Retour à la page du secteur services sociaux

Retour à la page d'accueil

 

 

SECTEUR : SERVICES SOCIAUX ET JURIDIQUES

NIVEAU D’ÉTUDES : ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE

 

SEXOLOGUE

Baccalauréat spécialisé B.A.

 

 

 Consulte également la page d’informations sur les programmes pré-universitaires en sciences humaines

 

Va voir également la section « liens recommandés » à la fin de cette page (dont des vidéos de sexologues qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 

 

La sexologie ne comprend pas uniquement la sexualité à proprement parlée (genres sexuels, dysfonctions sexuelles, comportements sexuels, relations de couple, etc.), mais également tout ce qui touche les questions de contraception et de fertilité, la sexualité dans les différentes cultures, la diversité sexuelle, la violence autre que sexuelle dans les relations interpersonnelles, la santé sexuelle, la prévention du suicide, etc.).

 

En tant que sexologue; tu seras responsable d’intervenir individuellement ou en groupe auprès de différentes types de clientèles ayant des problèmes psychologiques et/ou sociaux au niveau sexologique.

 

Ce peut être des individus éprouvant des problèmes affectifs ou sexuels dans ses relations de couple, des problèmes d’infertilité, lors de la grossesse, etc. Tu peux aussi intervenir auprès de personnes présentant des troubles de généralité (transsexualisme, travestisme, etc), auprès d’individus souffrant de maladies transmises sexuellement MTS et du SIDA ou de maladies du système génital féminin (cancer du sein, cancer de l’utérus, infections diverses, etc) ou du système génital masculin (cancer de la prostate, cancer des testicules, impuissance, infections diverses, etc) et ayant des incidences au niveau de la sexualité. Tu pourras aussi intervenir auprès de victimes d’actes sexuels ou de personnes ayant commis des actes criminels à caractère sexuel (violence, agression, abus, etc) afin de les aider qu’ils prendre connaissance de leurs difficultés et trouver des solutions afin de résoudre leurs problèmes.

Tu devras évaluer le comportement et le développement sexuels de la personne (individu, couple, famille, groupe ou collectivité); déterminer et recommander un plan d'intervention ou de traitement approprié selon différentes méthodes et outils (entrevues, discussions avec le couple ou en groupe, simulations, tests et questionnaires écrits, etc.); planifier, élaborer et mettre en œuvre (seul  ou au sein d'une équipe multidisciplinaire et interdisciplinaire) des programmes d’intervention sexologique auprès de la personne selon le plan établi visant l'amélioration, le maintien ou le rétablissement de la santé sexuelle.

 

Tu devras également planifier, élaborer et mettre en œuvre des programmes d’éducation à la sexualité, de prévention des maladies et dysfonctions sexuelles et la promotion d'une saine santé sexuelle, ainsi qu'animer des groupes de discussion et des ateliers portant sur la sexualité.

 

Selon le secteur de compétence et le milieu de travail que tu auras choisis, tu pourras intervenir auprès de clientèles spécifiques ou diversifiées :

 

En milieu scolaire ou en centre jeunesse :  tu interviendras auprès d'enfants ou d'adolescents afin de les aider dans leur développement sexuel et l'estime de soi; les conseilleras sur leurs questionnements touchant la sexualité; effectueras de l'éducation à la sexualité, de prévention des maladies et dysfonctions sexuelles et la promotion d'une saine santé sexuelle. Avec la collaboration d'autres intervenants (ex : psychologue, psychoéducateur, travailleur social,  criminologue, etc.); tu participeras aux programmes de prévention du suicide, de l'intimidation, de l'harcèlement et de la violence en milieu scolaire et aux autres problématiques connexes. Dans les situations présentent des cas de troubles sexuels ou de violence, tu les référeras aux ressources cliniques appropriées.

