Retour à la page d’accueil

Retour au répertoire des organismes de recherches

Consulter le répertoire des maîtrises et doctorats

Retour à la page de chercheur

Retour à la page de professeur d’université

 

LISTE DES ORGANISMES DE RECHERCHE

 

Note : Voir aussi le répertoires des organismes de recherches Hors-Québec.

 

Agronomie, biologie, biochimie, chimie, informatique, mathématiques, géologie, physique, génie forestier, etc.

Incluant les sciences vétérinaires.

 

Voici quelques organismes de recherches où l’on présente notamment les types de recherches effectuées :

 

EN SCIENCES PURES ET APPLIQUÉES :

 

-         En agronomie

-         En aménagement, architecture, urbanisme et géomatique

-         En biologie

-         En chimie et biochimie

-         En foresterie

-         En microbiologie

-         En géographie, géophysique et météorologie

-         En géologie

-         En informatique

-         En mathématiques

-      En nanosciences

-         En physique

-         En sciences vétérinaires

 

En agronomie :

 

-         Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, , en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

 

-    Biopterre : centre collégial de transfert de technologie rattaché à l'Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière et du Cégep de La Pocatière dans le Bas-St-Laurent qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de bioproduits végétaux pour les secteurs de l'agriculture, de la foresterie, de l'horticulture ornementale, de l'environnement, etc.

 

-         Centre d’expertises en production ovine du Québec CEPOQ : organisme privé à but non lucratif situé à La Pocatière créé par le MAPAQ, Agriculture Canada, la Féddération des producteurs de moutons et d’agneaux du Québec, la Société des éleveurs de moutons de race puce du Québec et l’Université Laval. Il réalise diverses recherches afin d’améliorer les productions ovines du Québec. Voici quelques exemples de projets : supplémentation en acide folique de la ration des brebis prolifiques et non-prolifiques pour améliorer la fertilité et prolificité, projet pilote sur l’identification permanente des ovins, réduction de la mortalité néonatale en production ovine, etc.

 

-         Centre de conservation des sols et de l’eau de l’Est du Canada : rattaché à l’Université de Moncton et situé à Grand-Sault au Nouveau-Brunswick, ce centre réalise des travaux de recherches dans les domaines suivants : la conservation des sols, la conservation de l’eau, la planification environnementale, la gestion des sols et des cultures, les changements climatiques et les gaz à effets de serre en agriculture, le développement durable en agriculture, la gestion des éléments nutritifs, analyse intégrée des pratiques agroenvironnementales, etc.

 

-         Centre de développement du porc inc. : organisme privé de recherche à but non lucratif  situé à Sainte-Foy créé par l’initiative du MAPAQ, la Fédération des producteurs de porcs du Québec, la Société des éleveurs de porcs du Québec dont participent également l’Université Laval, l’Université Mcgill, l’Université de Montréal (faculté de médecine vétérinaire) et Agriculture et agroalimentaire Canada. Ses principaux axes de recherches sont : génétique (évaluation génétique des porcs de race pure, paramètres d’accouplement en sélection et multiplication, dépistage du gène halothane); production (analyse phénotypique d’animaux reproducteurs); qualité du produit (développement de stratégies pour l’amélioration des conditions pré-abattage, développement de stratégies pour l’amélioration de la viande); santé animale (surveillance et contrôle des salmonelles en élevage, utilisation des médicaements en médecine porcine, maladies infectieuses du porc, la gestion sanitaire des centres d’insémination artificielle, etc); techniques d’élevage (maîtrise des contraintes environnementales, effets sur le comportement et la performance des animaux lors de modification aux conditions d’élevage,  besoins alimentaires des animaux, problématiques de logement du porc, impacts des pratiques d’élevage sur le bien-être des animaux, etc); gestion et économie (développement des marchés de l’industrie porcine, développement de stratégies de gestion des exploitations porcines, politiques gouvernementales en production porcine, etc).

 

-         Centre de recherche de l’est sur les céréales et les oléagineux d’Agriculture Canada : situé à Ottawa en Ontario, ce centre effectue divers types de recherches sur les céréales dans les domaines suivants : amélioration génétique et salubrité des aliments (avoine, blé de printemps, blé d’hiver, maïs, orge, soja, pathologie des cultures et qualité des grains); bioproduits et bioprocédés (contrôle de l’expression des gènes, génomique fonctionnelle, pathologie moléculaire, régulation de la fertilité, résistance aux insectes, résistance  au stress environnemental et technologie à valeur ajoutée); sol, eau, air et systèmes de production (évaluation agroclimatique des ressources, gestion du carbone et de l’azote du sol, étude de mise à l’échelle des écosystèmes, étude sur les ressources régionales du sol, agriculture de précision, taxonomie des sols, etc); biodiversité en mycologie et botanique (maladies fongiques des plantes, ressources en plantes cultivées, etc); biodiversité en entomologie (lutte biologique, lutte intégrée, protection animale, ravageurs, etc).

 

-         Centre de recherche, de développement et de transfert technologique acéricole ACER inc. : est un centre de recherche privée à but non lucratif mis sur pied par la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, le MAPAQ et le Ministère des Ressources naturelles du Québec.  Il réalise diverses  projets de recherches afin d’améliorer les productions acéricoles québécoises, en voici quelques exemples : évaluation des dommages causés par le verglas, évaluation des caractéristiques des outils d’entaillage, développement d’un progiciel d’analyse  technico-économique en acériculture, composition physico-chimique du sirop d’érable du Québec, utilisation des injecteurs d’air lors de l’évaporation de l’eau d’érable, amélioration de la qualité microbiologique de l’eau d’érable à l’entreposage, évaluation de l’efficacité d’agents microbiens utilisés pour le contrôle de la croissance microbienne à l’entaille, etc.

 

-         Centre de recherche en biologie de la reproduction : s’intéresse à tout ce qui touche la reproduction humaine et animale, aux technologies de pointe, à l'utilisation responsable de ces technologies et aux considérations éthiques qui se rattachent à ces recherches. Dans le domaine de la reproduction animale, des projets tels que les suivants sont en cours : l’influence des radicaux libres et de la cryoconservation sur la structure de la chromatine des spermatozoïdes de bélier, amélioration de la fertilité de la semence ovine par traitement à la cyclodextrine, éthique et droit de la manipulation génétique, responsabilité sociale des chercheurs et des entreprises privées, l’impact des technologies de reproduction assistée, plus particulièrement de la production in vitro chez les bovins, etc.

 

-    Centre de recherche en biotechnologies marines : situé à Rimouski au Bas-St-Laurent et rattaché à l'UQAR, ce centre s'intéresse aux propriétés physico-chimiques produits marins et des plantes marines et au développement d'applications de toutes sortes (agriculture, environnement, traitement des eaux, etc) des biotechnologies marines

 

-         Centre de recherche en horticulture de l’Université Laval : effectue des recherches visant à améliorer les productions horticoles : résistance naturelle des plantes au stress, nutrition minérale des plantes, processus de conservation des produits horticoles (principalement les fruits et légumes), la production horticole biologique, etc.

 

-         Centre de recherche en science et technologie du lait STELA : effectue des recherches sur les propriétés et les protéines des produits laitiers, développement des procédés d’amélioration de la qualité des produits laitiers, développement de nouvelles techniques de fabrication des fromages et autres produits laitiers, etc.

 

-    Centre de recherche en sciences animales de Deschambault : corporation privée sans but lucratif située à Deschambault, au nord de Québec, ce centre rattaché à l'Université Laval et au Gouvernement du Québec s'intéresse au développement de nouvelles méthodes de production et aux différents aspects des productions animales (apicoles, avicoles, bovines, caprines, laitières et porcines).

 

-         Centre de recherche et de développement en horticulture d’Agriculture Canada : situé à St-Jean-sur-Richelieu en Montérégie, ce centre concentre ses recherches en horticulture dans le cadre de projets tels que : recherche et isolement de nouvelles huiles essentielles à partir de la flore québécoise, recherche et isolement de nouvelles sources d'insecticides et de fongicides botaniques à partir d'extraits de plantes, d'extraits de neem et d'huiles essentielles, dynamique des populations d’Ambrosia, écologie comportementale des parasites, biologie, dynamique et développement de seuils de ravageurs des petits fruits, développement de systèmes permettant de prédire l'effet du climat sur le développement de désordres physiologiques au champ et en entrepôt, développement de systèmes visant l'utilisation rationnelle des pesticides et des agents biologiques pour la phytoprotection, étude sur la régie de production de plantes aquatiques et d'espèces ligneuses indigènes, évaluation des propriétés fonctionnelles et des nutraceutiques des fruits et légumes, programme d'amélioration génétique de la laitue pommée, amélioration génétique des rosiers arbustifs, lutte intégrée des insectes d'importance horticole, etc.

 

-         Centre de recherche et de développement sur le bovin laitier et le porc d'Agriculture Canada: situé à Sherbrooke en Estrie, ce centre effectue des recherches dans les domaines suivants : production porcine (accroissement de la productivité de la truie, en terme de poids total de porcelets sevrés annuellement, par différentes études: endocrinologie, bien-être, régie, nutrition en période de gestation et de lactation); production laitière (optimisation de la fonction ruminale en intervenant sur les microorganismes ou sur leurs substrats, identification des voies métaboliques reliées à la digestion de l'azote, augmentation du transfert des protéines alimentaires vers les protéines du lait, optimisation de l’utilisation des fourrages conservés et des pâturages chez les vaches laitières, effet du gras alimentaire sur la reproduction des vaches laitières, etc.); production bovine (maîtrise du cycle de reproduction pour favoriser l'utilisation maximale de l'insémination artificielle, augmentation de la qualité des fourrages récoltés et d'en assurer une bonne conservation, efficacité de différentes méthodes de conservation et de récolte des ensilages d'herbes et sur l'évaluation nutritive, etc); production ovine (mise au point de techniques de reproduction qui permettront d'augmenter le nombre d’agneaux), etc.

 

-         Centre de recherche et de développement sur les aliments d’Agriculture Canada : situé à St-Hyacinthe en Montérégie, ce centre effectue des recherches dans les domaines suivants : développement de technologies pour accroître l'utilisation alimentaire de protéines végétales, mise au point et optimisation de méthodes de concentration, d’extraction et de détection de microorganismes pathogènes dans le domaine agroalimentaire, développement de technologies permettant la valorisation des rôles fonctionnels des protéines du lait, production, conservation et utilisation de bactéries lactiques, développement des connaissances scientifiques et d’outils de mesure concernant les qualités sensorielles des aliments, qualité des aliments à base de céréales, développement de technologies utilisant la microbiologie, l'enzymologie et la biologie moléculaire afin d'assurer la qualité des viandes, etc.

 

-         Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures d’Agriculture Canada : situé à Sainte-Foy à Québec, ce centre réalise des travaux de recherches dans les secteurs suivants : ressources sol-air-eau (modes de gestion intégrée des sols et des cultures favorisant la préservation de la qualité du sol, de l'air et de l'eau) et plantes fourragères (développement de nouvelles technologies et les connaissances pour accroître la productivité, abaisser les coûts de production ainsi que développer de nouveaux produits fourragers).

 

-         Centre de recherche sur les aliments de l’Université de Moncton : situé à Moncton au Nouveau-Brunswick, effectue des recherches dans les domaines suivants : fermentations lactiques, effets thérapeutiques des probiotiques, nutraceutiques, peptides, protéines lytiques, propriétés fonctionnelles des protéines du lait, propriétés nutritives de la tomate, sécurité alimentaire, etc.

 

-         Centre de recherche sur les grains inc. : centre de recherche privé à but non lucratif situé à Sainte-Foy, St-Hyacinthe et St-Bruno-de-Montarville. Ses recherches sont orientées vers les axes suivants : l’innocuité et la qualité des grains, pratiques environnementales en production de grains, la relance de la production de blé et la diversification des productions céréalières.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche sur le saumon d’Atlantique : on y effectue des recherches sur les facteurs environnementaux et génétiques qui contrôlent la production du saumon d’eau douce.

 

-    Centre SEVE (centre de interuniversitaire recherche en biologie végétale : centre de recherche interuniversitaire situé à Sherbrooke en Estrie, regroupant des chercheurs des universités de Sherbrooke, Laval, Mcgill, Montréal, UQTR et UQAT, ainsi que d'Agriculture Canada qui s'intéresse aux différents aspects des sciences végétales tels que : conservation des fruits et légumes frais: induction de résistance aux maladies, écologie des micro-organismes végétaux, écologie microbienne des sols, biologie et génétique moléculaire des plantes, biologie cellulaire et moléculaire des plantes, phytopathologie, stratégies de contrôle des insectes nuisibles, Biologie évolutive des insectes parasites, adaptation des plantes aux stress de l’environnement, biodiversité et conservation des pollinisateurs indigènes, pathologie des cultures légumières, amélioration du rendement dans l'utilisation d'engrais, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génomique fonctionnelle appliquée à la reproduction animale : le principal objectif de cette chaire est d'appliquer les nouveaux outils de la génomique afin de décrire le programme génétique du tout début de la vie embryonnaire.

 

-         Chaire de recherche du Canada en phytoprotection : recherche de nouvelles méthodes de lutte contre les ennemis naturels des cultures qui permettront de produire des aliments plus sains par des pratiques agricoles moins nocives pour l'environnement.

 

-         Chaire de recherche en salubrité des viandes : ses principaux domaines de recherches sont : l’épidémiologie des pathogénes alimentaires, mise au point de mesures de réduction de la transmission de bactéries pathogènes chez les animaux vivant, mise au point et validation de nouveaux outils diagnostiques pour détecter les animaux ou les produits de viande contaminés.

 

-         Chaire Saputo en valorisation biomédicale des produits laitiers : cherche à découvrir de nouvelles moléculaire du lait d’intérêt pour la microbiologie, l’immunologie et l’agronomie afin d’identifier et de caractériser les effets bénéfiques du lactosérum.

 

-    Cintech agroalimentaire : centre collégial de transfert de technologie rattaché à l'Institut de technologie agroalimentaire de St-Hyacinthe en Montérégie qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de nouveaux produits alimentaires, incluant le domaine de la biotechnologie alimentaire

 

-         Équipe de recherche en  sols agricoles et miniers : les principaux axes de recherche de cette équipe sont : la valorisation des biomasses sur les sols, les substrats de culture et les fertilisants, les équilibres nutritifs dans les agroécosystèmes, l'écoulement en milieu poreux, la chimie des métaux lourds et la micromorphologie.

 

-         Groupe de recherche en conservation des fruits et légumes de l’Université Laval : on y effectue des recherches sur le traitement des aliments aux rayons ultra-violet, nouvelles méthodes de contrôle du brunissement, de la stabilité et de la clarification des jus, nouvelles méthodes de stérilisation des jus, et de la déshydratation par osmose des fruits.

 

-         Groupe de recherche en écologie des tourbières : réalise des recherches dans les axes suivants : restauration écologique des tourbières après extraction de la tourbe, le réaménagement des tourbières et la production de biomasse de sphaigne.

 

-    Groupe de recherche en recyclage biologique et aquiculture de l'Université Laval (voir aussi la page suivante) : s'intéresse au domaine de l'aquiculture (alimentation et nutrition des poissons, alimentation et nutrition des crustacés)

 

-    Groupe interdisciplinaire de recherche en agroforesterie de l'Université Laval : regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines (agronomie, foresterie, biologie, géographie, économie rurale, etc), il s'intéresse aux questions écologiques et techniques reliées à la pratique de l'agroforesterie comme : l'agroforesterie des milieux tropicaux et subtropicaux, l'agroforesterie des milieux tempérés, etc.

 

-         Institut de recherche et de développement en agroenvironnement : centre de recherche privé à but non lucratif à la suite d’une initiative du Ministère de l’agriculture, pêcheries et alimentation du Québec, du Ministère du développement économique et régional et de la recherche du Québec, du Ministère de l’environnement du Québec et de l’Union des producteurs agricoles du Québec. Les principaux domaines de recherche sont : développement et amélioration des systèmes de production animale (Impact des systèmes de traitement des lisiers sur la qualité microbiologique du sous-produit liquide, qualité de l'air dans les bâtiments pour l'élevage des veaux de lait, effets des bioaérosols des porcheries sur la santé respiratoire des travailleurs et sur la qualité microbiologique de l'air en périphérie des bâtiments, développement d'un nouveau concept d'enclos pour les élevages porcins « sans lattes », etc); fertilisation intégrée des ressources (caractérisation des charges fertilisantes des élevages de poules pondeuses etc); régie et protection intégrée des cultures (amélioration de la lutte contre le carpocapse de la pomme par l'utilisation de nouveaux moyens à risque réduit, etc); gestion intégrée de l’eau (développement d'un système agroenvironnemental d'aide à la décision pour la réduction de la pollution de l'eau par des sources agricoles diffuses, etc); gestion intégrée des sols (Développement d’agro-indicateurs permettant d'évaluer rapidement les risques de dégradation des ressources en milieu agricole, etc); qualité et innocuité des produits (effets des engrais de ferme et des matières résiduelles fertilisantes sur la qualité et l'innocuité des cultures, influence des conditions d'élevage sur la performance zootechnique et la qualité des produits animaux, techniques de conservation des fourrages et qualités nutritionnelles, etc).

 

-         Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels : effectue des recherches sur les propriétés des aliments : propriétés fonctionnelles du gras laitier, procédés de séparation chimique de la matière grasse laitière, valeur nutritionnelle des champignons, la modification des huiles végétales et des corps gras, développement des procédés de transformation alimentaire visant à améliorer la qualité des aliments, facteurs alimentaires et hormonaux affectant la qualité du lait chez la vache, effets des acides gras sur la production et la composition du lait, propriétés fonctionnelles des fruits et légumes frais, etc.

 

-         Réseau québécois de phytoprotection : un des plus centre de recherche agricole au Canada, des recherches sont effectuées sur des végétaux dans le but d’améliorer les productions horticoles et végétales : mise au point de stratégies de lutte et détection des organismes nuisibles, impact environnemental des plantes transgéniques, biologie végétale de la pomme de terre, développement de méthodes de conservation de fruits et légumes frais, processus de résistance naturelle des plantes, résistance génétique aux maladies des céréales, développement de méthodes de désherbage des productions végétales, la valeur nutritionnelle des champignons comestibles, etc.

 

-    Transbiotech : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Lévis-Lauzon en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de nouveaux produits en biotechnologie dans les domaines de l'alimentation fonctionnelle, les nutraceutiques, les produits pharmaceutiques et les produits de santé naturels

 

-         Unité de recherche et de développement en agroalimentaire : réalise des projets de recherches sur les conditions biophysiques de la région de l’Abitibi-Témiscamingue dans la valorisation des  ressources agricoles et le développement des marchés.

 

En aménagement, architecture, urbanisme et géomatique :

 

-         Centre de recherche en aménagement et développement de l’Université Laval : important centre de recherche regroupant près d’une centaine de chercheurs intéressés aux problèmes d’aménagement du territoire et de développement local et régional. Les principaux axes de recherches sont les suivants : enjeux stratégiques découlant de l'utilisation croissante de l'automobile comme moyen de transport urbain et interurbain, développement d'une approche intégrée de la gestion de la qualité de l'eau potable, phénomènes actuels de densification et de requalification des banlieues, développement de procédés géomatiques et les méthodes de statistique spatiale et temporelle utiles pour traiter les problématiques liées à l'aménagement du territoire, etc.

 

-         Centre de recherche en développement territorial : regroupant des chercheurs de l’UQAR, l’UQAC, l’UQO et de l’UQAT, ce centre réalise des recherches dans les axes suivants : le développement territorial et l’environnement, le développement durable, etc.

 

-         Centre de recherche en géomatique : le centre de recherche est un regroupement d’experts des universités Laval, Mcgill, Sherbrooke et UQÀM. Ses principaux thèmes de recherches portent sur les sujets suivants : La planification, l’acquisition rapide et précise et la transmission immédiate des données sur le territoire dans l'environnement des nouvelles technologies de l’information NTIC, la transformation des données en information intégrée et « intelligente  et l’accessibilité et la diffusion de cette information dans l'environnement des NTIC.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, de logistique et le transport : le plus importante centre de recherche en matière de transport au Québec et parmi les plus importants au Canada regroupant des chercheurs de l’Université de Montréal, l’École Polytechnique et de HEC Montréal. Les principaux axes de recherche abordés concernant l’aménagement sont les suivants : planification et exploitation des réseaux de transport et la planification et exploitation des réseaux de communication, etc.

 

-    Centre SEVE (centre de interuniversitaire recherche en biologie végétale : centre de recherche interuniversitaire situé à Sherbrooke en Estrie, regroupant des chercheurs des universités de Sherbrooke, Laval, Mcgill, Montréal, UQTR et UQAT, ainsi que d'Agriculture Canada qui s'intéresse aux différents aspects des sciences végétales tels que : écologie du paysage et écologie comportementale (Sherbrooke)

 

-         Chaire de recherche du Canada en aide à la décision territoriale : rattaché au Centre de recherche en aménagement et développement de l’Université Laval, cette chaire développe des instruments et des outils à la gestion territoriale notamment aux niveaux des choix stratégiques et opérationnels dans le domaine de l’habitation, les systèmes d’indicateurs spatiaux dans le processus décisionnel, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en conservation des paysages : cette chaire de l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick cherche à développer de nouvelles approches de conservation des paysages naturels et de gestion des forêts publiques et privées. Ses recherches portent notamment sur l’évaluation de l’intégrité biologique de paysages forestiers, à l’identification de seuils critiques dans la réponse des oiseaux forestiers à l’intensité de la coupe forestière, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en géomatique cognitive – La référence spatiale à la croisée des chemins : tente d’intégrer la référence géodésique et la cognition humaine afin de mettre en œuvre une référence intégrée pour des applications en santé, en planification urbaine, en gestion des forêts, en architecture, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en patrimoine bâti : cette chaire a pour objectif d'étudier la problématique de la perception évolutive de la notion de patrimoine culturel et de la signification qui en résulte, de même que les conséquences de cette évolution sur divers processus.

