques et en contrôle l’application, vérifieras la pertinence des demandes d’examens qui lui sont soumises et conseille les médecins à cet effet, sélectionneras les méthodes analytiques de même que l’instrumentation et les fournitures requises pour l’exécution des examens biochimiques, planifieras, organiseras et contrôleras la mise au point des techniques d’examens biochimiques et tu élaboreras les procédures de prélèvement d’échantillons biologiques (préparation des usagers, nature, transport et conservation) et en contrôleras l’exécution.

 

Tu auras également à participer à des activités de recherche et de développement méthodologique; de participer à des activités de recherche clinique ou fondamentale selon la vocation de l'établissement; d'assurer la formation continue du personnel technique de laboratoire et d'aider à la formation des médecins et des autres professionnels de la santé. Enfin, tu pourras être responsable de la gestion des opérations, des ressources et du personnel technique et de soutien d'un laboratoire de biochimie d'établissement hospitalier.

 

En enseignement de la chimie au collégial; tu auras pour tâches d’enseigner des notions de base ou des notions intermédiaires de la chimie auprès de jeunes adultes inscrits à programme préparatoire aux études universitaires (sciences de la nature).

 

Tout d’abord, avant de faire connaître ta matière aux étudiants(es) tu devras planifier le contenu de tes cours, planifier et organiser des activités pédagogiques selon le programme établi par le Ministère de l’Éducation. Ensuite, tu animeras et présenteras ta matière en classe selon le plan que tu auras établi. Tu auras à planifier, organiser, élaborer et à corriger des travaux et des examens qu’auront effectués tes étudiantes et étudiants pendant les heures libres que tu auras entre les heures de cours et également le soir ou les fins de semaine; participer à des réunions pédagogiques avec d’autres enseignants et intervenants du milieu collégial afin de discuter des divers problèmes dans l’enseignement de ta matière et pour préparer les étudiantes et étudiants à subir l’examen de fin programme dans la matière concernée, s’il y a lieu.

 

Tu seras également appelé(e) à soutenir des étudiantes et des étudiantes dans la présentation de projets pédagogiques (Expo-sciences, présentation de spectacles, etc), de concours ou autres activités ayant un lien avec la matière que tu enseigneras.

 

En enseignement collégial technique; tu auras pour tâches d’enseigner des notions de base et les notions intermédiaires auprès d’étudiants(es) en techniques de biochimie-biotechnologies ou en techniques d'analyses biomédicales. Tu leur fourniras les compétences requises pour qu’ils puissent intégrer le marché du travail dans leur domaine.

 

Tout d’abord, avant de faire connaître ta matière aux étudiants(es) tu devras planifier le contenu de tes cours, planifier et organiser des activités pédagogiques selon le programme établi par le Ministère de l’Éducation. Ensuite, tu animeras et présenteras ta matière en classe selon le plan que tu auras établi. Tu auras à planifier, organiser, élaborer et à corriger des travaux et des examens qu’auront effectués tes étudiantes et étudiants pendant les heures libres que tu auras entre les heures de cours et également le soir ou les fins de semaine; participer à des réunions pédagogiques avec d’autres enseignants et intervenants du milieu de l’enseignement professionnel ou technique afin de discuter des divers problèmes dans l’enseignement de ta matière et pour préparer les étudiantes et étudiants à subir l’examen de fin programme dans la matière concernée, s’il y a lieu.

 

Tu seras également appelé(e) à soutenir des étudiantes et des étudiantes dans la présentation de projets pédagogiques, concours (ex : olympiades de la formation professionnelle et technique), stages ou autres activités ayant un lien avec la matière que tu enseigneras.

En enseignement universitaire de la biochimie; tu auras comme responsabilités d’enseigner auprès d’étudiantes et d’étudiants de niveau universitaire des notions spécialisées en chimie afin de les préparer à une carrière de chimiste, principalement au baccalauréat et après avoir acquis de l'expérience, au niveau des études supérieures. Tu peux aussi être appelé(e) à enseigner des notions de biochimie auprès d'étudiants(es) de d'autres disciplines (ex : chimie, microbiologie, pharmacie, agronomie, nutrition, etc.).

Tout d’abord, avant de faire connaître ta matière aux étudiants(es) tu devras élaborer et planifier  le contenu de tes cours, planifier et organiser des activités pédagogiques selon les objectifs établis par l’université, rédiger des notes de cours, préparer le matériel pédagogique nécessaire et préparer les examens.

 

Tu auras à planifier, organiser, élaborer et à corriger des travaux et des examens qu’auront effectués tes étudiantes et étudiants pendant les heures libres que tu auras entre les heures de cours et également le soir ou les fins de semaine, participer à des réunions pédagogiques avec d’autres professeurs de ta discipline, au sein des comités de programme et autres intervenants du milieu universitaire afin de discuter des divers problèmes dans l’enseignement de ta spécialité.

 

De plus, tu auras comme responsabilités de réaliser des travaux de recherches poussées dans un secteur spécifique selon ton domaine d’expertise afin de résoudre ou comprendre des problèmes de nature complexe dans ton domaine et ainsi, élaborer et proposer des solutions concrètes à appliquer dans la pratique professionnelle. Tu auras pour tâches de planifier, d’élaborer, de mener et de mettre en œuvre des programmes de recherches dans ton champ d’expertise qui permettra de contribuer à l’avancement de ta discipline. Tu seras responsable de superviser une équipe de recherche.

 

En tant que biochimiste clinicien(ne); tu seras responsable de collaborer avec les médecins biochimistes d'un hôpital à l'interprétation des résultats et à l'utilisation rationnelle des tests spécialisés de laboratoire (médicaments, hormones,  marqueurs du cancer, protéines spécialisés immunologie, lipides, métabolisme, biologie moléculaire, etc.) selon  différentes techniques spécifiques à la biochimie clinique (techniques spectrophotométriques, techniques immunologiques, techniques chromatographiques, techniques électrophorétiques et techniques de biologie moléculaire), déterminer les règles d'utilisation des examens biochimiques, sélectionner les méthodes analytiques, élaborer des procédures de prélèvement, de conservation et de transport des échantillons biologiques, contrôle de la qualité des tests de laboratoire),  participer à la formation continue du personnel technique et infirmier, superviser et gérer un laboratoire de biochimie, ainsi que de participer à des activités de recherche clinique ou fondamentale en lien avec la vocation de recherche de l'établissement.

Un Doctorat en biochimie + une diplôme complémentaire postdoctoral en biochimie clinique est nécessaire.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-         Aptitudes poussées pour les mathématiques, les sciences et la recherche

-         Aptitudes pour entreprendre de longues études supérieures (au niveau de la maîtrise, parfois même au doctorat)

-     Capacité de travailler sous pression  car tu auras à gérer des priorités et respecter des échéanciers

-         Capacité d’analyse et de synthèse pour être en mesure d’analyse et de résoudre divers problèmes scientifiques reliés à la biochimie

-        Curiosité scientifique, sens logique et capacité de déduction car tu devras être à l'affût des nouveaux développements scientifiques ou de nouvelles méthodes d'analyses

-        Très bon sens de l’observation pour observer attentivement les réactions chimiques et y détecter toute anomalie de procédé ou d'analyse

-         Souci du détail et minutie car tu auras à étudier de façon précise et détaillée le fonctionnement de méthodes et procédés d'analyse

-    Autonomie, débrouillardise et flexibilité car tu seras parfois seul(e) pour exécuter certaines tâches et résoudre certains problèmes en laboratoire

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable de diriger, d’encadrer et de coordonner une équipe de laboratoire des projets

-         Sens de l’organisation pour planifier, organiser et diriger des projets techniques ou de recherches

-         Sens de l’initiative et facilité à communiquer pour participer activement à des projets de recherches

-         Facilité à travailler en équipe car tu auras à collaborer avec d’autres biochimites, des chimistes, des ingénieurs, des chercheurs, des technologues en biochimie, etc.

-        Très bonne connaissance maîtrise de la langue langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des collègues scientifiques, ainsi que pour rédiger différents rapports techniques et scientifiques

-        Bonne connaissance de la langue langue anglaise afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle les résultats d'analyse auprès des collègues scientifiques, pour consulte différents manuels et publications scientifiques souvent dans cette langue, ainsi que pour rédiger différents rapports techniques et scientifiques

PROFESSIONS APPARENTÉES :

EMPLOYEURS POTENTIELS :

  

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

 

-         Détenir une maîtrise en microbiologie au minimum souvent exigé

-         Connaissance de l’anglais (certains exigent le bilinguisme)

-    Bonnes connaissances des logiciels spécialisés

-         Polyvalence

PERMIS DE PRATIQUE :

 

Au Québec, tu dois devenir membre de l’Ordre des chimistes du Québec afin de faire carrière comme chimiste.

 

Cette profession est régie par une loi et un code de déontologie qui ne permet qu’aux détenteurs de ce titre de pratiquer dans le domaine.

 

Tout d’abord, tu devras acquérir un minimum de 24 mois d'expérience pertinente dans un domaine de la chimie reconnu par l'Ordre avant d'obtenir le permis de pratique de plein droit et obtenir le titre de « chimiste ».

 

Par contre, l'expérience acquise dans le cadre de stages coopératifs est reconnue par l'Ordre.

