Retour à la page du secteur mines et travaux de génie

Retour à la page d’accueil

 

SECTEUR : MINES, PÉTROLE

ET TRAVAUX DE CHANTIER

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSIONNELLE

 

OPÉRATEUR(TRICE) D'ENGINS DE CHANTIER

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES D.E.P.

 

Consulte aussi la section "liens recommandés" à la fin de cette page (dont des vidéos d'opérateurs d'engins de chantier qui parlent de leur travail).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 

 

En tant qu’opérateur ou opératrice de machineries lourdes; tu auras pour tâches de conduire  et opérer les commandes nécessaires d'un engin lourd sur un chantier tel que : un bouteur (aussi appelé "bulldozer"), un chargeur sur pneus ou sur chenilles (communément appelé "loader"), une niveleuse (communément appelée "grader"), une décapeuse (communément appelée "scraper"), une rétrocavause (aussi appelée "rétro-excavatrice" ou "tractopelle" ou communément "pépine"), une souffleuse à neige automotrice, un balai motorisé de rues, un tombereau (aussi appelé "'camion 10 roues hors-route" ou communément appelé "dumper" avec une formation en conduite d'engins de chantiers nordiques) sur les chantiers nordiques et autres gros chantiers d'ouvrages de génie civil, les installations minières et les carrières.

 

Ces machines sont utilisées pour effectuer des travaux d’excavation (construction résidentielle, commerciale, industrielle, institutionnelle); de construction d’infrastructures (routes, ponts, chemins, stationnements, etc); d'entretien des chemins et des routes publiques (déneigement, nettoyage des rues, réhabilitation des routes, autoroutes, ponts, stationnements publics, etc.); d'aménagement et de nivelage de terrains (aménagement paysager, déneigement de stationnements commerciaux ou institutionnels, entretien de terrains accidentés, décontamination de sols, etc.); ainsi que le chargement de camions (cour à bois, cour de recyclage de métaux, carrière de pierre ou autres minéraux industriels, site minier, etc.).

 

Tu auras à effectuer certains travaux d'arpentage sur des terrains plus ou moins stables afin de mettre la machine à niveau, installer le matériel nécessaire sur les godets de la machine (bouteur et chargeur notamment), gréer des charges afin de les soulever, à arrimer la machine sur un fardier à l'aide de chaines et crochets,  effectuer l'entretien quotidien de la machine et en assurer son bon état de fonctionnement, etc.

 

Dans l'industrie de la construction; tu pourras travailler sur des chantiers d'ouvrages de génie civil (routes, ponts, barrages, éoliennes, infrastructures électriques, ou de communications, etc.); sur des chantiers de construction commerciale et institutionnelle (magasins, immeubles à bureaux, immeubles à revenus locatifs, écoles, garderies, hôpitaux, complexes sportifs, centres culturels, musées, etc.); sur des chantiers de construction industrielle (usines, ateliers, entrepôts ou autres bâtiments ou structures d'un complexe industriel, infrastructures minières, etc.); ainsi que sur des chantiers isolés ou nordiques (tu pourras opérer des engins de grande taille pour effectuer des travaux d’envergure pour la construction d’autoroutes en régions éloignées, de villages, d’infrastructures hydroélectriques, etc.).

 

Pour le Ministère des Transports, les municipalités, les administrations aéroportuaires et entreprises privées en travaux publics; tu auras pour tâches d'opérer toute machinerie lourde servant aux travaux de construction, de déneigement  et d'entretien des infrastructures publiques de transport (autoroutes, routes, réseaux d'aqueduc et d'égout, stationnements publics, les pistes d'atterrissage des aéroports, etc.). Tu devras également effectuer des tâches d’entretien périodique du véhicule.

 

Au sein des administrations portuaires et entreprises privées en arrimage et débardage; tu opérer des bouteurs ou chargeurs afin d'effectuer des manœuvres de chargement et de déchargement des navires. Par contre, les administrations portuaires ont aussi besoins d'opérateurs(trices) d'engins afin d'effectuer des travaux d'entretien et de déneigement des différents chemins menant aux quais et aux bâtiments.