 

En milieu de travail :  tu interviendras auprès d'adultes présentant des problématiques de couple ou d'estime de soi compte tenu de leurs différences culturelles,  effectueras de l'éducation à la sexualité, de prévention des maladies et dysfonctions sexuelles et la promotion d'une saine santé sexuelle.  Avec la collaboration d'autres intervenants (psychologue, conseiller en santé au travail, etc.); tu participeras aux programmes de prévention du suicide, de l'intimidation, de l'harcèlement et de la violence en milieu de travail et aux autres problématiques connexes, notamment en santé mentale. Dans les situations présentent des cas de troubles sexuels ou de violence, tu les référeras aux ressources cliniques appropriées.

 

En établissements de services sociaux (notamment les CLSC) : tu interviendras auprès de clientèles diversifiées (enfants, adolescents, jeunes adultes, couples, personnes âgées, groupes ethniques, groupes cibles, etc.) sur les différentes problématiques sociales (et autres problématiques elles que la maladie, les accidents, etc.) touchant la sexualité avec la collaboration d'autres intervenants (autres sexologues, psychologues, travailleurs sociaux, psychoéducateurs, criminologues, ergothérapeutes, psychosociologues, conseillers en vie communautaire, médecins de famille, etc.); ainsi qu'en éducation à la sexualité, de prévention des maladies et dysfonctions sexuelles et la promotion d'une saine santé sexuelle. Dans les situations présentent des cas de troubles sexuels ou de violence, tu les référeras aux ressources cliniques appropriées.

 

Au sein d’organismes communautaires : tu interviendras auprès de personnes éprouvant des difficultés de divers ordres. Il y a les centres d’aide pour enfants et adolescents, les groupes d’aide pour femmes enceintes, les groupes d’aide et de soutien pour les couples, les groupes d'entraide pour les gaies et lesbiennes ou les transgenres, les centres d'aide aux immigrants, etc. Dans les situations présentent des cas de troubles sexuels ou de violence, tu les référeras aux ressources cliniques appropriées.

 

En pratique privée : Tu rencontreras individuellement ou en groupe diverses types de clientèles présentant des problèmes diversifiées, notamment les individus ayant des difficultés d’ordre sexologique dans leurs relations de couple, les familles présentant des problématiques touchant la sexualité (ex : un membre de la famille ayant annoncé à sa famille qu'il est gay et qui a engendré un malaise ou des conflits au sein de celle-ci); des parents ayant des difficultés avec leur adolescent présentant des problématiques de développement sexuel, les personnes présentant des troubles d'identité sexuelle, ou les personnes souffrant de MTS et ayant besoin du support psychosocial, etc.

 

En tant que sexologue clinicien(ne); tu seras responsable d’intervenir individuellement ou en groupe auprès de clientèles des troubles sexuels cliniques.

 

Tu auras notamment les compétences afin d'évaluer les troubles sexuels d'une personne afin de statuer sur la présence et la nature d'un trouble sexuel au sens des troubles mentaux et identifier les sources possibles pouvant contribuer à l'apparition ou au maintien du trouble selon des critères spécifiques et émettre un jugement clinique sur l'état de personne; évaluer le comportement et le développement sexuels d'une personne atteinte d'un trouble mental ou neuropsychologique attesté par diagnostic ou par évaluation d'un professionnel habilité (ex : médecin, psychologue); évaluer un trouble sexuel d'un adolescent dans le cadre d'une décision du tribunal en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

 

Tu devras déterminer et recommander un plan d'intervention ou de traitement clinique approprié selon différentes méthodes et outils (entrevues, discussions avec le couple ou en groupe, simulations, tests et questionnaires écrits, etc.); planifier, élaborer et mettre en œuvre (sein d'une équipe multidisciplinaire et interdisciplinaire composée de : médecins psychiatriques, psychologues cliniciens, travailleurs sociaux cliniciens, infirmiers praticiens spécialisés en santé mentale, ergothérapeutes, criminologues cliniciens, autres sexologues cliniciens, sociothérapeutes, etc.) des programmes d’intervention clinique auprès de la personne selon le plan établi visant l'amélioration, le maintien ou le rétablissement de la santé sexuelle.

 

Tu devras détenir une maitrise en sexologie avec concentration clinique afin de pouvoir pratiquer en sexologie clinique.