 

-         Chaire de recherche du Canada en patrimoine urbain de l’UQÀM : regroupant des chercheurs en urbanisme, design de l’environnement, histoire, histoire de l’art et sociologie, cett chaire s’intéresse aux différents aspects du patrimoine urbain et du patrimoine bâti. Les principaux thèmes de recherches sont les suivants : le patrimoine et l’identité urbaine : le rôle du paysage construit, sa conservation et sa valorisation dans les villes du XXIe siècle, les églises canadiennes-françaises et le patrimoine religieux, l’idée de la ville en Nouvelle-France, histoire critique de l’architecture ecclésiale à Montréal, les paysages de la métropolisation : montréalité et projet urbain à l’aube du 21e siècle, les représentations de la ville au Québec du XVIIe au XXe siècles, collection modélisation et mise en réseau interactives des données sur le paysage architectural, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur le patrimoine religieux bâti : tente de mieux connaître le patrimoine religieux bâti du Québec et développer de nouvelles stratégies de conservation et de gestion de ce dernier.

 

-         Chaire multifacultaire de recherche et d’intervention sur la Gaspésie et les Îles : chaire de l’Université Laval réalisant des projets visant le développement et la mise des valeurs des ressources, du patrimoine, des paysages et de la culture, ainsi que la protection des écosystèmes naturels de cette région.

 

-         Chaire UNESCO en paysage et environnement : effectue des recherches dans les thèmes suivants : méthodes et outils d'évaluation, d'aide à la décision et d'audits dans le domaine du paysage et de l'environnement, conception de plate-formes interactives pour l'archivage des paysage et du patrimoine local, régional et national, recomposition sociodémographique des ensembles ruraux, balisage et mise en valeur des paysages d'intérêt, développement durable et nouvelles approches de prise en compte de l'environnement, interfaces paysagères territoriales, analyse des sensibilités paysagères et aménagement du territoire, etc.

 

-         Gault Nature Reserve : réserve naturelle privée sur au Mont-St-Hilaire accessible au public et rattaché à l’Université Mcgill où s’effectue de nombreuses recherches sur le terrain pour différentes disciplines comme l’aménagement, la biologie, la géologie, la géographie, l’astrophysique, l’archéologie, etc.

 

-         Groupe de recherche en ambiances physiques : ses recherches dans le domaine de l’architecture portent sur le confort thermique et sur la nature du contrôle des ambiances physiques et naturelles dans les immeubles non-résidentiels.

 

-         Groupe de recherche en conception et dessin assistés par ordinateur GRCAO : réalise différents projets d’outils informatiques de nouvelle génération pour des applications à l’architecture et au design. Quelques exemples de projets actuels ou passés effectués par ce groupe : création d’une plate-forme virtuelle de création des artistes des nouveaux Complexes Cirque du Cirque du Soleil, Création d’assistants informatiques d’aide à la conception et à la réalisation de la Station spatiale internationale, modélisation de la  Cathédrale de Chartres, création d’un environnement numérique pour les ateliers de l'École d'architecture, etc.

 

-         Groupe de recherche en conservation de l’environnement bâti de l’Université de Montréal : ce groupe s’intéresse aux thèmes de recherches suivants : processus de conservation de l’environnement bâti: politiques et législation, valeurs patrimoniales et planification, normes et méthodes de conservation, etc.

 

-         Groupe de recherche et d’intervention régionales de l’UQAC : ce groupe de recherche interdisciplinaire s’intéresse aux problèmes de développement des collectivités locales et régionales. Ses principaux domaines de recherches sont : aménagement intégrée du territoire et des ressources, environnement et récréotourisme médio-nordique, évaluation des ressources en régions, mise en valeur des espaces nordiques, évaluation environnementale, etc.

 

-         Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional, de l’Est du Québec GRIDEQ : groupe de recherche de l’UQAR  réputé étudie les processus et les conditions de développement des régions tant sur les plans sociaux, économiques, culturelles que géographiques et environnementaux. Les travaux de recherches portent sur les thèmes suivants : mise en valeur des ressources naturelles, évolution du système urbain, organisation et amélioration des situations de travail en général et plus spécifiquement en transport routier des marchandises, aménagement urbain développement des régions semi-urbaines ou rurales, etc.

 

-         Groupe de recherche sur les espaces de travail : groupe de l’École de design industriel de l’Université de Montréal dont son objectif est d'entreprendre des recherches sur les effets de l'environnement physique de travail sur le comportement, le moral et la performance des occupants.

 

-         Groupe GEOIDE (GÉOmatique pour des Itervernants et Décisions Éclairées : ce groupe de recherche multidisciplinaire intègre une multitude sciences appliquées à la géomatique (sciences géomatiques, géographie, ingéniérie, géologie, sciences de la terre, etc).  Ses principaux axes de recherches sont : ressources naturelles (développement d’une technologie de positionnement cinématique ponctuel en temps réel, imagerie spectroscopique: Développement pour les ressources minérales et renouvelables, applications géomatiques adaptées pour l'exploration des ressources et des risques naturels, etc); transports et commerce (fusion intelligente de données pour la navigation aérienne et la gestion des désastres, prochaine génération de systèmes de navigation à base de capteurs mécaniques microélectriques ( MEMS ) pour les véhicules, les déplacements des individus ainsi que leur localisation, etc); environnement et milieu marin (observation des catastrophes et désastres naturels, Un système intégré d'aide à la décision pour la gestion de bassins hydrologiques, la géomatique marine et l'analyse des risques dans la zone côtière, etc); santé, développement social et services (Une interface cartographique pour l'exploration multidimensionnelle des indicateurs de santé environnementale sur le web, variations spatiales dans le domaine de la santé et du développement humain, etc).

 

-    Groupe interdisciplinaire de recherche en agroforesterie de l'Université Laval : regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines (agronomie, foresterie, biologie, géographie, économie rurale, etc), il s'intéresse aux questions écologiques et techniques reliées à la pratique de l'agroforesterie comme : l'agroforesterie des milieux tropicaux et subtropicaux, l'agroforesterie des milieux tempérés, etc.

 

-         Institut de recherche en histoire de l’architecture des Universités de Montréal et Mcgill : un des plus importants centres de recherches en Amérique du Nord dans ce domaine avec plus d’une quarantaine de chercheurs intéressés à l’histoire de l’architecte tant ancienne que moderne.

 

-         Laboratoire d’écodesign : Son objectif est d'évaluer les impacts sur l'environnement d'un système comprenant l'ensemble des activités associées à un produit, un procédé ou à un service, depuis l'extraction des matières premières jusqu'à l'élimination des déchets.

 

-         Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle : réalise des recherches dans les axes suivants : histoire critique de l'architecture canadienne contemporaine, développement de dispositifs pédagogiques pour l'enseignement de la conception architecturale et le support des pratiques réflexives en aménagement, documentation numérique raisonnée et analyse des concours canadiens d'architecture et d'aménagement, formulation de propositions potentielles d'aménagement, etc.

 

-         Laboratoire de géomatique et d’analyse spatiale : ses principaux sujets de recherches sont : l'analyse multi-échelle de paysages à partir de données de télédétection, la simulation à l'aide d'automates cellulaires et de systèmes multi-agents, la modélisation de la dynamique spatio-temporelle d'écosystèmes forestiers à partir de modèles centrés sur l'individu, etc. Les principaux domaines d’application sont les territoires forestiers et agroforestiers et les transports.

 

-         Observatoire de recherches internationales sur l’eau : rattaché à l’Institut québécois des hautes études internationales, on y étudie les divers problématiques de la gestion des ressources en eau, de surface comme souterraines, dans le contexte des relations internationales et des écosystèmes transfrontaliers.

 

-         Observatoire sur la ville intérieure : Il vise à rassembler, à générer et à diffuser les informations nécessaires à la compréhension de l’évolution de la ville intérieure montréalaise. Ses axes portent sur l’élaboration d’un système d’informations à références spatiales (SIRS) sur la ville et l’aménagement des espaces restreints et à densité élevée du centre-ville de Montréal.

 

-         Projet Vietnam : est un projet de partenariat universitaire en coopération et développement sur la densification des quartiers de Hanoi au Vietnam. Les objectifs des recherches sont d'améliorer le milieu et les conditions de vie quotidienne des quartiers urbains centraux, d'établir un réseau de concertation et d'intervention entre l’Université les acteurs locaux et intervenants municipaux d’Hanoi.

 

-         Regroupement en hydro-météorologie appliquée HYMAP : regroupe des chercheurs de l’Université Laval, de l’Université Mcgill, de l’UQAC, de l’UQAR de l’U.Q.T.R., de l’Université de Montréal et de l’I.N.R.S. Eau-Terre-Environnement provenant de diveres disciplines (génie civil, génie de la construction, sciences des sols, sciences de l’atmosphère, géologie, géographie, sciences du bois, sciences de la terre et sciences géomatiques.  Il s’intéresse à la gestion de la ressource d’eau par bassin versant dans une perspective de développement durable. Les principaux thèmes de recherches sont : eaux de surface, eaux atmosphériques, eaux souterraines, écohydrologie, eaux de consommation et gestion territoriale, observation et représentation du territoire et gouvernance et réglementation.

 

En biologie :

 

Voir aussi la section « foresterie » un peu plus bas.

 

-         Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, , en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

-    Biopterre : centre collégial de transfert de technologie rattaché à l'Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière et du Cégep de La Pocatière dans le Bas-St-Laurent qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de bioproduits végétaux pour les secteurs de l'agriculture, de la foresterie, de l'horticulture ornementale, de l'environnement, etc.

 

-         Centre d’études nordiques : un des plus importants centres de recherches sur le milieu nordique au monde réalise des travaux tels que : évaluation de la réaction et de l’adaptation des écosystèmes nordiques face au changement de climat, les propriétés des lacs nordiques, problèmes pratiques de conservation et gestion fauniques des mammifères soumis à des conditions hivernales rigoureuses, etc.

 

-         Centre de conservation et des sciences aviaires de Mcgill : ce centre est spécialisé dans la recherche sur les oiseaux. Des travaux sont effectués notamment sur comportement, l'écologie, la nutrition, la toxicologie, la physiologie reproductrice et la parasitologie d'oiseaux domestiques et sauvages et la gestion d’espèces en voie de disparition.

 

-         Centre de recherche Biomed de l’UQÀM : regroupant des chercheurs en biochimie et en biologie (physiologie cellulaire), ce centre effectue des recherches médicales avec des expertises de chercheurs en biologie, biochimie, microbiologie et chimie.

 

-         Centre de recherche en biologie forestière de l’Université Laval : plus important centre de recherche en foresterie au Québec. Il est spécialisé dans la recherche sur les écosystèmes forestiers dont la protection des forêts contre les ennemis biologiques comme les champignons et les insectes rongeurs; l’aménagement et l’amélioration des ressources forestières et la restauration des sites forestiers dégradés.

 

-    Centre de recherche en biotechnologies marines : situé à Rimouski au Bas-St-Laurent et rattaché à l'UQAR, ce centre s'intéresse aux propriétés physico-chimiques produits marins et des plantes marines et au développement d'applications de toutes sortes (agriculture, environnement, traitement des eaux, etc) des biotechnologies marines

 

-         Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’I.N.R.S. : important organisme multidisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de disciplines variées. Ses principaux domaines de recherches reliés à la biologie sont : biogéochimie et contamination (écotoxicologie marine, effets et changements des polluants environnementaux dans les écosystèmes aquatiques, limnologie du plancton, écologie aquatique, écophysiologie, etc).

 

-         Centre de recherche en toxicologie de l’environnement TOXEN : ses principaux axes de recherches sont les suivants :toxicologie moléculaire, cellulaire et biochimique, toxicologie et physiologie et l’écotoxicologie.

 

-         Centre de recherche et de développement en horticulture d’Agriculture Canada : situé à St-Jean-sur-Richelieu en Montérégie, ce centre concentre ses recherches en horticulture. Bien que la majorité des recherches concernent l’agronomie, les projets suivants concernent également la biologie : recherche et isolement de nouvelles huiles essentielles à partir de la flore québécoise, recherche et isolement de nouvelles sources d'insecticides et de fongicides botaniques à partir d'extraits de plantes, d'extraits de neem et d'huiles essentielles, dynamique des populations d’Ambrosia, écologie comportementale des parasites, biologie, dynamique et développement de seuils de ravageurs des petits fruits, étude sur la régie de production de plantes aquatiques et d'espèces ligneuses indigènes, amélioration génétique des rosiers arbustifs, lutte intégrée des insectes d'importance horticole, etc.

 

-         Centre de recherche environnementale sur le pétrole et les gaz extracôtiers : situé à Darmouth (Nouvelle-Écosse), ce centre de recherche de Pêches et Océans Canada s’intéresse aux impacts environnementaux et océanographiques causés par l’exploration, la production et le transport du pétrole extracôtier. Voici quelques exemples de projets réalisés : impacts éventuels d’un relevé sismique sur le crabe des neiges au large de l’île du Cap-Breton, impacts éventuels de relevés sismiques sur la physiologie de l’appareil auditif et le comportement des poissons dans le fleuve Mackenzie, étude de la communauté benthique, atlas électronique des œufs et des larves de poisson sur la plate-forme Néo-Écossaise et les zones adjacentes, etc.

 

-         Centre de recherche interdisciplinaire sur la biologie, la santé, la société et l’environnement CINBIOSE : regroupe des chercheurs en biologie, kinanthropologie, sociologie, gestion, sciences juridiques, communications et danse à l’UQÀM. Des recherches sont effectuées dans le domaine de la santé environnementale et de la santé au travail. Les principaux axes de recherches sont : neurotoxicologie humaine, ergonomie, la santé des travailleuses, etc.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche en toxicologie CIRTOX : regroupe 34 chercheurs et 10 professionnels de recherche en santé environnementale et santé au travail des Universités de Montréal et UQÀM qui effectuent  des recherches sur l’évaluation des risques de toxicité chez les humains, les animaux, les végétaux et sur le climat de contaminants chimiques, biologiques ou physiques. Ses principaux thèmes de recherches sont : le développement de biomarqueurs d'exposition aux substances toxiques, la modélisation toxicologique, la présence de mélanges de polluants, l'étude toxicologique des métaux et l'hygiène industrielle. : effectue des recherches sur l’évaluation des risques de toxicité chez les humains, les animaux, les végétaux et sur le climat de contaminants chimiques, biologiques ou physiques.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche sur le saumon d’Atlantique : on y effectue des recherches sur les facteurs environnementaux et génétiques qui contrôlent la production du saumon d’eau douce.

 

-         Centre de recherche sur les climats et les changements globaux de Mcgill : s’intéresse aux interactions physiques, biologiques et chimiques du processus de régulation de l’environnement du globe. Dans le biologie, des recherches sont effectuées sur les impacts des changements climatiques en écologie des plantes.

 

-    Centre SEVE (centre de interuniversitaire recherche en biologie végétale : centre de recherche interuniversitaire situé à Sherbrooke en Estrie, regroupant des chercheurs des universités de Sherbrooke, Laval, Mcgill, Montréal, UQTR et UQAT, ainsi que d'Agriculture Canada qui s'intéresse aux différents aspects des sciences végétales tels que : conservation des fruits et légumes frais: induction de résistance aux maladies, écologie des micro-organismes végétaux, écologie microbienne des sols, biologie et génétique moléculaire des plantes, biologie cellulaire et moléculaire des plantes, phytopathologie, stratégies de contrôle des insectes nuisibles, Biologie évolutive des insectes parasites, adaptation des plantes aux stress de l’environnement, biodiversité et conservation des pollinisateurs indigènes, pathologie des cultures légumières, amélioration du rendement dans l'utilisation d'engrais, etc.

 

-         Centre St-Laurent : important organisme de recherche d’Environnement Canada situé à Montréal, il est entièrement consacré aux écosystèmes fluviaux du St-Laurent. On y effectue des recherches sur la biodiversité fluviale (introduction d’espèces non indigènes et l’évaluation de l’impact sur la biodiversité); rejets urbains (écotoxicologie des rejets urbains, impact des rejets urbains sur la santé des poissons, chimie environnementale des rejets urbains); transport à distance des polluants atmosphériques (suivi spatio-temporel des lacs); suivi de l’état de santé du St-Laurent (suivi de la végétation des milieux humides, suivi de la qualité de l’eau, dynamique des glaces sur le tronçon fluvial Varennes-Sorel, etc).

 

-         Chaire de recherche du Canada en aquaculture : étudie la production de juvéniles en aquaculture et mise au point de pratiques d’élevage plus performantes limitant les impacts sur les populations naturelles.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biocontrôle : les principes écologiques et les mécanismes qui régissent les interactions avec les communautés d’anthropodes. Ces recherches permettront d’élaborer des méthodes de biocontrôle viables comme solution de rechange à l’usage des pesticides chimiques en agriculture, en horticulture et en foresterie.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biodiversité : étudie les effets de la perte de biodiversité sur les écosystèmes de la Terre afin de mieux comprendre les causes de disparition d’espèces et ses effets sur le fonctionnement des écosystèmes.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biotechnologie et en environnement : La recherche vise à faire pousser des plantes soigneusement choisies dans des conditions optimales de manière à tirer avantage de leur propriété naturelle à absorber les contaminants. Ces recherches permettront l’élaboration de nouvelles technologies utilisant des plantes afin d’assainir les sites contaminés et, éventuellement, de mettre en place des solutions de décontamination moins coûteuses et plus esthétiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en conservation des écosystèmes nordiques : étudie le fonctionnement des écosystèmes nordiques afin d’élaborer de préservation de ces écosystèmes.

 

-         Chaire de recherche du Canada en conservation des paysages : cette chaire de l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick cherche à développer de nouvelles approches de conservation des paysages naturels et de gestion des forêts publiques et privées. Ses recherches portent notamment sur l’évaluation de l’intégrité biologique de paysages forestiers, à l’identification de seuils critiques dans la réponse des oiseaux forestiers à l’intensité de la coupe forestière, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en conservation génétique des ressources aquatiques : effectue la gestion et conservation génétiques des espèces d’eau douce afin de permettre une meilleure gestion de cette ressource naturelle.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écologie comportementale : on y étudie les caractéristiques du comportement et des cycles biologiques d'animaux sauvages.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écologie des eaux douces : étudie la structure et du fonctionnement des communautés de poissons dans les lacs du bouclier laurentien afin de mieux connaître et mieux protéger es écosystèmes d’eau douce (Fleuve St-Laurent, lacs et rivières).

 

-         Chaire de recherche du Canada en écologie et aménagement forestier durable : étudie les perturbations naturelles (feux, épidémies d’insectes, etc.) dans la forêt boréale afin d’améliorer les techniques d’aménagement forestier.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écologie et en conservation aquatiques : on y étudie les conséquences écologiques et évolutionnaires des stratégies respiratoires des poissons et le rôle des eaux pauvres en oxygène dans le maintien, le déclin et le rétablissement de la diversité aquatique.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écologie spatiale et écologie du paysage : Mesure l’influence de la structure du paysage sur le mouvement des oiseaux à l’échelle du territoire, de la population et des migrations afin de créer des outils de planification et de gestion du territoire pour la protection de la biodiversité dans les forêts et les milieux agricoles.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écosystèmes marins arctiques et changement climatique : étudie les flux biogéochimiques de l’écosystème de la marge continentale du Mackenzie (Mer de Beaufort).

 

-         Chaire de recherche du Canada en écotoxicologie marine de l’UQAR : effectue des recherches telles que : marais côtiers du Saint-Laurent maritime, Biodégradation et toxicité des hydrocarbures pétroliers, Séquestration des hydrocarbures aromatiques polycycliques (puissant bioacide), Biomolécules marines actives, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écotoxicologie moléculaire appliquée aux milieux côtiers et en hautes latitudes de l’UQAR : L'objectif premier de la chaire est de contribuer à la compréhension de l'impact des stress anthropiques et naturels sur l'évolution à court et long termes des écosystèmes côtiers des hautes latitudes.

 

-         Chaire de recherche du Canada en études des écosystèmes aquatiques : cherche à mieux comprendre le rôle fonctionnel et structural de la biodiversité à la base du réseau alimentaire dans l'écosystème, des réponses de la communauté aquatique face aux changements environnementaux et des implications de ces réponses sur la préservation et la gestion future des ressources aquatiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génétique quantitative de l’évolution : nouvelle chaire de l’Université d’Ottawa qui cherche à comprendre les causes et les conséquences du choix des partenaires sexuels dans le contexte de l’évolution chez différentes espèces animales.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génomique fonctionnelle de la transduction de signaux chez les plantes : étude les mécanismes du développement des plantes, ce qui permettra de développer des applications biotechnologiques en agriculture particulièrement.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur l’écologie et la conservation des primates : étudie de quelle façon la synergie de la nutrition et du parasitisme influe sur la taille des populations de primates.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur la Forêt habitée de l’UQAR : effectue des recherches telles que : utilisation de diverses techniques de paléoécologie pour comprendre le développement à long terme des écosystèmes forestiers, des populations animales le long des gradients d'habitats dans le milieu forestier, études fondamentales liées à la compréhension de la régénération après perturbation et les relations climat-reproduction chez les arbres, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les écosystèmes nordiques de l’UQAR : effectue des recherches telles que : sélection de l’habitat de 4 espèces de rorquals dans le fleuve St-Laurent, relations trophiques dans la communauté de mammifères terrestres à l’île Bylot, relations entre les porcs-épics et l'écosystème forestier nordique, Écologie comportementale des écureuils roux de la forêt boréale à Kluane, Yukon, etc.

 

-         Chaire de recherche de l’Île d’Anticosti : au cœur d’une des plus riches régions fauniques et forestières du Québec, on y effectue des recherches sur l’impact les densités animales élevées sur les écosystèmes forestiers (notamment les cerfs), sélection de l’habitat et quête alimentaire du Cerf de Virginie, recherche et développement de stratégies sylvicoles adaptées aux populations animales herbivores, etc.

 

-         Chaire de recherche en conservation des écosystèmes nordiques : les recherches de cette chaire visent à mieux comprendre fonctionnement des écosystèmes nordiques et les impacts des activités humaines sur ceux-ci.

 

-         Chaire de recherche en paléobiologie et biologie évolutive : nouvelle chaire de recherche de l’UQAR s’intéresse au patrimoine paléontologique des vertébrés, tout particulièrement des poissons et autres espèces marines dans la région Nord-Est de l’Amérique du Nord.

 

-         Chaire de recherche Pêches et Océans Canada en acoustique marine appliquée : rattaché au Groupe interuniversitaire de recherche océonographique et l’Institut Maurice Lamontagne de recherche en sciences de la mer de Rimouski, cette chaire s’intéresse aux différentes sons émis par les baleines et autres espèces animales dans les fonds sous-marins.

 

-         Gault Nature Reserve : réserve naturelle privée sur au Mont-St-Hilaire accessible au public et rattaché à l’Université Mcgill où s’effectue de nombreuses recherches sur le terrain pour différentes disciplines comme l’aménagement, la biologie, la géologie, la géographie, l’astrophysique, l’archéologie, etc.