 

Plusieurs industries embauchent également des opérateurs(trices) de chargeurs sur roues afin d'y effectuer des manœuvres de transport et de manutention de leurs matières premières entreposées dans leur cour (billots de bois dans les industries de transformation de produits forestiers et les industries papetières; lingots d'acier ou d'aluminium, poutres d'acier ou métaux recyclés dans les industries de première transformation des métaux, blocs de béton, pierre ou autres minéraux industriels dans les industries de fabrication de produits en minéraux industriels et les cimenteries; matériaux de toutes sortes sur un gros chantier naval, etc.).

 

Enfin, chez Hydro-Québec et Gaz métro; des opérateurs(trices) d'engins effectuent des travaux d'entretien sur leurs infrastructures (réseaux souterrains et aériens de distribution et de transport d'électricité pour Hydro-Québec et les réseaux de distribution et de transport de gaz naturel pour Gaz métro).

 

QUALITÉS ET APTITUDES NÉCESSAIRES :

-         Bonne santé

-         Avoir une bonne vision (champ visuel global et une bonne perception spatiale)

-         Bonne endurance physique car tu auras à travailler assis(e) de longues heures (principalement, mais non exclusivement dans cette position)

-    Bonne force et agilité physique car tu auras à installer du matériel sur les godets, arrimer la machine au camion-remorque, etc

-         Bonnes dextérités manuelles pour manipuler efficacement les commandes de l’engin

-    Avoir de bons réflexes afin de pouvoir réagir rapidement en situation d'urgence (risques d'accident tant pour l'opérateur et pour les ouvriers à proximité)

-    Avoir une bonne coordination vue-mains-pieds car tu auras à effectuer différentes manœuvres de précision

-         Autonomie et débrouillardise car tu auras à travailler généralement seul(e)

-         Sens des responsabilités car tu seras responsable du bon état du véhicule et tu auras à assurer à sécurité de tes collègues qui travailleront près des machines que tu opèreras et tu seras responsable du bon état du véhicule

-         Aptitudes à travailler en équipe car tu auras à travailler en collaboration avec d’autres collègues ouvriers et techniciens sur les chantiers

PROFESSIONS APPARENTÉES :

-       Conducteur(trice) d'un balai mécanique de rues

-    Conducteur(trice) d'un camion de mine hors-route (tombereau)

-       Conducteur(trice) de bouteur

-    Conducteur(trice) de chargeur sur roues

-       Conducteur(trice) de chargeuse-pelleteuse (bulldozer)

-    Conducteur(trice) de décapeuse

-       Conducteur(trice) de niveleuse

-       Conducteur(trice) de rétro-excavatrice

-    Conducteur(trice) de souffleuse à neige automotrice

-       Instructeur(trice) en conduite de machineries lourdes (après quelques années d’expérience)

-    Mécanicien(ne)-opérateur(trice) d'équipements lourds

-    Professeur(e) d'enseignement professionnel en conduite d'engins de chantier (après quelques années d’expérience)

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-    Administrations aéroportuaires

-    Administrations portuaires

-       Cimenteries

-       Compagnies forestières

-       Compagnies minières

-       Compagnies pétrolières en exploitation et exploration

-       Municipalités

-    Entreprises d'arrimage et de débardage portuaire

-    Entreprises de terrassement et d'aménagement paysager

-       Entreprises en construction commerciale, institutionnelle et industrielle

-        Entreprises spécialisées en excavation ou en travaux de génie civil

-    Industries de fabrication de produits en minéraux industriels (béton, asphalte, granite, marbre, etc.)

-    Industries de première transformation des métaux (alumineries, aciéries)

-    Industries de transformation des produits forestiers

-    Industries papetières

-    Chantiers navals

-    Gaz métro

-       Gouvernement du Québec (Transports Québec)

-    Hydro-Québec

-    Commissions scolaires (centres de formation professionnelle)

EXIGENCES DE L’EMPLOI :

 

Pour travailler sur les chantiers de construction, tu devras :

 

Détenir ta carte de compétence est obligatoire, en début de carrière. Tu travailleras en tant qu’apprenti(e)et tu n’obtiendras ta carte de compagnon seulement après avoir accumulé un minimum de 2 000 heures de travail comme apprenti(e) (environ 1 an).
Voir les détails auprès de la Commission de construction du Québec.

