Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page du secteur environnement et aménagement du territoire
Retour à la page d’accueil

 

SECTEUR : ENVIRONNEMENT ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

NIVEAU D’ÉTUDES : FORMATION PROFESSSIONNELLE

 

ARPENTEUR(EUSE)-TOPOGRAPHE 

OU PRÉPOSÉ(E) AUX RELEVÉS D'ARPENTAGE

OU ARPENTEUR(TRICE) EN CONSTRUCTION

DIPLÔME D’ÉTUDES PROFESSIONNELLES  D.E.P.

Consulte la section "liens recommandés" à la fin de cette page (dont des vidéos sur les applications de la géomatique d'étudiants en arpentage et topographie).

 

TÂCHES ET RESPONSABILITÉS :

 

En tant qu’arpenteuse ou arpenteur en construction; tu auras pour tâches de collecter, transférer, calculer et mettre en plan des données d'arpentage à l’aide d’instruments spécialisés (carnet de notes électronique, station totale conventionnelle ou robotisée, récepteur GPS, logiciels de calcul, logiciels de dessin, etc.) en vue de réaliser des plans ou de délimiter les constructions projetées.

 

Tu devras également fournir des données relatives à l’alignement, à l’altitude, à à l’alignement, à l’altitude, à de différents terrains ou types d’infrastructures (complexes industriels ou commerciaux, bâtiments, résidences, routes, infrastructures électriques ou de communications, etc.).

 

En tant que préposé(e) aux relevés d'arpentage (au sein des municipalités, par exemple); tu auras pour tâches d'effectuer des levés de terrains pour déterminer l'emplacement exact et la position relative des éléments naturels (arbres par exemple) et artificiels (résidence, cabanon, entrée, etc) d'une propriété en utilisant différents outils tels que : GPS, niveaux d'arpentage, station totale, station totale robotisée, logiciels de dessin, etc.

 

Par la suite, tu auras à dessiner des plans représentant fidèlement la réalité selon les mesures effectuées afin de fournir à l'arpenteur(trice)-géomètre des données relatives à l’alignement, à l’altitude, à l’orientation et à la dimension de différents terrains ou types d’infrastructures (complexes industriels ou commerciaux, bâtiments, résidences, routes, etc.) nécessaires pour les réaliser des plans géodésiques.

 

Que ce soit pour implanter des infrastructures (réseau d'aqueduc et d'égout, réseau de distribution d'électricité, réseau de gaz naturel, routes, etc), pour la construction ou l'agrandissement d'une propriété résidentielle, commerciale, institutionnelle ou industrielle, des relevés d'arpentage sont nécessaires. Tu travailleras en étroite collaboration avec les arpenteurs-géomètres, les ingénieurs civils, les ingénieurs en géomatique, les urbanistes et les entrepreneurs en construction.

 

QUALITÉS ET APTITUDES  NÉCESSAIRES :

-         Aptitudes pour les calculs et la géométrie

-         Intérêts pour le travail en plein air en toutes saisons

-         Intérêts et aptitudes pour les sciences et le dessin technique

-         Capacité de bien comprendre des plans et devis

-         Capacité d’analyse et de synthèse pour être en mesure d’analyse efficacement les informations géographiques des terrains afin de les transposer sur une graphique par ordinateur

-         Minutie, précision et souci du détailcar tu auras à effectuer des calculs précis des mesures des terrains et de plus, tu auras à manipuler de façon exacte des instruments d’arpentage

-         Bonne méthode de travail car tu auras à effectuer des recherches sur les titres de propriété et y trouver le plus d’informations pertinentes à l’arpentage

-    Autonomie, débrouillardise et flexibilité car tu seras parfois seul(e) pour exécuter certaines tâches sur le terrain

-         Sens développé de l’observation car tu auras à noter toutes les particularités des terrains

-         Facilité de travailler en équipe car tu auras à collaborer étroitement avec d'autres arpenteurs-topographes, technologues en arpentage et arpenteurs-géomètres

-         Connaissances en informatique car tu auras à utiliser des logiciels spécialisés en géomatique

-         Bonne connaissance de l’anglais car la documentation spécialisé est généralement dans cette langue

PROFESSIONS APPARENTÉES : 

-       Aide-arpenteur(e)

-       Calculateur(trice)

-       Chaîneur(e)