 

-         Groupe de recherche BioNord : étude la biodiversité des écosystèmes soumis à une longue saison froide. Ses principaux domaines de recherches sont : écophysiologie des animaux arctiques, écologie moléculaire et génétique des populations de crustacés arctiques, écologie forestière et paléoécologie arctique, écologie des végétaux de l’arctique, écologie des oiseaux côtiers, conservation et biologie évolutive des vertébrés aquatiques, écologie marine, conservation et mise en valeur des mammifères arctiques, écologie et zoologie des mammifères arctiques, etc.

 

-         Groupe de recherche en biologie végétale de l’UQTR : ses principaux domaines de recherches en biologie végétale sont : conception et analyse de macromolécules d’intérêt pour le monde végétal, dynamique et écologie des populations et communautés végétales en milieu arctique, études de composés d'origine végétale possédant un intérêt en phytoprotection ou phytothérapie, analyse spectroscopique des pigments végétaux et synthétiques, etc.

 

-         Groupe de recherche en aménagement durable et intégré des forêts : on effectue des recherches afin de développer de nouvelles stratégies d’aménagement durable des écosystèmes forestiers, l'évaluation des effets de l'aménagement forestier sur la croissance et la régénération de la végétation, la faune et l'eau.

 

-         Groupe de recherche en biopathologies cellulaires et moléculaires de l’UQTR : ses champs d’intérêts et de recherches sont : étude des membranes cellulaires, Virulence bactérienne et résistance aux antibiotiques, Régulation cellulaire et moléculaire de l'apoptose au niveau de la gynéco-pathologie (cancers du sein, de l'utérus et de l'ovaire), etc.

 

-         Groupe de recherche en écologie comportementale et animale : effectue diverses recherches sur le comportement d’animaux sauvages, la gestion des espèces menacées et la gestion d’organismes nuisibles tels que : études sur les impacts des chenilles folivores sur le milieu agricole et forestier et développement de méthodes de lutte biologique, contrôle des populations d’oies blanches, études des comportements de diverses espèces menacées de disparition, etc.

 

-    Groupe de recherche en recyclage biologique et aquiculture de l'Université Laval (voir aussi la page suivante) : s'intéresse au domaine de l'aquiculture (alimentation et nutrition des poissons, alimentation et nutrition des crustacés) et en biotraitements des eaux (traitement tertiaire d'effluents urbains, agroalimentaires et piscicoles, recyclage biologique des algues, daphnies et poissons, valorisation par biomasse des résidus marins, biotechnologie marine, etc).

 

-         Groupe de recherche en ressources renouvelables en milieu boréal : les thèmes de recherches sont les suivants : dynamique de la forêt boréale, les mécanismes de régénération de la forêt après perturbations (feu, épidémies, chablis, coupe) des essences forestières boréales, la production de plants forestiers sous serres, les modèles de croissance d'arbre, la télédétection, les méthodes et les techniques d'inventaire, la chimie des produits naturels d'origine végétale et leur potentiel pharmacologique, la dynamique des écosystèmes aquatiques en forêt boréale : distribution et alimentation des jeunes éperlans arc-en-ciel du lac Saint-Jean; écologie des lacs vides au Saguenay-Lac-Saint-Jean; impact de l'activité forestière sur les écosystèmes aquatiques.

 

-         Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins : organisme privé à but non lucratif situé à Tadoussac relié au Centre d’interprétation des mammifères marins, ce groupe se consacre à la conservation des mammifères marins dans leur habitat naturel, l’étude du comportement de ces mammifère, à  l’étude du comportement et du fonctionnement des écosystèmes marins et au développement d’outils éducatifs pour l’interprétation des mammifères marins.

 

-         Groupe de recherche interuniversitaire en écologie forestière : on effectue des recherches sur la dynamique de la croissance des arbres en plantation, l’amélioration, la propagation et la plantation d’essences forestières (reboisement avec des feuillus nobles, croissance des plantes forestières, biotechnologie), l’aménagement durable des forêts naturelles, etc.

 

-         Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie : effectue des recherches sur les écosystèmes aquatiques sains et pollués, en écologie des espèces animales marines, en écotoxicologie, etc. Il est le seul centre de recherche en écologie des eaux douces de l’Est du Canada.

 

-         Groupe de recherche sur les écosystèmes aquatiques de l’UQTR : occupant une position stratégique au cœur de la plaine du Saint-Laurent et à proximité des milliers de lacs et rivières du bouclier laurentien, il réalise de nombreuses recherches dans les domaines suivants : écosystèmes fluviaux du Lac St-Pierre interactions des bassins versants et les écosystèmes aquatiques, comportement et morphologie des poissons, impacts des coupes forestières sur les écosystèmes aquatiques, aménagement des frayères, zone de transition estuaire du fleuve St-Laurent, réseaux trophiques, etc.

 

-    Groupe interdisciplinaire de recherche en agroforesterie de l'Université Laval : regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines (agronomie, foresterie, biologie, géographie, économie rurale, etc), il s'intéresse aux questions écologiques et techniques reliées à la pratique de l'agroforesterie comme : l'agroforesterie des milieux tropicaux et subtropicaux, l'agroforesterie des milieux tempérés, etc.

 

-         Institut de l’environnement de l’Université d’Ottawa :important organisme de recherche dans le domaine de l’environnement au Canada. Il réalise de nombreuses recherches couvrant tous les secteurs de l’environnement (effets des contaminants chimiques, biologiques,  physiques, radiologiques et autres sur l’environnement géographie, biologique, géophysique et atmosphérique). Il s’intéresse également aux effets biologiques du rayonnement ionisant, (il abrite le Centre international de recherche sur les faibles doses de radiation).

 

-         Institut de recherche en biologie végétale : situé sur le site du Jardin Botanique à Montréal, il effectue des recherches sur le fonctionnement et la structures des cellules des plantes, la reproduction et génétique végétale, évolution des végétaux, aménagement des écosystèmes végétaux, etc.

 

-         Institut des biosciences marines : centre de recherches du Gouvernement du Canada situé à Halifax en Nouvelle-Écosse qui effectue de nombreuses recherches dans les domaines de l’aquaculture, les toxines naturelles et les technologies avancées en biosciences marines. Des projets tels que les suivants sont en cours : transformation des déchets de poisson en produits à valeur ajoutée, causes des mortalités et de la faible croissance chez les mollusques et les crustacés, méthodes d’analyse des toxines des planctons, mollusques et crustacés, étude des espèces nuisibles responsables de l’empoisonnement par les crustacés et les coquillages chez les humains, séquençage du génome de la bactérie qui cause de graves maladies chez les salmonidés, etc.

 

-         Institut des sciences de la mer de Rimouski : important centre de recherche sur tous les aspects physiques, chimiques et biologiques de la mer dont : développement de nouvelles de décontamination des polluants du St-Laurent, Les effets du rayonnement ultraviolet sur les premiers maillons de la chaîne alimentaire, L'étude de l'impact de contaminants sur les écosystèmes côtiers, L'importance des changements climatiques aux échelles locale et globale, écotoxicologie en milieux côtiers, la détection et localisation des baleines d'après leurs vocalisations spécifiques, développement de pratiques d'élevage  aquicoles, etc.

 

-         Institut national de recherche sur les eaux : cet institut de recherches d’Environnement Canada est le plus important organisme de recherche sur l’eau au pays et est situé à Burlington en Ontario. Les principaux domaines de recherches effectuées sont : assainissement des écosystèmes aquatiques, rétablissement des écosystèmes aquatiques touchées par les pluies acides, effets des changements climatiques, causes des concentrations assez élevées de mercure dans des poissons prédateurs de divers lacs des Territoires du Nord-Ouest, propagation et la persistance des OGM dans les écosystèmes aquatiques, impact des pratiques courantes ou nouvelles de travail du sol et de gestion des engrais et des fumiers sur le volume et la qualité de l’eau, mise en application des techniques microbiologiques, moléculaires et chimiques pour localiser les sources de pollution fécale dans les Grands Lacs, contamination par les pesticides des aquifères peu profonds et des eaux réceptrices en aval, importance et des effets des produits thérapeutiques dans l’environnement au Canada, etc.

 

-         Institut québécois d’aménagement de la forêt feuillue : est un organisme privé sans but lucratif dont les recherches portent sur le développement de méthodes d’intervention visant l’augmentation des essences feuillues, développement de techniques et dégagement et d’élagage dans une plantation de pin blanc, développement des méthodes gestion et d’aménagement des forêts feuillues et mixtes, etc.

 

-         Laboratoire d’analyse et de séparation des essences végétales : effectue des recherches concernant l’analyse, de séparation et d'extraction d'huiles essentielles, plus généralement d'extraction de produits naturels à partir de plantes.

 

-         Laboratoire national des essais environnementaux : laboratoire de recherche d’Environnement Canada situé à Gatineau. De nombreuses recherches et des expertises dans le domaine de l’environnement y sont effectuées sur les écosystèmes prioritaires, la conservation de la diversité biologique, la réduction des menaces que représentent les substances toxiques, la réduction des impacts humains sur les écosystèmes, les urgences environnementales et la bonne gestion environnementale. 

 

-         Laboratoire régional des sciences aquatiques de l’Université Laval : effectue des recherches afin de développement de nouvelles technologies et expertises en sciences marines, principalement dans les secteurs des pêches et de l’agriculture. Les projets actuellement en cours portent sur : amélioration génétique des stocks de poissons, étude des mécanismes d'utilisation des oligo-éléments dans la bouche microbienne, effet du rayonnement ultraviolet sur la phytoplanton, comportement et physiologie chez les poissons, croissance des micros-algues, élevage de jeunes stades (larves, juvéniles) de poissons et d'invertébrés, etc.

 

-         Mcgill Arctic Research Station MARS : situé au Nunavut, cette station de recherche concentre ses projets sur tout ce qui concerne la région arctique tels que : la glaciologie, les changements de climats, l’hydrologie polaire, la géologie, la géomorphologie, la limnologie, l’archéologie et la microbiologie nordique.

 

-         Observatoire de l’environnement et du développement durable : effectue de nombreuses recherches reliées à l’environnement telles que : analyse des changements climatiques à l’échelle du continent, développement d’indicateurs du changement de l’environnement, la toxicité des mieux aquatiques, l’amélioration des eaux et des sols contaminés, utilisation optimale des biotechnologies à l’environnement, études sur les risques et les impacts de catastrophes environnementales, gestion des déchets industriels, développement des énergies renouvelables, etc.

 

-         Québec Océan : le plus important centre de recherches océanographiques au Canada et des plus réputés au monde, regroupe plusieurs universités québécoises. On réalise des travaux concernant le fonctionnement des écosystèmes marins, écotoxicologie marine, climat des écosystèmes marins arctiques, écologie des algues nuisibles, reproduction des moules, la géologie des océans, la décontamination des polluants, etc.

 

-         Station de biologie des Laurentides : un des plus importants centres de recherches en biologie au Canada, il réalise des recherches en écologie marine (on y a acquis une expertise sur les algues aquatiques), en écologie terrestre (on y a acquis une expertise concernant les études des sols forestiers et les conséquences de la pollution atmosphérique dans la croissance des arbres), en écotoxicologie (une expertise a été développée sur la toxicité des métaux lourds dans les lacs) et en météorologie (des études sur la concentration des pluies en métaux).

 

En chimie :

 

-        Centre de recherche, développement et validation des technologies et procédés en traitement des eaux CREDEAU : rattaché à l'École Polytechnique.

-         Centre de recherche en électrochimie et catalyse : tente de développer de nouveaux matériaux électrocatalyseurs qui serviront à des applications de piles à combustible, de batteries et d’électrolyseurs.

 

-         Centre de recherche en science et ingénierie des macromolécules : on y effectue des recherches chimiques en vue de développer de nouveaux matériaux polymères (plastique, composites) afin d’améliorer la qualité des matériaux utilisés dans la fabrication de matériel médical et chirurgical, d’aéronefs, de véhicules, de vestes pare-balles, etc.

 

-         Centre de recherche en science et technologie du lait STELA : effectue des recherches sur les propriétés et les protéines des produits laitiers, développement des procédés d’amélioration de la qualité des produits laitiers, développement de nouvelles techniques de fabrication des fromages et autres produits laitiers, etc.

 

-         Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’I.N.R.S. : important organisme multidisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de disciplines variées. Ses principaux domaines de recherches reliés à la chimie ou à la biochimie sont : biogéochimie et contamination (écotoxicologie des métaux principalement en milieu aquatique, bio-accumulation des résidus des éléments traces dans le milieu aquatique, contaminants chimiques dans l’eau, biogéochimie des contaminants organiques, etc).

 

-   Centre de recherche en biotechnologies marines : situé à Rimouski au Bas-St-Laurent et rattaché à l'UQAR, ce centre s'intéresse aux propriétés physico-chimiques produits marins et des plantes marines et au développement d'applications de toutes sortes (agriculture, environnement, traitement des eaux, pharmaceutique, cosméceutique, etc) des biotechnologies marines

 

-         Centre de recherche en optique, photonique & laser COPL de l’Université Laval : effectue notamment des recherches en physique pour les technologies du laser, ainsi que sur les aspects physiques pour les domaines de l’optique, de la photonique et la microélectronique. Dans le domaine de la chimie, des recherches y sont effectuées en chimie analytique, spectrocopie laser, chimie des polymères et chimie théorique.

 

-         Centre de recherche en science et technologie du lait STELA : effectue des recherches sur la caractérisation des protéines et peptides, sur les contaminants des aliments (pathogènes, virus, bactéries, etc), qualité et innocuité des aliments, propriétés physico-chimiques du lait et aux bioprocédés de transformation des produits laitiers, etc.

 

-         Centre de recherche en toxicologie de l’environnement TOXEN : ses principaux axes de recherches sont les suivants :toxicologie moléculaire, cellulaire et biochimique, toxicologie et physiologie et l’écotoxicologie.

 

-         Centre de recherche environnementale sur le pétrole et les gaz extracôtiers : situé à Darmouth (Nouvelle-Écosse), ce centre de recherche de Pêches et Océans Canada s’intéresse aux impacts environnementaux et océanographiques causés par l’exploration, la production et le transport du pétrole extracôtier. Voici quelques exemples de projets réalisés : identification et évaluation de la toxicité des composantes toxiques du pétrole résiduel, le devenir et les effets du pétrole chimiquement dispersé, la dégradation améliorée de résidus d’hydrocarbures par l’utilisation de méthodes d’oxydation à la fois chimique et biologique, etc.

 

-         Centre de recherche sur les matériaux auto-assemblés : organisme regroupant des chercheurs de l’Université Mcgill, Université de Montréal, Université Concordia, Université Laval, Université de Sherbrooke et de l’UQÀM. Il réalise des recherches sur les matériaux liquides-cristalline, les polymères auto-assemblés, organisation 2D et interfaces biologiques, etc.

 

-    Centre de recherche sur les matériaux avancés de l'Université Laval : conçoit et développe des nouveaux matériaux avancés en utilisant des macromolécules naturelles ou synthétiques (pour des applications telles que : systèmes infrarouge, appareils d'IRM, transistors, piles solaires, etc), des nanoparticules hybrides (pour des applications en bio-photonique ou en imagerie médicale) et en biomatériaux (développement de nouveaux implants biocompatibles pour le corps humain)

 

-    Centre de recherche sur les matériaux lignocellulosiques de l'UQTR (anciennement connu sous Centre de recherche sur les pâtes et papiers) à Trois-Rivières, le plus important organisme de recherche en génie papetier en Amérique du Nord. Il s'intéresse notamment aux domaines tels que : blanchiement du papier, modification chimique, procédés de désencrage, développement de nouveaux produits de papier, valorisation des résidus, etc.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec situé à Québec et à Montréal, développe différentes technologies dans diveres types d’industries afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés. Dans le grand secteur « technologies de l’environnement », des projets tels que les suivants ont été réalisés : mise au point de méthodes d’analyses de l’eau, mise au point de méthodes d’analyses des sols contaminés, mise au point de méthodes d’analyses de l’air, développement et mise au point de méthodes de traitement des matières contaminées par les métaux lourds, synthèse de nouvelles molécules pour les industries du plastique et du caoutchouc, formulation d’additfs pétroliers pour les industries pétrochimiques, mise au point d’additifs pour les centrales thermiques, etc.

 

-         Centre de technologie environnementale d’Environnement Canada : situé à Ottawa, ce centre de recherches du Gouvernement du Canada réalise diverses recherches afin d’améliorer la qualité de l’environnement dans l’ensemble des régions du pays. Ses principaux axes de recherches sont : L’air propre (les tendances de la qualité de l’air dans les villes canadiennes, les épisodes de smog, la pollution atmosphérique, la pollution des véhicules, etc); l’eau propre (la décontamination des glaces, mesures d’intervention in situ en cas de déversement, les déversements de pétrole scrutés au laser, etc); les sols propres (le traitement des sols contaminés, les applications des procédés assistés par micro-ondes pour l’extraction des contaminants des sols, etc).

 

-         Centre interuniversitaire de recherche en toxicologie CIRTOX : effectue des recherches sur l’évaluation des risques de toxicité chez les humains, les animaux, les végétaux et sur le climat de contaminants chimiques, biologiques ou physiques.

 

-    Centre national en électrochimie et technologies environnementales :  centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Shawinigan en Mauricie qui qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de bioprocédés environnementaux (biopesticides, biocarburants, biocapteurs, etc)

 

-         Centre St-Laurent : important organisme de recherche d’Environnement Canada situé à Montréal, il est entièrement consacré aux écosystèmes fluviaux du St-Laurent. On y effectue des recherches notamment en chimie environnementale des rejets urbains.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biologie chimique : étudie les molécules discrètes dans les systèmes biologiques complexes afin de faire progresser la mise au point de médicaments et d’agents catalyseurs.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biomatériaux polymères : des recherches sont effectuées afin de développement de nouveaux matériaux pour le secteur de la santé et l’industrie pharmaceutique.

 

-         Chaire de recherche du Canada en chimie biologique : effectue des études de synthèse et de radiocrystallographie sur l’ADN modifié afin de traiter et d’étudier les maladies des êtres humains

 

-         Chaire de recherche du Canada en chimie organique et médicinale : cherche à développer de nouvelles manières de préparer les molécules bioactives qui serviront à onder des protéines d'intérêt thérapeutique. Voir aussi la page suivante.

 

-         Chaire de recherche du Canada en chimie thérapeutique de l’Université d’Ottawa : cette chaire vise la découverte de nouveaux composés qui serviront à prévenir et à traiter les maladies.

 

-         Chaire de recherche du Canada en chimie thérapeutique de l’UQÀM : s’intéresse tout particulièrement aux mécanismes moléculaires impliqués dans certaines infections bactériennes ou lors de la transplantation d'organes.

 

-         Chaire de recherche du Canada en chimie verte : recherche de solutions sans danger pour l’environnement aux effets nocifs des procédés chimiques industriels.

 

-         Chaire de recherche du Canada en décontamination environnementale : cette chaire développement des procédés chimiques et biologiques pour décontaminer les boues, les sols et autres rejets industriels et urbains.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écotoxicologie des métaux : étudie les répercussions des métaux dans le milieu aquatique et développe des outils écotoxicologiques en rejets des métaux.

 

-         Chaire de recherche du Canada en oncologie moléculaire : Cette chaire cherche à mieux comprendre les mécanismes moléculaires en cause dans l'angiogenèse tumorale, c'est-à-dire la formation de vaisseaux sanguins qui nourrissent les tumeurs cancéreuses et leur permettent de proliférer.

 

-         Chaire de recherche du Canada en photochimie appliquée : étudie les mécanismes de réaction dans les systèmes hétérogènes, de la catalyse et de la photochimie induite par laser en vue d’applications en photonique, en catalyse et dans le domaine de la santé.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les catalyseurs organométalliques : nouvelle chaire de l’Université de Montréal dont l’objectif est de développer des outils axés sur les catalyseurs organométalliques pour produire des réactions organiques efficaces pour des applications en chimie médicinale et en pharmacologie.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les nanostructures et interfaces conductrices d’électricité : met au point de nouveaux matériaux pour l’électronique et recherche d’applications nouvelles en électronique, optoélectronique, capteurs et dispositifs pour la conversion d’énergie.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les structures organiques ultraminces et membranaires : nouvelle chaire de recherche de l’Université de Montréal qui étudie les matériaux organiques ultraminces et membranaires dans le but de développer le secteur des nanotechnologies.

 

-         Chaire en prévention et traitement du cancer de l’UQÀM : cherche à identifier les propriétés chimiopréventives et chimiothérapeutiques dans l’alimentation humaine et les utiliser à des fins thérapeutiques.

 

-         Chaire industrielle CNRSNG/Merck Frosst/Bohringer Ingelheim en synthèse stéréosélective des médicaments : éaborer de nouvelles méthodes stéréosélectives pour la préparation de molécules bioactives et concevoir de nouvelles méthodes catalytiques afin de faciliter la conception de nouvelles molécules pour les sciences pharmaceutiques, les sciences agrochimiques, la biologie, les sciences de l’alimentation et les sciences des matériaux.

 

-         Groupe de recherche en biogéochimie : rattaché au Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’INRS, ce groupe cherche à déchiffrer la chronologie des dépositions des métaux dans les milieux aquatiques et identifier leurs sources et évaluer les répercussions de ces agents polluants sur les organismes aquatiques.

 

-    Groupe de recherche en physique et technologies des couches minces : regroupement de chercheurs des universités de Montréal et Polytechnique qui développe des matériaux avancés dans les domaines de la microélectronique et nanoélectronique, en optique et optoélectronique, en revêtements fonctionnels et en ingénierie de surfaces

 

-         Groupe de recherche en protection chimique : rattaché au Collège militaire royal du Canada à Kingston en Ontario, ce groupe effectue des recherches uniques au pays. Il étudie la propriétés des matériaux pour la protection chimique met au point des absorbants pouvant être utilisés pour la protection des voies respiratoires et la protection cutanée.

 

-         Groupe de recherche en spectroscopie de vibration : l’objectif principal des recherches effectuées par ce groupe est de déterminer les relations entre la structure des macromolécules et leurs fonctions ou leurs propriétés.

 

-         Groupe de recherche William D. Lubell : les intérêts de ce groupe sont reliés à la chimie bio-organique : peptides biologiquement actifs, mimes peptides, acides aminés ligands pour la neuroscience, chimie sur support solide, etc.

