Retour à la page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page du secteur électrotechnique

Retour à la page d’accueil

 

 

SECTEUR : ÉLECTROTECHNIQUE

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

ÉLECTRICIEN(NE) en BÂTIMENT

ÉLECTRICIEN(NE) en ENTRETIEN INDUSTRIEL

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

Va voir également la section « liens recommandés » à la fin de cette page (dont des électriciens qui parlent de leur travail).

  

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’électricien ou électricienne en construction; tu seras responsable d’installer, de mettre en service et d’entretenir diverses installations et réseaux électriques de bâtiments résidentiels, commerciaux, industriels et institutionnels.

Tu pourras installer des systèmes de chauffage, des boîtes électriques des systèmes avertisseurs, des transformateurs, des moteurs électriques, des luminaires et le réseau de câblage dans les bâtiments.

 

Tu auras pour tâches de :

Il y a plusieurs secteurs où tu pourras être appelé(e) à travailler :

-         construction résidentielle

-         construction commerciale et institutionnelle

-         construction industrielle

-         rénovation résidentielle

-         rénovation commerciale, industrielle et institutionnelle

-         Vérification d’installations de distribution (pour Hydro-Québec)

En tant qu'électricienne ou l’électricien d’entretien industriel; tu seras responsable d’entretenir et de réparer les systèmes électriques dans les industries. Il ou elle doit s’assurer de leur bon état de fonctionnement en effectuant des vérifications régulières ou périodiques

 

Tu auras pour tâches de :

La plupart des industries automatisées, les industries non automatisées, mais également les organisaitons qui utilisent des machines et équipements électriques, les municipalités (notamment pour les stations de traitement des eaux et les incinérateurs), Hydro-Québec (secteurs distribution, transport et production), les entreprises d'entretien d'équipements industriels et les distributeurs et grossistes d'équipements électriques ont tous besoin d'électriciens d'entretien.

 

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-    Aptitudes pour comprendre facilement des plans, devis et croquis de bâtiments ou de machines

-    Bonne condition physique

-       Bonne acuité visuelle et auditive

-       Bonnes habiletés manuelles et bonne dextérité manuelle car tu auras à effectuer des réparations de toutes sortes

-       Esprit méthodique et d’analysee pour analyser et trouver rapidement une défectuosité ou tout autre problème

-       Minutie et précision et souci du détail car tu auras souvent à réparer des petites pièces ou des pièces délicates

-       Sens de l’observation et de l'initiative car tu devras agir dès que tu détecteras une défectuosité et lors de la vérification de l’état des systèmes

-       Capacité de travailler sous pression car tu devras être capable de faire des réparations rapidement mais efficacement (en usine)

-       Facilité au travail en équipe car tu auras à travailler en collaboration avec d'autres électriciens et autres métiers sur les chantiers de construction ou tu auras à travailler en collaboration avec d'autres électriciens, des électromécaniciens, des mécaniciens d'entretien et des opérateurs de machines (en usine)

-       Connaissance de l’anglais est nécessaire pour bien comprendre les manuels d’entretien des appareils et équipements souvent dans cette langue

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-       Apprenti-électricien(ne) de construction (en début de carrière)

-    Électricien(ne) de marine (Forces armées) formation offerte par les Forces

-       Estimateur(trice) en électricité

-    Jointeur(euse) (Hydro-Québec)

-       Maître-électricien(ne)

-    Ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien

-    Technicien(ne) de groupes électrogènes (Forces armées) formation offerte par les Forces

-       Vérificateur(trice) d’installations électriques

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-       À ton propre compte

-       Entrepreneurs électriciens

-       Entrepreneurs généraux en construction

-       Entreprises en rénovation

-       Entreprises privées en distribution et production d'électricité

-      Distributeurs et grossistes en équipements électriques de distribution et transport d'électricité

-       Forces armées (voir section professions apparentées)

-       Gouvernements (Société immobilière du Québec par exemple)

-       Hydro-Québec (chantiers hydroélectriques)

-       Municipalités (entretien des bâtiments municipaux)

EXIGENCES DU MARCHÉ DU TRAVAIL :

 

-       Détenir la carte de compétence est obligatoire, en début de carrière, tu travailleras en tant qu’apprenti(e) et tu n’obtiendras ta carte de compagnon seulement après avoir effectué un minimum de 8 000 heures de travail comme apprenti(e) (environ 4 ans).
Voir les détails auprès de la Commission de construction du Québec.

 

-    Mobilité un peu partout au Québec

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Connaissance de l’anglais

-         Polyvalence

-         Facilité d’adaptation aux nombreux changements technologiques

-    Grande disponibilité pour les travaux sur chantier en période estivale

-    Mobilité partout au Québec est souvent nécessaire en construction

-    Travail sur quarts (jour/soir/nuit/weekend) en usine 

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2017 :  

Le placement est bon, 68 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travaillont obtenu un emploi reliéont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité sont  à temps complet.