 

De plus, il faut tenir compte des conditions particulières de ce métier telles que :

-    Travail dans un milieu bruyant

-    Travail avec des vibrations

-    Travail dans un milieu poussiéreux

-    Travail exigeant physiquement

-    Risques de blessures musculaires, articulatoires ou vertébraux et de brûlures

-    Travail principalement actif en période estivale, mais il y a du travail pendant toute l'année

CLASSES ET TYPES D'ÉQUIPEMENTS :

 

Il existe plusieurs classes et types de machineries pour les opérateurs :

Opérateurs d'équipements lourds sur les chantiers de construction :

Opérateurs d'équipements lourds pour les travaux publics :

notamment pour Transports Québec, mais également dans les grandes villes

EXIGENCES DES EMPLOYEURS :

-       Détenir le certificat de compétence-apprenti(e)émis par la Commission de la construction CCQ pour travailler sur les chantiers de construction

-    Détenir un permis de conduire de classe 1, 2 ou 3 pour travailler pour Transports Québec et dans la plupart des municipalités

-    Détenir un D.E.P. en mécanique d'engins de chantier (pour les postes de mécanicien-opérateur dans les petites municipalités)

-       Polyvalence

-       Horaires de travail variés

-       Longues heures de travail à centaines périodes

-       Connaissances en mécanique un atout

-       Travail en régions éloignées (chantiers nordiques et compagnies minières)

PLACEMENT 

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2015 :

 

Le placement est moyen, seulement 50 % des répondants(es) qui se sont dirigés vers le marché du travail ont obtenu un emploi relié à leurs études dont la presque totalité, soit 88 % à temps complet.

 

Quelques autres répondants(es) ont complété leurs études par un D.E.P. en mécanique d'engins de chantier.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI A TEMPS COMPLET

NOMBRE AUX ÉTUDES

206 100 88 4

Note : baisse du taux de placement par rapport aux années précédentes (était de 65 % en 2013; 64 % en 2012; 66 % en 2011; 48 % en 2010 et 56 % en 2009).

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données 2015 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de :

 

Dans le secteur de la construction :

 

Opérateurs d'équipements lourds classe A :

-         28,45 $/heure (40  à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et augmente à 33,47 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction résidentielle légère

-         28,83 $/heure (40  à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et augmente à 33,92 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction du génie civil (infrastructures routières et infrastructures d'éoliennes)

-         29,07 $/heure(40  à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et augmente à 34,20 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction commerciale industrielle et institutionnelle

-       30,18 $/heure (40  à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et augmente à 35,50 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction du génie civil (infrastructures routières et infrastructures d'éoliennes) sur les chantiers isolés et Baie-James

-    30,23 $/heure (40 à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti et augmente à 35,56 $/hre en tant que compagnon dans le secteur de la construction industrielle lourde (mines, oléoducs, gazoducs, infrastructures de raffineries, centrales d'énergie sauf hydroélectriques, etc.)

-        30,81 $/heure (40  à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et augmente à 36,25 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction commerciale industrielle et institutionnelle sur les chantiers isolés et Baie-James

-        31,62 $/heure (40  à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e) et augmente à 35,94 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction du génie civil (infrastructures électriques, infrastructures de communications et infrastructures maritimes)

-         33,92 $/heure (40  à 50 hres/sem) en tant qu’apprenti(e)et augmente à 38,82 $ en tant que compagnon dans le secteur de la construction du génie civil (réseaux de distribution de gaz naturel ou de pétrole)

Note : Cependant, le salaire annuel moyen pour un apprenti(e)-opérateur(trice) d'équipements lourds était de 20 277 $ (était de 22 396 $ en 2013; 20 374 $ en 2011; 22 059 $ en 2010 et 23 454 $ en 2009) dont 64 % ayant travaillé 500 heures et plus (était de 68 % en 2013).

Dans les secteurs hors-construction :

Secteur privé :

-    22,37 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de chargeur dans les grandes industries de transformation des produits forestiers

-        22,45 $/heure (40 hres/sem) dnas le secteur privé en général (notamment les PME)

-    22,64 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries lourdes (niveleuse, bouteur, etc.) dans les grandes industries de transformation des produits forestiers

-        23,15 $/heure (40 à 50 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de chargeur au sein des grandes industries papetières

-        24,28 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de chargeur dans les grands chantiers navals

-        26,61 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de chargeur sur roues au Groupe Desgagnés (ports de Baie-Comeau et Sept-Îles)

-        27,18 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de chargeur au sein des grands fabricants de produits en minéraux industriels (asphalte, béton, ciment, granite, marbre, etc.)