 

-         Chaire ISIS Pharmaceuticals en chimie médicinale : chaire de l’Université de Montréal est consacrée à la synthétisation de protéines pour le développement de nouvelles molécules destinées à la fabrication de médicaments contre les maladies virales, divers types de tumeurs et des infections bactériennes.

 

-         Groupe Fontaine de l’Université Laval : s’intéresse au développement de nouveaux composés organométalliques et de l’étude de leur réactivité qui permettront de diminuer la quantité de déchets produits et le recyclage de procédés non biodégradables lors de la production chimique industrielle.

 

-         Institut Armand-Frappier de l’I.N.R.S. : important organisme de recherches uniques de renommée mondiale, cet institut réalise de nombreux travaux dans plusieurs domaines multidisciplinaires. Les principaux domaines de recherches reliés à la chimie sont : la détection de stéroïdes anabolisants chez les sportifs (réputation mondiale); mise au point  de méthodes de synthèse d’hormones polypeptidiques, leur évaluation théorique et évaluation spectroscopique, ainsi que la mesure des propriétés biochimiques et pharmacologiques; toxicologie de l’environnement (recherches fondamentales sur la spectroscopie de masse, dégradation des hydrocarbures pétroliers,  aspects biochimiques de la dégradation des polluants organiques dans les sols et les eaux usées, etc).

 

-         Institut de l’environnement de l’Université d’Ottawa :important organisme de recherche dans le domaine de l’environnement au Canada. Il réalise de nombreuses recherches couvrant tous les secteurs de l’environnement (effets des contaminants chimiques, biologiques,  physiques, radiologiques et autres sur l’environnement géographie, biologique, géophysique et atmosphérique). Il s’intéresse également aux effets biologiques du rayonnement ionisant, (il abrite le Centre international de recherche sur les faibles doses de radiation).

 

-         Institut de recherche en biotechnologie : important centre de recherche du Conseil national de recherches Canada regroupant plusieurs groupes de recherche situés à Montréal. Il effectue de nombreuses recherches reliées aux biotechnologies avec la collaboration de plusieurs partenaires industriels. Les principaux projets dans le secteur environnement en chimie sont : évolution et les incidences environnementales des substances polluantes courantes, interactions des contaminants avec les sols et la biomasse, élaboration de protocoles pour la caractérisation sur place des sites militaires contaminés, évaluation pilote de la dépollution des sols contaminés aux explosifs, etc.

 

-         Institut des sciences de la mer de Rimouski : important centre de recherche sur tous les aspects physiques, chimiques et biologiques de la mer dont : développement de nouvelles de décontamination des polluants du St-Laurent, Les effets du rayonnement ultraviolet sur les premiers maillons de la chaîne alimentaire, L'étude de l'impact de contaminants sur les écosystèmes côtiers, L'importance des changements climatiques aux échelles locale et globale, écotoxicologie en milieux côtiers, la détection et localisation des baleines d'après leurs vocalisations spécifiques, développement de pratiques d'élevage  aquicoles, etc.

 

-         Institut national de recherche sur les eaux : cet institut de recherches d’Environnement Canada est le plus important organisme de recherche sur l’eau au pays et est situé à Burlington en Ontario. Les principaux domaines de recherches effectuées sont : assainissement des écosystèmes aquatiques, rétablissement des écosystèmes aquatiques touchées par les pluies acides, effets des changements climatiques, causes des concentrations assez élevées de mercure dans des poissons prédateurs de divers lacs des Territoires du Nord-Ouest, propagation et la persistance des OGM dans les écosystèmes aquatiques, impact des pratiques courantes ou nouvelles de travail du sol et de gestion des engrais et des fumiers sur le volume et la qualité de l’eau, mise en application des techniques microbiologiques, moléculaires et chimiques pour localiser les sources de pollution fécale dans les Grands Lacs, contamination par les pesticides des aquifères peu profonds et des eaux réceptrices en aval, importance et des effets des produits thérapeutiques dans l’environnement au Canada, etc.

 

-         Laboratoire de cinétique et dynamique des glaces : étudie des phénomènes physico-chimiques de la réaction des particules sur les surfaces des glaces.

 

-         Laboratoire de contrôle du dopage : réputé internationalement, ce laboratoire rattaché au Centre de recherche de l’Institut Armand-Frappier élabore de nouvelles méthodes permettant la détection et l'identification d'agents dopants chez les athlètes.

 

-         Laboratoire de polymères et cristaux liquides : s’intéresse à la conception et à synthétisation de nouveaux matériaux polymères à cristaux liquides pour d’éventuelles applications en libération contrôlée des médicaments, des dispositifs optiques ajustables et l’affichage électronique.

 

-         Laboratoire de synthèse organique et développement de stratégies : tente de développer de nouvelles stratégies de synthèse organique de moléculaire dans le but de développer de nouveaux composés naturels ou non naturels médicinaux.

 

-         Laboratoire national des essais environnementaux : laboratoire de recherche d’Environnement Canada situé à Gatineau. De nombreuses recherches et des expertises dans le domaine de l’environnement y sont effectuées sur les écosystèmes prioritaires, la conservation de la diversité biologique, la réduction des menaces que représentent les substances toxiques, la réduction des impacts humains sur les écosystèmes, les urgences environnementales et la bonne gestion environnementale. 

 

-         Mcgill Institute of Advanced Materials : important organisme de recherche multidisciplinaire dans le domaine des matériaux. Il regroupe des chercheurs en sciences dentaires, en chimie, en biologie cellulaire, en physique, en génie chimique, en génie des matériaux, en génie informatique et en génie biomédical. Les principaux intérêts de recherches portent sur : les biomatériaux (biominéralisation, biosenseurs, matériaux dentaires, ingénierie tissulaire, etc); les macromolécules auto-assemblés (polymères, propriétés et structures des molécules, etc); les fluides complexes; matériaux micro et nanostructurés (composites, métaux, céramiques, etc) et la nanotechnologie (développement de matériaux pour des applications en optoélectronique, microélectronique, photonique, biosenseurs, etc).

 

-    -    NanoULaval : centre d'expertise en nanosciences et nanotechnologies de l'Université Laval situé à qui regroupe 6 groupes de recherches des domaines de la biotechnologie la photonique, de l'infectiologie et des matériaux afin de développer des nanomatériaux de haute qualité pour diverses applications

 

-         Observatoire de l’environnement et du développement durable : effectue de nombreuses recherches reliées à l’environnement telles que : analyse des changements climatiques à l’échelle du continent, développement d’indicateurs du changement de l’environnement, la toxicité des mieux aquatiques, l’amélioration des eaux et des sols contaminés, utilisation optimale des biotechnologies à l’environnement, études sur les risques et les impacts de catastrophes environnementales, gestion des déchets industriels, développement des énergies renouvelables, etc.

 

-    Oléotek : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Thetford Mines en Chaudière-Appalaches  qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans le développement de nouveaux produits en biotechnologie industrielle (transformation physico-chimiques des huiles animales et végétales) pour des applications pharmaceutiques, cosmétiques, alimentaires, plasturgie, pétrochimie (peintures, solvants, lubrifiants, fluides hydrauliques, etc), et chimiques (savons, détergents, cires, encres, assouplisseurs, etc).

 

-         Québec Océan : le plus important centre de recherches océanographiques au Canada et des plus réputés au monde, regroupe plusieurs universités québécoises. On réalise des travaux concernant le fonctionnement des écosystèmes marins, écotoxicologie marine, climat des écosystèmes marins arctiques, écologie des algues nuisibles, reproduction des moules, la géologie des océans, la décontamination des polluants, etc.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense Suffield : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Medicine Hat en Alberta et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des sytèmes de haute technologie pour les Forces canadiennes, mais également pour des utilités publiques. Le principal secteur de recherche relié au génie chimique est : Défense chimique et biologique (développement de méthodes d’identification d’agents chimiques et biologiques, développement d’un nouveau de neutralisation d’armes chimiques, etc).

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique. On y effectue notamment des recherches dans les secteurs suivants : Modélisation et simulation (modélisation du mélange des ingrédients solides afin d’améliorer et optimiser les méthodes de préparation et les propriétés rhéologiques de matériaux énergétiques à base de polymères); systèmes de combat (détection passive à distance de vapeurs chimiques); Gestion des incidents chimiques et biologiques (développement d’une mousse à base d’eau qui décontamine les surfaces et matériaux contaminés par des agents neurotoxiques, développement d’une mousse qui supprime le souffle explosif, etc).

 

En foresterie :

 

-    Arbora Nano : centre d'excellence en nanosciences pour le secteur forestier situé à Pointe-Claire dans la région de Montréal qui regroupe des chercheurs d'universités, du Gouvernement du Canada et d'entreprises privées en recherche et développement en forestier qui développent des nanoproduits pour l'industrie canadienne des produits forestiers

-         Centre de recherche en biologie forestière de l’Université Laval : plus important centre de recherche en foresterie au Québec. Il est spécialisé dans la recherche sur les écosystèmes forestiers dont la protection des forêts contre les ennemis biologiques comme les champignons et les insectes rongeurs; l’aménagement et l’amélioration des ressources forestières et la restauration des sites forestiers dégradés.

 

-         Centre de recherche sur le bois : les recherches effectuées en transformation du bois couvrent les axes suivants : la connaissance des propriétés fondamentales du bois, la transformation mécanique et chimique du bois et développement de nouveaux produits du bois.

 

-         Centre multirégional en foresterie : regroupant les chercheurs de l’UQÀM, UQAC, U.Q.T.R., UQAR, UQAT et de l’I.N.R.S., ce centre effectue de nombreuses recherches dans les secteurs suivants : écologie forestière, écologie des feux, aménagement forestier et sylviculture, aménagement de la faune et biodiversité, ligniculture, lutte biologique contre les insectes nuisibles, pâtes et papiers, etc.

 

-         Chaire de recherche de l’Île d’Anticosti : au cœur d’une des plus riches régions fauniques et forestières du Québec, on y effectue des recherches sur l’impact les densités animales élevées sur les écosystèmes forestiers (notamment les cerfs), sélection de l’habitat et quête alimentaire du Cerf de Virginie, recherche et développement de stratégies sylvicoles adaptées aux populations animales herbivores, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en conservation des paysages : cette chaire de l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick cherche à développer de nouvelles approches de conservation des paysages naturels et de gestion des forêts publiques et privées. Ses recherches portent notamment sur l’évaluation de l’intégrité biologique de paysages forestiers, à l’identification de seuils critiques dans la réponse des oiseaux forestiers à l’intensité de la coupe forestière, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écologie et aménagement forestier durable : étudie les perturbations naturelles (feux, épidémies d’insectes, etc.) dans la forêt boréale afin d’améliorer les techniques d’aménagement forestier.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génomique forestière et environnementale : développe des outils d’analyse des génomes d’arbres forestiers et développe des applications de la génomique fonctionnelle à l’environnement forestier.

 

-         Chaire de recherche du Canada en productivité forestière : Cette chaire examinera les relations entre la conductivité de l'eau dans les arbres et la productivité de la forêt en tenant compte de diverses variables telles que l'âge de la forêt, les conditions climatiques, la fertilité des sols et les différentes espèces. :

 

-         Chaire de recherche du Canada sur la Forêt habitée de l’UQAR : effectue des recherches telles que : utilisation de diverses techniques de paléoécologie pour comprendre le développement à long terme des écosystèmes forestiers, des populations animales le long des gradients d'habitats dans le milieu forestier, études fondamentales liées à la compréhension de la régénération après perturbation et les relations climat-reproduction chez les arbres, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur la valorisation, la caractérisation et la transformation du bois : effectue des recherches sur les aspects fondamentaux de la croissance de la matière ligneuse et son influence sur la qualité et la transformation du bois.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les écosystèmes nordiques de l’UQAR : effectue des recherches telles que : sélection de l’habitat de 4 espèces de rorquals dans le fleuve St-Laurent, relations trophiques dans la communauté de mammifères terrestres à l’île Bylot, relations entre les porcs-épics et l'écosystème forestier nordique, Écologie comportementale des écureuils roux de la forêt boréale à Kluane, Yukon, etc.

 

-         Chaire industrielle CNRSNG – UQAT – UQÀM en aménagement forestier durable : ses principaux axes de recherches sont : la dynamique forestière et l'historique des perturbations naturelles, les facteurs clés nécessaires au maintien de la biodiversité, la productivité forestière et la résilience des écosystèmes, le développement et l'évaluation de nouvelles approches sylvicoles (volets ligniculture et sylviculture) et développement et expérimentation de stratégies d’aménagement durable des forêts.

 

-      FPI Innovations (anciennement Forintek) : entreprise privée de recherche et développement  en sciences et technologies du boi situé à Québec, qui développe de nouveaux procédés de transformation des produits forestiers, dévelope de nouveaux produits du bois et de nouvelles applications des derivés du bois. Des recherches sont effectuées sur les impacts des décisions d’aménagement forestier sur les attributs du bois, développement et mise au point de nouvelles technologies du bois de sciage,  amélioration de la qualité des bois sciés traités au séchoir tout réduisant les coûts d’énergie, en identification des possibilités d’extraire des produits de valeur plus élevée à partir des ressources forestières existantes au Canada, développement, amélioration et évaluation des designs de produits (résistance structurale et bois d'apparence, etc.

 

-         Gault Nature Reserve : réserve naturelle privée sur au Mont-St-Hilaire accessible au public et rattaché à l’Université Mcgill où s’effectue de nombreuses recherches sur le terrain pour différentes disciplines comme l’aménagement, la biologie, la géologie, la géographie, l’astrophysique, l’archéologie, etc.

 

-    Groupe de recherche en thermotransformation du bois de l'UQAC : s'intéresse notamment au développement de nouveaux produits du bois en utilisant des procédés de thermotransformation

 

-         Groupe de recherche interuniversitaire en écologie forestière : on effectue des recherches sur la dynamique de la croissance des arbres en plantation, l’amélioration, la propagation et la plantation d’essences forestières (reboisement avec des feuillus nobles, croissance des plantes forestières, biotechnologie), l’aménagement durable des forêts naturelles, etc.

 

-         Groupe de recherche sur les ressources renouvelables en milieu boréal : on étudie notamment les mécanismes de régénération de la forêt après perturbations (feu, épidémies, coupe), la production de plants forestiers sous serres, les modèles de croissance d'arbre, la dynamique des écosystèmes aquatiques en forêt boréale, etc.

-    Groupe interdisciplinaire de recherche en agroforesterie de l'Université Laval : regroupant des chercheurs de plusieurs disciplines (agronomie, foresterie, biologie, géographie, économie rurale, etc), il s'intéresse aux questions écologiques et techniques reliées à la pratique de l'agroforesterie comme : l'agroforesterie des milieux tropicaux et subtropicaux, l'agroforesterie des milieux tempérés, etc.

 

-         Station de biologie des Laurentides : un des plus importants centres de recherches en biologie au Canada, il réalise des recherches en écologie marine (on y a acquis une expertise sur les algues aquatiques), en écologie terrestre (on y a acquis une expertise concernant les études des sols forestiers et les conséquences de la pollution atmosphérique dans la croissance des arbres), en écotoxicologie (une expertise a été développée sur la toxicité des métaux lourds dans les lacs) et en météorologie (des études sur la concentration des pluies en métaux).

 

-         Institut canadien des recherches en génie forestier : est un organisme privé à but non lucratif dont le siège social est situé à Pointe-Claire où s’effectue des recherches sur les opérations forestières liées à la récolte et au transport des bois, ainsi qu’à la sylviculture dans un contexte de développement durable.

 

-         Unité de recherche et de développement forestier de l’Abitibi-Téminscamingue : réalise des projets de recherches tels que : Amélioration génétique du pin gris de l'Abitibi, évaluation des familles d'épinette blanche de l'Abitibi, évaluation de l'indice de qualité des stations des peuplements naturels de pin gris, étude comparée de la biodiversité des vieilles forêts et des parterres de coupe, élaboration de méthodes favorisant la régénération naturelle du pin gris après coupe, productivité et sylviculture du tremble et de la forêt boréale mixte, etc.

  

En géographie, géomatique, géophysique et météorologie :

 

-         Atlas du :Québec : projet réalisé par des professeurs de géographies de plusieurs universités québécoises (Laval, Montréal, Sherbrooke, Concordia, UQÀM, U.Q.T.R., UQAC, UQAR et I.N.R.S.) dont l’objectif est de réaliser un grand atlas  électronique de toutes les régions du Québec.

 

-         Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, , en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

 

-         Centre Brace pour la gestion des ressources hydriques de Mcgill : ses principaux domaines de recherches sont : contrôle de la pollution des eaux dans les régions rurales, impacts des changements climatiques sur les cours d’eau, fertilité des sols, conservation des sols et de l’eau, écologie des sols,

 

-         Centre canadien de prévision des ouragans : situé à Darthmouth en Nouvelle-Écosse, ce centre de recherche d’Environnement Canada est unique au pays. En plus d’effectuer des prévisions et de la surveillance de la formation d’ouragans, ce centre effectue des recherches sur tous les aspects météo, climatologiques, atmosphériques, océanographiques et autres concernant les ouragans.

 

-         Centre canadien de télédétection : situé à Ottawa, ce centre de recherche de Ressources Naturelles Canada développe et applique des technologies de télédétection pour le suivi des ressources et la protection de l’environnement, le développement d’applications géospatiales et autres applications pour l’agriculture, la cartographie, la foresterie, l’hydrologie, etc. Les principaux thèmes de recherches sont : les changements climatiques, le développement du nord, les techniques hyperspectrales et les désastres naturels.

 

-         Centre d’applications et de recherches en télédétection de l’Université de Sherbrooke CARTEL : l’un des plus importants centres de recherches en télédétection au Canada effectue des recherches reliées à la géomatique de l’environnement, méthodes d’analyse en télédétection, aspects physiques de la télédétection, observation de la terre à partir de plates-formes aéroportées ou satellitaires, etc.

 

-         Centre d’études nordiques : un des plus importants centres de recherches sur le milieu nordique au monde réalise des travaux tels que : changements climatiques dans les régions nordiques, géomorphologie des glaces, etc.

 

-         Centre de recherche en aménagement et développement de l’Université Laval : important centre de recherche regroupant près d’une centaine de chercheurs intéressés aux problèmes d’aménagement du territoire et de développement local et régional. Les principaux axes de recherches sont les suivants : enjeux stratégiques découlant de l'utilisation croissante de l'automobile comme moyen de transport urbain et interurbain, développement d'une approche intégrée de la gestion de la qualité de l'eau potable, phénomènes actuels de densification et de requalification des banlieues, développement de procédés géomatiques et les méthodes de statistique spatiale et temporelle utiles pour traiter les problématiques liées à l'aménagement du territoire, etc.

 

-         Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’I.N.R.S. : important organisme multidisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de disciplines variées. Ses principaux domaines de recherches reliés à la géographie ou à la géophysique sont : hydrologie et gestion des ressources hydriques (changements climatiques, études d’impacts et suivis environnementaux, etc); géodynamique des ressources de l’environnement (télédétection appliquée au suivi des ressources en eau et particulièrement la neige, etc).

 

-         Centre de recherche en géochimie et géodynamique GÉOTOP : centre rattaché conjointement de l’Université Mcgill et de l’UQÀM dont ses principaux axes de recherches sont les suivants : causes de l’évolution et des changements du climat, des océans et des milieux naturels, compréhension de la dynamique interne de la Terre (volcanisme et la télédétection, évolution des continents et interaction avec le manteau, modélisation en géophysique, etc), ainsi que la biogéochimie (contamination des eaux douces, astrobiologie des planètes, la géochimie des sédiments, les modifications biochimiques de l’environnement, etc).

 

-         Centre de recherche en géomatique : regroupant des chercheurs des Universités Laval, Sherbrooke, Mcgill et UQÀM, ce centre réalise plusieurs projets de recherches tels que : infrastructure de recherche pour le suivi hydrométéorologique et l’agriculture de précision, système de positionnement par satellites et leurs applications en géodésie, évaluation de la performance en conduite automobile lors du virage à gauche, etc.

 

-         Centre de recherche sur les climats et les changements globaux de Mcgill : s’intéresse aux interactions physiques, biologiques et chimiques du processus de régulation de l’environnement du globe. Plus concrètement, des recherches s’effectue dans les domaines suivants : chimie atmosphérique, météorologie dynamique, climatologie atmosphérique, dynamique des océans, de la glace et du climat, péléoclimats, océanographie physique, chaleur extrême, mécanique des fluides en géophysique, paléoécologie, cycles biogéochimiques et hydrologiques, micrométéorologie en agriculture, météorologie physique, modélisation du climat, paléohydrologie, etc.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, de logistique et le transport : le plus important centre de recherche en matière de transport au Québec et parmi les plus importants au Canada regroupant des chercheurs de l’Université de Montréal, l’École Polytechnique et de HEC Montréal. Les principaux axes de recherche abordés concernant la géographie sont les suivants : planification et exploitation des réseaux de transport et la planification et exploitation des réseaux de communication, etc.

 

-         Centre St-Laurent : important organisme de recherche d’Environnement Canada situé à Montréal, il est entièrement consacré aux écosystèmes fluviaux du St-Laurent. On y effectue des recherches sur la biodiversité fluviale (introduction d’espèces non indigènes et l’évaluation de l’impact sur la biodiversité); rejets urbains (écotoxicologie des rejets urbains, impact des rejets urbains sur la santé des poissons, chimie environnementale des rejets urbains); transport à distance des polluants atmosphériques (suivi spatio-temporel des lacs); suivi de l’état de santé du St-Laurent (suivi de la végétation des milieux humides, suivi de la qualité de l’eau, dynamique des glaces sur le tronçon fluvial Varennes-Sorel, etc).

 

-         Chaire de recherche du Canada en dynamique fluviale : cherche à mieux comprendre la réponse des rivières à des changements de l'environnement. Ces recherches auront des applications en matière de restauration de l’habitat du poisson et autres problématiques d’ordre environnemental.

 

-         Chaire de recherche du Canada en modélisation régionale du climat : cette chaire développe un simulateur du climat régional à haute résolution pouvant être appliqué à la fois aux régions canadiennes et arctiques et à d’autres régions du globe, afin d’étudier les changements climatiques et les prévisions saisonnières à l’échelle régionale.

 

-         Chaire de recherche du Canada en observation de la Terre : étudie les moyens de traduire les informations reçues des images satellites en données utilisables par des spécialistes de plusieurs domaines. Ces recherches permettront d'apporter éventuellement des solutions à des problèmes aussi variés que les changements climatiques, la gestion de l'eau potable, la dégradation des sols, l'étalement urbain, la déforestration, la désertification ou encore la pollution.