 

De plus, si tu entreprends des études de maitrise et de doctorat, ces formations seront reconnues comme expérience pertinente.

 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2015 :

 

Baccalauréat :

 

La GRANDE MAJORITÉ des répondants(es), soit 72 % ont poursuivi leurs études au niveau de la maîtrise, parfois directement au doctorat.

 

Parmi les répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, le placement est faible, seulement 39 % d'entre-eux ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la totalité, soit 90 % sont à temps complet.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

192 21 19 138

Note 1 : hausse du nombre de répondants(es) poursuivant des études supérieures par rapport aux années précédentes (était de 57 % en 2013; 53 % en 2011 et 65 % en 2009). Les études supérieures sont essentielles dans ce domaine.

 

Note 2 : hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 67 % en 2013; 41 % en 2011 et 59 % en 2009).

 

Note 3 : Une baisse du nombre de diplômés(es) de près du tiers a également été observée par rapport aux années précédentes (263 en 2011 et 267 en 2009).

 

Maîtrises :

 

Pour la maîtrise en biochimie :

 

Le placement est tres bon, 80 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Plusieurs autres répondants(es), soit 38 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

Pour la maîtrise en génétique :

 

La presque totalité des répondants(es), soit 83 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

Pour les autres programmes :

 

En biologie cellulaire et moléculaire :

 

La totalité des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En sciences médicales :

 

Plus de 46 % des répondants(es) ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat;

 

Alors que seulement 60 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

En microbiologie :

 

Le placement est bon, 68 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la presque totalité sont à temps complet.

 

Plusieurs autres répondants(es), soit 30 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En sciences des aliments :

 

Le placement est bon, 75 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont 90 % sont à temps complet.

Un(e) répondant(e) a poursuivi des études de doctorat.

En sciences vétérinaires :

 

Le placement est très bon, 80 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont 90 % sont à temps complet.

Quelques autres, soit 29 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

En santé publique :

 

Le placement est bon, 75 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié dont 90 % sont à temps complet.

Quelques autres, soit 22 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

PROGRAMMES

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES

Biochimie

24

12

11

9

Génétique

6

1

1

5

Bio moléc et cell.

4

0

0

4

Santé communaut

67

39

35

15

Sc des aliments

9

6

6

1

Sc vétérinaires

7

4

4

2

Sc médicales

98

29

28

45

Microbiologie

27

13

11

8

Note 1 : hausse du taux de placement en biochimie par rapport aux années précédentes (était de 57 % en 2013; 81 % en 2011 et 62 % en 2009).

Note 2 : nombre de répondants(es) en biochimie poursuivant des études de doctorat difficile de comparaison (était de 26 % en 2013; 56 % en 2011 et 38 % en 2009).

Doctorats :

(données de 2014)

 

En biochimie :

 

Le placement est EXCELLENT, 100 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi reliè à leurs études dont la totalité sont à temps complet.

 

Plusieurs autres répondants(es), soit 33 % ont poursuivi leurs études au niveau du stage postdoctoral.

 

Quelques autres répondants(es), soit 11 % ont poursuivi leurs études en biochimie clinique ou dans un autre doctorat.

 

PROGRAMMES

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI EN TEMPS COMPLET

NOMBRE EN STAGE
POST-DOCT

NOMBRE AUX ÉTUDES

Biochimie

18

10

10

6

2

Bio moléc et cell.

26

17

17

9

0

Microbiologie

14

7

7

2

2

Santé communaut

24

16

16

5

1

Sc médicales

86

41

40

26

7

 

Note 1 : taux de placement en biochimie tout aussi excellent et comparable aux années précédentes (était de 100 % en 2012; 100 % en 2010 et 100 % en 2007).

 

Note 2 : hausse du taux de placement en microbiologie par rapport aux années précédentes (était de 100 % en 2012; 82 % en 2010 et 62 % en 2007).

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Avec un baccalauréat :

 

Consulte la page de technologue en biochimie

 

Avec une maîtrise ou un doctorat :

 

Dans le secteur privé :

Note 1 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en biochimie par rapport aux années précédentes (était de 19,68 $ en 2013; 20,75 $ en 2011 et 18,95 $ en 2009).

 

Note 2 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en sciences de l'environnement (était de 24,68 $ en 2013; 21,65 $ en 2011 et 21,85 $ en 2009).

 

Note 3 : hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé (au sein des PME) pour les titulaires d'une maîtrise ou d'un doctorat en sciences des aliments par rapport aux années précédentes (était de 21,65 $ en 2013; 19,55 $ en 2011 et 20,80 $ en 2009).

 

Dans le secteur public et parapublic :

Note : Dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives collectives.

 

En enseignement collégial et universitaire :

(32,5 heures/sem réparties sur 40 semaines pour le collégial, mais le salaire est calculé sur 52 semaines)

  • 72,07 $/heure en moyenne en tant que chargé(e) de cours dans un collège préuniversitaire privé (avec une maîtrise ou une scolarité de doctorat)

  • 75,17 $/heure en tant que chargé(e) de cours dans un cégep (avec une maîtrise ou une scolarité de doctorat)

  • 90,01 $/heure en moyenne en tant que chargé(e) de cours dans une collège préuniversitaire privé (avec un doctorat)

  • 90,61 $/heure en tant que chargé(e) de cours dans un cégep (avec un doctorat)

  • 861,00 $/semaine en moyenne en tant qu'enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise dans une discipline d'enseignement + une maîtrise ou un diplôme en pédagogie au collégial)

  • 887,63 $/semaine en moyenne en tant qu''enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise + diplôme en pédagogie de l'enseignement collégial ou titulaires d'une maîtrise + scolarité de doctorat)

  • 892,52 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 18 ans de scolarité : titulaires d'une maîtrise dans une discipline d'enseignement + une maîtrise ou un diplôme en pédagogie au collégial)

  • 969,98 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans de scolarité : scolarité de doctorat)

  • 1 032,90 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans une collège préuniversitaire privé (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 1 054,23 $/semaine en tant qu'enseignant(e) régulier dans un cégep (avec 19 ans ou plus de scolarité : titulaires d'un doctorat)

  • 8 311,99 $/trimestre et par cours de 45 heures en moyenne pour un(e) chargé(e) de cours ou part-time faculty dans une université (avec une maîtrise)

  • 8 403,25 $/trimestre et par cours de 45 heures en moyenne pour un(e) chargé(e) de cours ou part-time faculty dans une université (avec un doctorat)

  • 1 070,34 $/semaine en moyenne en tant que chargé(e) d'enseignement, professeur(e) assistant(e), professeur(e) suppléant(e) ou lecturer dans une université

  • 1 336,35 $/semaine en moyenne en tant que professeur(e) adjoint(e), professeur(e) régulier ou assistant professor dans une université

 

Note : Dans le secteur public et chez les grands employeurs privés, les augmentations sont établies par les conventions collectives collectives.

 

Sources : Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction publique du Canada, Syndicat du personnel technique et professionnel de la SAQ, Syndicat des professionnels du Gouvernement du Québec - section locale INESS, conventions collectives des professeurs de plusieurs collèges privés, conventions collectives des professionnels de la plupart universités, conventions collectives des professionnels de recherche de la plupart des universités, conventions collectives des chargés de cours de la plupart des universités, conventions collectives des professeurs de la plupart universités et Forces canadiennes.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon une enquête de l'Ordre des chimistes du Québec, il y a avait 2 243 chimistes actifs (soit 30 de moins qu'en 2014 et 121 de plus qu'en 2012); ainsi que 21 chimistes à l’entraînement (stagiaires) dans l'ensemble des régions du Québec au 31 mars 2016.

De ce nombre, on comptait environ 900 biochimistes dont 64 chimistes qui détenaient un certificat de spécialiste en tant que biochimiste clinicien(ne).

 

Au cours de cette même année, 128 sont devenus de nouveaux chimistes.

 

Profession majoritairement masculine puisque les hommes représentaient 61 % des chimistes, alors que les femmes ne représentaient que 39 % des membres (en 2014 et 2012, elles représentaient 38 %). Donc, cette proportion féminine risque d'augmenter, mais que légèrement, au cours des prochaines années.

 

Plus de 65 % des membres de la profession étaient âgés de moins de 45 ans.

 

La répartition des biochimistes selon leur domaine de pratique était :

La répartition des biochimistes selon le type d'employeur était :

Ils étaient répartis dans les régions suivantes : 39 % sur l'Ile-de-Montréal, 16 % en Montérégie, 12 % dans la région de Québec et 33 % dans les autres régions.

 

Ainsi que les sites suivants où sont donnés des informations concernant les perspectives d’emploi pour les technologues en biotechnologies :

 

-         Comité sectoriel de la main-d’œuvre de l’industrie pharmaceutique et biotechnologique  : profil de l’industrie, les différents métier, les perspectives d’emploi

-         Comité sectoriel de la main-d’œuvre de l’industrie alimentaire : profil de l’industrie, les différents métier, les perspectives d’emploi

 

Consulte également les portraits des secteurs industriels suivants :

 

BREF PORTRAIT DE QUELQUES SECTEURS INDUSTRIELS :

 

L'industrie québécoise de la transformation alimentaire :

 

Elle est le plus important employeur industriel au Québec, qui est présente dans presque tous les régions de la province et qui est un moteur économique de premier plan dans plusieurs régions et sous-régions (MRC) d'un bout à l'autre du territoire québécois.