-        27,29 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries au sein des grandes industries métallurgiques (alumineries, aciéries)

-        27,27 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de chargeur à Logistec Arrimage (Port de Sept-Iles)

-        28,22 $/heure (40 à 50 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries (notamment des chargeurs) au sein des grandes industries de transformation des métaux (alumineries, aciéries)

-        29,61 $/heure (40 hres/sem) en tant qu’apprenti(e)et augmente à 36,43 $ en tant que compagnon dans les grandes industries pétrolières

-        29,61 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de chargeur à Arrimage du Nord (Port de Québec)

-        29,78 $/heure (40 à 50 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries (notamment les chargeurs) au sein des grandes compagnies minières

-    930,00 $/semaine en tant qu'opérateur(trice) de machinerie en voirie forestière

-    1 044,00 $/semaine en tant qu'opérateur(trice) de machinerie en abattage forestier

Secteur public et parapublic :

-    14,8 $/hre (40 hres/sem, saisonnier) en tant qu'opérateur(trice) de machinerie lourde à la SEPAQ (parcs nationaux et réserves fauniques)

-         20,03 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant journalier(ère)-opérateur(trice) de véhicules et équipements lourds au sein des très petites municipalités (moins de 5 000 habitants)

-         20,33 $/heure (38,75 hres/sem) (classe 2 : chargeur  inférieur à deux verges cubes, rouleau compresseur et compacteur) à Transports Québec

-         21,25 $/heure (38,75 hres/sem) (classe 1 : niveleuse, chargeur de deux verges cubes et plus, bélier mécanique ou hydraulique d’une puissance supérieure à 74 forces, souffleuse à neige mue par deux moteurs, une pelle mécanique ou hydraulique ou excavatrice) à Transports Québec

-         21,42 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant mécanicien(ne)-opérateur(trice) d'équipements lourds au sein des très petites municipalités (moins de 5 000 habitants)

-         22,07 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) ou chauffeur(euse)-opérateur(trice) de machineries lourdes et camions lourds au sein des petites municipalités (5 000 à 19 999 habitants)

-        22,17 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) d'équipements lourds à Aéroports de Montréal (saisonniers)

-        22,21 $/heure (37,5 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) d'équipements lourds dans la fonction publique fédérale (incluant les postes civils sur les bases militaires)

-         22,40 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 2 à la Ville de Laval

-        22,87 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) d'équipements lourds à l'Aéroport de Québec (saisonniers et réguliers)

-         22,97 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 1 à la Ville de Laval

-         23,53 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que mécanicien(ne)-opérateur(trice) d'équipements lourds au sein des petites municipalités (5 000 à 19 999 habitants)

-         24,00 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe B au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-         24,57 $/heure (36, 38,75 ou 40 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 2 ou classe B au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-        24,62 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) d'équipements lourds à Aéroports de Montréal (réguliers)

-         24,82 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe A au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-         25,78 $/heure (36 ou 38,75 ou 40 hres/sem selon les municipalités) en moyenne en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 1 ou classe A au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-         26,07 $/heure (40 hres/sem) en moyenne en tant que mécanicien(ne)-opérateur(trice) de machineries lourdes au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-         27,11 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 2 à la Ville de Québec

-         28,17 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 1 à la Ville de Québec

-         29,11 $/heure (36 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 2 à la Ville de Montréal

-         29,61 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) d'équipements lourds à l'Administration portuaire de Trois-Rivières

-         31,28 $/heure (36 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) de machineries - classe 1 à la Ville de Montréal

-        31,91 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) d'équipements lourds à Hydro-Québec

-         32,76 $/heure (40 hres/sem) à l'Administration portuaire de Montréal

-       34,00 $/heure (40 hres/sem) en tant qu'opérateur(trice) d'équipements lourds à l'Administration portuaire de Montréal

-      2 806 $/mois en tant qu'ingénieur de combat au sein des Forces canadiennes