Quelques autres répondants(es), soit 10 % ont choisi de poursuivre leurs études au DEP en électromécanique ou au DEP en mécanique industrielle ou au collégial en technologie de l'électronique industrielle ou technologie de la mécanique du bâtiment.

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

743 457 421 74

 

Note 1 : baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 68 % en 2015; 77 % en 2013 et 76 % en 2011).

 

Note 2 : hausse du nombre de répondants(es) poursuivant leurs études, notamment au DEP en électromécanique ou au DEP en mécanique industrielle.

 

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2019 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Dans le secteur de la construction :

 

-         18,93 $/hre en tant qu’apprenti(e) et augmente à 37,85 $/hre en tant que compagnon dans la construction ou rénovation résidentielle légère

 

-         20,01 $/hre en tant qu’apprenti(e) et augmente à 40,02 $/hre en tant que compagnon dans la construction ou rénovation résidentielle lourde

-         20,22 $/hre en tant qu’apprenti(e) et augmente à 40,43 $/hre en tant que compagnon dans la construction commerciale, industrielle et institutionnelle ou rénovation commerciale

-         20,23 $/hre en tant qu’apprenti(e) et augmente à 40,45 $/hre en tant que compagnon dans la construction de génie civil (infrastructures routières, éoliennes, électriques ou de communiations)

  

-         21,68 $/hre en tant qu’apprenti(e) et augmente à 43,35 $/hre en tant que compagnon dans la construction industrielle lourde (ex : infrastructures minières)

 

Note 1 : Cependant, dans le secteur de la construction le salaire annuel moyen comme apprenti(e) au cours de sa première année était de 25 500 $ (hausse par rapport aux années précédentes : était de 24 000 $ en 2015; 25 055 $ en 2013 et 24 208 $ en 2011).

 

Note 2 : dans le secteur de la construction, les salaires sont établis selon les conventions collectives.

 

Secteur privé hors-construction :  

 

Voir aussi les données salariales du métier d'ouvrier certifié d'entretien

 

Autres milieux :

-     20,08 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'électricien(ne) au sein des PME

-         22,04 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) dans les grands établissements hôteliers 4 ou 5* (extérieur de Montréal)

-         24,54 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) dans les grandes résidences privées pour aînés

-         27,37 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) dans les grands établissements hôteliers 4 ou 5* (Île de Montréal)

-    913,00 $/semaine en tant que représentant(e) technique pour un distributeur en matériel ou en appareillage électrique

Secteur industriel :

-     20,08 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'électricien(ne) au sein des PME

-         22,04 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) dans les grands établissements hôteliers 4 ou 5* (extérieur de Montréal)

-    22,60 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 23,53 $/heure par la suite en tant qu'assembleur(euse) de circuits au sein des grands manufacturiers de matériel électrique

-    23,75 $/heure (375, ou 40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machines d'assemblage de circuits au sein des grands manufacturiers de matériel électrique

-    24,18 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) au sein les grands manufacturiers de machines et équipements industriels

-    24,47 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 26,45 $/heure par la suite en tant qu'électricien(ne) au sein des grands manufacturiers de produits aérospatiaux

-         24,81 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 26,83 $/heure en tant que compagnon électricien(ne) au sein des grandes industries de transformation des produits forestiers

-       25,47 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) au sein des grands manufacturiers de produits en fabrication métallique industrielle

-         25,70 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) au sein des grands manufacturiers de matériel de transport terrestre (routier ou ferroviaire)

-         26,34 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'électricien(ne) au sein des grands manufacturiers de la plasturgie, du caoutchouc, de la fibre de verre et des composites

-         28,76 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 30,93 $ en tant qu'électricien(ne) au sein des grandes industries papetières

-         32,30 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 35,89 $/heure en tant que compagnon électricien(ne) au sein des grands manufacturiers de produits chimiques et pétrochimiques

-     33,75 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 35,33 $/heure en tant que compagnon électricien(ne) au sein des grandes industries de première transformation des métaux (alumineries, aciéries, affineries, fonderies, etc.)

-         34,23 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 37,03 $/heure en tant que compagnon électricien(ne) au sein des grandes compagnies minières

Note 1 : légère baisse de la moyenne salariale au sein des PME par rapport aux années précédentes (était de 20,05 $ en 2013; 20,10 $ en 2011).

Note 2 : chez les grands manufacturiers, tu débuteras au niveau apprenti pendant les 18 ou 24 premiers mois selon les entreprises.