-       Dessinateur(trice) en génie civil

-       Dessinateur(trice) en géodésie

-       Opérateur(trice) en topographie

-       Personne d’instruments

-       Préposé(e) aux relevés d’arpentage 

EMPLOYEURS POTENTIELS :

-       Compagnies forestières

-       Compagnies minières

-       Compagnies pétrolières

-       Firmes d’arpenteurs géomètres

-       Firmes d’ingénieurs-conseils

-       Hydro-Québec

-       Gaz-Métropolitain

-       Municipalités

-    Communautés métropolitaines

-    MRC

-      Gouvernement du Canada : Défense Nationale (civils), Recherche et développement pour la Défense Canada, Services gouvernements Canada, Service Canadien des glaces, Service météorologique du Canada, Division des relevés hydrologiques du Canada, Institut Maurice-Lamontagne, Institut des technologies océaniques du Canada
 

-      Gouvernement du Québec : Ministère des Transports, Ministère des Affaires municipales, Ministère de l’Environnement, Régie du bâtiment

 

EXIGENCES DES EMPLOYEURS : 

      -    Mobilité essentielle (en construction, 1 travailleur sur 3 est appelé à se déplacer dans une région autre la sienne)

-       Connaissance de l’anglais

-       Connaissance de l’informatique

-       Polyvalence

-       Horaires de travail de jour ou de soir

-       Travail à l’extérieur pour la plupart du temps (toutes saisons, toutes conditions météo)

PLACEMENT :

 

Selon les données disponibles au 1er juin 2017 :

 

Le placement est moyen, 54 % des répondants(es) ont obtenu un emploi relié dont la presque totalité sont à temps complet.

Quelques autres répondants(es), soit 11 % ont poursuivi leurs études au collégial en technologie de la géomatique.

 

NOMBRE DE  RÉPONDANTS

NOMBRE EN EMPLOI RELIÉ

NOMBRE EMPLOI à TEMPS COMPLET

NOMBRE
 AUX
ÉTUDES

113 53 49 12

Note : baisse du taux de placement par rapport aux années précécentes (était de 40 % en 2015; 70 % en 2013; 69 % en 2012 et 73 % en 2011).

Source : Ministère de l’Éducation du Québec

 

SALAIRE :

 

Selon les données de 2019 :

 

Le salaire moyen en début de carrière était de

-         19,85 $/heure (40 hres/sem) au sein des PME (hors-construction, incluant les cabinets d'arpenteurs)

-         19,23 $/heure (35 hres/sem) en tant que préposé(e) aux relevés d’arpentage dans la fonction publique québécoise

-    21,42 $/heure (32,5 ou 35 ou 40 hres/sem selon les municipalités) en tant que préposé(e) aux relevés d'arpentage ou homme d'instruments au sein des petites municipalités (moins de 20 000 habitants)

-    24,64 $/heure (33,25 ou 33,75 ou 35 ou 37 ou 38,5 hres/sem selon les municipalités) en tant que préposé(e) aux relevés d'arpentage ou homme d'instruments au sein des grandes municipalités (100 000 habitants et plus)

-    24,70 $/heure (32,5 ou 33,25 ou 35 ou 38,75 ou 40 hres/sem selon les municipalités) en tant que préposé(e) aux relevés d'arpentage ou homme d'instruments au sein des municipalités de taille moyenne (20 000 à 99 999 habitants)

-    27,08 $/heure (35, 37 ou 38,5 hres/sem) en tant que préposé(e) à l'arpentage et relevés techniques ou préposé(e) aux instruments de mesure à Hydro-Québec

-        33,80 $/heure (40 à 50 hres/sem) en tant qu'arpenteur classe 2 (et augmente à 39,15 $/heure en tant qu'arpenteur classe 1) dans le secteur de la construction de génie civil (infrastructures électriques ou infrastructures de communications)

-        33,80 $/heure (40 à 50 hres/sem) en tant qu'arpenteur classe 2 (et augmente à 39,76 $/heure en tant qu'arpenteur classe 1) dans le secteur de la construction de génie civil (infrastructures routières ou infrastructures d'éoliennes)

-    34,12 $/heure (36,25 hres/sem) en tant que préposé(e) aux relevés d'arpentage à Énergir (anciennement "Gaz métro")

-    2 985 $/mois (grade de "soldat") au sein des Forces canadiennes (Force régulière)

-         171,36 $/jour avec le grade de "caporal - spécialiste" au sein des Forces canadiennes (Réserve)

Note 1 : baisse de la moyenne salariale dans le secteur privé hors-construction par rapport aux années précédentes (était de 18,45 $ en 2015; 21,63 $ en 2012 et 23,25 $ en 2011).