 

En 2015, elle a généré des revenus de plus de 22,7 milliards $, soit 25 % de la production canadienne et 15 % du secteur manufacturier québécois.

 

Elle est divisée en 8 principaux secteurs, soit :

On y retrouvait plus de 1 500 entreprises (dont 31 % qui fabriquaient des produits de boulangerie, 10 % de boissons alcoolisées ou non alcoolisées, 8 % des produits laitiers et 7 % d'aliments pour animaux) qui employaient plus de 65 000 travailleuses et travailleurs dans presque toutes les régions du Québec, mais principalement en Montérégie, Montréal, Chaudière-Appalaches, Laval, Centre-du-Québec et Bas-St-Laurent.

 

Par contre, seulement 34 % de ces entreprises employaient 50 personnes ou plus qui sont généralement les employeurs potentiels pour les chimistes et biochimistes.

 

Dans l'industrie alimentaire, le chimiste ou le biochimiste étudie et analyse les principaux constituants des aliments (eau, protéines, enzymes, lipides, glucides), de leurs interactions et de l'impact des facteurs physicochimiques impliqués lors de la préparation, de la transformation et de l'entreposage des aliments afin d'assurer un contrôle de la qualité des aliments transformés.

 

Il participe également au développement et la formulation de nouveaux ingrédients et additifs alimentaires qui permettraient d'améliorer la productivité et les coûts de production, ainsi qu'au développement de nouveaux aliments répondant aux besoins grandissants de la clientèle tels que les aliments fonctionnels, nutraceutiques, probiotiques, etc.

 

Selon les données de l'Ordre des chimistes du Québec, ce sont 18 % des biochimistes qui travaillent au sein de l'industrie de la fabrication d'aliments et de boissons, ce qui en fait le second plus important employeur industriel derrière l'industrie pharmaceutique. Donc l'un des plus importants employeurs pour ces spécialistes.

 

L'industrie québécoise des services environnementaux :

 

En 2015, son marché était de 1,5 milliards $ qui regroupait plus de 600 entreprises dont les services environnementaux est leur activité principale et qui procuraient de l'emploi pour plus de 33 300 personnes.

 

On retrouve notamment une vingtaine de firmes de consultants et entreprises détenant une centaine de laboratoires privées d'essais et d'analyses laboratoires spécialisés dans le domaine des sciences géoenvironnementales (analyses physico-chimiques, caractérisation environnementale, etc.).

 

Plus de 200 entreprises spécialisées en assainissement et gestion des déchets offrent des services de gestion d'usines de traitement des eaux usées de municipalités et d'industries, de gestion, traitement et destruction des déchets agricoles, domestiques ou industriels, etc.

 

Les biochimistes en environnement effectuent des analyses afin de caractériser la composition des polluants sur la biochimie cellulaire des micro-algues, étudient les mécanismes biochimiques de la pollution atmosphérique, développent de nouvelles méthodes de décontamination de polluants organiques et inorganiques par l'utilisation de plantes et de micro-organismes, etc. Ils effectuent également des analyses en laboratoire afin de contrôler la qualité de l'eau dans les usines de traitement des eaux usées.

 

L'industrie québécoise des biotechnologies :

 

Le Québec, et en particulier la région de Montréal, concentre près de la moitié de toutes les activités de l’industrie biopharmaceutique au Canada.

 

Donc, c'est une industrie en constante évolution puisqu'on prévoit une croissance de 9 % des revenus et des emplois au cours des 10 prochaines années.

 

En 2015, On y retrouvait une quarantaine d'entreprises qui employaient plus de 700 personnes, dont plus de 90 % étaient concentrées dans la région de Montréal.

 

Le biochimiste en biotechnologies identifie, étudie et analyse des molécules ou des gènes d’origine microbienne ayant un potentiel industriel ou commercial,  ainsi que la culture cellules, les molécules ou les gènes de végétaux ou d’animaux pour la mise au point et le développement de nouveaux médicaments (pour les humains ou pour les animaux), de nouveaux vaccins, de fertilisants biologiques, de produits médicaux, d’aliments présentés de meilleures qualités nutritives, etc.

 

L'industrie pharmaceutique et cosméceutique québécoise :

 

Malgré ses nombreuses difficultés au cours des dernières années, Montréal reste l’une des rares métropoles au monde où une entreprise peut procéder toutes les étapes de la mise au point d’un médicament.

 

On y retrouve une quarantaine d'entreprises qui y fabriquent des médicaments d'origine, des médicaments génétiques et des médicaments de santé naturelle plus de 8 500 travailleuses et travailleurs, principalement concentrés dans les régions de Montréal, Laval, Québec et Montérégie.

 

En plus des grandes sociétés pharmaceutiques (américaines, britanniques ou suisses), on y retrouve également quelques entreprises québécoises qui ont su s'intégrer dans ce lucratif marché mondial.

 

Selon une enquête de Pharmabio Développement en 2015, plus de 66 % des entreprises interrogées prévoient une croissance de leurs activités au cours des 10 prochaines années.

 

Le chimiste ou le biochimiste dans le domaine biopharmaceutique étudie les produits modèles susceptibles d’avoir une activité pharmacologique, établit des stratégies de rétrosynthèse pour la fabrication des composés naturels ou de molécules synthétiques et développe des agents biologiquement actifs en utilisant des méthodes modernes d’induction asymétrique, de chimie organométallique et de catalyse.

 

Les chimistes et biochimistes est l'un des 5 métiers dont les entreprises pharmaceutiques (principalement les entreprises de moyenne taille, soit de moins de 100 employés) auront le plus de difficultés à recruter au cours des prochaines années.

 

Secteur de la recherche biomédicale :

 

Le Québec, principalement la région de Montréal détient la seconde concentration de recherche la plus importante dans le domaine biomédical au Canada derrière Toronto et la 7e en Amérique du Nord.

 

En 2015, on y retrouvait plus de 150 organismes de recherche publics et parapublics qui employaient plus de 12 000 personnes, principalement concentrés dans la région de Montréal, mais également de Québec, Estrie, Laval et Mauricie.

 

Il s'ajoute également plus de 85 entreprises qui employaient plus de 9 000 personnes dont 90 % dans les régions de Montréal et Laval, soit 20 % des emplois en Amérique du Nord dans ce secteur.

 

On y effectue des recherches dans de nombreux domaines de la santé humaines (cancers, maladies infectieuses, maladies neurologiques et mentales, maladies cardiovasculaires et métaboliques, génétique et génomique, etc.).

 

Les biochimistes non chercheurs analysent et synthétisent des molécules bioactives susceptibles d’avoir une activité pharmacologique ou autre activité médicinale, analysent et synthétisent des peptides ayant des propriétés pharmacologiques, étudient les propriétés de drogues, analysent les propriétés de substances physiochimiques utilisées dans les traitements en radio-oncologie ou les examens en radiologie ou médecine nucléaire, etc.

 

Les chercheurs en biochimie réalisent de nombreux projets de recherche sur des molécules bioactives afin de découvrir de nouvelles applications précliniques et cliniques, sur la résistance des antibiotiques et l'exploitation de nouvelles cibles bactériennes pour le développement de nouveaux agents antibactériens innovateurs, le développement de nouveaux agents anticancéreux par l'étude des interactions biomoléculaires, l'étudie de petites molécules d'intérêt thérapeutique afin de développemer de nouveaux antitumoraux pour le traitement de différents cancers, etc.

 

Sources : Comité sectoriel de la main-d'œuvre en transformation alimentaire du Québec, EnviroCompétences - Comité sectoriel de la main-d'œuvre en environnement du Québec, Pharmabio - Comité sectoriel de la main-d'œuvre de l'industrie biopharmaceutique du Québec, Montréal In Vivo et Emploi-Québec.

 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Avec l’augmentation grandissante des besoins dans les secteurs pharmaceutique, biomédicaux, agroalimentaires et biotechnologiques notamment; On prévoit de très bonnes possibilités de placement pour les biochimistes pour les prochaines années.

 

Par contre, une maîtrise ou même un doctorat en chimie est nécessaire pour se trouver un emploi satisfaisant dans ce domaine.

 

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) biochimiste dans le secteur privé ayant 10 années d'expérience était de 57 900 $.

 

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) biochimiste dans le réseau de la santé ayant 10 années d'expérience était de 62 500 $.

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) chercheur(euse) en biochimie dans le secteur privé ayant 10 années d'expérience était de 65 000 $.

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) professeur(e) d'université en biochimie (titre agrégé) dans les universités ayant 10 années d'expérience était de 78 100 $.

En 2015, le salaire annuel moyen d'un(e) biochimiste clinicien(ne) dans le réseau de la santé ayant 10 années d'expérience était de 91 100 $.

 

Afin d’obtenir davantage d’informations sur les perspectives d’avenir, consulte également le site du Département de biochimie de l’Université de Montréal

 

ENTENTES DEC-BAC :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEC-BAC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de terminer la formation technique et ton baccalauréat dans un temps plus court, soit en 5 ans (au lieu de 6 ans) et obtenir les 2 diplômes.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

 

D.E.C.-BAC en biochimie :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA + Bacc en biochimie)

 

DEC-BAC en biologie médicale :

(DEC en technologie de laboratoire - biotechnologie 210.AA + Baccalauréat en biologie médicale)

 

DEC-BAC en biologie moléculaire et cellulaire :

(D.EC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA + Bacc en biologie moléculaire et cellulaire)

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires d'un D.E.C. dans une discipline en particulier de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans le cadre de son baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission n'est offerte lors de la demande.