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec, Conseil du Trésor du Québec, Commission de la construction du Québec, Commission de la fonction publique du Canada, Forces canadiennes, Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec, Syndicat des cols bleus de la Ville de Laval, Syndicat national des employés du Port de Montréal, Syndicat des débardeurs du Port de Montréal, Syndicat des débardeurs du Port de Trois-Rivières, Syndicat des métallos - section locale 7056 Arrimage du Nord- Port de Québec et section locale 7065 Logistec Arrimage - Port de Sept-Iles, Syndicat des employés des Aéroports de Montréal, Alliance de la fonction publique du Canada (section locale Aéroport de Québec), Syndicat des employés de métiers d'Hydro-Québec, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des produits forestiers, conventions collectives des employés de plusieurs grands chantiers navals canadiens, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries papetières, conventions collectives des employés de plusieurs grandes industries de transformation des métaux, conventions collectives des employés de certaines grandes industries pétrolières et conventions collectives des employés de plusieurs grandes compagnies minières. 

PERSPECTIVES D’AVENIR :

Dans le secteur de la construction :

On dénombrait 5 967 opérateurs(trices) d’équipements lourds en 2015 (soit 816 de moins qu'en 2013) dont seulement 44 femmes, lesquels travaillaient pour le compte de plus de 1 800 employeurs.

Différents équipements sont utilisés. L’opération de tracteurs compte pour 64 % du travail, l’opération de rouleaux, 15 %; l’opération d’épandeuses, 10 % ; l’opération de niveleuses, 6 %; et l’opération de rétrocaveuses, 5 %;

Moins de nouveaux apprentis ont été admis en 2015 dans l’industrie : 80 sont apparus alors qu’environ 170 nouveaux apparaissaient chaque année au cours des quatre dernières années.

En 2015; au cours de la première année de travail, le salaire moyen d’un apprenti(e) diplômé(e) atteint près de 20 300 $, celui d'un(e) compagnon atteint un peu plus de 33 400 $; tandis que le salaire annuel moyen d’un compagnon qui travaille au moins 500 heures peut atteindre jusqu'à 49 100 $.

Ce métier a connu un certain ralentissement de l’emploi au cours des dernières années, étant principalement actif dans le secteur du génie civil et de la voirie. Par contre, il devrait être stimulé dans les prochaines années par des chantiers majeurs. Le travail est saisonnier : il y a cinq fois plus de travailleurs actifs en été qu’en hiver;

Les perspectives d’emploi sont plutôt bonnes pour les opérateurs d’équipement lourd. La demande sera en forte hausse au cours des années à venir, cependant une partie pourra être comblée par la main-d'œuvre actuellement disponible.

Où retrouvait-on les opérateurs(trices) d'équipements lourds en 2015 ?

Plus de 84 % étaient sur des chantiers de construction de génie civil et de voirie (infrastructures routières, infrastructures d'éoliennes, infrastructures des réseaux de distribution ou de transport d'électricité, infrastructures des réseaux de communications, infrastructures maritimes ou infrastructures des pipelines de gaz naturel ou de pétrole);

Un peu plus de 11 % étaient sur les chantiers de construction commerciale et institutionnelle (écoles, résidences pour personnes âgées, magasins, hôtels, restaurants, immeubles à bureaux, immeubles à logement, centres commerciaux, etc);

Près de 3 % étaient sur les chantiers de construction industrielle (usines, ateliers, entrepôts, installations de raffineries et alumineries, autres bâtiments et installations de complexes industriels);

Moins de 2 % étaient sur les chantiers de construction résidentielle légère et lourde (immeubles à condominiums, projets domiciliaires, etc).

Par région :

 

19 % travaillaient dans les régions de Lanaudière, Laval et des Laurentides,
19 % travaillaient dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches,
17 % travaillaient en Montérégie,
10 % travaillaient dans le Bas-St-Laurent ou en Gaspésie (éoliennes),
8 % travaillaient au Saguenay-Lac-St-Jean,
4 % travaillaient dans les régions de la Mauricie ou du Centre-du-Québec,
4 % travaillaient en Côte-Nord,
4 % travaillaient en Outaouais,
4 % travaillaient en Abitibi-Témiscamingue,
4 % travaillaient sur l'Île de Montréal,
7 % travaillaient dans les autres régions.