Note 2 : dans le secteur public et parapublic et dans le secteur de la construction, les augmentations sont établies selon les conventions collectives.

Note 3 : le salaire annuel moyen en début de carrière d'un(e) arpenteur(e) dans l'industrie de la construction en 2018 était de 53 000 (était de 44 900 $ en 2015) dont 78 % ont travaillé 500 heures et plus.

Sources : Ministère de l’Éducation du Québec, Conseil du trésor du Québec, Commission de la construction du Québec, Forces canadiennes, Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal, Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau d'Hydro-Québec, Syndicat des employés professionnels et de bureau de Gaz métro, conventions collectives des fonctionnaires municipaux de la plupart des grandes municipalités, conventions collectives des employés municipaux ou cols bleus de plusieurs municipalités de taille moyenne et conventions collectives des emp;loyés municipaux de plusieurs petites municipalités.

 

PORTRAIT DE LA PROFESSION :

 

Selon Emploi-Québec; il y avait plus de 2 500 arpenteurs(es) de construction, préposés aux relevés d'arpentage, arpenteurs(es)-topographes et opérateurs(trices) d'instruments partout au Québec.

 

La profession est composée majoritairement d'hommes avec 77 %, mais pourrait accueillir davantage de femmes.

Dans l'industrie de la construction, les femmes représentaient seulement 8 % des arpenteurs(es) et pourrait en accueillir nettement davantage.

 

Plus de 62 % des membres de cette profession étaient âgés de moins de 45 ans.

Dans l'industrie de la construction, seulement 22 % des arpenteurs(es) avaient moins de 30 ans.

 

Plus de 95 % occupaient un poste à temps complet..

 

La répartition des principaux milieux de travail était :

PERSPECTIVES D’AVENIR :

Dans le secteur de la construction :

Le nombre d’arpenteurs s’est accru de 7 % en 2018, comparativement à 2017. On dénombrait alors 1 213 arpenteurssur les chantiers de construction. Ils travaillent surtout dans le secteur du génie civil et de la voirie. En 2018, 88 % de leurs heures travaillées ont été enregistrées dans ce secteur.

En 2018, 84 nouveaux arpenteurs sont entrés dans l’industrie, ce qui est de loin supérieur à la moyenne annuelle des 4 années précédentes (49). Il faut reculer en 2012 pour dépasser un tel nombre de nouveaux arpenteurs ayant intégré l’industrie.

En 2018, 421 entreprises de construction ont embauché des arpenteurs. Plus de 1 arpenteur sur 4 se déplace pour travailler dans une autre région que la sienne.

Plus de 50 % des arpenteurs(es) étaient âgés de plus de 45 ans et prendront leur retraite au cours des prochaines années et devront être remplacés.

Les perspectives d’emploi sont excellentes puisque l’emploi est en forte hausse, et le nombre de travailleurs actuellement disponibles peinent à répondre à la demande.

Où retrouvait-ton les arpenteurs (construction) en 2018 ?

Plus de 88 % des arpenteurs(euses) en construction travaillaient sur les chantiers de génie civil et de voirie,
alors que les autres 11 % travaillent sur les chantiers de construction industrielle, commerciale et institutionnelle (dont 2 % en construction industrielle).

Sur l'ensemble des 1 213 arpenteurs(euses) en construction, la réparation régionale était :

26 % travaillaient dans les régions de Québec et Chaudière-Appalaches,
16 % travaillaient dans les régions de Laval, Lanaudière et Laurentides,
16 % travaillaient en Montérégie,
11 % travaillaient dans la région du Saguenay-Lac-St-Jean,
7 % travaillaient en Mauricie,
7 % travaillaient dans le Bas-St-Laurent et la Gaspésie,
6 % travaillaient dans la région de l'Île de Montréal,
4 % travaillaient dans le Bas-Saint-Laurent,
7 % travaillaient dans les autres régions.

Le salaire annuel moyen des arpenteurs s’élève à près de 53 000 $. Par contre, pour ceux qui travaillent plus de 500 heures, celui-ci peut atteindre 66 800 $.

Dans les autres secteurs :

Ce sont principalement les firmes d'ingénieurs conseils et les municipalités de taille moyenne qui emploient les préposés(es) aux relevés d'arpentage en dehors de l'industrie de la construction.