Secteur public et parapublic :

-         17,95 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 24,76 $/hre en tant que compagnon dans les commissions scolaires et les cégeps

-         17,95 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 24,76 $/hre en tant que compagnon dans le réseau de la santé (notamment les hôpitaux, mais aussi les CHSLD et les centres de réadaptation)

-    18,35 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 21,76 $ comme compagnon au Centre des congrès de Québec

-         18,56 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 25,78 $/hre en tant que compagnon à la Société des casinos du Québec

-         19,18 $/heure (38,75 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 24,24 $/hre en tant que compagnon dans la fonction publique québécoise (bâtiments gouvernementaux)

-      20,53 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 23,87 $/hre en tant que compagnon au sein des petites municipalités (moins de 20 000 habitants)

-         20,69 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 29,55 $/hre en tant que compagnon dans la fonction publique fédérale

-         20,71 $/heure (38,75 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 25,64 $/hre en tant que compagnon au sein des universités

-         21,66 $/hre (38,75 hres/sem) à la Société québécoise des infrastructures (anciennement la Société immobilière du Québec)

-        22,14 $/heure (36 ou 38,5 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 27,79 $/hre en tant que compagnon (entretien des usines de traitement des eaux, usine de béton, usine de recyclage, etc.) au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-        23,11 $/heure (38,75 ou 40 hres/sem) en moyenne au sein des grandes entreprises publiques de transport urbain

-        23,36 $/heure (36 ou 38,5 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 29,36 $/hre en tant que compagnon (bâtiments) au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-    23,36 $/heure (36 ou 38,5 ou 40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 29,65 $/hre en tant que compagnon (éclairage/signalisation) au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-      24,01 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 29,32 $/hre en tant que compagnon (bâtiments) au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-      24,01 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 29,90 $/hre en tant que compagnon (éclairage/signalisation) au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-        24,20 $/heure (37 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 34,38 $/hre en tant que compagnon en tant qu'électricien(ne) licencié(e)  à Hydro-Québec (Centre Hydro de conduite du réseau)

-    24,25 $/heure (37 hres/sem) en tant que jointeur(euse) -distribution ou jointeur(euse) - transport (lignes souterraines) et augmente à 33,51 $/heure en tant qu'opérateur(trice) à Hydro-Québec

-        24,34 $/heure (40 hres/sem) et augmente à 25,17 $ à l'Aéroport international Jean-Lesage de Québec

-    24,58 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'apprenti(e) et augmente à 29,37 $ en tant qu'électricien(ne) dans les grandes entreprises publiques de transport urbain

-        27,05 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 27,97 $ en tant qu'électricien(ne) à Aéroports de Montréal

-    29,83 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 34,50 $ en tant qu'électricien(ne) d'éclairage classe 2 (réseau du métro) ou électricien(ne) de station à la Société de transport de Montréal STM

-    31,48 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'électricien(ne) à Parcs Canada

-    31,62 $/heure (37 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 38,02 $ comme compagnon en tant qu'électricien(ne) licencié(e) ou préposé(e) à l'entretien bobinage alternateurs à Hydro-Québec

-         31,63 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'apprenti(e) et augmente à 38,42 $/heure en tant que technicien(ne) en entretien mécanique et bâtiments - compagnon à l'Administration portuaire de Montréal

-    32,17 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'électricien(ne) au sein de Nav Canada

-        36,91 $/heure (37 hres/sem) en tant qu'installateur(trice) - mesurage à Hydro-Québec

-        38,71 $/heure (40 hres/sem) à Énergir (anciennement "Gaz métro")

-    2 985 $/mois (grade de soldat/matelot 2e classe) en début de carrière en tant que technicien(ne) en distribution électrique ou technicien(ne) de groupes électrogènes ou électrotechnicien(ne) de marine et augmente à 5 014,00 $/mois (après 3 ans avec le grade de caporal) au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-    2 985 $/mois (grade de soldat/matelot 2e classe) en début de carrière en tant qu'électrotechnicien(ne) de marine et augmente à 5 616,00 $/mois (+ indemnité de service en mer) après 3 ans avec le grade de matelot 1te classe au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-         96,06 $/jour avec le grade de soldat/matelot 2e classe (et augmente à 155,24 $/jour après 3 ans avec le grade de caporal/matelot 1ère classe) au sein des Forces canadiennes (Réserve)

Note : dans le secteur public et parapublic, les salaires sont établis selon les conventions collectives.

Sources : Commission de la Construction du Québec, Ministère de l’Éducation du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la Fonction Publique du Canada, Forces canadiennes, Syndicat des employés de métiers d'Hydro-Québec, Syndicat des employés de Gaz métro, Syndicat des employés des aéroports de Montréal, Alliance de la fonction publique du Canada (employés de l'Aéroport de Québec), Syndicat national des employés du Port de Montréal, TCA Canada (section locale Via Rail), SCFP (section locale 3149 Port de Québec), Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, Syndicat des cols bleus de la Ville de Québec, Syndicat des employés d'entretien de la Société de transport de Montréal STM, Syndicat des employés de la Société des casinos du Québec, SCEP - section locale 196 Centre des congrès de Québec, conventions collectives des employés de soutien de plusieurs universités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes stations de ski, conventions collectives des cols bleus de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des cols bleus de plusieurs municipalités de taille moyenne, conventions collectives des employés de plusieurs petites municipalités, conventions collectives des employés de plusieurs grandes entreprises de l'imprimerie,  conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des produits forestiers, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de menuiseries architecturales, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries du matériel électronique, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries du textile, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de machines et équipements industriels, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de meubles, conventions collectives des employés de plusieurs grands fabricants de produits en minéraux industriels, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries pharmaceutiques et cosméceutiques, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de la plasturgie, conventions collectives des employés de plusieurs grands manufacturiers de matériel de transport, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries en fabrication métallique industrielle, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries aérospatiales, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries chimiques et pétrochimiques, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation métallurgique, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de fabrication de matériel électrique, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries papetières, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries chimiques et pétrochimiques, conventions collectives des employés de certaines grandes industries pétrolières et conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies minières.