 

aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA :

 

aux titulaires du DEC en technologie des analyses biomédicales 140.B0 :

 

aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - chimie analytique 210.AB :

 

aux titulaires du DEC en techniques de chimie-biologie (ancien programme 210.03) :

 

aux titulaires du DEC en techniques de laboratoire médical (ancien programme 140.01) :

 

aux titulaires d'un autre DEC :

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Tu aimerais combiner des études techniques en chimie avec des études universitaires en biochimie ?

 

Oui, c’est possible dans le cadre de programmes DEC-BAC en biochimie. Pour plus de détails, consulte les pages de technologue en chimie et technologue en biochimie

 

Le Baccalauréat spécialisé en biochimie B.Sc. (aussi appelé "biochimie de la santé" ou "biochimie-biotechnologie", "biochimie et médecine moléculaire") offert à McGill, Montréal, Laval, Sherbrooke, Concordia, UQAM, U.Q.T.R., Bishop et Ottawa a une durée totale de 3 ans offert à temps complet (sauf à Ottawa, et Moncton où il a une durée de 4 ans si études collégiales non suivies), mais également offert à temps partiel dans certaines universités.

 

Tu effectueras plusieurs travaux pratiques en laboratoire (acides nucléiques, biologie structurale, biophysique, bio-informatique, imagerie et microscopie, génétique, protéines et enzymologie, chimie organique, etc.).

 

Tu auras des cours obligatoires tels que : origine biochimique de la vie, biochimie structurale et énergétique, biologie cellulaire, laboratoire de chimie analytique et de spectroscopie, microbiologie générale, introduction à la profession de biochimiste, techniques analytiques, laboratoire de biochimie générale, chimie organique 1, thermodynamique chimique, métabolisme et régulation, chimie organique 2, spectroscopie en chimie organique, génétique moléculaire, laboratoire d'acides nucléiques, chimie bio-organique, protéines, enzymologie, laboratoire de protéines et d'enzymologie, chimie organique expérimentale 1 (théorie + labo), biochimie de la cellule, éléments de génomique, technologies de l'ADN recombinant, génétique humaine et médicale, biochimie expérimentale 1 (théorie + labo), introduction à la bio-informatique (théorie + labo), introduction à la biophysique, immunologie générale, macromolécules biologiques, laboratoire d'études des macromolécules biologiques, biochimie expérimentale 2 (théorie + labo), biochimie instrumentale (théorie + labo), biostatistiques, biologie moléculaire, introduction à l'assurance et au contrôle de la qualité en analyse chimique, communication et vulgarisation pour scientifiques, éthique et sécurité en biochimie, initiation à la recherche en biochimie, etc.

 

Dans plusieurs universités, tu devras réaliser un projet de recherche en biochimie (niveau baccalauréat) dans l'un des principaux champs de recherche de cette discipline selon tes intérêts (et s'il y a lieu, en lien avec la concentration choisie et/ou avec un stage).

 

Dans certaines universités, il y a un stage obligatoire ou optionnel (rémunéré ou non rémunéré) inclus au programme (UQAM : stage obligatoire de 4 mois, UQTR : stage optionnel de 3 à 4 mois, Montréal : stage obligatoire en milieu de travail pour le profil général ou stages de recherche obligatoire pour le profil honor, Laval : stages pratiques optionnels et/ou stages optionnels de recherche, Sherbrooke et Concordia : 3 stages obligatoires rémunérés de 3 à 4 mois pour le cheminement coopératif),

 

Eenfin, tu auras quelques cours optionnels à choisir parmi des listes proposées de cours en biochimie, chimie, microbiologie, biologie et sciences médicales.

 

Certaines universités proposent une concentration de spécialisation (Laval, Sherbrooke, Bishop, Ottawa), voir la section "particularités" ci-dessous pour plus de détails.

 

Chaque université propose des particularités, soit :

 

L'Université Bishop : propose un choix de 2 concentrations, soit biologie ou chimie,

 

Enfin, elle a conclu des ententes avec plusieurs universités partenaires permettant d'effectuer 1 session d'études à l'étranger, soit :

Albert-Ludwigs-Universität Freiburg en Allemagne,

Ludwig-Maximilians-Universität München en Allemagne,

l'Université Libre de Bruxelles en Belgique,

l'Université de Liège en Belgique,

l'Université de Fribourg en Suisse,

l'Université de Genève en Suisse,

l'Université de Lausanne en Suisse,

l'University of Hertfordshire en UK,

 

L'UQTR : son programme appelé "Bacc spécialisé en biochimie-biotechnologie" ne comporte pas de concentration, mais est axé sur les biotechnologies.

 

Contrairement aux programmes de biochimie des autres universités, celui offert par l'UQTR est davantage axé sur les biotechnologies étant doté d'une solide formation théorique dans les grands secteurs de la discipline dont la chimie, la biologie moléculaire, la biologie cellulaire, la microbiologie et l'immunologie et d'une solide formation expérimentale en facilitant l'apprentissage des différentes techniques modernes de laboratoire et l'utilisation de l'appareillage courant en recherche de pointe pour les diverses applications des biotechnologies, soit : la médecine, la pharmacologie, l'environnement, l'agronomie ou l'industrie alimentaire.

 

Un cheminement DEC-BAC en biochimie-biotechnologie en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc) est offert aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies des cégeps de Lévis-Lauzon, St-Hyacinthe et d'Ahuntsic.

 

Enfin elle a conclu une entente avec quelques universitaires partenaires de l'étranger permettant d'y effectuer 1 ou 2 session(s) d'études, soit :

 

Helmut-Schmidt-Universität en Allemagne,

Universidade Estadual de Campinas au Brésil,.

 

L'UQAM : les titulaires d'un DEC en technologie de laboratoire - biotechnologie (ou techniques de chimie-biologie) ou d'un DEC en technologie des analyses biomédicales (ou techniques de laboratoire médical) ou d'un DEC en technologie des procédés et qualité des aliments (ou transformation des aliments) peuvent bénéficier d'une passerelle leur permettant de se faire reconnaître jusqu'à 30 crédits dans le cadre du baccalauréat;

 

Son programme prévoit un stage obligatoire d'une durée d'un trimestre, rémunéré ou non, en fin de formation. Une banque de stages sera mise à ta disposition (parmi les employeurs qui y figurent, on retrouve des compagnies pharmaceutiques, des laboratoires d'analyse privés, des laboratoires agroalimentaires, des hôpitaux et des instituts de recherche),

Contrairement aux universités de Montréal et Mcgill, l'apprentissage dans les laboratoires se fait en petits groupes de trente étudiants ou moins.

Enfin, elle a conclu des ententes avec plusieurs universités partenaires permettant d'effectuer 1 session d'études à l'étranger, dont :

l'Universität Mannheim en Allemagne,

l'Humboldt Universität zu Berlin en Allemagne,

l'Université Libre de Bruxelles en Belgique,

l'Universidad de Sevilla en Espagne,

l'Université de Strasbourg en France,

l'Université de Fribourg en Suisse,

l'Université de Genève en Suisse,

l'University of Glasgow en UK,

l'Universidade Estadual de Campinas au Brésil;

 

L'Université de Sherbrooke : propose un programme appelé "Baccalauréat spécialisé en biochimie de la santé", entièrement consacré au domaine biomédical en offrant des concentrations à partir de la 3e année d'études (génétique médicale, génomique-protéomique, synthèse organique, cheminement Bacc-maîtrise intégré en biochimie, en plus de son cheminement sans concentration),

 

Un cheminement DEC-BAC en biochimie en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc) est offert aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies du Cégep d'Ahuntsic,

 

Elle offre également la possibilité de suivre le programme selon la formule en régime coopératif à temps complet permettant d'effectuer 3 stages rémunérés en milieu de travail d'une durée de 4 mois chacun,

Tu auras également la possibilité d'effectuer un stage d'1 session dans un laboratoire de recherche étranger (non rémunéré) dans le cadre de l'activité obligatoire "projet de recherche".

Enfin, son profil international offre la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université Claude Bernard Lyon 1 en France,
l'Università degli studi di udine en Italie,
Rikkyo University au Japon;

L'Université Concordia : offre 3 types de programmes de biochimie, soit : spécialisation, spécialisation avec projet de recherche ou majeure,

 

Ces programmes ne comportement pas de concentration, mais un grand choix de cours optionnels parmi des listes proposées,

 

Elle offre également la possibilité de suivre le programme selon la formule en régime coopératif à temps complet  permettant d'effectuer 3 stages rémunérés en milieu de travail d'une durée de 3 à 4 mois chacun,

 

Elle a conclu une entente avec plusieurs universités étrangères, permettant d'y effectuer une session d'études, dont :

 

Fachhochschule Furtwangen en Allemagne,

l'Université de Genève en Suisse,

Keele University en UK,

l'University of Hertfordshire en UK,

San Francisco State University aux USA,

California State University of Los Angeles aux USA,

California State University at Fullerton (près de Anaheim) aux USA,

California State University at Long Beach aux USA;

 

L'Université Laval : offre un cheminement DEC-BAC en biochimie en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc) est offert aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies du Cégep de Lévis-Lauzon ou du Cégep d'Ahuntsic,

 

De nombreuses passerelles sont offertes aux titulaires d'un D.E.C. technique dans d'autres disciplines permettant de se faire exempter quelques crédits du baccalauréat,

 

Elle offre un choix de plusieurs concentrations de spécialisation, soit : biochimie cellulaire et moléculaire, biochimie structurale et biophysique, biochimie professionnelle, sans concentration (avec parmi plus d'une vingtaine de cours optionnels) ou le profil entrepreneurial.