(source : Commission de la construction du Québec)

 

Dans le secteur minier :

 

Le Québec est l’un des 10 territoires miniers les plus explorés au monde. Depuis le début des années 90, la moitié des mines ont commencé à être exploitées ce qui permis au Québec de connaître une des plus grandes croissance de son industrie minière de toute son histoire. Pour toutes ces raisons, les perspectives de découvertes nouvelles et par le fait même des emplois pour des spécialistes des mines sont excellentes.

 

L’industrie minière connaît actuellement des hauts et des bas dus, en majeure partie, à la baisse de la valeur de certains métaux. Cependant, ce cycle baissier n’affecte pas l’ensemble des acteurs du secteur minier. Il ne faut pas oublier les projets miniers qui sont sur le point de voir le jour dans un avenir rapproché.

 

Il n’en demeure pas moins que les entreprises du secteur minier québécois font face à des enjeux de taille. Parmi ceux-ci, soulignons :

 

Plus que jamais, l’industrie minière est un monde de géants. Il se passe difficilement un mois sans que des projets de fusions ou d’acquisitions ne soient discutés. Quoique inquiétant, ce mouvement semble irréversible;

 

Près de 30 % de la main-d’œuvre de l’industrie minière devrait prendre sa retraite au cours des cinq prochaines années. Cet important besoin de main-d’œuvre pose aussi le défi d’intégrer rapidement un grand nombre de travailleurs aux particularités de l’emploi dans le secteur minier;

 

L’industrie minière est aussi confrontée à d’importantes difficultés de recrutement de main-d’œuvre qualifiée. Jumelé aux mouvements prévisibles de main-d’œuvre, ce besoin en ressources humaines impose un redoublement d’efforts qui passe inévitablement par des mécanismes structurés de transfert des savoirs.

 

Donc, les perspectives d'avenir à court terme semblent pessimistes, mais davantage encourageantes à long terme avec la venue de nouveaux projets.

 

Source : Comité sectoriel de la main-d'œuvre des mines du Québec

En dehors du secteur de la construction et des mines :

Plusieurs municipalités de taille moyenne embauchent du personnel, surtout en période hivernale pour l'entretien et le déneigement des routes, notamment celles qui ont de l'expansion et doivent réhabiliter ou agrandir leurs réseaux d'aqueduc et d'égout et autres infrastructures publiques;

Dans les chantiers navals; quelques emplois sont maintenant disponibles puisqu'ils sont de plus en plus actifs; mais tout dépendant du nombre, de l'ampleur et la durée de leurs contrats;

Les emplois au sein des grandes municipalités sont plutôt rares car les besoins en main-d'œuvre supplémentaire est faible et peu de travailleurs qui quittent pour la retraite sont remplacés. Par contre, malgré cela, plusieurs postes devront l'être, ce qui apportera de l'emploi au sein de ces organisations.

Dans l'industrie minière, avec le ralentissement des activités depuis quelques temps au sein de cette industrie, les emplois se font un peu plus rares;

Certaines administrations portuaires et entreprises d'arrimage embauchent du personnel occasionnel ou saisonnier pour les opérations de débardage des navires;

Au sein du Ministère des Transports du Québec, de nombreux travailleurs prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront prendre leur retraite, donc les perspectives semblent bonnes, mais difficiles à prévoir pour les prochaines années compte tenu du gel d'embauche dans la fonction publique. Pour plus de détails, consulte le site de promotion des carrières du Ministère des Transports du Québec.

Pour plus de détails, consulte le portrait des secteurs suivants :

LES PROGRAMMES D’ÉTUDES :

 

Voir aussi la section "autres formations"

 

Le Diplôme d’études professionnelles en conduite d’engins de chantiers D.E.P. a une durée totale de 1 095 heures, soit 10 mois offert à temps complet. Il comporte des cours d'introduction au métier et à l'industrie et aux organismes de la construction, santé et sécurité sur les chantiers de construction, entretien préventif et dépannage, technologie de base, communication en milieu de travail, notions de compactage et d'épandage des enrobés, conduite d'une chargeur, travaux de manutention et de chargement avec une chargeur, conduite d'une pelle hydraulique, travaux de préparation du terrain avec une pelle, travaux de manutention et de chargement avec une pelle, conduite d'une niveleuse, travaux de manutention et de chargement avec une niveleuse, conduite d'une chargeur-pelleteuse, travaux de désagrégation des matériaux avec une chargeur-pelleteuse, conduite d'un bouteur, travaux de préparation du terrain avec un bouteur, travaux d'excavation avec une chargeur-pelleteuse, travaux de construction d'infrastructures avec une pelle, travaux de construction d'infrastructures avec un bouteur, travaux de construction d'infrastructures avec une niveleuse, travaux de pavage avec un compacteur et travaux de finition avec une niveleuse.