PORTRAIT DU MÉTIER :

 

Selon Emploi-Québec; il y avait près de 20 000 électriciennes et électriciens en bâtiment dans l'ensemble des régions du Québec en 2018.

 

Plus de 99 % étaient des hommes, mais pourrait accueillir davantage de femmes.

 

Plus de 93 % occupaient un poste à temps complet.

 

La répartition selon l'âge était :

La répartition selon le type d'employeur était :

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Les perspectives d’avenir pour tous les métiers de la construction, varient beaucoup selon la santé économique de l’industrie de la construction. Certaines années peuvent être excellentes pour les emplois avec de nombreux projets, alors que pour d’autres années sont moins bonnes.

 

En termes d’effectifs, le métier d’électricien est le deuxième métier en importance. Le nombre de salariés actifs s’est établi à 16 959, en 2018. Pour y accéder, le diplôme d’études professionnelles est pratiquement obligatoire. C’est également l’un des métiers retrouve le plus de femmes, soit 249 en 2018.

 

En 2018, on retrouvait 2 599 entreprises qui employaient des électriciens(nes) dans toutes les régions du Québec.

 

La construction de bâtiments institutionnels et commerciaux, qui génèrent la majeure partie des heures travaillées par les électriciens, devrait croître au cours des prochaines années.

 

De même, la construction résidentielle, qui procure 13 % du volume de travail, devrait continuer d’offrir un volume élevé de travail. Il est à noter que les électriciens effectuent aussi de l’entretien et de la rénovation résidentielle.

 

En 2018, 1 144 apprentis ont été admis dans l’industrie, ce qui est plus élevé que la moyenne annuelle de 2014 à 2017 (954).

 

L'âge moyen d'un(e) apprenti(e) était de 28 ans (plus de 68 % avaient de 30 ans); alors que celui d'un(e) compagnon était de 42 ans (dont 70 % avaient moins de 50 ans).

 

Peu saisonnier, le métier permet de réaliser une bonne moyenne annuelle d’heures travaillées et de gagner ainsi un salaire annuel moyen intéressant : la première année, le salaire moyen  pour un(e) apprenti(e) était de 25 500 $;

 

Alors qu'un(e) compagnon qui travaille au moins 500 heures, il atteint 70 200 $;

 

En fait, ce sont plus de 80 % ont effectué 500 heures et plus (était de 80 % en 2015; 81 % en 2013 et 80 % en 2011).

 

Bien qu'il soit l'un des métiers comptant le plus de femmes parmi ses effectifs, ce métier exigeant beaucoup de précision et du souci détails, qualitées souvent remarquées chez les femmes, le métier d'électricien pourrait en accueillir davantage.

 

Les perspectives d’emploi sont très bonnes pour les électriciens, car la demande d’emploi est en forte croissance, ce qui nécessitera un besoin en électriciens.

 

(source : Commission de la construction du Québec)

 

Où retrouve-t-on le plus d’installeurs(trices)-électriciens(nes) en construction ?

 

Plus de 69 % d’entre-eux travaillent sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle (immeubles à bureaux, immeubles à logement, hôtels, écoles, résidences pour personnes âgées, etc);

 

Plus de 14 % d'entre-eux travaillent sur les chantiers de construction industrielle (usines, entrepôts, autres bâtiments industriels, etc.);

 

Un peu plus de 11 % travaillent sur les chantiers de construction résidentielle lourde (condominiums, immeubles locatifs de plus de 6 logements, maisons en rangée, projets résidentiels) et légère (résidences unifamiliales, duplex, triplex, etc.);

 

Alors que seulement 6 % travaillent sur les chantiers de génie civil (infrastructures routières, infrastructures d'éoliennes, infrastructures de communications et bien sûr, les infrastructures électriques).

 

Au cours de 2018, sur l'ensemble des 16 959 électriciens(nes) en construction (dont 249 femmes, soit 75 de plus qu'en 2015) dans la province dont la proportion par région était de :

26 % travaillaient dans les régions de Laval, Lanaudière ou Laurentides,
23 % travaillaient en Montérégie,
15 % travaillaient dans les régions de Québec et Chaudière-Appalaches,
12 % travaillaient sur l'Île de Montréal,
6 % travaillaient en Mauricie,
4 % travaillaient au Saguenay-Lac-St-Jean,
près de 4 % travaillaient en Outaouais,
3 % travaillaient en Estrie,
3 % travaillaient dans le Bas-St-Laurent,
2 % travaillaient en Abitibi-Témiscamingue,
2 % travaillaient dans une autre région.