 

-         Chaire de recherche du Canada en paléontologie des vertébrés : explore et recherche des fossiles dans l’Arctique canadien afin de mieux comprendre l’évolution de cette partie du monde.

 

Chaire de recherche du Canada sur la dynamique à long terme et les perturbations naturelles des forêts boréales : cherche à développer et exploiter l'analyse des pollens dans la détermination des facteurs et des régimes de perturbations (feux, chablis, infestations d'insectes, changements climatiques) dans la structure et la résilience des écosystèmes boréaux.

 

-         Chaire UQAR de recherche de Pêches et Océans Canada en modélisation régionale du climat océanique : cette chaire effectue des simulations numériques des conditions océaniques permettant des études approfondies des changements passés, présents et à venir dans l'écosystème marin.

 

-         Chaire multifacultaire de recherche et d’intervention sur la Gaspésie et les Îles : chaire de l’Université Laval réalisant des projets visant le développement et la mise des valeurs des ressources, du patrimoine, des paysages et de la culture, ainsi que la protection des écosystèmes naturels de cette région.

 

-         Gault Nature Reserve : réserve naturelle privée sur au Mont-St-Hilaire accessible au public et rattaché à l’Université Mcgill où s’effectue de nombreuses recherches sur le terrain pour différentes disciplines comme l’aménagement, la biologie, la géologie, la géographie, l’astrophysique, l’archéologie, etc.

 

-         Groupe d’études interdisciplinaires en géographie et environnement régional : se penche principalement sur les problématiques régionales à caractère régional. Ses principaux axes sont : la gestion intégrée de l’environnement, la cartographie écologique, l’évaluation environnementale, les changements climatiques, la télédétection en géologie et foresterie, l’analyse géographique des pays en voie de développement, etc.

 

-         Groupe de géographie des transports : regroupe des chercheurs de l’Université de Montréal, Université Concordia, Université de Sherbrooke, University of Waterloo (Ontario) et Hofstra University (New-York USA) avec l’étroite collaboration d’Industrie Canada. Il s’intéresse aux diverses problématiques reliées à la géographie des transports. Les principaux thèmes portent sur : le transport et l’espace géographique, les systèmes et réseaux de transport, les modes de transport, les terminaux de transport, le transport urbain et régional, les impacts environnementaux des transports, les modes de transport, etc.

 

-         Groupe de recherche en développement international : se penche sur les questions de géopolitique internationale et sur l’intégration des régions marginales en Asie du Sud Est. Voici quelques projets réalisés : le partage de l’eau des fleuves frontaliers de la Chine du Nord-Est, qualité des sources publiques d’eau potable en milieu rural, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en étude des phénomènes associés au givrage atmosphérique des équipements des réseaux électriques et des méthodes de prévention : conçoit des modèles mathématiques du givrage et de son délestage afin d’élaborer des outils pour prévoir des catastrophes comme la crise du verglas de janvier 1998 et pour assurer le délestage du givre sur les équipements électriques.

 

-         Groupe de recherche en géomorphologie arctique de Mcgill : possède 2 stations de recherches dans l’Arctique dont 1 à Shefforville pour la recherche sub-arctique et une autre située sur l’Île Axel Heiberg en Arctique. De nombreuses recherches y sont réalisées, notamment : en glaciologie, sur les changements climatiques, en géologie, en géomorphologie et en limnologie.

 

-         Groupe de recherche en ingénierie de l’environnement atmosphérique : réalise des travaux de recherches tels que :  la simulation des précipitations froides; les études fondamentales des décharges et arcs électriques dans les intervalles d'air et à la surface de glace; le givrage des isolateurs et des conducteurs électriques des lignes à haute tension; la prévention de la glace atmosphérique, etc.

 

-         Groupe de recherche et d’intervention régionales de l’UQAC : ce groupe de recherche interdisciplinaire s’intéresse aux problèmes de développement des collectivités locales et régionales. Ses principaux domaines de recherches sont : aménagement intégré du territoire et des ressources, environnement et récréotourisme médio-nordique, évaluation des ressources en régions, mise en valeur des espaces nordiques, évaluation environnementale, etc.

 

-          Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional, de l’Est du Québec GRIDEQ : groupe de recherche de l’UQAR  réputé étudie les processus et les conditions de développement des régions tant sur les plans sociaux, économiques, culturelles que géographiques et environnementaux. Les travaux de recherches portent sur les thèmes suivants : mise en valeur des ressources naturelles, évolution du système urbain, organisation et amélioration des situations de travail en général et plus spécifiquement en transport routier des marchandises, aménagement urbain développement des régions semi-urbaines ou rurales, etc.

 

-          Institut de l’environnement de l’Université d’Ottawa :important organisme de recherche dans le domaine de l’environnement au Canada. Il réalise de nombreuses recherches couvrant tous les secteurs de l’environnement (effets des contaminants chimiques, biologiques,  physiques, radiologiques et autres sur l’environnement géographie, biologique, géophysique et atmosphérique). Il s’intéresse également aux effets biologiques du rayonnement ionisant, (il abrite le Centre international de recherche sur les faibles doses de radiation).

 

-         Institut des sciences de la mer de Rimouski : l’un des plus grands centres de recherche en océanographie en Amérique du Nord, l’ISMER regroupe des chercheurs provenant de plusieurs disciplines ayant une expertise dans ce grand et large secteur de recherches. Les principaux domaines de recherches reliés à la géographie, la géophysique et la météorologie sont : changements climatiques  et échanges atmosphère-océan, glace de mer, etc.

 

-    Institut des technologies océaniques du CNRC : centre de recherche du Gouvernement du Canada situé à St-John à Terre-Neuve qui s'intéresse notamment à l'évaluation de la performance des navires des ouvrages en haute mer dans des conditions océaniques difficiles, au développement de véhicules sous-marins autonomes pour l'observation océanique sous-marine, la prévision et la performance des navires et des ouvrages en haute mer qui opèrent dans la glace, l'évaluation de la performance des différentes technologies de sauvetage en mer et le développement de nouvelles technologies de sauvetage.

 

-         Institut national de recherche sur les eaux : cet institut de recherches d’Environnement Canada est le plus important organisme de recherche sur l’eau au pays et est situé à Burlington en Ontario. Les principaux domaines de recherches effectuées sont : assainissement des écosystèmes aquatiques, rétablissement des écosystèmes aquatiques touchées par les pluies acides, effets des changements climatiques, causes des concentrations assez élevées de mercure dans des poissons prédateurs de divers lacs des Territoires du Nord-Ouest, propagation et la persistance des OGM dans les écosystèmes aquatiques, impact des pratiques courantes ou nouvelles de travail du sol et de gestion des engrais et des fumiers sur le volume et la qualité de l’eau, mise en application des techniques microbiologiques, moléculaires et chimiques pour localiser les sources de pollution fécale dans les Grands Lacs, contamination par les pesticides des aquifères peu profonds et des eaux réceptrices en aval, importance et des effets des produits thérapeutiques dans l’environnement au Canada, etc.

 

-         Laboratoire de géographie physique de l’Université Laval : effectue des recherches dans les domaines suivants : biogéographie, climatologie, géomorphologie et en télédétection.

 

-         Laboratoire de géomatique agricole et appliquée : ses recherches visent à utiliser des systèmes de positionnement par satellite, combinées à la télédétection satellitaire, aéroportée et embarquée ainsi que les capteurs géotechniques et météorologiques, de mieux adapter les méthodes et stratégies d'acquisition, de traitement, d'interprétation et de diffusion des données géospatiales utilisées en environnement et pour la gestion de l'eau par bassin versant.

 

-         Laboratoire de géomorphologie fluviale de l’Université de Montréal : ses projets de recherches portent sur les sujets suivants : la stabilité des lits dans les cours d’eau graveleux, structures turbulentes au-dessus des dunes fluviales, structure turbulente dans une rivière sous couvert de glace, etc.

 

-    Laboratoires de recherche d'Énergie Atomique Canada : site du plus important organisme de recherche sur le nucléaire au pays (relevant du Gouvernement du Canada) et situé à Ottawa et ayant des laboratoires à Chalk River en Ontario, Pinawa au Manitoba, Tiverton en Ontario qui s'intérese notamment en physique du réacteur CANDU et des rayonnements, la mise au point de plusieurs nouveaux procédés fondés sur l’échange eau-hydrogène, les problèmes environnementaux, les rejets et la radioprotection, le développement de nouvelles technologies des canaux de combustible, etc.

 

-         Laboratoire de télédétection aérienne de l’UQAC : effectue des recherches  et des observations à l’aide d’un système de vidéographie aérienne multispectrale VAM pour des applications telles que : monitoring de résidus miniers exothermiques, la détection thermique de panaches d'eaux de rejet, la quantification des stress de la végétation, la détection de mauvaises herbes dans des bleuetières, l’inventaire forestier, etc.

 

-         Laboratoire de traitement de l’information géographique de l’Université Laval : effectue des recherches dans les domaines suivants : systèmes d’information géographique, analyse spatiale, cartographie assistée par ordinateur, traitement d’images géographiques et méthodes quantitatives en géographie.

 

-    Laboratoire international des matériaux antigivre de l'UQAC : ses recherches portent l'étude des perturbations des précipitations froides observées au niveau du sol et dans les nuages occasionnent sur les avions en vol et en attente de décollage

 

-         Laboratoire national des essais environnementaux : laboratoire de recherche d’Environnement Canada situé à Gatineau. De nombreuses recherches et des expertises dans le domaine de l’environnement y sont effectuées sur les écosystèmes prioritaires, la conservation de la diversité biologique, la réduction des menaces que représentent les substances toxiques, la réduction des impacts humains sur les écosystèmes, les urgences environnementales et la bonne gestion environnementale. 

 

-         Mcgill Arctic Research Station MARS : situé au Nunavut, cette station de recherche concentre ses projets sur tout ce qui concerne la région arctique tels que : la glaciologie, les changements de climats, l’hydrologie polaire, la géologie, la géomorphologie, la limnologie, l’archéologie et la microbiologie nordique.

 

-         Observatoire de l’environnement et du développement durable : effectue de nombreuses recherches reliées à l’environnement telles que : analyse des changements climatiques à l’échelle du continent, développement d’indicateurs du changement de l’environnement, la toxicité des mieux aquatiques, l’amélioration des eaux et des sols contaminés, utilisation optimale des biotechnologies à l’environnement, études sur les risques et les impacts de catastrophes environnementales, gestion des déchets industriels, développement des énergies renouvelables, etc.

 

-         Québec Océan : le plus important centre de recherches océanographiques au Canada et des plus réputés au monde, regroupe plusieurs universités québécoises. On réalise des travaux concernant le climat des écosystèmes marins arctiques, l’évaluation environnementale des océans, les changements climatiques dans les océans, etc.

 

-         Regroupement en hydro-météorologie appliquée HYMAP : regroupe des chercheurs de l’Université Laval, de l’Université Mcgill, de l’UQAC, de l’UQAR de l’U.Q.T.R., de l’Université de Montréal et de l’I.N.R.S. Eau-Terre-Environnement provenant de diveres disciplines (génie civil, génie de la construction, sciences des sols, sciences de l’atmosphère, géologie, géographie, sciences du bois, sciences de la terre et sciences géomatiques.  Il s’intéresse à la gestion de la ressource d’eau par bassin versant dans une perspective de développement durable. Les principaux thèmes de recherches sont : eaux de surface, eaux atmosphériques, eaux souterraines, écohydrologie, eaux de consommation et gestion territoriale, observation et représentation du territoire et gouvernance et réglementation.

 

-         Réseau canadien de modélisation régionale du climat de l’UQÀM : réalise des modélisations numériques du climat canadien sous les thèmes suivants : étude des diagnostics et des bilans (simulation décennale pan-canadienne du climat, participation canadienne au projet international sur les intercomparaisons de modèles de prévision saisonnière, participation canadienne au projet international d’intercomparaisons du climat arctique, participation canadienne du projet international d’intercomparaisons des modèles atmosphériques, etc); développement et améliorations de la modélisation régionale du climat (couplage avec un modèle d’océan côtier, processus de routage des eaux douces à haute résolution, etc).

 

En géologie :

 

-         Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, , en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

 

-         Centre d’études nordiques : un des plus importants centres de recherches sur le milieu nordique au monde réalise des travaux reliés à la géologie tels que : la formation de pergélisol dans les dépôts marins des zones côtières de la Baie d’Hudson et de la Baie d’Ungava, processus géologiques actuels et environnements quaternaires de l’arctique, etc.

 

-         Centre d’études sur les ressources minérales de l’UQAC : le plus important centre de recherches dans le domaine géologique et minier au Québec, effectue des recherches couvrant 2 principaux volets : l'exploration minérale au Précambrien (modélisation des environnements géologiques de formation des gîtes minéraux) et l'hydrogéotechnique environnementale (caractérisation hydrogéologique et hydromécanique des socles rocheux fracturés, sites de mines et d'aquifères à risque de pollution).

 

-         Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’I.N.R.S. : important organisme multidisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de disciplines variées. Ses principaux domaines de recherches reliés à la géologie sont : hydrologie et gestion intégrée des ressources hydriques (géomorphologie fluviale, limnogéologie, hydrogéologie, etc); géodynamique des ressources de l’environnement (géochimie organique, géologie structurale, sédimentologie marine, géologie des appalaches, modélisation mathématique en géologie, géologie environnementale, diagenèse, etc).

 

-         Centre de recherche en géochimie et géodynamique : ses principaux axes de recherches sont les suivants : la géodynamique interne de la terre, la géodynamique externe de la terre et la biogéochimie.

 

-         Centre de recherche interuniversitaire en géométrie et topologie : effectue des recherches principalement pour des applications scientifiques et au génie.

 

-         Centre géoscientifique du Québec : le plus important centre de recherches géologiques au Canada, il est le fruit d’un partenariat entre l’Université Laval, l’INRS – Terre et environnement et la Commission géologique du Canada.

 

-         Chaire de recherche du Canada en métallogénie magnatique : étudie les processus menant à la formation de gisements de minerai que l’on retrouve dans les roches fondues. Cette recherche permettra de développer des modèles et techniques à la fine pointe de la technologie pour analyser les gisements qui pourront servir à repérer des ressources non exploitées.

 

-         Chaire de recherche du Canada en paléontologie des vertébrés : explore et recherche des fossiles dans l’Arctique canadien afin de mieux comprendre l’évolution de cette partie du monde.

 

-         Consortium de recherche en exploration minière : regroupant des chercheurs de l’UQÀM, de l’UQAC, de Ressources naturelles Canada, de Ressources naturelles Québec, de Noranda et la collaboration de d’autres compagnies minières, plusieurs projets de recherches sont effectuées dans ce domaine. Voici quelques exemples : opportunité des minéralisations de type Fer-Oxyde au Québec, opportunité des dépôts aurifères en milieu sédimentaire, atlas géophysique de gisements en Abitibi, paramétrage de l'altération hydrothermale, etc.

 

-         Gault Nature Reserve : réserve naturelle privée sur au Mont-St-Hilaire accessible au public et rattaché à l’Université Mcgill où s’effectue de nombreuses recherches sur le terrain pour différentes disciplines comme l’aménagement, la biologie, la géologie, la géographie, l’astrophysique, l’archéologie, etc.

 

-         Groupe de recherche en géomorphologie arctique de Mcgill : possède 2 stations de recherches dans l’Arctique dont 1 à Shefforville pour la recherche sub-arctique et une autre située sur l’Île Axel Heiberg en Arctique. De nombreuses recherches y sont réalisées, notamment : en glaciologie, sur les changements climatiques, en géologie, en géomorphologie et en limnologie.

 

-         Groupe interuniversitaire de recherches en géodynamique et analyse de bassins : regroupant des chercheurs de l’Université Laval et de l’I.N.R.S. Géoressources, ce groupe effectue des recherches au niveau du bassin géologique et des environnements géodynamiques. Ses principaux axes de recherches sont : l'analyse sédimentaire et paléoécologique, l'analyse structurale et la tectonique, le magmatisme et la dynamique du manteau, géodynamique continentale et océanique, l'analyse diagénétique et la métallogénie et la géologie du pétrole.

 

-         Groupe MEDEF : effectue des recherches sur les systèmes géologiques anciens, plus particulièrement les gîtes minéraux et les dépôts d'hydrocarbures dont la formation peut remonter à plusieurs milliards d'années. Ses principaux axes portent sur l’écoulement des fluides et la séquestration du carbone.

 

-         Institut des sciences de la mer de Rimouski : l’un des plus grands centres de recherche en océanographie en Amérique du Nord, l’ISMER regroupe des chercheurs provenant de plusieurs disciplines ayant une expertise dans ce grand et large secteur de recherches. Les principaux domaines de recherches reliés à la géologie sont : paléocéanographie, géologie et stratigraphie quaternaire de l’Est du Canada, propriétés physiques et magnétiques des sédiments, figures sédimentaires, érosion côtière, analyse et modélisation des processus côtiers océaniques, géodynamique, etc.

 

-         Laboratoires des mines et des sciences minérales de Ressources naturelles Canada : laboratoires situés à Val-d’Or, à Ottawa et à Sudbury effectue des recherches dans les domaines suivants : minéralogie (identification et quantification des espèces minérales, caractérisation des circuits métallurgiques, détection et caractérisation des éléments traces, analyse d’images, etc); environnement (effets des métaux dans l’environnement, la gestion des résidus miniers, etc); exploitation minière (sismicité, modélisation numérique en exploitation minière, propriétés des roches, etc). 

 

-         Mcgill Arctic Research Station MARS : situé au Nunavut, cette station de recherche concentre ses projets sur tout ce qui concerne la région arctique tels que : la glaciologie, les changements de climats, l’hydrologie polaire, la géologie, la géomorphologie, la limnologie, l’archéologie et la microbiologie nordique.

 

-         Québec Océan : le plus important centre de recherches océanographiques au Canada et des plus réputés au monde, regroupe plusieurs universités québécoises. On réalise des travaux concernant le fonctionnement des écosystèmes marins, écotoxicologie marine, climat des écosystèmes marins arctiques, écologie des algues nuisibles, reproduction des moules, la géologie des océans, la décontamination des polluants, etc.

 

-         Regroupement en hydro-météorologie appliquée HYMAP : regroupe des chercheurs de l’Université Laval, de l’Université Mcgill, de l’UQAC, de l’UQAR de l’U.Q.T.R., de l’Université de Montréal et de l’I.N.R.S. Eau-Terre-Environnement provenant de diveres disciplines (génie civil, génie de la construction, sciences des sols, sciences de l’atmosphère, géologie, géographie, sciences du bois, sciences de la terre et sciences géomatiques.  Il s’intéresse à la gestion de la ressource d’eau par bassin versant dans une perspective de développement durable. Les principaux thèmes de recherches sont : eaux de surface, eaux atmosphériques, eaux souterraines, écohydrologie, eaux de consommation et gestion territoriale, observation et représentation du territoire et gouvernance et réglementation.

 

En informatique :

 

-         Centre de recherche en informatique de Montréal : un des plus importants centres de recherches dans le domaine de l’informatique au Canada, réalise des travaux dans le domaine de la reconnaissance de la parole (développement d’appareils de sous-titrage pour la télévision, appareils de transmission de cours en direct, système de sécurité de reconnaissance vocale, système de post-synchronisation et doublage pour la télé et le cinéma, etc); la vision et l’imagerie (système intelligent de surveillance de personnes dans les endroits publics, système d’inspection visuelle pour les petits objects de plastique, système d’imagerie pour chirurgies à l’œil, système de surveillance satellite de haute résolution, système de détection automatique de panne dans les circuits imprimés par infrarouge, etc); analyse de systèmes distribués (applications basées sur Internet, vérification des implantations de protocole de communications, applications aux systèmes de contrôle du transport, etc).

 

-         Centre de recherche LICEF de la Télé-Université : spécialisé dans la recherche et le développement de technologies d’apprentissage et de téléapprentissage, on y développement des systèmes, des logiciels et des outils multimédia pour l’enseignement à distance. Par exemple : le Projet AGD, vise à développer un ensemble d’outils informatisés afin d’assister les concepteurs pédagogiques dans la production de systèmes d’apprentissage; le Projet Nomino, vise à développer un outil informatique qui facilite la recherche dans les documents sur les réseaux Internet et intranet; le Projet Savoir (conjointement avec l’ÉTS), vise à développer des environnements multimédias d’apprentissage; le Projet LVEST, vise à développement des applications pour l’enseignement en temps réel en sciences et technologies (simulation interactive d’expériences, diffusion en temps réel de séquences vidéo, télémanipulation, télémesure, etc); le Projet MédiVision, vise à développer un système informatisé d’assistance aux activités des unités de soins pour les professionnels de la santé.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec situé à Québec et à Montréal, développe différentes technologies dans diveres types d’industries afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés. Voici quelques exemples de projets réalisés : le logiciel WOODMAN pour la gestion de l’exploitation forestière et de la transformation du bois, le logiciel SAWSIM pour la simulation et le diagnostic de problèmes de production dans les usines de transformation du bois, le logiciel FORCE 3 de formulations de compostage pour les usines de compostage, un logiciel intégré à un classeur de copeaux facilitant le calibrage et paramétrage du système pour les industries papetières, etc.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche sur les réseaux d'entreprise, de logistique et le transport : le plus important centre de recherche en matière de transport au Québec et parmi les plus importants au Canada regroupant des chercheurs de l’Université de Montréal, l’École Polytechnique et de HEC Montréal. est spécialisé dans le développement de méthodes et technologies informatiques appliquées à la planification, à la gestion et à l’exploitation des réseaux de transport. Dans le domaine de l’informatique, les intérêts portent sur : la programmation combinatoire, programmation mathématique, programmation non linéaire, problèmes d’horaires, modèles de réseaux de transport, logiciels interactifs-graphiques, recherche opérationnelle, métaheuristiques, optimisation de réseaux, programmation à 2 niveaux, etc. Voici quelques exemples de projets réalisés ou en cours par axe de recherche : planification et exploitation des réseaux de transport (développement d’un progiciel interactif-graphique pour la planification des flux de marchandises, étude de modèles et développement d’algorithmes pour l’allocation et le repositionnement de véhicules d’une flotte notamment pour les gares de triages de wagons, développement de méthodes et d’outils d’aide à la décision pour assister la construction de plans de transport, développement d’un système de gestion et traitement des matières dangereuses, etc); systèmes intelligents de transport (développement de méthodes et systèmes de traitement de l’information et d’aide à la décision pour le déploitement des véhicules de transport en commun, développement d’aide à la décision pour améliorer la détection et la gestion des incidents sur les routes, développement d’outils intégrés à un logiciel de gestion en temps réel d’une flotte d’ambulances, développement d’un système informatique plus efficace pour la gestion en temps réel d’une flotte de véhicules, développement d’un système de navigation et d’applications d’aide à la sécurité et à la gestion du trafic à intégrer dans les véhicules, etc).