 

Elle offre la formule de stages Sigma+ de la Faculté des sciences et de génie consistant en des stages rémunérés de 12 semaines ou plus. Cette formule d’alternance travail-études fait partie des plus avantageuses et des plus flexibles au Québec : c'est toi qui détermineras le nombre de stages que tu voudras effectuer, ainsi que la ou les sessions pendant lesquelles tu les réaliseras, selon les conditions prévues dans le programme;

 

Enfin, son profil international offre la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université de Strasbourg en France,

l'Université de Poitiers en France,

l'Université Joseph Fourier - Grenoble 1 en France;

 

L'Université de Montréal : son programme appelé "Bacc spécialisé en biochimie et médecine moléculaire" est principalement axé sur le domaine biomédical préparant aux carrières en industrie biopharmaceutique, biomédicale ou des sciences de la santé, ainsi que pour des études supérieures dans le domaine de la santé.

 

Elle offre un cheminement DEC-BAC en biochimie en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc) est offert aux titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies du Cégep d'Ahuntsic ou du Cégep de St-Hyacinthe,

 

Elle propose un choix de 3 orientations de spécialisations dès la 2e année, soit : biochimie, médecine moléculaire ou génétique et génomique humaines, en plus de l'un des 2 cheminements particuliers, soit : cheminement "général" pour ceux qui se destinent vers le marché du travail comprenant 1 stage obligatoire en milieu de travail ou le cheminement  "honor" pour ceux qui poursuivront vers les études supérieures comprenant 2 stages obligatoires en laboratoire de recherche.

 

Elle a conclu une entente avec plusieurs universités étrangères dont certaines sont parmi les plus prestigieuses au monde, permettant d'y effectuer 1 ou session(s) d'études, dont :

 

l'Université Libre de Bruxelles en Belgique,

l'Université de Aix-Marseille en France,

l'Université catholique de Lille en France,

l'Université Claude Bernard Lyon 1 en France,

l'Université de Paris 5 - Denis Diderot en France,

l'Université de Tours - François-Rabelais en France (principalement dans le secteur médical),

l'Université de Versailles et St-Quentin-en-Yvelines en France,

l'Universidad Autónoma de Madrid en Espagne,

l'Universitat de Barcelona en Espagne,

l'Université de Genève en Suisse,

l'Université de Lausanne en Suisse,

l'University of Leeds en UK,

l'University of Westminster of London en UK,

Sophia University au Japon,

Columbia University aux USA,

l'University of Virginia aux USA;

 

L'Université Mcgill : quant à elle, offre un cheminement général avec un choix de plusieurs cours optionnels ou avec option de spécialisation en bio-informatique,

 

Elle offre également la possibilité de suivre un cheminement intégré baccalauréat-maîtrise en biochimie permettant de compléter ton baccalauréat et sa maîtrise en un délai plus court que les cheminements standard consécutifs.

 

Elle a conclu une entente avec plusieurs universités étrangères permettant d'y effectuer 1 ou session(s) d'études, dont :

 

Freie Universität Berlin en Allemagne,

l'Université de Strasbourg en France,

l'University of Zurich en Suisse,

l'Università Degli Studi di Salerno en Italie,

l'University College London (voir aussi le site de la Faculté des sciences de la vie) en UK,

l'University of Birmingham en UK,

l'University of Glasgow en UK,

l'University of Manchester en UK,

l'University of Melbourne en Australie,

Keio University au Japon,

l'University of Connecticut aux USA,

l'University of Virginia aux USA

 

Le Baccalauréat spécialisé en biologie moléculaire et cellulaire B.Sc. offert par l'Université de Sherbrooke a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet ou en régime régulier à temps partiel de 3½ ans en régime coopératif à temps complet (comprenant 3 stages rémunérés en milieu de travail de 4 mois chacun).

 

Programme principalement axé sur la biologie moléculaire et le génie génétique, il est offerte selon une approche selon une approche pédagogique innovatrice appelée l’apprentissage progressif vers l’autonomie (APA) sous forme de projets de laboratoire trimestriels. Il comprend des cours de biologie, de biochimie, de microbiologie, de chimie et de biologie cellulaire et moléculaire. Il prépare au marché du travail, mais également aux études supérieures dans tous les secteurs d'application impliquant les biotechnologies : clinique, biomédical et pharmaceutique, agroalimentaire, industriel et en environnement.

 

Il offre également possibilité de suivre un cheminement intégré baccalauréat-maîtrise en biologie cellulaire permettant de compléter ton baccalauréat et sa maîtrise en un délai plus court que les cheminements standard consécutifs.

 

Les titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies des cégeps de Shawinigan, Lévis-Lauzon, Ahuntsic ou St-Hyacinthe peuvent bénéficier un cheminement DEC-BAC en biologie moléculaire et cellulaire permettant de compléter le programme en 5 ans (3 ans pour le DEC + 2 ans pour le Bacc.).

 

Il comporte les cours obligatoires suivants : biologie cellulaire, biochimie générale 1, biochimie générale 1 - travaux pratiques, microbiologie générale, microbiologie générale - travaux pratiques, biométrie, introduction à la chimie organique, introduction à la génétique, physiologie animale, méthodes analytiques en biologie, biochimie générale 2, biochimie générale 2 - travaux pratiques, écologie générale, biologie végétale, projets de recherche en biologie végétale, biologie moléculaire, biologie moléculaire - travaux pratiques, immunologie générale, immunologie générale - travaux pratiques, outils bio-informatiques, signalisation cellulaire, techniques de biologie moléculaire, génie génétique 1, virologie générale, biochimie des protéines, biologie moléculaire et cellulaire 1, organismes modèles en génétique moléculaire - travaux pratiques, évolution et adaptations microbiennes, éléments d'endocrinologie moléculaire, biologie moléculaire et cellulaire 2, génétique avancée, biotechnologie des cellules eucaryotes et projet d'intégration en biologie moléculaire.

 

Tu devras également choisir 1 à 4 activités de recherche en biologie moléculaire comprenant une activité de préparation au projet et une activité d'initiation à la recherche (réalisation d'un projet de recherche de niveau baccalauréat).

 

Tu devras également choisir 4 à 9 cours optionnels parmi 20 cours proposés (ex : éléments de protéomique, éléments de génomique, biologie du développement humain et animal, pathogenèse clinique et moléculaire, virologie générale - travaux pratiques, interactions plantes-microorganismes, génétique moléculaire des plantes,  microbiologie alimentaire, microbiologie industrielle et biotechnologie, microbiologie des eaux et milieux extrêmes, les sols vivants, etc.).

Tu auras également la possibilité d'effectuer un stage d'1 session dans un laboratoire de recherche étranger (non rémunéré) dans le cadre de l'activité obligatoire "projet de recherche".

Enfin, elle offre la possibilité d'effectuer 1 ou 2 session(s) d'études dans une université partenaire de l'étranger, soit :

l'Université Claude Bernard Lyon 1 en France,
l'Università degli studi di udine en Italie,
Rikkyo University au Japon.   

Le Baccalauréat spécialisé en biologie médicale B.Sc. offert par l'U.Q.T.R. a une durée totale de 3 ans offert en régime régulier à temps complet seulement. Il propose une formation intégrée tant théorique que pratique dans le vaste domaine des sciences biomédicales couvrant plusieurs disciplines, soit : biochimie, sciences pharmaceutiques, biologie cellulaire et/ou moléculaire, épidémiologie, microbiologie-immunologie, chimie - spécialisation en chimie médicinale, etc.

 

Il prépare à intégrer le marché du travail pour une carrière dans l'industrie biomédicale ou pharmaceutique ou dans une entreprise de recherche clinique ou à l'enseignement collégial, ainsi qu'aux études supérieures dans l'un des nombreux domaines des sciences médicales fondamentales comme : microbiologie, microbiologie appliquée, microbiologie-immunologie, virologie-immunologie, épidémiologie, anatomie et biologie cellulaires, physiologie ou physiologie-endocrinologie, biochimie, pathologie et biologie cellulaires, médecine ou chirurgie expérimentale, recherche clinique, etc.

 

Tu devras suivre les cours obligatoires suivants : anatomie descriptive, histologie fonctionnelle : de la cellule aux tissus, physiologie humaine 1, biochimie 1, concepts de chimie appliquée (théorie + labo), biochimie 2, histologie : morphologie des systèmes, physiologie humaine 2, biochimie expérimentale 1 (théorie + labo), microbiologie médicale 1 (théorie + labo), biologie cellulaire, biologie moléculaire médicale (théorie + labo), microbiologie expérimentale (théorie + labo), microbiologie médicale 2 (théorie + labo), aspects fondamentaux de l'immunologie clinique (théorie + labo), laboratoire de technologies de l'ADN recombinant, pharmacologie : principes et pathologies et statistiques en sciences biomédicales.