 

Voici les principaux milieux de travail en sexologie clinique :

Au sein d’organismes communautaires : tu interviendras auprès de personnes éprouvant des troubles sexuels ou auprès de victimes d'agressions sexuelles ou de violence sexuelle. Il y a les maisons d’hébergement pour femmes battues, les maisons de transition pour hommes violents, les centres d'aide aux victimes d'actes criminels CAVAC, les groupes d’aide et de soutien pour les victimes d’actes sexuels, etc. Dans les situations présentent des cas de troubles sexuels ou de violence, tu les référeras aux ressources cliniques appropriées, au besoin (notamment auprès de médecins psychiatres ou de psychologues cliniciens).

 

Dans les hôpitaux psychiatriques (Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Institut universitaire de santé mentale Douglas, Institut universitaire de santé mentale de Québec, Insitut de santé mentale royal d'Ottawa, Centre hospitalier Pierre-Janet du CSSS de Gatineau, hôpital psychiatrique de Malarctic du CSSS de la Vallée de l'Or, unités de santé mentale du CHUM, du CUSM, du CHU de Québec ou du CHUS) : tu interviendras auprès d’adultes ayant commis des actes criminels à caractère sexuels et parfois auprès d’adolescents ayant commis des actes semblables.

 

Dans certains hôpitaux spécialisés (CHUM Pavillon St-Luc, CHU de Québec Pavillon St-François-d’Assise ou CUSM Pavillon Hôpital Général de Montréal) : tu interviendras auprès d’adultes ou d’adolescents souffrant de maladies transmises sexuellement ou du SIDA.

 

Au Pavillon Rivières-des-Prairies de l'Institut universitaire de santé mentale de Montréal à Montréal (seul hôpital psychiatrique pour enfants et adolescents) : tu interviendras auprès d’enfants ou d’adolescents victimes d’agressions sexuelles ou auprès d’adolescents ayant commis des actes criminels à caractère sexuel.

 

À l’Institut Philippe-Pinel à Montréal (seul établissement de soins pour délinquants dangereux) : tu interviendras auprès d’adultes (généralement des hommes, mais aussi des femmes) et à l’occasion des adolescents(es) ayant commis des actes criminels à caractère sexuel,  présentant des troubles sexuels graves et qui sont considérés dangereux pour la société.

 

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

-         Intérêts pour la compréhension des personnes

-         Aimer travailler auprès des gens

-         Grande facilité à communiquer et écouter qui te permettra d’établir une relation amicale avec ton client ou ta cliente

-         Sens des responsabilités car tu auras responsable du mieux-être de la personne

-         Esprit d’analyse et bon jugement pour bien analyser les problèmes rencontrés par cette personne

-         Respect, empathie et discrétion pour permettre la personne d’avoir ta confiance

-         Esprit d’analyse et bon jugement pour bien analyser les problèmes rencontrés par cette personne

-         Sens de l'initiave et autonomie pour réussir à emmener la personne à trouver une solution à son problème

-         Sens de l’observation et ouverture d’esprit pour mieux comprendre les problèmes de la personne et sa façon d’agir face à eux

-         Capacité d’adaptation à tout type de milieux et à tous types de clientèles

-         Aptitudes et faciltié pour le travail en équipe dans certains tu auras à collaborer avec des intervenants sociaux, intervenants en délinquance, psychologues, criminologues, travailleurs sociaux, psychiâtres, etc)

-         Bonne maîtrise de la langue française parlée et écrite car tu auras à communiquer de façon claire avec ta clientèle et tu auras à rédiger des rapports sur l’état de ton patient ou de ta patiente.