 

-         Centre francophone de recherche en informatisation des organisations CEFRIO : est un réseau de professionnels et de chercheurs dans le domaine de l’informatique provenant de plusieurs universités et grandes entreprises et organisations du Québec. De nombreuses recherches sont effectuées dans le cadre des projets suivants : affaires électroniques (Nouveaux modèles d'affaires électroniques et développement des PME, Guide sur les places d'affaires électroniques et les portails,,, Portail PME.QUEBECLIC.COM, etc); éducation-formation (mise en réseau d’écoles éloignées, centres virtuels de perfectionnement continu pour les ordres professionnels, projets-pilotes d’apprentissage en milieu virtuel, etc); Gestion du savoir (télé-apprentissage, Centre de veille et d'expertise inforoutes et langues, etc); santé et services sociaux (CLSC du futur, évaluation des projets pilotes en téléradiologie et télécardiologie, etc); services gouvernementaux (développement des collectivités locales et régionales par les technologies de l’information, processus d’acquisition des technologies de l’information dans l’administration publique, nouveaux modèles de collaboration pour la prestation des services aux citoyens et aux entreprises, etc).

 

-         Centre Mcgill pour la bioinformatique : s’intéresse aux applications informatiques en biologie et en sciences médicales notamment en génétique. En informatique, des recherches sont effectuées afin de développer de nouveaux algorithmes pour la détection des régions fonctionnelles des séquences de l’ADN, développement de logiciels pour l’analyse des données génétiques, le développement d’une base de données informatisée en génétique, etc.

 

-    Centre Robert-Cedergren en bio-informatique et génomique : ce centre de recherche de l'Université de Montréal utilise des techniques de la bio-informatique afin de développer des outils de recherche en génomique (développement d'outils d'analyses des séquences génétiques, évolution moléculaire, modélisation de structures 3D et de protéines, etc)

 

-         Chaire de recherche du Canada en algoritmes d’apprentissage statistique : nouvelle chaire de l’Université de Montréal qui élabore des algorithmes d’apprentissage plus perfectionnés pour les réseaux de neurones qui permettront la mise au point plus rapide de produits pharmaceutiques et l’amélioration du processus de tarification d’assurances.

 

-         Chaire de recherche du Canada en bioinformatique : tente d’appliquer des méthodes informatiques dans le but de prédire et de comprendre les mécanismes biologiques de reconnaissance moléculaire.

 

-         Chaire de recherche du Canada en théorie des graphiques : Élabore des algorithmes pour résoudre des problèmes complexes en faisant appel à la théorie des graphiques et des réseaux.

 

-         Chaire de recherche en calcul distribué de l’UQO : effectue des projet de recherches dans les domaines suivants : conception de systèmes distribués orientés-objet, exploration des arbres par des robots avec petite mémoire, temps de la diffusion de messages dans les réseaux sans fil à topologie inconnue, diffusion de messages dans les réseaux radio à topologie inconnue, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en simulation et optimisation stochastiques : élabore et étudie des méthodes efficaces pour générer des valeurs aléatoires par ordinateur ainsi que pour simuler et optimiser des systèmes ayant des composantes aléatoires.

 

-         Chaire de recherche du Canada en optimisation et planification des réseaux de communication : cherche à améliorer et à créer de méthodes de gestion pour les réseaux de communication à haut débit.

 

-         CoriMedia : consortium de recherche universitaire en imagerie, vidéo et multimédia. Il regroupe des chercheurs de diverses disciplines (informatique, sciences de l’information et multimédia) provenant des universités suivantes : Sherbrooke, Bishop, UQO, Montréal, Mcgill, I.N.R.S.-télécommunications, Alberta et Dalhousie (Nouvelle-Écosse). Les intérêts portent sur : la vision par ordinateur, reconnaissance de formes, traitement d’images, intelligence artificielle, analyse de la vidéo, recherche multilingue et contenus culturels, préservation numérique de l’image en mouvement, analyse documentarie informatisée, linguistique informatique, traitement de la parole et des langues naturelles, traitement informatique de la langue, prospection de données et analyse formelle de concepts, bases de données et entrepôts de données,  Voici quelques exemples de projets actuellement en cours : études et mise en œuvre des caractéristiques bas-niveaux des images et des vidéos, production de méta données et de connaissances, études et mise en œuvre des caractéristiques bas-niveaux de l’audio, etc.

 

-         Équipe de recherche en ingéniérie des connaissances : élabore des méthodes, des modèles et des outils en ingéniérie des systèmes intelligents. Voici quelques exemples de projets en cours : AGRION : un portail de bibliothèques utilisant le web sémantique; GARUCAS : un système d'aide pour apprendre à résumer au moyen d'exemples; SPEAC : un système de présentation d'exemple favorisant l'auto-explication et la collaboration; VCOH : modélisation d'un système pour vérifier la cohérence dans les bases de règles; MOCASSIN : modélisation d'un outil de comparaison de graphes conceptuels; A3C : modélisation d'un agent assistant à l'acquisition des connaissances, etc.

 

-         Groupe de recherche DAMAS (Data mining, Agents et Systèmes Multi-Agents) : s’intéresse au développement de systèmes multi-agents à temps réel, aux communications inter-agents et développement d’applications des techniques agents et multi-agents (automobile, défense, commerce électronique, recherche et sauvetage, etc). Voici quelques exemples de projets actuellement en cours : Projet Nereus (implantation agent qui jouera le rôle de système d'aide à la décision affecté à la gestion des ressources à bord d'une frégate canadienne de classe HALIFAX); Auto21 (développement d’un système d’aide à la conduite); RobotCupRescue (développement d’un système d’aide à la gestion des interventions lors de désastres urbains), etc.

 

-         Groupe de recherche en génie logiciel des communications de l’Université d’Ottawa : effectue des recherches en : spécification, conception, vérification et validation de logiciels, les applications distribués, développement de logiciels multi-plateformes, etc.

 

-         Groupe de recherche en ingénierie de la langue de l’Université d’Ottawa : s’intéressent au développement d’outils informatiques pour l’apprentissage des langues. Voici quelques exemples de projets réalisés: élaboration d'un didacticiel intelligent pour le développement des compétences en lecture chez les apprenants en langue seconde, élaboration d'un didacticiel intelligent pour le développement des compétences en lecture chez les apprenants en langue seconde, étude des marqueurs pour la caractérisation des types de textes, base de données informatisées sur le lexique du français, etc.

 

-         Groupe de recherche en ingénierie du logiciel : développe de nouvelles technologies informatiques en architecture de logiciel et en intelligence artificielle, voici quelques exemples de projets réalisés : conception d’un logiciel interactif pour l’enseignement de la médecine, conception d’un logiciel de simulation de bras robotisé, etc.

 

-         Groupe de recherche en sécurité de l’information de l’Université d’Ottawa : effectue des recherches touchant la cryptographie, la sécurité des réseaux, les contrôles d’accès informatisés, l’informatique et la vie privée, etc.

 

-         Groupe de recherche MOIVRE de l’Université de Sherbrooke : effectue des recherches en : vision par ordinateur, traitement d’images, réseaux de neurones, reconnaissance de formes et synthèse d’images.

 

-         Groupe de recherche sur les tutoriels intelligents : plus important groupe de recherche dans ce domaine au Canada situé à Montréal. Il effectue des recherches dans les domaines des bases de données informatisées, l’intelligence artificielle, le multimédia, simulation virtuelle, etc.

 

-         Groupe Langages, sémantique et méthodes formelles : s’intéresse à la  spécification et à la vérification des méthodes formelles, à la sécurité et aux protocoles cryptographiques, la technologie du WWW, à la sémantique formelle, à l’analyse statique de programmes, etc.

 

-         Laboratoire d’informatique graphique de l’Université de Montréal : effectue des recherches afin de développement de nouvelles technologies et logiciels à l’aide de l’infographie. Des projets tels que les suivants ont été réalisés : modélisation graphique de la propagation et du rendu du feu (utilisés pour le combat des incendies et les effets spéciaux), modélisation graphique d’expressions faciales (pour applications policières recherche de suspects ou de personnes disparues, en conception de jeux virtuels, en effets spéciaux, etc); modélisation graphique à base d’images (pour des applications en architecture, en urbanisme, en ingénierie, etc), modélisation graphique en simplification de modèles articulés (pour des applications en réadaptation, en ergonomie, en activité physique, etc).

 

-         Laboratoire d’optimisation de l’Université de Sherbrooke : s’intéresse à la programmation mathématique, aux problèmes de découpe, à l’analyse numérique, au design de réseau, etc.

 

-    Laboratoire de Cyberjustice : rattaché aux universités de Montréal et Mcgill, il se concentre au développement de solutions informatiques destinées au système judiciaire (traitement des conflits en ligne, téléaudience, informatisation des dossiers, bases de données judiciaires informatisées, systèmes d'aide à la décision, etc).

 

-         Laboratoire de domotique et d’informatique mobile de l’Université de Sherbrooke DOMUS : réalise des recherches dans les domaines suivants avec des projets réalisés ou en cours : assistance cognitive et personnes âgées (architecture informatique de maisons intelligentes); assistance cognitive et schizophrénie (adaptation d’appartements intelligents équipés d’une technologie permettant l’interaction avec le patient pour corriger ses déficits de mémoire et de planification); informatique mobile et gestion des processus médicaux (développement d’une technologie permettant d’intégrer les nouveaux développements de la  recherche et la pratique médicale dans un processus continu).

 

-         Laboratoire de recherche en codage et cryptographie de l’Université d’Ottawa : créé en 2002, ce laboratoire s’intéresse aux travaux touchant la résolution d’erreurs de codage et les problèmes reliés à la cryptographie d’informations confidentielles.

 

-         Laboratoire de génie logiciel de Polytechnique : effectue des recherches sur l’adaptation et l’amélioration des processus de génie logiciel, l’analyse de la qualité du logiciel et le développement de logiciels de simulation pour diverses applications spécialisées.

 

-         Laboratoire de recherche en génie logiciel de l’ÉTS : les principaux projets réalisés par ce laboratoire sont de : développer un consensus international sur le Guide au Corpus des connaissances en génie logiciel, le développement de la 2e génération méthodes de mesure de taille fonctionnelle des logiciels, l’analyse de la qualité du logiciel, ainsi que le développement de techniques de tests, de vérifications et de validations des logiciels.

 

-         Laboratoire de recherche en génie logiciel des communications : s’intéresse aux différents aspects des spécifications, du design, la vérification et la validation des protocoles et des logiciels de communications. Il s’intéresse également à tout ce qui concerne la sécurité des logiciels.

 

-         Laboratoire de recherche en informatique appliquée à la linguistique : réalise des projets tels que : développement d’un système d’identification linguistique pour le web, développement d’un système automatique de réponse aux courriels, développement d’un nouvel outil interactif d’aide aux traducteurs humains, développement de nouveaux outils informatiques pour la traduction, etc.

 

-         Laboratoire de recherche en informatique et bureautique de l’UQAC : au sein de ce laboratoire, on réalise des didacticiels afin de faciliter l’apprentissage de concepts informatiques de base en incorporant l’interactivité et l’intelligence artificielle.

 

-         Laboratoire de recherche sur les réseaux de communication informatique : s’interesse à la modélisation et à l’analyse de la performance des réseaux informatiques, à l’amélioration des protocoles et des algorithmes et au développement de technologies réseaux de plus grande vitesse et efficacité.

 

-         Laboratoire de sécurité et corrections logiciels : concentre ses recherches vérification de protocoles de sécurité des logiciels, aux méthodes formelles en génie logiciel, etc.

 

-         Laboratoire de téléinformatique de l’UQÀM : Ce laboratoire réalise des recherches afin de développement de nouveaux outils réseau à haute performance et de nouvelles applications multiédia.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense – Atlantique : centre de recherche de la Défense Nationale situé à Halifax (Nouvelle-Écosse) qui pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, plus particulièrement pour la Marine Canadienne et la Force aérienne, mais également pour des produits d’utilité publique ou commerciale (recherche et sauvetage en mer, recherche océanographique, travaux sous-marins, Marine marchande, Garde Côtière, aéronefs commerciaux de passagers, aéronefs commerciaux cargos, etc). On y effectue des recherches dans les secteurs suivants : Détection et contremesures sous-marines (mise au point d’une technique de traitement sonar afin d’améliorer la défense par torpilles des frégates de la classe Halifax, techniques d’automatisation et de classification des échos provenant de sonars actifs et des signaux provenant de sonars passifs à bande étroite, développement d’une bouée acoustique active à basse fréquence, etc), Gestion de signatures (technologies relatives à la réduction des émissions et des (signatures par des forces ennemies, prévision et la réduction des signatures acoustiques sous-marines en vue d’améliorer la capacité de survie des plates-formes maritimes, etc).

 

-         Recherche et Développement pour Défense - Ottawa : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Ottawa et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des sytèmes de haute technologie pour les Forces canadiennes, mais également pour des utilités publiques (sécurité aérienne, recherche et sauvetage, télécommunications, météorologie, etc). On y effectue notamment des recherches telles que : conception et mise à l’essai de radars aéroportés, développement de systèmes radars maritimes, développement de systèmes de navigation aérienne assistés par radar, développement de réseaux mobiles sécurisés, développement de systèmes de télécommunication par satellite, développement de radars à largeur de bande ultra-large, développement de systèmes pour les opérations spatiales, développement de nouvelles technologies pour le traitement en imagerie radar, développement de systèmes de détection de cibles mobiles terrestres et aériennes, etc.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherche de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour

-         mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique (recherche et sauvetage, opérations policières, sécurité-incendie, etc). On y effectue notamment des recherches dans les secteurs suivants : Systèmes de combat (développement des simulateurs virtuels d’entraînement (pour militaires, policiers, ambulanciers, pompiers, etc), d’un simulateur de balistique, des systèmes d’imagerie sous-marine, des systèmes de détection aérienne, des systèmes de communication par satellite, des systèmes radar, des capteurs optoélectroniques, systèmes de simulation de combat, systèmes de contrôle des tirs, d’un logiciel  de modélisation et d’évaluation de la surviabilité et de létalité pour la mesure de menaces provenant d’ennemis, etc); Systèmes d’information (développement d’un système d’information de commandement et de contrôle des opérations pour la Force aérienne, le logiciel-client Telweb pour l’exploitation d’un terminal public multimédia, développement d’un logiciel de nouvelle génération pour l’imagerie opérationnelle, etc); recherche et sauvetage (développement d’un logiciel innovateur pour la planification des missions de recherche et sauvetage, etc).

 

En mathématiques :

 

-         Centre de recherche sur les transports : le plus important centre de recherche en matière de transport au Québec et parmi les plus importants au Canada regroupant des chercheurs de l’Université de Montréal, l’École Polytechnique et de HEC Montréal. Les principaux axes de recherche abordés concernant le développement d’algorithmes pour résoudre des problèmes d’acheminement dans les réseaux de télécommunication et le développement d’algorithmes pour résoudre des problèmes d’horaire dans les réseaux de transport.

 

-         Centre de recherches mathématiques de Montréal : important regroupement de chercheurs en mathématiques de l’Université de Montréal principalement, mais également de d’autres universités (Concordia, Mcgill, UQÀM, Laval, Sherbrooke et U.Q.T.R.). Pour plus de détails, consulte les organismes de recherche qui lui sont rattachés (décris ci-dessous) : Laboratoire de physique mathématique, Laboratoire de statistique, Laboratoire de mathématiques appliquées, Laboratoire d’analyse mathématique, et Physinum).

 

-         Centre interdisciplinaire de recherche sur l’apprentissage et le développement en éducation : centre de recherche conjoint entre l’Université de Montréal, l’UQÀM, l’Université de Sherbrooke  et l’UQTR. Les principaux intérêts de recherches abordés en mathématiques sont : la didactique des mathématiques, formation continue des enseignants en mathématiques, apprentissage de l’algèbre, les difficultés d’apprentissage en calcul, l’enseignement de l’algèbre au secondaire à l’aide de l’informatique, Modélisation développementale des composantes d'une pensée réflexive en éducation mathématique, etc.

 

-         Centre interuniversitaire de recherche en géométrie et topologie : regroupant des professeurs des universités Mcgill, Montréal, Concordia et de l’ UQÀM; ce centre effectue des recherches en mécanique quantique, théorie des représentations, géométrie différentielle, géométrie complexe, géométrie kähléenne, géométrie des variétés de basse dimension, analyse géométrique, géométrie algébrique, théorie de jauge, équations aux dérivés partielles, topologie de basse dimension, topologie algébrique, systèmes dynamiques, théorie des catégories, systèmes hamiltoniens, théorie géométrique des groupes, physique mathématique, etc.

 

-         Centre interuniversitaire en calcul mathématique algébrique : regroupant des professeurs des universités Mcgill, Concordia, Montréal et Laval; ce centre effectue des recherches en géométrie algébrique, la théorie du clair de lune, la théorie des nombres et les mathématiques discrètes.

 

-         Chaire d’actuariat de l’Université Laval : s’intéresse aux différents domaines d’applications et de recherches de cette discipline. Ses principaux intérêts sont : théorie du risque, théorie de la crédibilité, finance mathématique, mathématiques des régimes de retraite, mathématiques de pension et d'assurance, modélisation stochastique en mathématiques actuarielles, modélisation des risques financiers des régimes et de leurs répondants, modélisation aléatoire des fonctions financières et actuarielles, interrelations entre les placements et les engagements des régimes, estimation statistique, études de mortalité des retraités, distribution de sinistres, réserves I.A.R.D., méthodes et hypothèses d'évaluation des passifs des institutions financières, optimisation des différentes sortes de protection individuelle d'assurance et d'épargne, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en algèbre combinatoire : explore les algorithmes de deux problèmes algébriques complexes pour des applications en informatique, en algèbre et en cryptographie.

 

-         Chaire de recherche du Canada en géométrie différentielle et topologie : étudie les phénomènes dynamiques ayant lieu dans des espaces courbes de dimension arbitraire à l’aide d’outils analytiques et topologiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en mathématiques appliquées : étudie la nature de la turbulance par la création d’un modèle mathématique précis pour ce phénomène.

 

-         Chaire de recherche du Canada en théorie des nombres de l’Université de Montréal : cherche à résoudre des problèmes en théorie des nombres analytique et computationnelle pour des applications potentielles à la cryptographie publique, au stockage d’informations numériques et aux systèmes de positionnement global.

 

-         Chaire de recherche du Canada en théorie sur les nombres de Concordia : étudie des variations de nombres des objets mathématiques que l’on nomme fonctions L et p-adic.

 

-         Groupe d’études et de recherches en analyse des décisions GERAD : regroupant les professeurs des universités Mcgill, UQÀM, Polytechnique et HEC Montréal, ce groupe effectue des recherches sur le développement d'outils et techniques d'analyse mathématique pour la solution de problèmes complexes qui se posent dans les sciences de la gestion et de l'ingénierie, la confection d'algorithmes permettant la résolution efficace de ces problèmes, l'application de ces techniques et outils à des problèmes posés dans des disciplines voisines telles que la finance mathématique et l’ingénierie financière, la théorie des jeux, l'intelligence artificielle et la statistique, l'application de ces outils à l'optimisation et la planification de grands systèmes technico-économiques comme les systèmes énergétiques, les réseaux de transport et de communication, et les systèmes de production et l'intégration des résultats scientifiques à des logiciels, des systèmes experts et des systèmes d'aide à la décision transférables à l'industrie.

 

-         Groupe de recherche en mathématiques de ingénierie assistée par ordinateur : effectue des recherches telles que : l’analyse et la performance de turbines hydrauliques, le calcul d’écoulements externes pour l’aérodynamique des avions, la visualisation scientifique, etc.

 

-         Groupe de recherche en théorie des représentations algébriques : regroupant les professeurs des universités de Sherbrooke et Bishop, ce groupe effectue des recherches sur tous les sujets touchant la théorie des représentations algébriques.

 

-         Groupe de recherche en topologie computationnelle : regroupant des chercheurs de l’Université de Sherbrooke et de l’Université Bishop, ce groupe s’intéresse à des sujets tels que : topologie algorithmique, systèmes dynamiques, topologie algébrique, topologie combinatoire, etc.

 

-         Groupe de recherche MOIVRE de l’Université de Sherbrooke : effectue des recherches en : vision par ordinateur, traitement d’images, réseaux de neurones, reconnaissance de formes et synthèse d’images. Au niveau des mathématiques, les intérêts portent sur : l’analyse topologique des formes, la reconnaissance des formes, la topologie algébrique combinatoire, les systèmes dynamiques, mixture des lois de probabilités pour l’imagerie, modèles de topologie algébrique pour l’imagerie, etc.

 

-         Groupe de recherche Physinum : rattaché au Centre des recherches mathématiques de Montréal, les intérêts portent sur : les ondelettes de Daubechies, analyse statistique des signaux complexes, mathématiques appliquées à l’imagerie et la programmation mathématique, etc.

 

-         Groupe interdisciplinaire de recherches sur les éléments finis : regroupant des chercheurs de l’Université Laval et de l’École Polytechnique, on y effectue des recherches dans les domaines suivants : écoulements en milieux industriels, fluides industriels, matériaux légers, biomédical et veille technologique. Les intérêts en mathématiques portent sur : les méthodes numériques en mécanique des fluides non newtoniens, les modèles rhéologiques, la formulation hamiltonienne, méthodes des éléments finis et spectraux, analyse numérique des équations aux dérivées partielles, les écoulements  visqueux instationnaires, etc.

 

-         Institut des sciences mathématiques de Montréal : le PLUS important regroupement de chercheurs en mathématiques au Québec regroupe des chercheurs des universités suivantes : Montréal, Mcgill, Laval, Concordia, UQÀM et Sherbrooke. De nombreuses recherches en mathématiques y sont effectuées. Ses principaux axes de recherches sont : algèbre et théorie des nombres, analyse mathématique, combinatoire et calcul algébrique, dynamique non linéaire, géométrie et topologie, probabilités, théorie des catégories et applications, statistique mathématique et statistique appliquée, mathématiques appliquées et calcul scientifique, physique mathématique, etc.