Les perspectives d'emploi y sont très bonnes pour les prochaines années.

En 2019, le salaire annuel moyen d'un(e) préposé(e) aux relevés d'arpentage détenant 10 ans d'expérience au sein d'une PME (incluant les firmes d'ingénieurs de taille moyenne) était de 47 500 $;

le salaire annuel moyen d'un(e) préposé(e) aux relevés d'arpentage détenant 10 ans d'expérience au sein d'une municipalité de taille moyenne était de 52 500 $;

le salaire annuel moyen d'un(e) préposé(e) aux relevés d'arpentage détenant 10 ans d'expérience au sein d'une municipalité de grande taille était de 58 500 $;

et le salaire annuel moyen d'un(e) technicien(ne) en géomatique (grade de caporal-chef) détenant 10 ans d'expérience au sein des Forces canadiennes (Force régulière) était de 71 200 $.

Pour plus de détails, consulte le portrait des secteurs suivants :

 

LE PROGRAMME D’ÉTUDES :

 

Le Diplôme d’études professionnelles en arpentage et topographie D.E.P. a une durée totale de 1 800 heures, c’est-à-dire de 2 ans offert à temps complet. Il comporte des cours d'initiation à la profession, santé et sécurité sur les chantiers de construction, trigonométrie appliquée à l'arpentage, tracés de base, mesures d'angles, de distances et d'élévations, utilisation d'un ordinateur, calcul d'une polygonale, levé et mise en plan d'un terrain plat, dessin assisté par ordinateur DAO, levés altimétriques, mesures de coordonnés, conversion de données d'arpentage, calculs de données de levées de terrain, dessin d'un plan topographique, estimation de quantité de matériaux, implantation et mise en plan d'une route, implantation et mise en plan d'infrastructures souterraines, dessin de plans cadastraux, levé d'un bien-fonds et plan du certificat de localisation, piquetage d'un terrain et implantation et mise en plan d'une bâtisse, implantation en terrain difficile, ainsi qu'un stage en milieu de travail d’une durée de 4 semaines, etc.

Pour plus de détails sur ce programme, regarde les vidéos suivants :

EXIGENCES D’ADMISSION :

 

-         Soit détenir le D.E.S.

-         Soit avoir 16 ans et avoir réussi les cours de français, anglais et mathématiques de 4e secondaire ou leurs équivalents

-         Soit avoir 18 ans et posséder des connaissances équivalentes

 

Note : il recommandé d’avoir suivi le cours maths TS ou SN 4e ou son équivalent

 

STATISTIQUES D’ADMISSION :

 

Aucun contingentement à ce programme :

Les candidats(es) admissibles sont généralement admis.

 

ENDROITS DE FORMATION 

 

Demande d’admission via Internet, consulte le SRAFP

Qu'est-ce que l'enseignement individualisé ? 

-         Centre de formation professionnelle de Jonquière, Jonquière (C.S. de la Jonquière, région du Saguenay-Lac-St-Jean), admissions de jour à l'automne 

-         Centre de formation professionnelle de Neufchâtel, Québec (C.S. de la Capitale, région de Québec), admissions de jour à l'automne, site du département

-         École des métiers du Sud-Ouest de Montréal, Montréal (C.S.de Montréal, région de Montréal), admissions de jour à l'automne et de soir à l'automne

-         École professionnelle des métiers, St-Jean-sur-Richelieu (C.S. des Hautes-Rivières, région de la Montérégie), admissions de jour à l'automne

-    Centre de formation professionnelle des Sommets, Ste-Agathe-des-Monts (C.S. des Laurentides, région des Laurentides), offert en enseignement individualisé, admissions de jour à l'automne

LIENS RECOMMANDÉS :

 

Tu veux avoir l'avis d'étudiants et d'enseignants ?, alors regarde les vidéos suivants :

Pour une liste de firmes d'arpenteurs-géomètres, de sociétés d'ingénierie, de municipalités, consulte le Portrait du secteur de l'aménagement du territoire

 

Pour une liste d'entreprises spécialisées en génie civil, consulte le Portrait de l'industrie de la construction de génie civil

 

Autres sites d'intérêts :

 

 

Retour à page du secteur bâtiment et construction

Retour à la page du secteur environnement et aménagement du territoire
Retour à la page d’accueil