Retour à la page du secteur restauration et tourisme

Retour à la page d’accueil


 

 

 

SECTEUR : RESTAURATION HÔTELLERIE ET TOURISME

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

SOMMELIER(ÈRE)

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P. +

Attestation de spécialisation professionnelle A.S.P.

 

Consulte également la section "liens recommandés" (dont des vidéos de sommeliers qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant que sommelière ou sommelier; tu seras responsable de conseiller la clientèle sur les vins, alcools et spiritueux répondant le mieux à leurs besoins et selon l’agencement approprié selon le met choisi.

 

Tu auras pour tâches de procéder à une inspection quotidienne des aires de travail et veiller à l’application des normes d’hygiène, de salubrité, de santé et de sécurité au travail; évaluer les vins; dresser la liste des millésimes; renouveler la carte des vins, spiritueux et des bières; superviser les préposés au bar et les préposés au service des vins; effectuer les tâches du préposé au service des vins, au  besoin; gérer la cave à vin et le bar; organiser et gérer les stocks de différents types de caves à vins, tenir à jour l'inventaire et commander les bouteilles; ainsi qu’organiser des activités de vins, d’alcools et spiritueux auprès de la clientèle.

 

APTITUDES ET QUALITÉS REQUISES :

-       Bonne condition physique car tu devras travailler debout de longues heures

-    Intérêt marqué pour les vins, les spiritueux et le domaine viticole

-       Bonne mémoire visuelle et auditive

-       Efficacité et capacité de travailler sous pression

-       Aimer travailler avec le public et entregent car tu seras constamment en relation avec lui

-       Facilité à communiquer, entregent et bonne humeur pour accueillir de façon agréable ta clientèle

-       Excellente maîtrise de la langue française parlée et écrite

-       Bonne connaissance de langue anglaise parlée

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-    Chef barman(barmaid)

-    Chef sommelier(ère)

-    Gérant(e) d'un commerce de produits alcooliés

-    Gérant(e) de bar d'un hôtel

-    Maître d'hôtel

-    Responsable des achats en sommellerie

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-    Agences de vins, bières et spiritueux (intermédiaires entre fournisseurs et détaillants)

-       Restaurants

-       Hôtels

-       Salles de réception

-       Entreprises de services alimentaires (cafétérias)

-       Traiteurs

-       Auberges

-       Clubs de golf

-       Compagnies maritimes

-       Société des alcools du Québec SAQ

-    Supermarchés

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-    Être âgé(e) d’au moins 18 ans

-       Disponibilité

-       Travail sur quarts jour/soir/fins de semaines/congés fériés

-       Horaires de travail variables

-       De l’expérience dans le milieu de restauration est un atout

-    Bonne connaissance des vins, spiritueux et autres produits alcoolisés et des régions viticoles

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2015 :

Le placement est très bon, 82 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la majorité, soit 77 % sont à temps complet.

Les principaux employeurs ont été les hôtels et les restaurants gastronomiques.

Quelques autres répondants(es), soit 7 % ont poursuivi leurs études dans une discipline connexe ou dans un autre domaine.

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI À TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

79 60 46 6

 

Note 1 : légère baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 91 % en 2013; 86 % en 2011 et 82 % en 2009).

 

Note 2 : prendre en considération que seulement 54 % des diplômés(es) ont répondu à cette enquête.

 

Source : Ministère de l'Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données en 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

-         15,50 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grands hôtels 4 ou 5 étoiles (extérieur de Montréal)

-    16,51 $/heure (40 hres/sem) en tant que préposé(e) au bar-caviste à la Société des casinos du Québec

-         18,17 $/heure (40 hres/sem) en moyenne dans les grands hôtels 4 ou 5 étoiles (Île de Montréal)

-    19,26 $/heure (40 hres/sem) à bord d'un train de Via Rail Canada

-    19,53 $/heure (40 hres/sem) chez la plupart des employeurs (PME)

-    21,17 $/heure (38 hres/sem) en tant que conseiller(ère) en vins à la Société des alcools du Québec SAQ

Note 1 : hausse assez importante de la moyenne salariale au sein des PME par rapport aux années précédentes (était de 18,08 $ en 2013; 17,65 $ en 2012; 16,75 $ en 2011 et 16,90 $ en 2009).

Note 2 : dans le secteur public et parapublic et chez la plupart des grands employeurs privés, les augmentations sont établies selon les conventions collectives.

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec, École hôtelière de la Capitale, Syndicat des employés de magasins et de bureau de la Société des alcools du Québec SAQ, Syndicat des employés - unité restauration de la Société des casinos du Québec, TCA Canada (section locale personnel de services des trains de Via Rail), et conventions collectives des employés de plusieurs grands hôtels.