 

-         Laboratoire d’analyse mathématique de l’Université de Montréal : regroupant des professeurs des universités Mcgill et Laval principalement, mais également de Concordia, de Montréal, de Sherbrooke et de l’UQTR. Les sujets de recherches sont les conjectures d’ondes aléatoires et le chaos quantique, le formalisme Hamiltonien en mécanique statistique loin de l’équilibre, propriétés asymptotiques des fonctions d’onde, 16e problème de Hilbert, et la conjecture de Hardy.

 

-         Laboratoire d’optimisation de l’Université de Sherbrooke : s’intéresse à la programmation mathématique, aux problèmes de découpe, à l’analyse numérique, au design de réseau, etc.

 

-         Laboratoire de combinatoire de mathématique et d’informatique de l’UQÀM : ses travaux de recheches s’effectue au niveau des sujets suivants : combinatoire algébrique, théorie de Lie, les algorithmes des gènes leaders, algèbre de descentes, fonctions symétriques, calcul formel, algorithmes de recherches de motifs, combinatoire énumérative, etc.

 

-         Laboratoire de mathématiques appliquées de l’Université de Montréal : regroupant des professeurs des universités de Montréal, Mcgill et Sherbrooke; les recherches sont effectuées en méthodes numériques en mécanique des fluides, théorie des systèmes dynamiques, modélisation numérique de la combustion turbulente, optimisation de formes et de structures, intégration géométrique, biologie mathématique, analyse numérique asymptotique, etc.

 

-         Laboratoire de physique mathématique : regroupant des professeurs des universités Mcgill, Montréal, Concordia, Laval, UQÀM et UQTR, les recherches sont effectuées en analyse harmonique, symétrie des équations différentielles en physique, propriétés de symétrie des systèmes, supersymétrie, systèmes intégrables classiques et quantiques, théorie conforme des champs, mécanique statistique, méthodes des théories de groupes en physique, phénomènes non linéaires, etc.

 

-         Laboratoire de statistique : regroupant des professeurs des universités de Montréal, Laval, Mcgill, Concordia, UQÀM et HEC Montréal, des recherches sont effectuées en estimation de fonction, statistique bayésienne appliquée, algorithmes d’apprentissage statistique, modèles probabilistes, applications en modélisation statistique du langage, applications statistiques en finance, analyse de données multidimensionnelles, statistique non paramétrique, applications statistiques en psychologie, applications statistique en actuariat, applications statistiques en biophysique, aspects théoriques de la statistique, régression non paramétrique, étalonnage des courbes, analyse des séries chronologiques, applications statistiques en épidémiologie, applications statistiques en économique, etc.

En microbiologie, biochimie et biotechnologies :

 

Note : voir aussi les recherches en microbiologie dans le secteur de la santé (maladies infectieuses)

 

-    Biopterre : centre collégial de transfert de technologie rattaché à l'Institut de technologie agroalimentaire de La Pocatière et du Cégep de La Pocatière dans le Bas-St-Laurent qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de bioproduits végétaux pour les secteurs de l'agriculture, de la foresterie, de l'horticulture ornementale, de l'environnement, etc.

 

-    Centre d'études et de valorisation de la diversité microbienne : centre de recherche de l'Université de Sherbrooke qui développe des agents de lutte biologique en agriculture, des agents de regénération des sols contaminés, des antiobiotiques et des vaccins. Ses principaux thèmes de recherches sont  le contrôle biologique des agents phytopathogènes et la phytopathologie.

 

-         Centre de recherche avancée en génomique environnementale de l’Université d’Ottawa : L'objectif principal du CRAGE est d'étudier les effets des facteurs de stress environnementaux sur la fonction et l'expression du génome.

 

-         Centre de recherche Biomed de l’UQÀM : regroupant des chercheurs en biochimie et en biologie (physiologie cellulaire), ce centre effectue des recherches médicales avec des expertises de chercheurs en biologie, biochimie, microbiologie et chimie.

 

-         Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’I.N.R.S. : important organisme multidisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de disciplines variées. Ses principaux domaines de recherches reliés à la microbiologie sont : biogéochimie et contamination (écotoxicologie marine, effets et changements des polluants environnementaux dans les écosystèmes aquatiques, limnologie du plancton, écologie aquatique, écophysiologie, etc).

 

-    Centre de recherche en biotechnologies marines : situé à Rimouski au Bas-St-Laurent et rattaché à l'UQAR, ce centre s'intéresse aux propriétés physico-chimiques produits marins et des plantes marines et au développement d'applications de toutes sortes (agriculture, environnement, traitement des eaux, etc) des biotechnologies marines

 

-         Centre de recherche en microbiologie environnementale de l’Université d’Ottawa : réalise des projets tels que : le traitement et la déinfection de l’eau de consommation, la qualité microbiologique des eaux potables, survie et inactivation des pathogènes transmis par la nourriture, le rôle de l’air dans la diffusion d’infections, le lavage des mains et son rôle dans la prévention de la transmission et l’interruption d’infections, désinfection et stérilisation dans les services médicaux, la résistance aux antibiotiques, etc.

 

-         Centre de recherche en science et technologie du lait STELA : effectue des recherches sur la caractérisation des protéines et peptides, sur les contaminants des aliments (pathogènes, virus, bactéries, etc), qualité et innocuité des aliments, propriétés physico-chimiques du lait et aux bioprocédés de transformation des produits laitiers, etc.

 

-         Centre de recherche en toxicologie de l’environnement TOXEN : ses principaux axes de recherches sont les suivants :toxicologie moléculaire, cellulaire et biochimique, toxicologie et physiologie et l’écotoxicologie.

 

 

-         Centre de recherche et de développement sur aliments d’Agriculture Canada : situé à St-Hyacinthe en Montérégie, ce centre effectue des recherches dans les domaines suivants concernant la microbiologie : développement de technologies permettant la valorisation des rôles fonctionnels des protéines du lait, production, conservation et utilisation de bactéries lactiques, qualité des aliments à base de céréales, développement de technologies utilisant la microbiologie, l'enzymologie et la biologie moléculaire afin d'assurer la qualité des viandes, etc.

 

-         Centre de recherche sur les mécanismes du fonctionnement cellulaire : ses principaux  champs de recherches sont : la signalisation cellulaire (caractérisation des mécanismes cellulaires et moléculaires de signalisation impliqués dans la régulation de la différenciation et de la mort programmée des cellules) et l’expression génique (étude des processus d’expression génique, au niveau de ses mécanismes moléculaires fins, est essentielle à la compréhension du vivant et de son évolution. Elle l’est d’autant plus que plusieurs maladies comme le cancer, les affections génétiques et plusieurs infections tant virales que bactériennes).

 

-         Centre de technologie environnementale d’Environnement Canada : situé à Ottawa, ce centre de recherches du Gouvernement du Canada réalise diverses recherches afin d’améliorer la qualité de l’environnement dans l’ensemble des régions du pays. Ses principaux axes de recherches sont : L’air propre (les tendances de la qualité de l’air dans les villes canadiennes, les épisodes de smog, la pollution atmosphérique, la pollution des véhicules, etc); l’eau propre (la décontamination des glaces, mesures d’intervention in situ en cas de déversement, les déversements de pétrole scrutés au laser, etc); les sols propres (le traitement des sols contaminés, les applications des procédés assistés par micro-ondes pour l’extraction des contaminants des sols, etc).

 

-         Centre interuniversitaire de recherche en toxicologie CIRTOX : effectue des recherches sur l’évaluation des risques de toxicité chez les humains, les animaux, les végétaux et sur le climat de contaminants chimiques, biologiques ou physiques.

 

-         Centre de recherches industrielles du Québec CRIQ : cet important centre de recherches du Gouvernement du Québec situé à Québec et à Montréal, développe différentes technologies dans diveres types d’industries afin de les aider à optimiser leur production et à devenir de plus en plus concourrentionnel face à la mondialisation des marchés. Dans le grand secteur « technologies de l’environnement », des projets tels que les suivants ont été réalisés : travaux de culture micro-organique d'une moisissure afin d'extraire un métabolite dont les propriétés antifongiques peuvent être utilisées dans plusieurs domaines tels que l’alimentation animale, les biofertilisants et les colorants, élaboration de différents composts fabriqués à partir de sous-produits de l’usine de Windsor, etc.

 

-    Centre national en électrochimie et technologies environnementales :  centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Shawinigan en Mauricie qui qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de bioprocédés environnementaux (biopesticides, biocarburants, biocapteurs, etc)

 

-    Centre québécois d'innovation en biotechnologie, un centre de transfert technologique pour les entreprises de biotechnologies situé à Laval

 

-    Centre SEVE (centre de interuniversitaire recherche en biologie végétale : centre de recherche interuniversitaire situé à Sherbrooke en Estrie, regroupant des chercheurs des universités de Sherbrooke, Laval, Mcgill, Montréal, UQTR et UQAT, ainsi que d'Agriculture Canada qui s'intéresse aux différents aspects des sciences végétales tels que : conservation des fruits et légumes frais: induction de résistance aux maladies, écologie des micro-organismes végétaux, écologie microbienne des sols, biologie et génétique moléculaire des plantes, biologie cellulaire et moléculaire des plantes, phytopathologie, stratégies de contrôle des insectes nuisibles, Biologie évolutive des insectes parasites, adaptation des plantes aux stress de l’environnement, biodiversité et conservation des pollinisateurs indigènes, pathologie des cultures légumières, amélioration du rendement dans l'utilisation d'engrais, etc.

 

-         Centre St-Laurent : important organisme de recherche d’Environnement Canada situé à Montréal, il est entièrement consacré aux écosystèmes fluviaux du St-Laurent. On y effectue des recherches sur : les rejets urbains (écotoxicologie des rejets urbains, impact des rejets urbains sur la santé des poissons, chimie environnementale des rejets urbains); transport à distance des polluants atmosphériques (suivi spatio-temporel des lacs); suivi de l’état de santé du St-Laurent (suivi de la végétation des milieux humides, suivi de la qualité de l’eau, dynamique des glaces sur le tronçon fluvial Varennes-Sorel, etc).

 

-         Chaire de recherche du Canada en biotechnologie parasitaire : nouvelle chaire de l’Université Mcgill effectue l’analyse moléculaire de l’interaction hôte-parasite au moyen de techniques protéomiques et génomiques afin de développer de nouvelles façons de contrôler les parasites qui causent des infections chez l’humain.

 

-         Chaire de recherche du Canada en décontamination environnementale : cette chaire développement des procédés chimiques et biologiques pour décontaminer les boues, les sols et autres rejets industriels et urbains.

 

-         Chaire de recherche du Canada en écotoxicologie marine de l’UQAR : effectue des recherches telles que : marais côtiers du Saint-Laurent maritime, Biodégradation et toxicité des hydrocarbures pétroliers, Séquestration des hydrocarbures aromatiques polycycliques (puissant bioacide), Biomolécules marines actives, etc.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génomique et génie microbien : étudie le fonctionnement des génomes microbiens afin de concevoir le métabolisme de microbes et de fabriquer des produits chimiques et combustibles biologiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en immunoparasitologie : étudie la relation hôte-parasite chez les parasites qui sont à l'origine d'un très grand nombre de cas de maladie chez les humains et les animaux.

 

-         Chaire de recherche du Canada en immunotoxicologie de l’environnement : étudie les mécanismes moléculaires et cellulaires de toxicité afin de déterminer les relations de cause à effet entre l'exposition aux contaminants présents dans la chair de certaines espèces animales propres à la consommation humaine, comme le poisson.

 

-         Chaire de recherche du Canada en microbiologie cellulaire : effectue une étude comparative de l’action protéique dans les cellules saines, suivie d’une étude des cellules infectées par une bactérie afin d’établir les différences et de découvrir les mécanismes qui causent les maladies infectieuses. Ces recherches permettront de mettre au point des médicalements plus efficaces pour contrôler la propagation et la sévérité des maladies infectieuses.

 

-         Chaire de recherche du Canada en microbiologie environnementale : étudie la biodiversité microbienne et l’écologie dans l’Arctique canadien au moyen de la microbiologie classique et de nouvelles techniques moléculaires fondées sur la génomique afin de mieux comprendre la nature des micro-organismes adaptés au froid et leur utilisation possible dans différents domaines.

 

-         Chaire de recherche du Canada en résistance antimicrobien : située au CHUL, cette chaire étudie les problèmes de la résistance aux antimicrobiens afin de troubles de nouvelles cibles microbiennes thérapeutiques et de nouveaux agents antimicrobiens.

 

-         Chaire de recherche du Canada en maladies animales d’origine bactérienne : étudie le fonctionnement, de l’assemblage et de l’importance, lors d’infections animales, des molécules adhésines. Ces recherches permettront de découvrir de nouveaux traitements antibactériens pour plusieurs maladies et de réduire l’utilisation d’antibiotiques pour les animaux et d’améliorer la santé humaine, la santé des animaux d’élevage, la salubrité des aliments et de protéger l’environnement.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur la pathogenèse bactérienne : étudie la base moléculaire de la façon dont les bactéries causent des maladies et de la manière dont les individus résistants les combattent. Ces recherches permettront de mieux comprendre la pathogenèse et la réaction aux infections.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les virus en émergence et la résistance aux antiviraux : cette nouvelle chaire tente d’identifier les virus en émergence afin de concevoir de nouvelles méthodes de diagnostic et développer de nouvelles approches préventives et thérapeutiques des infections causées par ces virus.

 

-         Chaire de recherche en salubrité des viandes : ses principaux domaines de recherches sont : l’épidémiologie des pathogénes alimentaires, mise au point de mesures de réduction de la transmission de bactéries pathogènes chez les animaux vivant, mise au point et validation de nouveaux outils diagnostiques pour détecter les animaux ou les produits de viande contaminés.

 

-         Chaire Saputo en valorisation biomédicale des produits laitiers : cherche à découvrir de nouvelles moléculaire du lait d’intérêt pour la microbiologie, l’immunologie et l’agronomie afin d’identifier et de caractériser les effets bénéfiques du lactosérum.

 

-    GlaxosmithKline Biologicals GSK, un centre de recherche sur les vaccins de cette importante société pharmaceutique britannique qui emploie plus de 400 personnes à Laval

 

-         Groupe de recherche en microbiologie de l’environnement : pour plus de détails, voir l’Institut Armand-Frappier ci-dessous.

 

-    -    Groupe de recherche en recyclage biologique et aquiculture de l'Université Laval (voir aussi la page suivante) : s'intéresse au domaine des biotraitements des eaux (traitement tertiaire d'effluents urbains, agroalimentaires et piscicoles, recyclage biologique des algues, daphnies et poissons, valorisation par biomasse des résidus marins, biotechnologie marine, etc).

 

-         Institut Armand-Frappier de l’I.N.R.S. : important organisme de recherches uniques de renommée mondiale, cet institut réalise de nombreux travaux dans plusieurs domaines multidisciplinaires. Les principaux domaines de recherches reliés à la microbiologie sont : microbiologie de l’environnement (écologie microbienne de bioprocédés de biodépollution, étude de biofilms bactériens dont Pseudomonas aeruginosa impliquée dans la fibrose kystique et pour des applications en biotechnologie environnementale); immunité, maladies infectieuses et cancers (recherche de nouveaux outils pour contrôler l'infection grippale dans son stade initial , développement d'un vaccin sous-unitaire contre le HIV, Approches moléculaires pour le diagnostic d'infections virales, étude de la pathogenèse associée à une infection par le VIH, Identification de gènes impliqués dans la dissémination des lymphomes, biologie moléculaire du virus de l'herpès simplex, physiologie d’une population particulière de cellules immunitaires appelées Natural Killer, Mécanismes moléculaires de l'apoptose et contrôle du rejet de greffes, histocompatibilité et le processus de rejet des greffes, etc).

 

Institut de pharmacologie de l'Université de Sherbrooke : ce centre de recherche s'intéresse notamment aux biotechnologies appliquées au domaine pharmaceutique

 

-    Institut de recherche du Centre universitaire de santé Mcgill : plus important organisme de recherche en santé au Canada qui effectue de nombreuses recherches en santé, notamment dans les domaines de la biotechnologie de la santé

 

-         Institut de recherche en biotechnologie : important centre de recherche du Conseil national de recherches Canada regroupant plusieurs groupes de recherche situés à Montréal. Il effectue de nombreuses recherches reliées aux biotechnologies avec la collaboration de plusieurs partenaires industriels. Les principaux projets dans le secteur environnement pour la microbiologie sont : bioprocédés pour le traitement des eaux usées industrielles, biodégradation des agents polluants, diagnostic moléculaire, biotraitabilité et biomonitorage des sites contaminés, effets toxicologiques des agents polluants, mise au point d'épreuves biologiques, évaluation du risque environnemental, utilisation des capacités fonctionnelles des microbes et des communautés microbiennes naturelles dans la mise au point de procédés de bioconversion et de biocatalyse afin d’obtenir de nouveaux produits biologiques, de micro-organismes, mise au point de biocapteurs pour divers contaminants, etc.

 

-         Institut de recherche en immunologie et cancérologie de l’Université de Montréal :effectue de nombreuses recherches reliées à la cancérologie et à l’immunologie en utilisant une approche basée sur la biologie intégrative des systèmes. Ses principaux axes de recherches sont : la réponse immunitaire au cancer, l’étude des cellules souches, la signalisation et le contrôle de l’expression génique et le développement du système immunitaire. Ces recherches permettront de mieux comprendre comment un cancer se développe, élaborer de nouveaux traitements et thérapies contre le cancer, ainsi que le développement de d’autres maladies affectant le système immunitaire (dont le sida).

 

-    Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels : centre de recherche de l'Université Laval qui s'intéresse notamment à l'identification et la caractérisation des molécules bioactives et aux bioprocédés de fabrication alimentaire

 

-    Institut Lady Davis de recherches médicales : centre de recherche du Montreal Jewish Hospital qui s'intéresse notamment à l'identification et à la caractérisation des changements moléculaires lors du développement d'une tumeur

 

-         Institut national de recherche sur les eaux : cet institut de recherches d’Environnement Canada est le plus important organisme de recherche sur l’eau au pays et est situé à Burlington en Ontario. Les principaux domaines de recherches effectuées sont : assainissement des écosystèmes aquatiques, rétablissement des écosystèmes aquatiques touchées par les pluies acides, effets des changements climatiques, causes des concentrations assez élevées de mercure dans des poissons prédateurs de divers lacs des Territoires du Nord-Ouest, propagation et la persistance des OGM dans les écosystèmes aquatiques, impact des pratiques courantes ou nouvelles de travail du sol et de gestion des engrais et des fumiers sur le volume et la qualité de l’eau, mise en application des techniques microbiologiques, moléculaires et chimiques pour localiser les sources de pollution fécale dans les Grands Lacs, contamination par les pesticides des aquifères peu profonds et des eaux réceptrices en aval, importance et des effets des produits thérapeutiques dans l’environnement au Canada, etc.

 

-         Mcgill Arctic Research Station MARS : situé au Nunavut, cette station de recherche concentre ses projets sur tout ce qui concerne la région arctique tels que : la glaciologie, les changements de climats, l’hydrologie polaire, la géologie, la géomorphologie, la limnologie, l’archéologie et la microbiologie nordique.

 

-    NanoULaval : centre d'expertise en nanosciences et nanotechnologies de l'Université Laval situé à qui regroupe 6 groupes de recherches des domaines de la biotechnologie la photonique, de l'infectiologie et des matériaux afin de développer des nanomatériaux de haute qualité pour diverses applications

 

-         Observatoire de l’environnement et du développement durable : effectue de nombreuses recherches reliées à l’environnement telles que : analyse des changements climatiques à l’échelle du continent, développement d’indicateurs du changement de l’environnement, la toxicité des mieux aquatiques, l’amélioration des eaux et des sols contaminés, utilisation optimale des biotechnologies à l’environnement, études sur les risques et les impacts de catastrophes environnementales, gestion des déchets industriels, développement des énergies renouvelables, etc.

 

-    Oléotek : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Thetford Mines en Chaudière-Appalaches  qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME et certaines grandes entreprises dans le développement de nouveaux produits en biotechnologie industrielle (transformation physico-chimiques des huiles animales et végétales) pour des applications pharmaceutiques, cosmétiques, alimentaires, plasturgie, pétrochimie (peintures, solvants, lubrifiants, fluides hydrauliques, etc), et chimiques (savons, détergents, cires, encres, assouplisseurs, etc).

 

-    RiboClub : centre de recherche de l'Université de Sherbrooke qui s'intéresse à la structure et la fonction de l'ARN

 

-         Station de biologie des Laurentides : un des plus importants centres de recherches en biologie au Canada, il réalise des recherches en  écotoxicologie (une expertise a été développée sur la toxicité des métaux lourds dans les lacs).

 

-    Transbiotech : centre collégial de transfert de technologie rattaché au Cégep de Lévis-Lauzon en Chaudière-Appalaches qui fournit de l'expertise et du soutien technique auprès de PME dans le développement de nouveaux produits en biotechnologie dans les domaines de l'alimentation fonctionnelle, les nutraceutiques, les produits pharmaceutiques et les produits de santé naturels

 

En Nanosciences :

-     Arbora Nano : centre d'excellence en nanosciences pour le secteur forestier situé à Pointe-Claire dans la région de Montréal qui regroupe des chercheurs d'universités, du Gouvernement du Canada et d'entreprises privées en recherche et développement en forestier qui développent des nanoproduits pour l'industrie canadienne des produits forestiers

 

-    Centre de bioreconnaissance et de biocapteurs : centre de recherche regroupant des chercheurs des universités Mcgill, Montréal, Laval, Sherbrooke et Polytechnique) qui développe des outils de diagnostic des systèmes de reconnaissance nanostructurés pour les domaines médicaux, agricoles et environnementaux

-    Groupe de recherche en physique et technologies des couches minces : regroupement de chercheurs des universités de Montréal et Polytechnique qui développe des matériaux avancés dans les domaines de la microélectronique et nanoélectronique, en optique et optoélectronique, en revêtements fonctionnels et en ingénierie de surfaces

-    INRS Énergie-Matériaux-Télécommunications (Infrastructure de nanostructures et de femtosciences) : centre de recherche situé à Varennes en Montérégie qui regroupe le Laboratoire de nanofemtoseconde qui explore les processus physico-chimiques de la matière à l'échelle moléculaire par des sources de lumière femto et atto-secondes

-    Mcgill Centre for physics of materials : centre de recherche de l'Université Mcgill qui s'intéresse aux propriétés des nanomatériaux et au développement de nouvelles techniques nanoscientifiques afin de développer de nouveaux nanomatériaux

-    NanoULaval : centre d'expertise en nanosciences et nanotechnologies de l'Université Laval situé à qui regroupe 6 groupes de recherches des domaines de la biotechnologie la photonique, de l'infectiologie et des matériaux afin de développer des nanomatériaux de haute qualité pour diverses applications

 

En Physique :

 

-     Bellairs Research Institute : important centre de recherche rattaché à l’Université Mcgill et situé aux Barbades dans les Caraïbes effectuant de nombreuses recherches dans les domaines de la biologie (océanographie, ichtyologie, écologie marine, botanique, primatologie, etc), en géologie (géologie des reliefs, géologie historique, géologie marine, séismologie, etc), en météorologie (météorologie marine, climatologie et prévision d’ouragans), en géographie (géographie maritime, les ouragans, géomorphologie et géographie humaine), en physique (astrophysique, physique des ouragans et océanographie physique), en agronomie (pêcheries, cultures légumières et fruitières, , en anthropologie (notamment en archéologie et paléontologie, mais aussi en ethnologie), en histoire (histoire des sciences naturelles, histoire des Caraïbes), ainsi qu’en sociologie.