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-         Agent(e) de modification du comportement

-         Animateur(trice) communautaire

-         Animateur(trice) de groupes sociaux

-         Conseiller(ère) en comportement humain

-         Intervenant social ou intervenante sociale

-         Intervenant(e) communautaire

-    Sexologue clinicien(ne)

-         Sociothérapeute (Institut Pinel)

-         Thérapeute en comportement humain (troubles sexuels)

EMPLOYEURS POTENTIELS : 

-         Bureaux de sexologues

-         Centres de réhabilitation

-         Centres de services sociaux

-         Commissions scolaires

-         Direction de la protection de la jeunesse DPJ

-         Gouvernements

-         Hôpitaux psychiatriques

-         Maisons d’hébergement pour femmes en difficultés

-         Maisons d’hébergement pour hommes violents

-         Maisons de transition

-         Maisons des jeunes

-         Organismes communautaires (intervention auprès des jeunes délinquants, auprès d’hommes violents, auprès de victimes d’actes criminels, de soutien pour les couples, etc)

PERMIS DE PRATIQUE :  

 

Depuis octobre 2013, il est obligatoire de détenir un permis de pratique émis par un nouvel ordre professionnel qui régit la pratique de la profession au Québec.

 

Effectivement, tu devras devenir membre de l'Ordre professionnel des sexologues du Québec afin de porter le titre de "sexologue".

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-         Excellente maîtrise du français parlé (surtout) et écrit

-         Connaissance de l’anglais (un atout)

-         Grande disponibilité

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 31 janvier 2013 :

 

Baccalauréat :

 

Le placement est bon, 60 % des répondants(es)  qui se sont dirigés vers le marché du travail, ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité, soit 83 % sont à temps complet.

 

Plusieurs autres répondants(es), soit 25 % ont poursuivi leurs études au niveau de la maîtrise en sexologie ou dans une discipline connexe (notamment pour travailler en milieu clinique).

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

64 29 24 16

 

Note : légère hausse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 56 % en 2011 et  55 % en 2009).

 

Maîtrise :

 

Le placement est très bon, 87 92 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail, ont obtenu un emploi relié à leurs études dont seulement 50 % sont à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es), soit 11 % ont poursuivi leurs études au niveau du doctorat.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

16 13 9 1

 

Note : légère baisse du taux de placement par rapport à 2011 (qui était de 92 %), mais hausse importante en comparaison avec les années précédentes (était de 71 % en 2009).

 

Sources : Ministère de l’Enseigenemnt supérieur du Québec

SALAIRE :

 

Selon les données 2013 :

(données de 2015 dans le secteur public et parapublic)

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-         667,00 $/semaine (35 hres/sem) en tant que sexologue en pratique privée (travailleur autonome ou associé en cabinet)

-         16,68 $/heure (40 hres/sem) en tant que sexologue dans le secteur privé (comme salarié)

-         20,14 $/heure (40 hres/sem) en tant que sociothérapeute à l’Institut Philippe-Pinel (délinquants dangereux)

-         21,67 $/heure (35 hres/sem) en tant qu’agent(e) de modification du comportement dans le réseau de la santé (établissements psychiatriques)

-    21,67 $/heure (35 hres/sem) en tant que génagogue (intervention auprès de groupes) dans le réseau de la santé et des services sociaux

-    22,09 $/heure (35 hres/sem) en tant que sexologue dans le réseau public des services sociaux (CLSC, centres jeunesse, centres de réadaptation en dépendances, etc.)

-         21,67 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) de service social (sexologue) dans les commissions scolaires ou les cégeps

-         22,75 $/heure (35 hres/sem) en tant qu'agent(e) des relations humaines dans le réseau de la santé et des services sociaux (CLSC, centres de réadaptation, centres jeunesse) maitrise nécessaire

-         23,19 $/heure (35 hres/sem) en tant que sexologue clinicien(ne) dans le réseau de la santé (maîtrise avec concentration clinique obligatoire)

-         23,08 $/heure (37,5 hres/sem) en tant que sexologue clinicien dans la fonction publique fédérale (pénitenciers fédéraux b)

Note : légère hausse de la moyenne salariale dans le secteur privé par rapport à 2011 (était de 662 $/semaine en cabinet ou 16,55 $/heure comme salarié), mais comparable aux années précédentes (était de 669 $/sem ou 16,73 $/heure en 2009).
           Dans le secteur public et parapublic, les augmentations sont établies par les conventions collectives. 

 

Sources : Ministère de l’Enseigenent supérieur du Québec, Conseil du Trésor du Québec et Commission de la Fonction Publique du Canada.