(source : Commission de la construction du Québec).

 

Et dans les secteurs en dehors de la construction ?

 

En 2018, on comptait plus de 3 000 électriciennes et électriciens en bâtiment qui travaillaient en dehors de l'industrie de la construction, ce qui représentait moins de 15 % de la main-d'œuvre.

 

Bien qu'ils ne soient pas très nombreux en comparaison avec le secteur de la construction, on les retrouve au sein des manufacturiers de maisons préfabriquées, des entreprises de gestion d'immeubles commerciaux et institutionnels, des grandes industries (notamment celles ayant des réseaux de tuyauterie comme les industries chimiques, papetières, pétrochimiques, alumineries, aciéries, fonderies, etc.), les compagnies minières, mais aussi au sein des manufacturiers et distributeurs d'appareils de chauffage, d'appareils électriques pour bâtiments, des distributeurs de matériel électrique, des détaillants en produits de quincaillerie et de rénovation, etc.

 

Dans le secteur public et parapublic, on les retrouve au sein des grandes municipalités, des municipalités de taille moyenne, dans le réseau de la santé (principalement les hôpitaux), dans le réseau de l'éducation (principalement les commissions scolaires), dans les universités, à la Société québécoise des infrastructures (anciennement la Société immobilière du Québec qui gère les immeubles gouvernementaux), à Hydro-Québec, dans la fonction publique tant fédérale que provinciale et même au sein des Forces armées canadiennes.

 

Les principaux débouchés sont toutefois orientés vers les grandes industries de première transformation des métaux, les compagnies minières, les municipalités de taille moyenne et les entreprises de gestion immobilière.

 

Les perspectives sont très bonnes.

 

En 2018, le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment détenant 10 années d'expérience au sein d'une PME était de 39 500 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment détenant 10 années d'expérience au sein d'une grande résidence privée pour aînés était de 44 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment détenant 10 années d'expérience au sein d'un centre intégré de santé et services sociaux CSSS (réseau de la santé) était de 49 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment détenant 10 années d'expérience au sein d'une commission scolaire était de 49 900 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment ou d'un(e) ouvrier(ère) certifié(e) d'entretien détenant 10 années d'expérience au sein d'un grand hôtel de l'extérieur de Montréal était de 53 400 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e)électricien(ne) en bâtiment ou d'un(e) mécanicien(ne) en tuyauterie détenant 10 années d'expérience au sein d'une université était de 57 700 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment détenant 10 années d'expérience au sein d'une municipalité de taille moyenne était de 61 100 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) technicien(ne) de groupes électrogènes ou d'un(e) technicien(ne) en distribution électrique détenant 10 années d'expérience (grade de "caporal") au sein des Forces canadiennes était de 63 600 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment détenant 10 années d'expérience au sein d'un grand hôtel de la région de Montréal était de 65 100 $;

 

le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne) en bâtiment détenant 10 années d'expérience au sein d'une grande municipalité était de 66 500 $;

 

et le salaire annuel moyen d'un(e) électricien(ne») de marine détenant 10 années d'expérience (grade de "matelot 1re classe") au sein de la Marine royale canadienne (à bord d'une frégate) était de 72 000 $.

 

Pour plus de détails, consulte le Portrait de l'industrie de la construction et du bâtiment

PORTRAIT DE L'INDUSTRIE DE LA PRODUCTION D'ÉLECTRICITÉ :

Le Canada est le plus important producteur d'électricité en Amérique, le 2e au monde après la France, mais le 1er producteur mondial d'hydroélectricité, ainsi que le 2e producteur mondial de gaz naturel après la Russie. Donc, l'industrie canadienne de l'électricité est bien placée pour fournir des expertises dans ce domaine.

 

Cette industrie regroupe l'ensemble des intervenants en électricité : la production (production de l'énergie électrique à l'aide de différents moyens comme les barrages hydroélectriques, les centrales hydroélectriques,  le nucléaire, l'hydroélectricité combinée au nucléaire, le pétrole, le gaz naturel, le charbon, la géothermie, capteur solaire, biomasse ou éolienne), le transport (exploitation et gestion de réseaux de transport de l'électricité des installations de production jusqu'aux installations de centralisation de la distribution), ainsi que la distribution (gestion des installations et réseaux de distribution de l'électricité jusque chez les clients résidentiels, commerciaux, institutionnels ou industriels).

 

Les principales sources d'énergie utilisées au Québec sont

Au Québec, on retrouve seulement 6 principaux distributeurs privés indépendants, mais le principal distributeur est évidemment Hydro-Québec. Les clientèles desservies peuvent être des industries, des entreprises commerciales, les entreprises de services (hôtels, restaurants, centres commerciaux, édifices à bureaux, etc), des institutions (écoles, hôpitaux, arénas, musées, édifices municipaux ou gouvernementaux, etc), les immeubles à logement et à condos et le secteur résidentiel.