 

Note : il n'y a pas de stage, puisse que tu auras des heures à accumuler comme apprenti(e)après ta formation.

 

Le Diplôme d’études professionnelles D.E.P. en conduite d’engins de chantiers nordiques a une durée de 900 heures, soit 8 mois offert à temps complet. Il comporte des cours d'introduction au métier et à l'industrie et aux organismes de la construction, santé et sécurité sur les chantiers de construction, entretien préventif et dépannage, conduite d'une pelle hydraulique, travaux de préparation du terrain avec une pelle, travaux d'excavation avec une pelle, conduite d'un bouteur, travaux de préparation du terrain avec un bouteur, travaux d'excavation avec un bouteur, travaux de nivelage avec un bouteur, conduite d'une chargeur-pelleteuse, travaux d'excavation et de chargement avec une chargeur-pelleteuse, conduite d'une niveleuse, travaux de mises en forme de fossés, de talus et de routes avec une niveleuse, travaux d'entretien de routes avec une niveleuse, travaux de nivelage avec une niveleuse et conduite d'un camion à benne hors-route.

Note : il n'y a pas de stage, puisse que tu auras des heures à accumuler comme apprenti(e)après ta formation.

 

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-       Soit détenir un D.E.S.

-        Soit avoir au moins 16 ans de l’année scolaire en ET avoir réussi les cours de 3e secondaire en maths, français et anglais ou se faire reconnaître les équivalences

-       Soit avoir 18 ans au moment au début de la formation et avoir réussi les cours équivalents  

 

AUTRE EXIGENCE D’ADMISSION :

-    Subir des tests de sélection en lien avec le métier (Centre national de conduite des engins de l'Est du Québec et Atelier-École Les Cèdres, CFP Harricana et École forestière de La Tuque)

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Il y a contingentement à l'Atelier-École Les Cèdres :

 

Selon le centre, il y a de 5 à 10 fois plus de demandes qu'il y a de places disponibles (entre 28 et 30 selon les années)

 

Il y a contingement au Centre de conduite d'engins de l'Est du Québec :

 

Il y a 4 à 6 fois plus de demandes qu'il y a de places disponibles (entre 100 et 112 selon les années)

Note : bien que non obligatoire à l'admission, il recommandé de suivre une formation connexe si tu n'es pas admis la 1ere ou la 2e fois comme par exemple : DEP en mécanique d'engins de chantier, DEP en transport par camion, formation en conduite d'un camion-remorque offerte par une école privée ou formation en conduite de de camion classe 3, ce qui t'avantagera lors de ton intégration sur le marché du travail.

Aucun contingement dans les autres établissements

 

ENDROITS DE FORMATION :

 

Voir aussi le D.E.P. en conduite de machinerie en voirie forestière

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

 

Infos sur l’alternance travail-études

 

Pour le D.E.P. en conduite d’engins de chantier :

-         Atelier-École Les Cèdres, Vaudreuil-Dorion (C.S. des Trois-Lacs), admissions ouvertes de jour au printemps 

-         Centre national de conduite d’engins de chantiers Est du Québec, St-Jean-Chrysostome (C.S. des Navigateurs, Rive-sud de Québec), admissions ouvertes à l’hiver et au printemps (alternance des études jour et soir)

-    École du routier G.C. inc, Trois-Rivières (école privée)

-    École nationale de camionnage et d'équipement lourd É.N.C.E.L, Québec (école privée), admissions de jour ou de soir à l'automne et à l'été

-    École nationale de camionnage et d'équipement lourd É.N.C.E.L, Terrebonne (école privée), admissions de jour ou de soir à l'automne et au printemps

Pour le D.E.P. en conduite d’engins de chantier nordique :

Admissions suspendues pour une période indéterminée

 

-    Nunavimmi Pigiursavik Vocational and Technical Training Centre, Inukjuak (C.S. Kativik) offert en français et en anglais

 

AUTRES FORMATIONS :

 

Il existe également des écoles privés qui offrent des courtes formations en conduite d’équipements lourds et qui permet d’obtenir une attestation de formation (diplôme) émise par cette école.