 

Tu devras choisir 4 à 9 cours optionnels parmi 16 cours proposés (ex : embryologie humaine, génétique et oncologie moléculaires, endocrinologie moléculaire, virologie, épidémiologie et biométrie, microbiologie industrielle, physiologie de la reproduction, neurophysiologie, bio-informatique, etc.).

 

Tu devras également choisir 3 à 5 cours complémentaires en dehors du champs de spécialisation parmi l'ensemble des cours de 1er de l'UQTR accessibles comme cours complémentaires (ex : chimie de l'environnement, communication et prise en charge des risques, introduction à la médecine humaine, pourquoi le cancer ?, drogues et criminalité, communication et vulgarisation, communication en anglais, etc.).

 

Enfin, tu pourras également remplacer quelques crédits optionnels et complémentaires par un stage facultatif en biologie médicale (rémunéré ou non rémunéré) d'une durée de 4 mois à temps complet (dernier trimestre) dans un milieu de travail parmi plus de 200 milieux de stages retrouvés principalement au Québec mais aussi dans le reste du Canada, aux États-Unis et en Europe.

 

Le Baccalauréat bidisciplinaire en biologie et chimie offert à l'Université Mcgill a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Comme le nom le dit, ce programme combine une formation en biologie avec une formation en chimie. Tu auras aussi des cours en chimie tels que : introduction à la chimie organique, chimie analytique, chimie inorganique, propriétés et structures moléculaires, ainsi que quelques cours optionnels, etc. Tu auras des cours en mathématiques tels que : calcul 3, algèbre linéaire, vecteurs, matrices et géométrie, équations différentielles ordinaires, probabilités, statistique, etc. Tu auras des cours en biologie tels que : biologie générale, microbiologie générale, écologie générale, écologie appliquée, écologie des végétaux, biologie cellulaire, biologie moléculaire, anatomie et physiologie animales, anatomie et physiologie végétales, étude des problèmes environnementaux, etc.

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

La majorité des employeurs exigent d’avoir complété une maîtrise en chimie ou dans une discipline connexe. Il est même possible que tu te rendes jusqu’au doctorat en chimie ou dans une spécialité connexe et devenir chercheur(e) ou professeur(e) d’université en biochimie.

 

Après avoir terminé tes études de baccalauréat, tu pourras soit te diriger vers le marché du travail ou poursuivre tes études au niveau des études supérieures dans l’un des programmes suivants :

Si tu désires enseigner les sciences au secondaire, il est possible d'entreprendre des études au niveau de la maîtrise en enseignement secondaire (concentration en enseignement des sciences et technologie) offerte dans les universités suivantes :

 

Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Université Mcgill, UQAM et U.Q.T.R.

Ces programmes permettent d'obtenir le permis d'enseignement délivré par le Ministère de l'Éducation du Québec.

Pour plus de détails, consulte la page de professeur de sciences et technologie

 

Si tu désires enseigner la chimie au collégial préuniversitaire ou les techniques de biologie au collégial technique, il est possible d'entreprendre des études au niveau du 2e cycle dans l'un des programmes suivants :

 

maîtrise enseignement collégial offerte à Sherbrooke (aussi offert en ligne),

maîtrise en éducation - concentration en didactique offerte à l'UQAM,

maîtrise en didactique offerte à Montréal,

maîtrise en didactique (concentration en didactique de l'enseignement professionnel et technique) offerte à Laval,

maîtrise en éducation-didactique offerte à U.Q.T.R.,

D.E.S.S. en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
D.E.S.S. en enseigement collégial offert à Laval,
D.E.S.S. en enseignement collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. en éducation et formation des adultes offert à l'UQAM,
Certificat d'études supérieures en enseignement post-secondaire offert à Ottawa,
Microprogramme en formation à l'enseignement post-secondaire à Montréal (voir aussi la page suivante),
Microprogramme en formation initiale en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Microprogramme en insertion professionnelle en enseignement collégial offert à Sherbrooke,
Graduate Certificate in College Teaching offert à Sherbrooke,

Programme court en pédagogie de l'enseignement supérieur offert à l’UQAM,
Programme en court en intervention éducative - concentration au collégial offert à l'UQAC,

D.E.S.S. de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat),

Microprogramme de 3e cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur à Sherbrooke (pour titulaires du doctorat)

 

Pour plus de détails, consulte la page de professeur au collégial

 

Si tu désires enseigner la biochimie à l'université, tu devras compléter un doctorat en biologie + une formation post-doctorale au sein d'un centre de recherche en lien avec le champ d'expertise de ton choix. Pour plus de détails, consulte la page de professeur d'université.

Note : consulte également la page suivante où des organismes de recherches en biochimie ont été répertoriés.

 

La Maîtrise en biochimie M.Sc. offerte à Montréal, Laval, Mcgill, Sherbrooke, UQAM, Concordia et Ottawa a une durée toale d’1½ ans à 2 ans à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel. Elle permet d’acquérir des connaissances plus poussées dans un secteur spécifique de la biochimie (relié au domaine de la santé ou autres domaines des sciences).

 

Elle comporte des cours en biologie moléculaire et cellulaire, méthodologie de la recherche en biochimie, séminaire de recherche en biochimie, ainsi que quelques cours optionnels en biochimie parmi une liste proposée.

 

La plus grande partie du programme est consacré à la réalisation d’un projet de recherche appelé « mémoire de maîtrise » sur un champ de recherche spécifique à la biochimie (ex : maladies infectieuses chez les humains, immunologie et transplantation, génétique de la résistance aux antibiotiques, structure moléculaire des protéines, structures et fonctions des cellules du cerveau, microbiologie buccale, maladies infectieuses chez les animaux, maladies infectieuses chez les plantes, biologie moléculaire des plantes, biochimie des plantes, biochimie des arbres, biochimie du lait, génie génétique, etc).

 

La Maîtrise en biologie ou médecine cellulaire et/ou moléculaire M.Sc. a une durée totale d’1 an offert à temps complet, mais peut aussi être suivi à temps partiel dans certaines universités. Ce programme est offert à Laval (biologie cellulaire et moléculaire), Montréal (biologie moléculaire), Sherbrooke (biologie cellulaire), UQTR (biologie cellulaire et moléculaire), Concordia (biologie - concentration en biologie cellulaire et moléculaire) et Ottawa (médecine cellulaire et moléculaire). Elle vise à fournir des connaissances approfondies sur le fonctionnement et la structure des cellules humaines et les mécanismes de fonctionnement du corps humain du point des moléculaires.

 

Elle comporte des cours tels que : séminaire obligatoire en biologie cellulaire et moléculaire, structure et expression du génome, régulation moléculaire et dynamique structurale, la conduite responsable de la recherche et éthique, ainsi que quelques cours optionnels parmi une liste proposées. La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de la biologie cellulaire et moléculaire tel que :

 

mécanismes cellulaires et moléculaires de l’action de l’insuline, développement des techniques en immunothérapie, culture cellulaire et tissulaire humaines, reconstruction d’organes humains, études des cellules cancéreuses, génétique moléculaire des maladies neurologiques, génétique moléculaire des maladies mentales, biologie moléculaire des maladies neurodégénératives, génétique moléculaire de la maladie infantile, génétique cellulaire de l’embryon humain, etc.

 

La Maîtrise en virologie et immunologie M.Sc. offerte à l’I.N.R.S.-Armand-Frappier a une durée totale d’1½ an offert à temps complet. Elle vise à former des spécialistes sur les différents aspects de la virologie et de l’immunologie chez les humains, les animaux ou les végétaux. Il comporte en virologie avancée, immunologie avancée, relations hôte-virus, méthodologie de la recherche et 2 séminaires de recherche en virologie-immunologie. La plus grande partie du programme est consacrée à la réalisation d’un projet de recherche d’importance en microbiologie appelé « mémoire de maîtrise » dans un champ spécifique de recherche de la virologie-immunologie (ex : maladies infectieuses chez les humains, rejet des greffes, immunothérapie et cancer, maladies infectieuses chez les animaux, maladies infectieuses chez les végétaux, etc).

 

Il existe également plusieurs autres programmes de maîtrise où il te sera possible de poursuivre tes études :

 

Pour plus de détails, consulte la page sur les études supérieures en sciences où les programmes en sciences pures y sont décrits, ainsi que la page suivante où les programmes en sciences de la santé y sont décrits

Il existe aussi d'autres programmes de 1er ou de 2e cycle (diplômes) permettant de te perfectionner dans un autre spécifique en lien avec la chimie. Voici quelques exemples :

De plus, les meilleurs étudiants et étudiantes au baccalauréat pourront exceptionnellement entreprendre des études de doctorat en biochimie,  microbiologie-immunologie ou certaines spécialités connexes.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

Note : pour les exigences d’admissions des universités d’Ottawa, Moncton et C.M.R., vérifie auprès de l’université choisie.

 

Pour les admissions au baccalauréat en bio-informatique, voir la profession de
bio-informaticien.

 

Pour les admissions au baccalauréat en biotechnologie, voir la profession de biotechnologiste.