PORTRAIT DE L'INDUSTRIE DE LA RESTAURATION :

Le secteur de la restauration au Québec se divise en deux groupes : la restauration commerciale ainsi que la restauration non commerciale.

La restauration commerciale a pour activité principale la vente de nourriture et de boisson. Les établissements regroupés sous ce vocable offrent à leur clientèle soit un service complet (service aux tables) ou encore un service restreint (restauration rapide, établissements de boissons alcoolisées, etc.).

La restauration non commerciale dessert pour sa part la clientèle des institutions dont la mission première n’est pas de fournir des services de restauration, notamment les hôpitaux, les écoles, les prisons et les commerces de détail.

En 2014, les revenus du milieu de la restauration commerciale au Québec s’élevaient à près de 10,7 milliards $, une diminution des ventes nettes de 2,1% par rapport à l’année précédente. Le chiffre d’affaires moyen par restaurant était de 448 000$ selon le Diagnostic sectoriel de la main-d'œuvre en restauration réalisée par le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme en 2015.

Plus de 200 000 personnes occupent un emploi dans la restauration québécoise, au sein de plus de 20 000 établissements. Il s’agit à 72% de restaurants indépendants, une proportion plus élevée que dans toutes les autres provinces canadiennes. 40% des entreprises québécoises de restauration comptent moins de 10 employés.

En 2014, 369 restaurants ont dû fermer leurs portes suite à une faillite; on constate une augmentation du nombre de faillites au Québec depuis 2010. Les deux tiers des faillites de restaurants au Canada concernent d’ailleurs des établissements québécois.

Les entreprises du secteur de la restauration connaissent une intensification de leurs activités durant la haute saison touristique, et le phénomène de la saisonnalité est particulièrement présent en région. Pour répondre à la demande, les restaurateurs augmentent leurs effectifs. L’automne venu, ils doivent mettre à pied une partie de leur main-d'œuvre et tentent de la réengager au retour de la haute saison. Cette situation leur cause une difficulté importante de rétention de leur main-d'œuvre puisqu'il arrive souvent que des employés quittent l'employeur afin de trouver un emploi à l'année dans le même domaine ou en dehors du secteur de la restauration commerciale.

Le secteur de la restauration recrute en grande partie chez les moins de 25 ans (pour la plupart des métiers, bien que les directeurs et gérants de restaurant soient moins concernés); il s’agit de son bassin de recrutement traditionnel. Or, les tendances sociodémographiques laissent entrevoir une diminution de la proportion de jeunes de moins de 25 ans au cours des prochaines années au sein de la population. Pour diverses raisons, le recrutement tend à se faire plus difficile dans cette tranche de la population depuis quelques années. =

Face à ce phénomène, les restaurateurs doivent se tourner vers d’autres bassins de recrutement pour combler leurs effectifs. Interrogés à ce sujet, 69 % des répondants ont recours à la main-d'œuvre immigrante et 52 % à main-d'œuvre en réorientation de carrière, semi-retraitée ou retraitée.

Consulte également le site du Conseil québécois des ressources humaines en tourisme (section perspectives sectorielles) où sont décrits notamment les perspectives d’emploi dans ce domaine. 

Ainsi que le Portrait de l'industrie de l'hôtellerie et de la restauration

Sources : Conseil québécois des ressources humaines en tourisme, Association des restaurateurs du Québec et Emploi-Québec

PERSPECTIVES D’AVENIR :

 

Dans l'industrie hôtelière :

 

On prévoit que d'ici 2030, près de 4 000 emplois devront être comblés dans le secteur de la restauration un peu partout au Québec (notammment dans les régions de Montréal, Québec, Laurentides, Cantons de l'Estrie, Montérégie, Bas-St-Laurent et Outaouais).

Le salaire annuel moyen d'un(e) serveur(euse) dans un établissement hôtelier ayant 10 années d'expérience était de 30 700 $ (avec une moyenne annuelle de 41 semaines travaillées). Dans plusieurs de ces établissements, le pourboire est inclus dans le salaire.

Les perspectives sont très bonnes pour les prochaines années en milieu hôtelier partout au Québec, mais elles varient beaucoup selon l’achalandage touristique.

Dans l'industrie de la restauration :

 

En 2015, plus de 5 400 emplois ont été créés dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration ce qui correspond à une croissance de 2,2 %. Ceci veut donc dire que, non seulement tous les emplois perdus durant la crise ont été regagnés.

 

On prévoit que d'ici 2030, plus de 13 800 emplois devront être comblés dans le secteur de la restauration un peu partout au Québec (notammment dans les régions de Montréal, Québec, Laurentides, Cantons de l'Estrie, Montérégie, Bas-St-Laurent et Outaouais).

 

Après celui de cuisinier, les préposés au service des mets est le métier qui sera le plus en pénurie au cours des prochaines années.