 

-    Centre collégial de transfert en technologies en optique et photonique OPTECH : rattaché aux cégeps André-Laurendeau, La Pocatière et John-Abbott et situé à Montréal et à La Pocatière qui fournit de l'expertise et du soutien technique aux PME dans le développement de projets dans les domaines de l'optique et de la photonique

 

-    Centre de neurophotonique de l'Université Laval : équipe de recherche rattaché au Centre de recherche Université Laval-Robert-Giffard à Québec qui étudie notamment les processus cellulaires et moléculaires dans le neurone vivant à l'aide de la photonique.

 

-     Centre de recherche de l’Observatoire du Mont Mégantic : effectue des recherches reliées à l’astrophysique comme : l’astronomie stellaire, astronomie galactique, astronomie extra-galactique, etc.

 

-         Centre de recherche en eau, terre et environnement de l’I.N.R.S. : important organisme multidisciplinaire de recherche regroupant des chercheurs de disciplines variées. Ses principaux domaines de recherches reliés à la physique sont : l’océanographie physique, modélisation stochastique, analyse d’incertitudes en modélisation, etc.

 

-         Centre de recherche en énergie, matériaux et télécommunications de l’INRS : effectue de nombreuses recherches dans le domaine de la  physique : développement de nouvelles méthodes d’exploitation de l’énergie éolienne, impact du changement climatique pour la société, etc.

 

-         Centre de recherche en optique, photonique & laser COPL de l’Université Laval : effectue notamment des recherches en physique pour les technologies du laser, ainsi que sur les aspects physiques pour les domaines de l’optique, de la photonique et la microélectronique.

 

-         Centre de recherche en photonique de l’Université d’Ottawa : effectue des recherches dans les domaines de la biophotonique, de la photonique physique, la communication photonique et réseaux, systèmes de détection photonique, etc.

 

-    Centre de recherche en photonique de l'UQO : situé a Gatineau en Outaouais, il s'intéresse au développement de technologies telles que : senseurs en fibres optiques, communications sans fil et par fibres optiques, métrologie et calibration de paramètres non électriques, optoélectronique, modélisation, fabrication et caractérisation de composantes, de dispositifs et de systèmes photoniques et électroniques.

 

-         Centre de recherche sur les propriétés électroniques des matériaux : effectue des recherches dans les champs suivants : matériaux pour composants et microstructures (pour des applications en optoélectronique et en électronique ultra-rapide), matériaux exotiques à caractère anisotrope (supraconducteurs, conducteurs organiques).

 

-         Centre de recherche spatiale : organisme rattaché au Collège militaire royal du Canada à Kingston en Ontario. Il effectue des recherches afin de mieux comprendre l’espace comme : le développement d’un télescope à miroir liquide pour la surveillance des satellites, ainsi que diverses recherches en astrophysique (l’astronomie stellaire, astronomie galactique, astronomie extra-galactique, etc).

 

-         Centre international de recherche sur le givrage atmosphérique et ingénierie des réseaux électriques : on effectue les problématiques et les effets du givrage sur les réseaux électriques, les structures routières (ponts, barrages, etc) et les équipements de transport.

 

-         Chaire de recherche du Canada en astrophysique cosmologique : étudie des données d’observation sur la matière noire et l’énergie noire de l’univers par la simulation numérique et de modèles analytiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en astrophysique de l’Université Bishop : effectue un portrait cohérent de la formation et de l'évolution de systèmes binaires contenant des objets compacts.

 

-         Chaire de recherche du Canada en astrophysique d’observation : étudie le comportement des étoiles denses et massives.

 

-         Chaire de recherche du Canada en astrophysique solaire : étudie les mécanismes physiques qui gouvernent l’activité magnétique du soleil.

 

-         Chaire de recherche du Canada en astrophysique stellaire : effectue des recherches sur l’atmosphère, les phases finales de l’évolution des étoiles, les variations d’intensité lumineuse, la description des conditions extrêmes.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biophotonique : cette chaire cherche à développer de nouveaux appareils optiques et de nouvelles techniques optiques pour la médecine et la biologie, notamment à l’études des neurones.

 

-         Chaire de recherche du Canada en cosmologie théorique de Mcgill : élabore des modèles des tout débuts de l’univers qui font le lien entre la théorie des forces fondamentales de la nature et les observations cosmologiques.

 

-         Chaire de recherche du Canada en cosmologie théorique et numérique de l’Université Laval : étudie la formation et l’évolution des galaxies et la formation d’étoiles et d’amas stellaires.

 

-         Chaire de recherche du Canada en fibre optique et photonique : on tente de mettre au point des sources optiques à haute vitesse pour des applications en communications, en détection par fibres et en sciences de la vie.

 

-         Chaire de recherche du Canada en optoélectronique supramoléculaire : étudie la dynamique électronique dans les architectures moléculaires afin de favoriser l’avancement de l’électronique organique.

 

-         Chaire de recherche du Canada en plasmas appliqués aux technologies de micro et de nano fabrication : développe de nouveaux procédés aux plasmas pour des applications en biomédical, télécommunications, microélectronique et en photonique.

 

-         Chaire de recherche du Canada en reconstruction du squelette : cette chaire étudie la biomécanique de la stabilisation des os ostéoporotiques au moyen de ciment orthopédique afin de développer de nouvelles techniques, de nouveaux biomatériaux ou de nouveaux dispositifs permettant une procédure sécuritaire d’injection de ciment.

 

-         Chaire de recherche du Canada en science des vitesses ultrarapides :  nouvelle chaire de recherche de l’Université Mcgill qui cherche à combiner la spectroscopie au laser et la microscopie électronique modifiée pour déterminer la structure atomique des molécules et des matériaux afin de tenter d’élucider le lien entre la structure atomique et les propriétés de la matière.

 

-         Chaire de recherche du Canada en sciences du laser ultra-rapide et intense : rattaché au Centre d’optique, photonique et laser, cette chaire étudie et tente de comprendre la physique et la science de la propagation d'impulsions laser intenses et ultrabrèves dans les milieux optiques ainsi que l'interaction de ces impulsions avec atomes et molécules.

 

-         Chaire de recherche du Canada sur les interactions laser-matière ultrarapides : nouvelle chaire de l’Université d’Ottawa qui étudie la réaction de la matière à de puissantes et très brèves impulsions lumineuses. Ces recherches permettront d’accélérer les communications et améliorer les outils analytiques, diagnostiques et chirurgicaux.

 

-         Groupe de recherche en ingénierie de l’environnement atmosphérique : réalise des travaux de recherches tels que :  la simulation des précipitations froides; les études fondamentales des décharges et arcs électriques dans les intervalles d'air et à la surface de glace; le givrage des isolateurs et des conducteurs électriques des lignes à haute tension; la prévention de la glace atmosphérique, etc.

 

-    Groupe de recherche en physique et technologies des couches minces : regroupement de chercheurs des universités de Montréal et Polytechnique qui développe des matériaux avancés dans les domaines de la microélectronique et nanoélectronique, en optique et optoélectronique, en revêtements fonctionnels et en ingénierie de surfaces

 

-    INRS-Énergie-Matériaux-Télécommunications : situé à Varennes en Montérégie, ce centre de recherche universitaire s'intéresse notamment aux domaines des communications optiques, le développement de capteurs ultrasensibles pour des applications médicales et aérospatiales, la photonique moléculaire pour des applications en biologie, en médecine et en télécommunications et le développement de nouveaux composants photoniques pour diverses applications

 

-    Institut canadien pour les innovations en photonique : réseau de centres d'excellences regroupant des chercheurs provenant d'universités, d'entreprises et de gouvrenements partout au Canada afin de positionner le pays comme leader mondial dans les domaines de la photonique dont son siège social est situé à Québec

 

-         Institut de l’environnement de l’Université d’Ottawa :important organisme de recherche dans le domaine de l’environnement au Canada. Il réalise de nombreuses recherches couvrant tous les secteurs de l’environnement (effets des contaminants chimiques, biologiques,  physiques, radiologiques et autres sur l’environnement géographie, biologique, géophysique et atmosphérique). Il s’intéresse également aux effets biologiques du rayonnement ionisant, (il abrite le Centre international de recherche sur les faibles doses de radiation).

 

-    Institut de recherche d'Hydro-Québec : important centre de recherche situé à Varennes en Montérégie  (Laboratoire de recherche et d'essais énergétiques) et à Shawinigan en Mauricie (Laboratoire des technologies de l'énergie), il développe de nouvelles technologies visant l'efficacité énergétique, développe de nouvelles technologies énergétiques utilisant des énergies renouvelables, développe des matériaux avancés pour les batteries au lithium destinées aux véhicules tout électriques et hybrides rechargeables, etc.

 

-         Institut de recherche sur l’hydrogène : un leader mondial dans la recherche sur l'hydrogène, il effectue différentes recherches sur l’hydrogène comme : le stockage du gaz, la sécurité associée à l’hydrogène, développement de nouvelles utilisations de l’hydrogène notamment avec des piles à combustible, etc.

 

-         Institut des sciences de la mer de Rimouski : l’un des plus grands centres de recherche en océanographie en Amérique du Nord, l’ISMER regroupe des chercheurs provenant de plusieurs disciplines ayant une expertise dans ce grand et large secteur de recherches. Les principaux domaines de recherches reliés à la physique sont : influence des variations du champ magnétique terrestre sur le taux de production des isotopes cosmogéniques, couplage physique-biologie, océanographie physique, matière particulaire en suspension, impact des radiations UV, etc.

 

-         Institut national d’optique INO : situé à Québec, ce centre de recherches et d’expertises est un organisme privé à but non lucratif. Ses champs de recherche reliés à la physique sont : la biophotonique, les couches minces optiques, capteurs à fibre optique, etc.

 

-         Laboratoire d’optoélectronique industrielle de l’Université du Québec en Outaouais : ce laboratoire spécilisé en fibres optiques. Ses domaines de recherches sont : technologie et instrumentation des senseurs en fibres optiques, multiplexage optique et systèmes multisenseurs, mesure des paramètres non-électriques.

 

-         Laboratoire international de source de rayonnement laser ultrarapide : rattaché au Centre de recherche énergie, matériaux et télécommunications de l’INRS, ce laboratoire est en étroite collaboration avec de nombreux autres laboratoires dans le monde. On y développe un nouveau type de laser pour de nouvelles applications en métallurgie, en photonique et en biomédical.

 

-         Mcgill Arctic Research Station MARS : situé au Nunavut, cette station de recherche concentre ses projets sur tout ce qui concerne la région arctique tels que : la glaciologie, les changements de climats, l’hydrologie polaire, la géologie, la géomorphologie, la limnologie, l’archéologie et la microbiologie nordique.

 

-    Mcgill Centre of Physics of Materials : étudie les caractéristiques et les propriétés de fibres composites, de métaux et autres matières afin de développer de nouveaux matériaux pour diverses applications

 

-         Mcgill Institute of Advanced Materials : important organisme de recherche multidisciplinaire dans le domaine des matériaux. Il regroupe des chercheurs en sciences dentaires, en chimie, en biologie cellulaire, en physique, en génie chimique, en génie des matériaux, en génie informatique et en génie biomédical. Les principaux intérêts de recherches portent sur : les biomatériaux (biominéralisation, biosenseurs, matériaux dentaires, ingéniérie tissulaire, etc); les macromolécules auto-assemblés (polymères, propriétés et structures des molécules, etc); les fluides complexes; matériaux micro et nanostructurés (composites, métaux, céramiques, etc) et la nanotechnologie (développement de matériaux pour des applications en optoélectronique, microélectronique, photonique, biosenseurs, etc).

 

-    Mcgill Photonic Systems Group : regroupe 40 chercheurs en génie physique, génie électrique et génie informatique. Il consacre ses recherches dans les domaines tels que : la micro-optique, la photonique ultra-rapide, la fibre optique, l’optoélectronique, l’électronique RF et autres secteurs en optique et photonique.

 

-    NanoULaval : centre d'expertise en nanosciences et nanotechnologies de l'Université Laval situé à qui regroupe 6 groupes de recherches des domaines de la biotechnologie la photonique, de l'infectiologie et des matériaux afin de développer des nanomatériaux de haute qualité pour diverses applications

 

-         Observatoire de l’environnement et du développement durable : effectue de nombreuses recherches reliées à l’environnement telles que : analyse des changements climatiques à l’échelle du continent, développement d’indicateurs du changement de l’environnement, la toxicité des mieux aquatiques, l’amélioration des eaux et des sols contaminés, utilisation optimale des biotechnologies à l’environnement, études sur les risques et les impacts de catastrophes environnementales, gestion des déchets industriels, développement des énergies renouvelables, etc.

 

-         Observatoire de Neutrinos de Sudbury : centre de recherche de l’Université Laurentienne situé à Sudbury en Ontario qui s’intéresse aux propriétés fondamentales des neutrinos  et sur les réactions de fusion nucléaire qui ont lieu au cœur du soleil.

 

-         Recherche et Développement pour la Défense - Valcartier : centre de recherches de la Défense Nationale situé à Québec et qui a pour mission de réaliser des recherches afin de développer des systèmes de haute-technologies pour les Forces canadiennes, mais également pour des produits d’utilité publique (recherche et sauvetage, opérations policières, sécurité-incendie, etc). On y effectue notamment des recherches dans le secteur suivant : Systèmes optroniques (détection de sources acoustiques dans l’atmosphère, développement de technologies appliqués à un télémètre à laser sous-marin, techniques de repérage de menaces lasers, etc).

 

En sciences vétérinaires :

 

-         Centre de recherche de la Fondation Mira : un centre de recherche pas comme les autres ! Tu connais sûrement cette fondation. Au sein de ce centre, le laboratoire de recherche est le site d’élevage et d’entraînement des chiens guides et chiens d’assistance de la fondation. Des recherches telles que les recherches ont déjà été réalisées : la dysplasie de la hanche, le développement d’une nouvelle race de chien (le Labernois), les modèles de comportements chez les chiens, etc.

 

-         Centre de développement du porc inc. : organisme privé de recherche à but non lucratif  situé à Sainte-Foy créé par l’initiative du MAPAQ, la Fédération des producteurs de porcs du Québec, la Société des éleveurs de porcs du Québec dont participent également l’Université Laval, l’Université Mcgill, l’Université de Montréal (faculté de médecine vétérinaire) et Agriculture et agroalimentaire Canada. Ses principaux axes de recherches reliés à la médecine vétérinaire sont : génétique (évaluation génétique des porcs de race pure, paramètres d’accouplement en sélection et multiplication, dépistage du gène halothane); santé animale (surveillance et contrôle des salmonelles en élevage, utilisation des médicaements en médecine porcine, maladies infectieuses du porc, la gestion sanitaire des centres d’insémination artificielle, etc).

 

-         Centre de recherche en biologie de la reproduction : s’intéresse à tout ce qui touche la reproduction humaine et animale, aux technologies de pointe, à l'utilisation responsable de ces technologies et aux considérations éthiques qui se rattachent à ces recherches. Dans le domaine de la reproduction animale, des projets tels que les suivants sont en cours : l’influence des radicaux libres et de la cryoconservation sur la structure de la chromatine des spermatozoïdes de bélier, amélioration de la fertilité de la semence ovine par traitement à la cyclodextrine, éthique et droit de la manipulation génétique, responsabilité sociale des chercheurs et des entreprises privées, l’impact des technologies de reproduction assistée, plus particulièrement de la production in vitro chez les bovins, etc.

 

-         Centre de recherche en reproduction animale : l’un des plus importants centres de recherches en santé animale au Canada, effectue des recherches dans les axes suivants : la survie de l’embryon et la fonction ovarienne (clonage des embryons par transfert nucléaire, production de lignées cellulaires utérines, etc); ainsi que les études sur les ovaires.

 

-         Chaire de recherche du Canada en biotechnologie de la reproduction animale : rattachée au Collège de médecine vétérinaire de l’Ontario (University of Guelph), cette chaire tente de Comprendre l’impact des technologies de la reproduction sur le développement embryonnaire et élaborer des stratégies pour assurer une utilisation efficace de ces technologies.

 

-         Chaire de recherche du Canada en clonage et et en biotechnologie de l’embryon : cherche à comprendre et à améliorer les mécanismes qui régissent les étapes initiales du développement de l’embryon ce qui permettra d’améliorer l’efficacité des techniques de reproduction animales et humaines.

 

-         Chaire de recherche du Canada en génomique fonctionnelle appliquée à la reproduction animale : le principal objectif de cette chaire est d'appliquer les nouveaux outils de la génomique afin de décrire le programme génétique du tout début de la vie embryonnaire.

 

-         Chaire de recherche du Canada en maladies animales d’origine bactérienne : étudie le fonctionnement, de l’assemblage et de l’importance, lors d’infections animales, des molécules adhésines. Ces recherches permettront de découvrir de nouveaux traitements antibactériens pour plusieurs maladies et de réduire l’utilisation d’antibiotiques pour les animaux et d’améliorer la santé humaine, la santé des animaux d’élevage, la salubrité des aliments et de protéger l’environnement.

 

-         Chaire de recherche en salubrité des viandes : ses principaux domaines de recherches sont : l’épidémiologie des pathogénes alimentaires, mise au point de mesures de réduction de la transmission de bactéries pathogènes chez les animaux vivant, mise au point et validation de nouveaux outils diagnostiques pour détecter les animaux ou les produits de viande contaminés.

 

-         Chaire en recherche avicole : effectue des recherches tant fondamentales que cliniques sur les problèmes de santé affectant les volailles.

 

-         Groupe de recherche en épidémiologie des zoonoses et santé publique : réalise des recherches dans le domaine de la santé publique animale et agroalimentaire. Ses principaux thèmes de recherches sont : agroenvironnement, structure de la méthode de surveillance, zoonoses fauniques, épidémiologie moléculaire, épidémiologie environnementale, microbiologie environnementale, etc.

 

-         Groupe de recherche en médecine équine du Québec : effectue des recherches tant fondamentales que cliniques sur la santé des chevaux. Voici les principaux domaines de recherches: système respiratoire, système musculo-squelettique, système gastro-intestinal et autres domaines.

 

-         Groupe de recherche sur les maladies des animaux de compagnie : s’intéresse aux divers problèmes de santé rencontrés chez les chiens, chats, oiseaux et autres animaux de compagnie. Ses principaux thèmes de recherches sont : le comportement animal, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires, les maladies neurologiques, l’analgésie et l’anesthésie, la dermatologie, la dentisterie, la fonction thyroïdienne, la médecine interne, l’ophtalmologie, l’orthopédie, l’ostéoarthrose et la réhabilitation post-opératoire.

 

-         Groupe de recherche sur les maladies infectieuses du porc : le plus important organisme de recherche sur les maladies bactériennes du porc en Amérique du Nord effectue des recherches  principalement en caractérisation moléculaire et cellulaire des facteurs de virulence d’importantes bactéries pathogènes (pathogénie et mise au point de méthodes de diagnostic et de contrôle de la colibacillose, susceptibilité et résistance aux antibiotiques, épidémiologie et contrôle des pathogènes des viandes, développement de vaccins, etc.

 

-         Groupe vétérinaire en thérapie génique : les principaux objectifs de ce groupe sont : mettre au point et appliquer la thérapie génique chez les animaux de compagnie et chez les chevaux et appliquer les outils de la thérapie génique à l’amélioration génétique des animaux de production.

 

-         Institut Armand-Frappier de l’I.N.R.S. : important organisme de recherches uniques de renommée mondiale, cet institut réalise de nombreux travaux dans plusieurs domaines multidisciplinaires. Les principaux domaines de recherches reliés aux sciences vétérinaires sont : immunité et maladies infectieuses (compréhension des mécanismes pathogéniques de virus présents chez les chiens et les furets, virologie moléculaire de virus porcins, virologie moléculaire du virus de diarrhée bovine, etc).

 

-         Institut de biotechnologie vétérinaire et alimentaire : en partenariat avec plusieurs industries pharmaceutiques, biotechnologiques et bioalimentaires, cet institut réalise des travaux de recherches visant le développer de produits biotechnologiques vétérinaires, ainsi que le transfert de technologies avec les entreprises partenaires.

 

-         Laboratoire d'analyse des interactions entre des bactéries pathogènes et des organismes hôtes : rattaché au Centre de recherche de l’Institut Armand-Frappier, ce laboratoire cherche à identifier des gènes impliqués dans la virulence des pathogènes, tels que les bactéries E. coli, sur la réponse physiologique des bactéries durant le processus d'infection ainsi que sur la réaction du système immunitaire de l'hôte, soit l'homme et les animaux domestiques.

 

-         Réseau d’intervention en santé ovine et caprine : regroupement de chercheurs en médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, du CEPOQ (voir section agronomie) et du MAPAQ. Il réalise diverses recherches afin d’améliorer la santé des troupeaux ovins et caprins.

 

-         Réseau de recherche canadien sur la mammite bovine : regroupement de chercheurs des Universités de Montréal, Mcgill, Laval, Guelph, Sherbrooke, Saskatchewan, P-E-I, UQÀM et Agriculture Canada. Il s’intéresse à la mammite bovine, la maladie la plus fréquente chez les vaches laitères au pays

 

Retour à la page d’accueil

Retour au répertoire des organismes de recherches

Consulter le répertoire des maîtrises et doctorats

Retour à la page de chercheur

Retour à la page de professeur d’université