 

Comment choisir une bonne école ? 

Voici les formations offertes :

 

Note : la liste des cours offerts sont identifiés entre les ( )

  -    École nationale de camionnage et d'équipement lourd É.N.C.E.L, (anciennement le CFEL) à Québec (conduite d’un chargeur, conduite d’un bélier mécanique, conduite d’une pelle hydraulique, conduite d’une niveleuse, conduite d’un rétro-excavatrice, conduite d'épandeuse ou d'une profileuse-épandeuse,  rouleaux, rouleaux compresseurs et compacteurs)

  -  École nationale de camionnage et d'équipement lourd É.N.C.E.L à Terrebonne (conduite d’un chargeur, conduite d’un bélier mécanique, conduite d’une pelle hydraulique, conduite d’une niveleuse ou conduite d’un rétro-excavatrice)

-         École nationale de camionnage et d'équipement lourd É.N.C.E.L à Drummondville (conduite d’une chargeur sur roues)

  -  École nationale de camionnage et d'équipement lourd É.N.C.E.L à St-Jean-sur-Richelieu (conduite d’un chargeur, conduite d’un bélier mécanique, conduite d’une pelle hydraulique, conduite d’une niveleuse ou conduite d’un rétro-excavatrice)

-         Camion-école du Québec à Montréal (conduite d’une chargeur-pelleteuse, conduite d’une chargeur sur roues, conduite d’une niveleuse ou conduite d’une pelle hydraulique)

-   Centre de formation privée des opérateurs de pelles CFPOP à Ste-Anne-du-Sault dans région du Centre-du-Québec (bouteur, chargeur sur roues, décapeuse, rétrocavause, niveleuse, camion 10 roues hors-route)

-    École de machinerie lourde de l'Estrie à Weedon en Estrie (bouteur, chargeur sur roues, chargeuse-pelleteuse, niveleuse, pelle hydraulique)

-    Formation Nord-Sud à Mirabel dans les Laurentides (mini pelle hydraulique, pelle hydraulique, rétro-excavatrice, chargeur sur roues)

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu désires avoir l’avis d'opérateurs(trices) d'engins de chantier sur leur métier ?, alors va regarder les vidéos suivants :

manufacturiers d'engins de chantier :

-    Atlas Copco : site de ce manufacturier suédois d'engins de chantier (en anglais)

-    Bobcat : site de manufacturier américain d'engins de chantier, filiale de la société sud-coréenne Doosan Heavy Equipment

-    Caterpillar : site de ce manufacturier américain d'engins de chantier

-    Case Construction : site de ce manufacturier américain d'engins de chantier

-    Hitachi construction : site de ce manufacturier japonais d'engins de chantier (en anglais)

-    Hyundai Heavy Industries : site de ce manufacturier coréen d'engins de chantier (en anglais)

-    JCB Wajax Canada : site de ce manufacturier britannique d'engins de chantier (en anglais)

-    John Deere : site de manufacturier américain d'engins de chantier

-    Kobelco : site de ce manufacturier américain d'engins de chantier (propriété de Fiat-CNH)

-    Komatsu America : site de manufacturier japonais d'engins de chantier

-    Kubota Canada : site de ce manufacturier japonais d'engins de chantier

-    Liebherr : site de ce manufacturier suisse d'engins de chantier

-    Mécalac Ahlmann : site de ce manufacturier franco-allemand d'engins de chantier

-    New Holland : site de ce manufacturier américain d'engins de chantier (propriété de Fiat-CNH)

-    Poclain Hydraulics : site de ce manufacturier français d'engins de chantier

-    Sany Group : site de ce manufacturier chinois d'engins de chantier (en anglais)

-    Sumitomo Industries : site ce ce manufacturier japonais d'engins de chantiers (en anglais)

-    Takeuchi North America : site de ce manufacturier japonais d'engins de chantier (en anglais)

-    Terex : site de ce manufacturier américain d'engins de chantier

-    Volvo Construction Equipment : site de ce manufacturier suédois d'engins de chantier (en anglais)

-    XCMG : site de ce manufacturier chinois d'engins de chantier (en anglais)

 


 

Retour à la page du secteur mines et travaux de génie

Retour à la page d’accueil