 

Note : sauf mention contraire, ces exigences concernent le baccalauréat en biochimie

  1. Soit détenir le Baccalauréat international en sciences de la nature
    (totes les universités)

  2. Soit détenir un D.E.C. intégré en sciences, lettres et arts et avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents, s'il y a lieu :

    00XV (chimie 202);
    00XU (biologie 401)
    (Montréal)

    00XV (chimie 202)
    (UQÀM et Mcgill)


    aucun autre cours supplémentaire requis
    (toutes les autres universités)

  3. Soit détenir un D.E.C. en sciences de la nature ou en sciences pures et appliquées et avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents, s'il y a lieu :

    00XV (chimie 202);
    00XU (biologie 401)
    (Montréal)

    00XV (chimie 202)
    (UQÀM et Mcgill)


    aucun autre cours supplémentaire requis
    (toutes les autres universités)

  4. Soit détenir un D.E.C. en techniques de la chimie (anciens et nouveaux programmes qui débutent par 210) et avoir réussi le(s) cours ou avoir atteint le(s) objectif(s) suivant(s) ou leur équivalents, s'il y a lieu :

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université pour les cours manquants

    (Laval pour titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA ou du DEC en technologie de laboratoire - chimie analytique 210.AB)

    00UP (maths 203);
    00UK (biologie 301)
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université pour les cours manquants
    (Laval pour titulaires du DEC en technologie du génie chimique 210.02)


    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UR et 00US (physique 101 et 201);
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université pour les cours manquants
    (Sherbrooke pour ses bacc en biochimie et en chimie pharmaceutique : pour titulaires du DEC en techniques des procédés chimiques 210.B0)


    00UN (maths 103) non obligatoire, mais fortement recommandé
    ou suivre ce cours offert par l'université en début de programme
    (U.Q.T.R. pour titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA ou du DEC en technologie de laboratoire - chimie analytique 210.AB)

    aucun cours préalable supplémentaire exigé

    (Montréal pour titulaires du DEC technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA seulement)

    (Sherbrooke pour ses bacc en biochimie et en chimie pharmaceutique : pour titulaires du DEC en technologie de laboratoire - chimie analytique 210.AB ou du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA ou du DEC en technologie du génie chimique 210.02)

    (Laval pour titulaires de l'ancien DEC en techniques de chimie-biologie 210.03)


    (UQAM pour titulaires du DEC en technologie de laboratoire - biotechnologies 210.AA ou du DEC en technologie de laboratoire - chimie analytique 210.AB)

  5. Soit détenir un D.E.C. en techniques physiques (autres qu'en techniques de la chimie) ou en techniques biologiques et de la santé et avoir réussi le(s) cours ou avoir atteint le(s) objectif(s) suivant(s) ou l'équivalent :

    00UN, 00UQ et 00UP (maths 103, 105 et 203);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301);
    00UL, 00UM et 00XV (chimie 101, 201 et 202);
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université

    (Montréal)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UR et 00US (physique 101 et 201)
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université
    (Laval pour titulaires du DEC en technologie des analyses biomédicales 140.B0 ou du DEC en techniques de santé animale 145.A0 ou 145.06 ou du DEC en techniques du milieu naturel - spécialisation en santé animale 147.01)


    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UR et 00US (physique 101 et 201)
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université
    (Laval pour titulaires du DEC en techniques de laboratoire médical 140.01)


    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301);
    00UK (biologie 301)
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université
    (Laval pour les titulaires d'un autre programme)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301);
    00UL, 00UM et 00XV (chimie 101, 201 et 202);
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université
    (UQAM)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301)
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université
    (UQTR)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UR et 00US (physique 101 et 201);
    (Sherbrooke pour ses bacc en biochimie et chimie pharmaceutique : pour titulaires du DEC en technologie des analyses biomédicales 140.B0)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UK (biologie 301);
    1 cours de physique
    (Sherbrooke pour ses bacc en chimie et en chimie pharmaceutique : pour titulaires d'un autre DEC en techniques physiques)

  6. Soit détenir tout autre D.E.C. et avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents :

    00UN, 00UQ et 00UP (maths 103, 105 et 203);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301);
    00UL, 00UM et 00XV (chimie 101, 201 et 202);
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université

    (Montréal)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301);
    00UL, 00UM et 00XV (chimie 101, 201 et 202);
    ET cote R de 21,000 ou +
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université
    (UQAM)


    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301);
    00UK (biologie 301)
    (Concordia, Mcgill, Laval, Sherbrooke)

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UR, 00US et 00UT (physique 101, 201 et 301)
    ou suivre une formation préparatoire offerte par l'université
    (UQTR)


    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UR et 00US (physique 101 et 201);
    00UK (biologie 301)
    (Bishop)

  7. Soit avoir réussi un minimum de crédits universitaires au moment de la demande (de préférence en sciences ex : certificat en écologie, environnement, etc) et posséder les cours collégiaux ou universitaires équivalents aux cours de la section "détenir tout autre DEC" :

    (15 crédits à l'UQAC et 30 crédits  à Montréal, Laval, UQAM, UQTR, UQAR, Concordia et Bishop)

    OU
    détenir l'un des certificats suivants : analyse chimique, énergie, sciences et techniques de l'eau, sciences de l'environnement, biotechnologie, sciences des aliments ou l'équivalent + avoir réussi les cours ou avoir atteint les objectifs suivants ou leurs équivalents :

    00UN et 00UP (maths 103 et 203);
    00UL et 00UM (chimie 101 et 201);
    00UK (biologie 301)
    (UQAM)

  8. Soit détenir un diplôme universitaire de 1er cycle en sciences pures ou en sciences appliquées ou en génie et posséder les connaissances équivalentes à :

    1 cours collégial en mathématiques et 1 cours collégial en chimie
    (UQÀM)

  9. Soit être âgé d'au moins 21 ans, détenir le D.E.S. ou son équivalent, avoir quitté le système scolaire depuis plus de 2 ans et détenir une combinaison de scolarité et d'expérience jugée équivalente  dans un domaine relié à la chimie (en laboratoire, en enseignement, etc.) et avoir réussi les équivalents des cours collégiaux mentionnés dans la section "détenir tout autre DEC"

    (toutes les universités, sauf Mcgill et Concordia)

  10. Pour les candidats de l’Ontario : détenir le Certificat d’études secondaires de l’Ontario et avoir réussi des cours universitaires équivalents à ceux mentionnés ci-dessus. Pour connaître les équivalences de préalables, voir la page suivante

  11. Pour les candidats du Nouveau-Brunswick : détenir le Diplôme d’études secondaires du Nouveau-Brunswick et avoir réussi des cours universitaires équivalents à ceux mentionnés ci-dessus. Pour connaître les équivalences de préalables,
    voir la
    page suivante

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

À l’automne 2018 :

 

Ce programme est contingenté dans les universités suivantes :

 

UNIVERSITÉS

DEMANDES

PLACES

TAUX

D’ADMISSION

EN %

COTE R
dernier candidat admis
COTE R en 2017 COTE R en 2016 COTE R en 2015 COTE R en 2014 COTE R en 2013
Montréal

808

121

15

25,000 25,839 25,087 25,352 25,352 25,352
Sherbrooke

220

60

27

N-D N-D N-D N-D N-D N-D

N-D = donnée non disponible

Le programme est également contingenté à Ottawa :

cette université ne prend pas en considération la cote R, elle calcule plutôt une moyenne d'admission à partir de tous les cours complétés dans une même année (secondaire 5 ou collégial).
La moyenne d'admission pour biochimie doit se situer entre 74 % et 76 %, alors que pour sciences biopharmaceutiques, elle doit se situer entre 72 % et 77 %.

Aucun contingentement dans les autres universités (UQAM, U.Q.T.R., Bishop, Concordia et Mcgill) :

 

Les candidats(es) admissibles (qui répondent aux exigences d'admission) sont généralement admis

 

La cote R du dernier candidat(e) admis en 2018 était de :

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d’automne et d’hiver à Laval, UQAM et U.Q.T.R.

Les admissions sont ouvertes aux trimestres d’automne seulement à Montréal, Mcgill, Sherbrooke et Ottawa

Sources : Université de Montréal, Université de Sherbrooke, Université Mcgill et Université Concordia

 

ENDROITS DE FORMATION 

Qu'est-ce que l’alternance travail-études (aussi connu sous "régime coopératif") ?