 

Certaines entreprises privés ont des ententes avec de petites ou municipalités de taille moyenne, alors que d'autres ont leur propre entreprise de juridiction municipale ou provinciale. D'autres distributeurs fournissent spécifiquement le secteur industriel et/ou commercial d'une région en particulier.

 

ll ne faut pas oublier que cette importante industrie développe de nombreux projets afin d'augmenter et d'optimiser la production d'électricité, développe de nouvelles façons de produire de l'énergie et doivent répondre à des normes environnementales plus sévères, ainsi que de faire face à des désastres naturels de plus en plus fréquents. Donc, les producteurs ont besoin de l'expertise d'ingénieurs de technologues détenant une bonne expertise dans ce domaine.

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études professionnelles en électricité D.E.P. a une durée totale de 1 800 heures, c’est-à-dire de 2 an (16 mois) offert à temps complet seulement. Il comporte des cours en santé et sécurité sur les chantiers de construction, utilisation d'un ordinateur, croquis et schémas, lecture de plans et manuels techniques, choix et types d'outillage, circuits électriques, manutention de matériel et travail en hauteur, installation de câbles et canalisations, installation de circuits de dérivation résidentiels, branchement électrique, fonctionnement, installation et entretien des transformateurs triphasés, installation et entretien d'un branchement et d'une alimentation d'urgence, circuits électroniques, circuits logiques, installation et réparation de systèmes d'éclairage, installation et entretien de systèmes de chauffage, installation de câblage de communication en cuivre et fibre optique, installation de systèmes d'alarme-incendie, domotique et téléphonie, entretien et entretien de machines rotatives à courant continu et à courant alternatif monophasés, entretien et entretien de machines rotatives à courant alternatif triphasés, installation et entretien des automates programmables pour les systèmes électriques de machinerie de mécanique du bâtiment, installation et entretien de l'instrumentation électronique pour les systèmes électriques de machinerie de mécanique du bâtiment, préparation au marché du travail. Note: Puisque ce métier nécessite une période d'apprentissage sur des chantiers (apprenti), il ne comporte pas de stage.

 

Certains établissements proposent des cheminements particuliers, en voici quelques exemples :

 

Pour plus de détails sur ce programme, regarde les vidéos suivants :

D.E.P.-D.E.C. :

 

Qu'est-ce qu'un programme DEP-DEC ?

 

Consulte la page suivante

 

Il permet de se faire reconnaître des acquis du D.E.P. en électricité dans le cadre du D.E.C. en technologie de l'électronique industrielle et entreprendre des études collégiales en 2 ½ ans.

 

Voici les ententes actuellement offertes :

PERFECTIONNEMENT ET ÉTUDES SUPÉRIEURES :

 

Si tu es intéressé(e) par les systèmes de sécurité, il y a le D.E.P. en installation de systèmes de sécurité où l'on te reconnaîtra certains acquis de ton D.E.P. électricité.

Pour plus de détails, consulte la page d'installateur de systèmes de sécurité.

 

Le Centre de formation professionnelle Le Chantier à Laval offre la possibilité aux titulaires de ce D.E.P. de compléter le D.E.P. en électromécanique de systèmes automatisés en 10 mois. Par contre, une demande d'analyse du dossier devra être effectuée avant de faire une demande d'admission.

 

L'École de technologie gazière à Boucherville en Montérégie offre une A.S.P. en réparation d'installations au gaz naturel permettant de réparer des appareils ou des équipements bi-énergie électricité/gaz naturel ou travailler au sein de Énergir (Gaz métro).

Pour plus de détails, consultte la page de monteur d'installations au gaz naturel.

 

Au niveau collégial, il y a le D.E.C. en technologie de l'électronique industirelle et le le D.E.C. en technologue de la mécanique du bâtiment. Par contre, tu devras avoir comme préalable les cours sciences physiques 436 et mathématiques 436 du secondaire ou leurs équivalents. Certains collèges offrent un programme passerelle DEP-DEC en électronique industrielle.

 

Le Cégep de Maisonneuve à Montréal offre un programme d’AEC en techniques d’automatisation industrielle d’une durée totale de 630 heures destiné spécifiquement aux diplômés(es) en électricité industrielle ou en installation de systèmes de sécurité.

 

Le Cégep André-Laurendeau à Montréal offre un programme d’AEC en adaptation en instrumentation et automatisation d’une durée de 600 heures destiné également aux détenteurs d’un D.E.P. en électricité)

 

Le Cégep de Lévis-Lauzon à Lévis offre un programme d'AEC en automatisation et instrumentation industrielles offert au  (510 heures à temps partiel de soir) destiné spécifiquement aux titulaires d'un D.E.P. en électromécanique, électricité ou mécanique industrielle

 

Le Cégep de St-Laurent, le Cégep Montmorency, le Cégep de Limoilou et  l'Institut Grasset  offrent un programme d'AEC en estimation en construction

 

 le Cégep Montmorency et l'Institut Grasset à  Montréal offrent un programme d'A.E.C. en inspection en bâtiment

 

le Cégep de St-Jérôme offre une AEC en technologie des véhicules électriques (525 heures à temps complet dont un projet intégrateur de 150 heures) offert au  (destiné aux titulaires d'un DEP ou d'un AEC en électrotechnique ou en fabrication mécanique).