 

PERSPECTIVES D’EMPLOI :

 

Les sexologues détenant travaillent majoritairement en pratique privée et au sein des organismes communautaires. On en retrouve également dans le réseau public des services sociaux tels que CLSC, les centres jeunesse, les centres de réadaptation en dépendances, les centres de réhabilitation sociale, etc.

 

Alors que ceux détenant la maîtrise en sexologie avec concentration clinique se retrouvent principalement dans les établissements hospitaliers psychiatriques (Institut Philippe-Pinel, Institut universitaire de santé mentale de Montréal, Institut universitaire de santé mentale Douglas, Institut universitaire de santé mentale de Québec, Insitut de santé mentale royal d'Ottawa, Centre hospitalier Pierre-Janet du CSSS de Gatineau, hôpital psychiatrique de Malarctic du CSSS de la Vallée de l'Or, unités de santé mentale du CHUM, du CUSM, du CHU de Québec ou du CHUS), ainsi que dans les centres correctionnels communautaires, les centres de réadaptation en dépendances et les pénitenciers fédéraux.

 

Compte tenu des gels d'embauche et des compressions budgétaires dans le secteur public, les perspectives d'emploi dans le réseau public de la santé et des services sociaux risquent d'être plus difficiles.

 

Selon l'Ordre des sexologues du Québec, il y avait 362 sexologues actifs au Québec (dont 15 nouveaux membres) au 31 mars 2014.

 

La profession ne comprend que 11 % d'hommes, mais pourra en accueillir davantage autant en thérapie (individuelle auprès d'hommes ou de couple), qu'en intervention clinique auprès d'hommes violents.

 

Près de 45 % des sexologues pratiquaient dans la région de Montréal, 16 % en Montérégie, 8 % dans les Laurentides, 8 % dans Lanaudière, 6 % dans la région de Québec, 6 % dans la région de Laval ainsi que 11 % dans les autres régions.

 

Le taux de placement au baccalauréat n'est pas à son meilleur, puisque la plupart des diplômés(es) choisissent d'ouvrir leur cabinet dans la région de Montréal, alors qu'il y a des besoins dans plusieurs autres régions.

 

Certaines régions auraient besoin davantage de sexologues afin de combler tous les besoins de la clientèle, soit :

 

Québec : il manquerait une dizaine de sexologues dont quelques-uns en sexologie clinique (Institut universitaire de santé mentale de Québec);

 

Estrie : il manquerait près d'une dizaine de sexologues dont 1 ou 2 sexologues cliniciens au sein de l'unité de santé mentale du CHUS;

 

Centre-du-Québec : il n'y a que 3 sexologues dans cette région, alors que près d'une dizaine serait nécessaire;

 

Outaouais : 5 ou 6 sexologues serait nécessaire afin de répondre aux besoins de la clientèle de la région dont au moins 1 sexologue clinicien au sein de la clinique de sexologie de l'hôpital psychiatrique Pierre-Janet;

 

Mauricie : les besoins de la clientèle nécessiteraient 5 ou 6 sexologues supplémentaires;

 

Saguenay-Lac-St-Jean : quelques sexologues supplémentaires seraient nécessaires afin de s'ajouter aux 8 actuels pour combler les besoins de la clientèle;

 

Abitibi-Témiscamingue : aucun sexologue clinicien ne pratique actuellement au sein de l'hôpital psychiatrique de Malarctic.

 

Pour plus de détails, consulte le site de l’Association des sexologues du Québec où sont les décrits les milieux de pratique possibles, les types d’approches et les fonctions correspondantes.