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu désires avoir l’avis de biochimistes sur leur profession ?, alors va voir les vidéos suivants :

  • l'entrevue avec Laurence, étudiante au baccalauréat en biochimie de la santé à l'Université de Sherbrooke et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • l'entrevue avec Léanne Racicot, étudiante au baccalauréat en biochimie à l'UQAM et réalisée par l'UQAM;

  • l'entrevue avec Marie-Josée Toulouse, biochimiste et étudiante à la maîtrise en biochimie à l'Université Laval et réalisée par la Faculté des sciences et génie de l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Caroline Descoteaux, B.Sc. biochimie, étudiante au doctorat en biophysique et biologie cellulaires à l'UQTR et réalisée par l'UQTR;

  • l'entrevue avec Frédéric Couture, étudiant au doctorat en biochimie de l'Université de Sherbrooke et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • une entrevue avec Catherine Bélanger, étudiante au doctorat en biochimie à l'UQAM qui explique ses recherches en génétique chez les vertébrés (animaux et humains) dans le cadre du concours "La preuve par l'image" et réalisée par l'ACFAS;

  • l'entrevue avec Tatiana Cardinal, étudiante au doctorat en biochimie au sein du Centre de recherche Biomed à l'UQAM qui explique ses recherches sur le système nerveux de l'intestin dans le cadre du concours "La preuve en images" et réalisée par l'ACFAS;

  • l'entrevue avec Marie-France Marin, B.Sc. biochimie, étudiante au doctorat en sciences neurologiques à l'Université de Montréal et réalisée par le magazine Jobboom;

  • un vidéo réalisé par André Charbonneau; B.Sc. biochimie et M.Sc. sciences dentaires, étudiant au doctorat en sciences de la santé craniofaciales à l'Université Mcgill qui nous explique ses recherches dans le développement d'un biomatériau pour diverses applications en ingénierie des tissus et présenté par le CNRSNG;

  • l'entrevue avec Dr Alexandre Pratt, B.Sc. (biochimie), M.Sc. (physiologie), M.D. et Ph.D. neurosciences, neurologue, professeur titulaire de neurosciences à l'Université de Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la sclérose en plaques, chercheur régulier, directeur-adjoint scientifique et responsable de l'axe neurosciences au Centre de recherche du CHUM, directeur du Laboratoire de neuroimmunologie du CHUM, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la sclérose en plaques et réalisée par Québec Science;

  • les entrevues avec Marie-Claude Routhier, Martin Bisaillon, Cynthia, Camille et Jasmin (et les vidéos suivants pour la suite des entrevues : vidéo #2, vidéo #3, vidéo #4vidéo #5 et vidéo #6; la première est Ph.D. biochimie, professeure titulaire de biochimie et coordonnatrice du programme; le second est Ph.D. biochimie, professeur titulaire de biochimie et directeur du départementet les derniers sont étudiants au baccalauréat en biochimie de la santé à l'Université de Sherbrooke et réalisées par l'Université de Sherbrooke;

  • les entrevues avec Joanne Paquin, Sharon Harel et Amadou Oury Diallo; la première est Ph.D. biochimie, professeure titulaire de biochimie, la seconde est étudiante à la maîtrise en biochimie et le troisième est étudiant au doctorat en biochimie à l'UQAM et réalisées par l'UQAM;

  • l'entrevue avec Robert Bellini, B.Sc. en biochimie, président et chef de direction de Bellus Santé, une entreprise de biotechnologies de Laval spécialisée dans le développement de médicaments pour le traitement de maladies rares et réalisée par Inspiro-Médias;

  • l'entrevue avec Diane Séguin, B.Sc. biochimie et M.Sc. biologie, biologiste judiciaire et directrice du département de biologie judiciaire au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec présentée par le journaliste Hugo Bourgoin de l'émission TVA Nouvelles et réalisées, produites et diffusées par le Groupe TVA;

  • l'entrevue avec Jacinthe Prévost, M.Sc. physiologie-endocrinologie, biologiste judiciaire au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec présentée par le journaliste Hugo Bourgoin de l'émission TVA Nouvelles et réalisées, produites et diffusées par le Groupe TVA;

  • l'entrevue avec Katherine Borden; B.Sc. (biologie cellulaire) et Ph.D. biochimie (biologie moléculaire), professeure titulaire en pathologie à l'Université de Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biologie moléculaire du noyau cellulaire, chercheure en biologie du cancer dans la leucémie à l'Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'Université de Montréal IRIC et réalisée par la Société canadienne de la leucémie et du lymphome (en anglais);

  • l'entrevue avec Xavier Roucou, Ph.D. biochimie, professeur titulaire de biochimie à l'Université de Sherbrooke, responsable du Roucou Lab de l'Université de Sherbrooke et chercheur au Centre de recherche du CHUS qui explique ses recherches sur des découvertes de nombreuses protéines et réalisée par Québec Science;

  • l'entrevue avec Hélène Duchesne, Ph.D. biochimie, biochimiste clinicienne à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec et réalisée par la Faculté des sciences et génie de l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Émilie Cossette, Ph.D. biochimie et chercheur au Laboratoire de chimie médicinale de l'Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l'Université de Montréal situé à l'Institut Néomed à Laval et réalisée par l'Ordre des chimistes du Québec;

  • l'entrevue avec Rebekah Carson, PhD. chimie, chimiste médicinal et associée de recherche chez Boehringer Ingelheim et réalisée par Pharmabio Développement, le Comité sectoriel de la main-d'oeuvre de l'industrie pharmaceutique du Québec;

  • l'entrevue avec Sarah Noël, Ph.D. chimie organique, biologie judiciaire au Laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légale du Québec et réalisée par Sciences Plus;

  • l'entrevue avec Valérie De Rop, M.Sc. biochimie et Ph.D. biologie cellulaire, biochimiste et assistante de recherche au Centre de recherche du CHUM et réalisée par Sciences Plus;

  • les entrevues avec Frédéric Leduc et Simon Gaudreau, le premier est Ph.D. en biochimie, président, co-fondateur et coquetier en chef et le second est Ph.D. en immunologie, vice-président, co-fondateur et directeur scientifique de Immune Biosolutions, une entreprise de Sherbrooke en Estrie spécialisée en recherche et développement d'anticorps pour la recherche biomédicale et réalisée par Sherbrooke Innopôle;

  • l'entrevue avec Kessen Patten, Ph.D. biochimie, chercheur et stagiaire postdoctoral en biologie cellulaire (maladies musculo-squelettiques) au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et réalisée par le CHU;

  • l'entrevue avec Joanne Paquin Ph.D. biochimie, professeure de biochimie à l'UQAM et chercheur au Laboratoire de neuroendocrinologie développementale au Centre de recherche biomed et réalisée par l'UQAM;

  • l'entrevue avec Éric Asselin, Ph.D. biochimie, professeur de biochimie à l'UQTR, directeur du Groupe de recherche en oncologie et endocrinologie moléculaires et titulaire de la Chaire de Recherche du Canada en Gynéco-Oncologie Moléculaire et réalisée par l'UQTR;

  • l'entrevue avec Marc Beauregard, Ph.D. biophysique, professeur de biochimie à l'UQTR et chercheur en biotechnologie des protéines et enzymologie industrielle au Centre de recherche sur les matériaux cellulosiques et réalisée par l'UQTR;

  • l'entrevue avec Xavier Roucou, Ph.D. chimie, chimiste et professeur de chimie  à l'Université de Sherbrooke et chercheur en biochimie des protéines au Centre de recherche du CHUS et réalisée par l'Université de Sherbrooke;

  • l'entrevue écrite avec Daniel Lafontaine, Ph.D. biochimie, professeur titulaire de microbiologie et génétique et responsable de propre laboratoire et chercheur au Centre de recherche RiboClub à l'Université de Sherbrooke;

  • l'entrevue avec Josée Coutu, Ph.D. biochimie, professeure adjointe de biochimie et coordonnatrice des laboratoires d'enseignement en biochimie à l'Université d'Ottawa et réalisée par l'Université d'Ottawa;

  • l'entrevue avec Julie Fradette, B.Sc. biochimie, Ph.D. biologie cellulaire et moléculaire, professeure en biologie cellulaire à l'Université Laval et moléculaire chercheure au Centre de recherche en organogenèse expérimentale LOEX au CHU de Québec et réalisée par la Faculté de médecine de l'Université Laval;

  • l'entrevue avec Mari Kaartinen, Ph.D. biochimie, professeure agrégée à la Faculté de médecine dentaire de l'Université Mcgill, chercheuse au Centre de recherche sur le tissu osseux et le parodonte, et réalisée par l'Université Mcgill (en anglais);

  • l'entrevue avec Pierre jr Morin, Ph.D. biochimie, professeur de biochimie à l'Université de Moncton et chercheur en signalisation cellulaire au Beatrice Hunter Cancer Research Institute à Halifax et réalisée par le Conseil étudiant de chimie et biochimie de l'Université de Moncton;

  • l'entrevue avec Dr Jean-Claude Forest, M.D. et Ph.D. biochimie, médecin biochimiste, chef du service de biochimie médicale au CHU de Québec, professeur titulaire de biochimie à l'Université Laval, chercheur sur les marqueurs biologiques et directeur du site St-François-d'Assise au Centre de recherche du CHU de Québec et réalisée par le Fonds de recherche en santé du Québec;

  • la vidéo promotionnelle de la profession d'"officier des sciences biologiques" (chercheur) réalisée par les Forces canadiennes;

Pour une liste d'industries chimiques et pétrochimiques, consulte le portrait de l'industrie chimique et pétrochimique

Pour une liste d'industries pharmaceutiques et cosméceutiques, consulte le portrait de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique

Pour une liste d'entreprises biotechnologiques, consulte le Portrait de l'industrie biotechnologique

Pour une liste d'industries agroalimentaires, consulte le portrait de l'industrie agroalimentaire

Pour une liste d'organismes de recherche en sciences, consulte la page suivante

Pour une liste d'organismes de recherche en santé, consulte la page suivante

 

infos sur les carrières en biochimie :

organismes de loisir scientifique :

musées et centres d'expositions scientifiques :

 

Retour à page du secteur chimie et biotechnologies

Retour à la page d'accueil