 

Consulte aussi le programme d'AEC en prévention des incendies, pour plus de détails consulte la page de préventionniste en sécurité-incendie.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 4e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

AUTRE EXIGENCE À L'ADMISSION :

-    Subir des tests de sélection
(CFP Le Chantier, CFP Pierre-Dupuy, CEP de St-Jérôme, CIMIC, CIMME, Centre régional intégré de formation, École professionnelle de St-Hyacinthe, École professionnelle des métiers, École des métiers spécialisés Asticou, CFP 24-Juin, CFP des Moulins, CFP Qualitech,, CFP Paul-Rousseau, Centre Polymétier)

-         Subir un test de sélection + une entrevue écrite disponible sur leur site (École des métiers de la construction de Montréal, ÉMOICQ)

-     Se soumettre à un questionnaire écrit d'aptitudes et de mathématiques (CFP Outaouais)

Note : les tests vise à vérifier tes habiletés manuelles, ta capacité à résoudre des problèmes, ainsi que le profil d'intérêts et de personnalité en lien avec le métier convoité, etc. Pour plus de détails, consulte le centre de formation.

STATISTIQUES D’ADMISSION :

Ce programme n’est pas contingenté dans la plupart des centres de formation

Les candidats(es) répondant aux conditions d'admission sont généralement admis.

Par contre, dans plusieurs établissements, il y a un contingentement avec des limites de places disponibles et des listes d'attente, (notamment dans les centres qui exigent des tests de sélection) car ils recoivent de nombreuses demandes d'admission.

Note : pour ces établissements, je te recommande de t'inscrire le plus tôt possible.

ENDROITS DE FORMATION :

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

 

Région de Montréal :

 

Île de Montréal :

-         Centre intégré de la mécanique, de métallurgie et d’électricité CIMME, Montréal - arrondissement LaSalle (C.S. Marguerite-Bourgeoys), voir aussi le DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle offert conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions de jour à l'automne, à l’hiver et au printemps, formation offerte en français ou en anglais, A.S.P. en lancement d'une entreprise offerte au CFP des Carrefours

-         École des métiers de la construction de Montréal, Montréal - arrondissement Rosemont-La Petite Patrie (C.S. de Montréal), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions de jour à l’automne (plusieurs groupes), à l'hiver, au printemps et à l'été, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte

-         Institut technique aviron de Montréal (établissement privé), Ville Mont-Royal, admissions de jour à l’automne et à l'hiver

-        Pearson Electrotechnology Centre, Montréal (C.S. English Montreal), seul établissement public offrant ce programme en anglais au Québec, admissions de jour avec entrées périodiques au cours de l'année

Montérégie :

 

-         Centre de formation professionnelle Pierre-Dupuy, Longueuil (C.S. Marie-Victorin), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions de jour OU soir à l’automne, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte

-         Centre régional intégré de formation, Granby (C.S. Val-des-Cerfs), voir aussi le double DEP en électromécanique et électricité également offert (formation complémentaire de 940 heures en électromécanique), admissions de jour à l’automne et  à l'été

-         École professionnelle de St-Hyacinthe, St-Hyacinthe (C.S. de St-Hyacinthe), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions de jour à l’automne et au printemps, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte

-         École professionnelle des métiers, St-Jean-sur-Richelieu (C.S. des Hautes-Rivières), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions de jour à l’automne et à l'hiver

Laurentides et Laval :

-         Centre d’études professionnelles de St-Jérôme, St-Jérôme (C.S. de la Rivière-du-Nord), voir également l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne, l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions de jour à l’hiver

-         Centre de formation professionnelle Le Chantier, Laval (C.S. de Laval), voir aussi le double DEP en électromécanique et électricité (formation complémentaire de 940 heures en électromécanique) également offert conjointemant avec le CFP Compétences 2000, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte, voir également l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne et l'entenrte DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions ouvertes de jour à l’automne

Lanaudière :

 

-         Centre de formation professionnelle des Moulins, Terrebone (C.S. des Affluents), double DEP en électromécanique et électricité également offert (formation complémentaire de 940 heures en électromécanique), voir également l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne et l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep André-Laurendeau, admissions de jour à l’automne et admissions de jour OU de soir à l'hiver, A.S.P. en lancement d'une entreprise également offerte

 

Région de Québec :

 

Québec-métro :

 

-         École des métiers et occupations de l’industrie de la construction ÉMOICQ, Québec (C.S. de la Capitale), admissions de jour à l’automne (plusieurs groupes), A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte

 

Chaudière-Appalaches :