 

Consulte également le Portrait du réseau québécois des services sociaux et communautaires

 

Le Portrait du réseau de la santé et le Portrait du réseau de l'éducation

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Baccalauréat spécialisé en sexologie (B.Sc) a une durée totale de 3 ans offert à temps complet, mais peut également être suivi à temps partiel;

 

Seul programme de 1er cycle en Amérique du Nord entièrement consacré à la sexualité humaine;

 

Il est offert sous la formule de monitorat, un encadrement centré sur l'étudiant(e) et ses apprentissages et assuré par des étudiants(es) de la maîtrise;

 

Certains cours sont offerts le soir ou au trimestre d'été afin de faciliter le cheminement des études;

 

Il comporte des cours en anatomie et physiologie de la sexualité, cultures, groupes ethnoculturels et sexualité, sexualité et le contrôle social, la sexualité de l’enfant et du préadolescent, la sexualité de l’adolescent et du jeune adulte, la sexualité de l’adulte et de la personne âgée, les dysfonctions sexuelles, techniques d’entrevue sexologique, problématiques sexologiques de la contraception et de la fertilité, problématiques sexologiques des MTS et du SIDA, problématiques sexologiques des violences et des abus sexuels, méthodes et techniques d’intervention sexologique éducative et préventive, modèles de relation et d’aide et d’intervention individualisée, planification et élaboration de programmes d’intervention sexologique à des fins éducatives ou préventives, méthodes et techniques de recherches en sexologie, stages d’intervention en sexologie, etc. De plus, tu auras à choisir des cours parmi une liste de cours optionnels qui te sont proposés (psychopathologie, normalité et violence, homosexualité et société, composantes neurologiques et comportementales de la sexualité, sexologie clinique chez les enfants et adolescents, sexologie clinique chez les délinquants sexuels, sexologie clinique adulte, etc).

 

Note : pour travailler dans le secteur de la sexologie clinique, il faut avoir complété la maîtrise en sexologie avec concentration clinique.

 

PASSERELLES :

 

Un programme passerelle permet aux titulaires du DEC en éducation spécialisée de se faire reconnaître un certain nombre de crédits par une université dans cadre de son programme de baccalauréat. Par contre, aucune garantie d'admission est faite lors de la demande et aucune préférence ou priorité n'est accordée à l'admission.

Il n'existe aucune passerelle actuellement offerte

 

ÉTUDES SUPÉRIEURES ET PERFECTIONNEMENT:

 

Si tu veux concentrer ta carrière dans le domaine de l’intervention clinique en sexologie, tu devras compléter une maîtrise en sexologie profil counseling.

 

Il existe également des programmes de perfectionnement dans les domaines connexes à la sexologie. Voici quelques exemples :

 

Pour plus de détails, consulte la page suivante où sont décrits les différents programmes de maîtrise offerts.

 

Consulte également la page suivante où sont répertoriés divers organismes de recherche en sexologie.

 

Maîtrises :

Autres programmes :

EXIGENCES D'ADMISSION :

 

-         Soit détenir un D.E.C. en sciences humaines, sciences-arts-lettres, sciences de la nature ou sciences pures et appliquées
 

-         Soit détenir tout autre D.E.C.
 

-         Soit avoir acquis un minimum de 15 crédits universitaires

 

-    Soit être âgé d’au moins 21 ans, posséder une formation appropriée et avoir acquis quelques années d’expérience pertinente reliée à la sexologie

 

AUTRE EXIGENCE :

  1. Possibilité d'entrevue, au besoin

STATISTIQUES D'ADMISSION :

 

Ce programme est très contingenté

 

À l'automne 2015 :

 

DEMANDES

ADMIS

TAUX D'ADMISSION EN %

COTE R
Dernier candidat admis
Cote R

en 2014
Cote R

en 2013
Cote R

en 2012
Cote R

en 2011
Cote R

en 2010
764 150 20 26,000 25,700 25,200 25,000 25,000 25,000

ENDROIT DE FORMATION :

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux un avis de professionnels(les) du métier ?, alors regarde les vidéos suivants :

Pour une liste des établissements de détention, voir la page d'agent des services correctionnels

 

Pour une liste d'établissements hospitaliers psychiatriques, voir le Portrait du réseau de la santé

 

Pour une liste de CLSC et autres centres de services sociaux voir le Portrait du réseau québécois des services sociaux et communautaires

 

Pour une liste d'organismes communautaires d'aide aux victimes d'agressions sexuelles, voir le Portrait du réseau québécois des services sociaux et communautaires

 

Autres :

 

Retour à la page du secteur services sociaux

Retour à la page d'accueil