 

En effet, selon l’étude sectorielle de main-d’oeuvre en hôtellerie réalisée par le Conseil québécois des ressources humaines en tourisme en 2016, a révélé que 22 % des restaurateurs ont beaucoup ou assez de difficultés à recruter des serveurs en 2015. En hôtellerie toutefois les postes de serveur ne comptent pas parmi les plus difficiles à combler.

 

Selon cette même enquête, plus de 81 % des employeurs ne demandent aucun diplôme et 15 % seulement un diplôme d’études secondaires. Également, plus de la moitié des employeurs (53 %) exigent peu ou pas d’expérience; 37 % de un à trois ans et 8 % plus de trois ans.

 

Selon Emploi-Québec, il y a une demande élevé de serveurs dans 11 régions du Québec (dont Montréal, Québec, Laurentides, Montérégie et Bas-St-Laurent), une demande modérée dans 6 régions (dont l'Estrie, la Mauricie, Lanaudière et Saguenay-Lac-St-Jean), alors qu'aucune région ne présente une demande faible.

 

Le salaire annuel moyen d'un(e) serveur(euse) dans un établissement de restauration ayant 10 années d'expérience était de 29 000 $. En y ajoutant les pourboires, il atteint 33 900 $.

 

Donc, les perspectives d'emploi sont très bonnes au cours des prochaines années dans le domaine de la restauration.

Sources : Association des restaurateurs du Québec, Conseil québécois des ressources humaines en tourisme, Emploi-Québec et Tourisme Québec.

Ainsi que le Portrait de l'industrie de l'hôtellerie et de la restauration

 

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

  

L'Attestation de spécialisation professionnelle en sommellerie A.S.P. a une durée totale de 450 heures, soit 4 mois offert à temps complet. Il comporte des cours sur l'évolution de sa pratique professionnelle, analyse organoleptique, éléments d’oenologie, le vin et la loi, études des vins d'Europe, étude des vins non-européens, spiritueux et boissons, gestion de la cave à vin, cartes des vins, spiritueux et d'autres boissons, conseil et service des vins et d'autres boissons.

L'Attestation d'études collégiales en gestion des services de sommellerie et de bar A.E.C. a une durée totale de 450 heures, soit 4 mois offert à temps complet. Il comporte des cours sur les activités d'opérations d'un bar,  gestion du personnel de bar et de sommellerie, gestion des stocks de bar et de cave à vin, mixologie et techniques de base style libre, activités d'opérations du service de sommellerie d'une salle à manger, approche client, vente et promotion d'événements, budgets d'exploitation de bar et de cave à vins, accords mets-vins-bières et spiritueux.

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

Pour l'A.S.P. :

-      Soit détenir un D.E.P. en services de la restauration ou une formation équivalente

-      Soit posséder au moins 1 an d'expérience en tant que serveur, hôte de restaurantou un poste connexe (ex : propriétaire d'une auberge)

 

Pour l'A.E.C.

-      Soit détenir un D.E.S. ou l'équivalent et avoir quitté les études à temps complet depuis au moins 1 an (ou sessions consécutives)

-      Soit détenir un D.E.S. ou l'équivalent et avoir complété au moins 1 année (ou 2 sessions) d'études échelonnée sur 1 an

 

AUTRE EXIGENCE D’ADMISSION :

 

-         Possibilité d’entrevue ou d’une épreuve de sélection (I.T.H.Q., École hôtelière de la Capitale et École hôtelière des Laurentides)

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Il y a une limite de places disponibles dans les centres suivants :

Aucun contingentement à ces programmes dans les autres centres :

 

Les candidats(es) répondant aux conditions d'admission sont généralement admis.

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Pour l'A.E.C. :

 

-    Collège LaSalle

 

Pour l'A.S.P. :

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu désires avoir l’avis de sommeliers(ères) sur leur métier ?, alors va regarder le vidéo suivant :

Pour une liste des manufacturiers de boissons alcoolisées, consulte le Portrait de l'industrie agroalimentaire

 

Pour une liste d'établissements hôteliers, consulte la page de technicien en hôtellerie

 

Pour une liste de chaînes de restaurants, consulte la page de technicien en restauration

 

Pour une liste des vignobles du Québec, consulte le site de l'Association des vignerons du Québec

 

Pour une liste des vignobles ailleurs au Canada, consulte le site du Canadian Vinters Association (en anglais)

 

Pour une liste des vignobles en France, consulte le site des Vignerons Coopérateurs

 

Pour une liste de vignobles californiens, consulte le site du Southwest California Vinters Association

 

Pour une liste d'associations américaines de vignobles, consulte WinAmerica

 

Autres liens :

 

Retour à la page du secteur restauration et tourisme

Retour à la page d’accueil