-    Centre de formation professionnelle des Bâtisseurs, campus de Sainte-Marie (C.S. Beauce-Etchemins), admissions de jour à l'automne, A.S.P. en lancement d'une entreprise également offerte

-         Centre de formation professionnelle Gabriel-Rousseau, Lévis (C.S. des Navigateurs), formation intensive en 1½ an, admissions de jour ou de soir à l’automne, A.S.P. en lancement d'une entreperise également offerte

-         Centre intégré de Mécanique Industrielle de la Chaudière CIMIC, St-Georges-de-Beauce (C.S. Beauce-Etchemins), double DEP en électromécanique et électricité également offert (formation complémentaire de 940 heures en électromécanique), admissions de jour (plusieurs groupes) à l'automne et à l’hiver

Ouest du Québec :

 

Abitibi-Témiscamingue :

 

-         Centre Polymétier, Rouyn-Noranda (C.S. de l’Or-et-des-Bois), admissions de jour à l’automne et à l'hiver

 

Centre-du-Québec et Mauricie :

 

-         Centre de formation professionnelle Paul-Rousseau, Drummondville (C.S. des Chênes), aussi offert en concomitance D.E.S./D.E.P. (permettant de compléter en même temps, les cours obligatoires de 4e et/ou 5e secondaire), admissions de jour à l’automne, voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep de Victoriaville, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte au CFP de la Riveraine à Nicolet

 

-         Centre de formation professionnelle Qualitech, Trois-Rivières (C.S. Chemin-du-Roy), admissions de jour à l'hiver, voir aussi le double DEP en électromécanique et électricité (admissions de soir à l’automne), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep de Victoriaville, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte au CFP de la Riveraine à Nicolet

 

Estrie :

 

-         Centre de formation professionnelle 24 juin, Sherbrooke (C.S. Région-de-Sherbrooke), voir aussi le DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle offert conjointement avec le Cégep de Victoriaville, admissions de jour à l’automne, A.S.P. en gestion d'une entreprise spécialisée de la construction également offerte

 

Outaouais :

-    École des métiers spécialisés Asticou, Gatineau (C.S. des Portages-de-l'Outaouais), admissions de jour à l’automne, A.S.P. en lancement d'une entreprise offerte au CFP Compétences Outaouais

-    Cité Collégiale, campus d'Ottawa (collège public de l’Ontario), certificat de formation de mécanicien-monteur industriel (Millwright), offert selon la fomule "alternance travail-études", dispensé en français d'une durée totale de 28 semaines, dispensée en 3 niveaux, soit un niveau de base de 8 semaines et 2 autres niveaux (intermédiaire et avancé) de 10 semaines, lesquels sont répartis sur une période variant habituellement de 3 à 5 ans. Le reste du temps, l'apprenti est au travail.

Est du Québec :

 

Bas-St-Laurent et Gaspésie :

 

-         Centre de formation professionnelle de Bonaventure, Bonaventure (C.S. René-Lévesque), admissions de jour à l’automne

 

-         Centre de formation professionnelle Pavillon de l’Avenir, Rivière-du-Loup (C.S. Kamouraska-Rivière-du-Loup), double DEP en électromécanique et électricité (formation complémentaire en électromécanique en 10 mois) également offert, admissions de jour à l’automne, A.S.P. en lancement d'une entreprise également offerte

 

Côte-Nord :

 

-         Centre de formation professionnelle de Sept-Îles, Sept-Iles (C.S. du Fer), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep de Baie-Comeau, admissions de jour à l’automne, A.S.P. en lancement d'une entreprise également offerte au CFP de Forestville

 

-         Centre de formation professionnelle Manicouagan, Baie-Comeau (C.S. de l’Estuaire), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep de Baie-Comeau, admissions de jour à l’automne, A.S.P. en lancement d'une entreprise également offerte au CFP de Forestville

 

Saguenay et Lac St-Jean :

 

-         Centre de formation professionnelle de Jonquière, Pavillon du Royaume, Jonquière (C.S. De la Jonquière), voir églaement l'entente DEP-DEC en technologie de l'élecronique industrielle conjointement avec le Cégep de Baie-Comeau, admissions de jour OU de soir à l’automne et admissions de jour au printemps, A.S.P. en lancement d'une entreprise également offerte

 

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux l’avis d'électriciens(nes) sur leur métier ?, alors consulte les vidéos suivants :

Autres

-         Association des électriciens d’entretien de Montréal

-         Association paritaire pour santé et sécurité au travail (secteur produits électriques)

-         Commission de la construction du Québec

-         Construction 411 : annuaire très complet d’entreprises du secteur de la construction

-         Corporation des maîtres électriciens du Québec

-         Fraternité interprovinciale des ouvriers en électricité FIPOE

-         Habitation.com : répertoire de plus de 37 000 entreprises du secteur de la construction résidentielle

-         Hydro-Québec

 

Retour à la page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page du secteur électrotechnique

Retour à la page d’accueil